The French Time #5

Toutes les deux semaines, retrouvez le bilan des performances de nos français.

 Chicago Bulls v Indiana Pacers

Mahinmi s’éclate

Qui aurait pu croire que Ian Mahinmi pouvait avoir un tel impact en NBA ? Dans son nouveau rôle de titulaire, qu’il attend depuis le début de sa carrière, Ian montre une très belle efficacité et régularité. Abonné  depuis toujours au travail de l’ombre, il prend maintenant pleinement part au jeu offensif des Pacers. Depuis le mois de Janvier, il aligne des moyennes de 10.4pts, 8.4reb avec 61.3% au tir et 66.7% aux lancers francs en seulement 25min. Il reste sur deux très gros matchs avec 17pts 10reb contre New Orleans le 8 janvier, où il finit meilleur scoreur de son équipe, et avec 13pts 7reb contre Houston le 10 janvier. Et en plus d’éteindre complètement le pivot adverse en défense, il se permet  parfois de les mettre sur des posters… Aux dernières nouvelles, Clint Capela cherche encore sa dignité.

Ses 17 pts contre New Orleans :

Son poster dunk sur Clint Capela :

La Stat : 22 – 0

C’est le bilan des Spurs à domicile cette saison. Si Golden State a actuellement le meilleur bilan de la NBA et est peut-être en route pour battre le record de 72 victoires des Bulls, les meilleurs restent les Spurs. Un très bon bilan de 33 victoires et 6 défaites, un seul joueur utilisé plus de 30min en moyenne (Leonard) et surtout des cadres laissés au repos (Parker et Duncan notamment), Popovich gère son équipe d’une main de maître. Dans ce cadre parfait, si Parker n’est plus en course être All-Star ou pour un titre honorifique de meilleur meneur de jeu, il réalise sûrement une de ses meilleures saisons dans un rôle de gestionnaire qu’il lui correspond parfaitement. Des pourcentages de réussites aux tirs exceptionnels , 5.3 passes décisives de moyenne et plusieurs matchs où il a pris les choses en main comme le 8 janvier contre New York (16pts, 8ast, 5reb), TP est très loin d’être fini… et c’est tant mieux. S’il se retrouve en play-offs, la série entre Warriors et Spurs sera immanquable !

Son match contre New York avec le tir de la gagne :

De son côté, Boris Diaw excelle en sortie de banc. Après un mois de décembre un peu moins prolifique, il est de retour en pleine forme en janvier avec des moyennes de 11pts, 4reb et 3ast en 19.4min à plus de 60% au tir et à 3pts. A croire que le vin et la dinde qu’il a engloutie à Noël ont fini de le revigorer. De plus, si Aldridge le surnomme désormais « Tea Time » tellement il semble à l’aise et facile sur le terrain, il se démarque aussi de par son côté atypique, avec notamment cette photo juste mythique de lui prouvant qu’il a bel et bien une machine à café dans son vestiaire. Babac, s’il te plaît, ne change pas !

Afficher l'image d'origine

Fournier et Batum, une période difficile

Après un début de saison tonitruant, Fournier était quasiment d’un niveau de All-Star et l’un des favoris pour le titre de MIP. Mais depuis, Evan est de retour sur terre. Après un mois de décembre déjà très décevant (11.6pts et toutes ses stats en baisse), son mois de janvier est pour l’instant très en deçà de ce qu’on peut attendre de lui (9.5 pts, 40.7% au tir et 25.9% à 3pts), et plusieurs très mauvaises performances (0 pts en 26min contre les Pistons le 4 janvier) sont à son actif. S’il avoue lui-même ne pas être au top physiquement, avec notamment plusieurs petites blessures, Fournier doit se reprendre s’il veut obtenir un contrat digne de son talent l’été prochain, et s’il veut amener son équipe en play-offs.

Si Nico Batum est encore assez régulier dans ses performances et peut  signer de très gros matchs comme le 26 décembre dernier contre Memphis (20pts, 11reb, 8ast), une blessure au doigt de pied est venue l’arrêter en plein vol. Batman sur le banc, c’est toute l’équipe des Hornets qui en pâti. 7 défaites d’affilées, les play-offs qui s’éloignent pour Charlotte, et en même temps le All-Star Game pour Nico… On ne peut que souhaiter son retour en forme et une fin de mois de janvier exceptionnelle de sa part pour avoir de nouveau un tricolore pendant le match des étoiles en février prochain…

 Ses 20pts 11reb et 8ast contre Memphis :

Gobert et Noah de retour

Rudy is back ! Après une longue absence à cause d’une blessure au genou, le pivot des Jazz foule de nouveau les parquets, pour le plus grand bonheur de son coach et de ses coéquipiers. Utah est toujours 8ème et très bien placé dans la course aux play-offs. Et dans cette quête, Rudy a un rôle décisif, surtout en défense. Dès son retour contre le Heat, sans aligner des stats formidables mais déjà très bonnes (9pts 5reb 4ast et surtout 4contres), il a complétement dominé Hassan Whiteside. Gobert est prêt à tout détruire sur son passage avec en deux matchs, déja un gros dunk et un nouveau surnom pour sa barbe : « Gobeard ». En espérant qu’il s’arrête avant d’avoir la même que James Harden…

Son gros dunk contre Houston :

Après une absence de 9 matchs pour une blessure à l’épaule, Noah était de nouveau sur le banc des Bulls hier. Et son retour a été tout sauf décisif. En grand manque d’efficacité et maladroit (0/7 au tir), il n’a pas pu empêcher la défaite des siens. Pendant son absence, Chicago a eu un bilan plus que correct (7-2) et son remplaçant Bobby Portis, rookie, a montré d’excellentes choses (7.5pts et 6.5reb sur les 10 derniers matchs). De quoi donner du fil à retordre à Joakim pour gagner du temps de jeu, sachant qu’il fait aussi partie des rumeurs de trade, les Bulls recherchant un ailier.

Ajinça, Séraphin et Inglis, portés disparu

Alexis Ajinça a très largement le niveau pour jouer en NBA, et même pour avoir un impact conséquent match après match. Mais entre le manque de confiance de son coach et une équipe qui passe complétement à côté cette saison, il reste le plus clair de son temps sur le banc à regarder ses coéquipiers. Pourtant à l’image de sa dernière sortie contre Indiana, où il finit avec 4pts 12reb et 5 interceptions, il peut clairement apporter un plus à sa franchise des Pelicans en grande difficulté. Et s’il ne regrette pas d’avoir signé un contrat sur plusieurs années avec celle-ci, il ne peut qu’être déçu de la tournure  que prend la saison pour lui.

De même, la signature de Kevin Séraphin aux Knicks aurait du lui permettre d’exploser et de se montrer. Dans une équipe en pleine reconstruction, sa place devait être très importante, notamment pour apporter des points à l’intérieur. Mais malgré plusieurs performances correctes cette saison, il ne fait définitivement pas partie des plans de Derek Fischer et les matchs à 0min se succèdent les uns après les autres, l’énorme popularité et la bonne saison de Porzingis ne l’aidant pas. Un trade en perspective ?

Pour Damien Inglis, le passage en NBA est pour l’instant tout sauf une réussite. Sans temps de jeu, il est d’abord envoyé en D-league pour s’aguérir, puis rapidement rappelé au sein d’une équipe des Bucks assez décevante. Mais il ne rentre toujours pas sur le terrain… et a pour l’instant mis seulement 2 paniers cette saison…!

Lauvergne en danger

Alors que pour Joffrey tout allait pour le mieux, celui-ci  enchainant les bons matchs avec plusieurs doubles-doubles et notamment un nouveau record en carrière avec 18pts contre Oklahoma le 17 décembre, il semble avoir un peu perdu la confiance de son coach. D’abord mis sur le banc pour les 4èmes quarts temps, puis enlever du 5 majeur, sa place au sein de la rotation des Nuggets est menacée. Sur les 4 derniers matchs, il a joué 14min avec 2 sans être rentré… Mais Lauvergne, toujours très combattant, énergique et travailleur, devrait réavoir sa chance… A lui de la saisir.

Son record de points contre Oklahoma City :

Auteur : Pierre

Membre de Dunkhebdo depuis août 2015. Intervenant dans les podcasts et hôte du Up&Thunder. Fan du Thunder et de la seule vraie star que notre franchise ait eu dans ses rangs, Russell Westbrook. Cœur brisé en juillet 2019.