[Statistiques avancées NBA] Stats Joueurs épisode 2

Deux fois par mois retrouvez la rubrique rookie de Dunkhebdo nommée « statistiques avancées« . Cette rubrique est une introduction aux statistiques avancées puisqu’elle a pour but de les présenter et faciliter leurs interprétations. Elle se divise en deux parties, une partie équipe (Team stats) et une partie joueur (Player stats). Après un premier épisode consacré aux intérieurs nous nous intéressons aux shooteurs qui prennent un plaisir fou en ce moment dans cette ligue.

*Les statistiques de cette rubrique sont issues des sites nba.com et teamranking.

Statistiques avancées: Le catch and shoot

Réalisé en mouvement, le catch and shoot est une arme létale puisqu’il se prend sans dribble et maximum 2 secondes après la réception du ballon. Mélangeant, jeu de jambe, technique, touché, coordination et déplacement sans ballon, le catch and shoot est de plus en plus développé par les intérieurs plus agiles que jamais.

Shoots tentés

  1. Klay Thompson 8,7/match
  2. Kevin Love 7,1/match
  3. Eric Gordon 6,7/match

Rien de surprenant dans ce classement tant ces joueurs jouent bien sans ballon. D’ailleurs, ils sont tous dans des équipes top 5 à l’offensive rating possédant des passeurs avec une vision de jeu extraordinaire.

La réussite au tir

  1. Pau Gasol  50,3%
  2. Lamarcus Aldridge 48,5 %
  3. Kevin Durant, Otto Porter 47,9%

La doublette des Spurs est en tête de ce classement. Attaquants de premier ordre, Gasol et Aldridge sanctionnent les défenses. Souvent à mi-distance et sur pick and pop, ce sont des shooteurs en rythme utilisés en attaque dans des zones où ils sont terriblement efficaces. A noter la surprenante antépénultième place de Booker (33%) dans le classement qui devient plus un scoreur qu’un bon shooteur.

L’Effective Field Goal %

L’effective field goal % permet de mesurer l’efficacité réelle du shooteur en pondérant les deux points et les trois points. Pour illustrer cet exemple prenons le duo d’arrières de Toronto. Derozan et Lowry scorent respectivement 28 et 23 pts à 47%. Cependant Lowry a un effective field goal % de 57% quand celui de Derozan n’est que de 48%.

  1. Stephen Curry 68,8%
  2. Nick Young 67,9%
  3. Danny Green 65,8%

Holy cow!! Non vous ne rêvez pas, Nick Young est bien l’un des shooter les plus efficaces de la saison. Stephen Curry même s’il réalise une moins bonne saison que l’an dernier est toujours l’arme ultime sur catch and shoot. Quant à Danny Green il est de retour à son meilleur niveau pour les Spurs.

Statistiques avancées: Le Pull up jump shot

Le pulls-up est un shoot en mouvement réalisé après dribble. Souvent pris après un écran ou une différence rapide faite sur un premier pas, c’est un shoot particulièrement difficile. En effet, généralement en pleine vitesse, le joueur qui le prend se stoppe brutalement avant de dégainer droit comme un I.

Les shoots tentés

  1. Westbrook 12,1/match
  2. Derozan 10,8/match
  3. Harden 9,1/match

Pour des athlètes comme Derozan et Westbrook ce shoot est incontrable vu la hauteur à laquelle ils sautent. James Harden? Surprenant me direz-vous? La décélération est très importante ici et le barbu est l’un des meilleurs athlètes au monde à la décélération tous sports confondus à avoir été testé au P3 de Los Angeles.

La réussite au tir

  1. Chris Paul 46,2%
  2. CJ Mc Collum 45,9%
  3. Isaiah Thomas 44,1%

Pas de grandes surprises ici tant ces joueurs sont connus pour leurs capacités à shooter après dribble. Que ce soit suite un double écran haut pour Paul qui fini dans le « elbow »; une série de dribble à mi-distance pour Mc Collum ou un main à main avec Horford pour Thomas, ils sont tout simplement chirurgicaux.

Effective Field Goal %

  1. Isaiah Thomas 55,5%
  2. Kyle Lowry 55%
  3. Chris Paul 54%

Outre Isaiah Thomas, Kyle Lowry est énorme. Tout juste 10ème à la réussite, il est 2ème à l’effective field goal. Le fait d’être dangereux à 3 points oblige ses adversaires à vite sortir sur lui. Après une feinte, il n’a qu’à se décaler latéralement et prendre un pull up (souvent à 3 pts (4/6)) après le dribble.

Statistiques avancées: Le spot-up shoot

A la différence du catch and shoot, le spot-up est un shoot à l’arrêt. Aujourd’hui il est pris le plus souvent dans les coins et à 3pts. Le concept est simple, le système se déroule d’un côté et le joueur attend placé, les mains prêtes et les jambes fléchies que le ballon lui arrive pour sanctionner (s’il n’a pas mordu la ligne).

La Fréquence

  1. Patrick Patterson 53,7%
  2. Danny Green 48,4%
  3. Nikola Mirotic 47,8%

Plus de la moitié des shoots pris par Patterson sont des spot-ups. Il participe donc très peu directement au jeu mais est capable de se libérer pour offrir des solutions. Une pensée pour les Bulls fans qui doivent rager de voir Mirotic utilisé de la sorte, lui qui culmine à 34% de réussite dans cet exercice.

Les Points Par Possession

  1. Otto Porter 1,41 PPP
  2. Kawhi Leonard 1,35 PPP
  3. Jae Crowder 1,26 PPP

Cette saison, Porter est le spot up shooter ultime et il sera payé cet été. Il combine, taille, adresse et déplacement intelligent pour donner des angles de passe favorables à son meneur. Porter n’est pas un défenseur qui peut shooter c’est un shooteur qui défend correctement.

Statistique avancées: Le shoot en sortie d’écran

Tout comme le catch and shoot, le shoot en sortie d’écran est un mouvement signature des shooteurs. Véritable prouesse technique, il est difficile à réussir bien que particulièrement esthétique quand il est bien réalisé.

La Fréquence

  1. Thompson 33,1%
  2. JJ Redick 32,3%
  3. CJ Miles 27,8%

Dans cet exercice de style, les shooteurs purs sont de sortie. Klay Thompson prend 1/3 de ses shoots en sortie d’écran. Cette statistique avancée montre aussi l’évolution du jeu de Nicolas Batum puisque le français est 5ème du classement avec 21,2%.

Les points par possession

  1. Gordon Hayward 1.30 PPP
  2. Stephen Curry 1.24 PPP
  3. Isaiah Thomas 1.21 PPP

La réussite

  1. Gordon Hayward 55%
  2. Kevin Durant 53,6%
  3. Marco Bellinelli 50,6%

Les qualités de shooters de Gordon Hayward sont terriblement sous estimés. Il est particulièrement efficace dans ce domaine alors qu’il n’est pas reconnu pour. C’est un two way player élite dans un type de shoot très difficile qui peut faire la différence. Il aide donc Rudy Gobert à être bien placé au screen assist vu son indécence en sortie d’écran. Ne soyez pas étonné s’il signe un contrat maximum cet été.

Conclusion

Le shoot est aujourd’hui en nba un atout formidable à posséder dans sa manche. A travers toutes ces statistiques avancées, il y a plusieurs moyens d’apprécier le talent effectif d’un shooteur. Les pourcentages brutes donnent une idée globale de l’adresse mais ces statistiques avancées permettent de se rendre compte dans quels compartiments les meilleurs shooteurs de la ligue excellent. Certains noms sont attendus alors que d’autres peuvent paraître surprenant mais comme d’habitude il y a des Warriors un peu partout.

[Statistiques avancées NBA] Stats joueurs épisode 1

statistiques-avancées-dunkhebdo

Deux fois par mois retrouvez la rubrique rookie de Dunkhebdo nommée « statistiques avancées« . Cette rubrique est une introduction aux statistiques avancées puisqu’elle a pour but de les présenter et faciliter leurs interprétations. Elle se divise en deux parties, une partie équipe (Team stats) et une partie joueur (Player stats). Le basket nba est le plus individuel des sports collectifs donc cet épisode est consacré aux joueurs (Player stats) et aux pivots et intérieurs dont le jeu évolue de plus en plus.

*Les statistiques de cette rubrique sont issues des sites nba.com, nylon calculus et teamranking.

Statistiques avancées au rebond

Le Rebounding pourcentage

Cette statistique montre la part des rebonds distribués pris par un joueur en moyenne sur 100 possessions quand il est sur le terrain. Ainsi c’est sans surprise que nous retrouvons les gloutons aux épaules volumineuses tout en haut de ce classement.

Top 3

  1. Andre Drummond 24,6%
  2. Dwight Howard 23,7%
  3. Hassan Whiteside 23,5%

Les 3 pires

  1. Brook Lopez 10,3%
  2. Marc Gasol 10,8%
  3. Kristaps Porzings 11,8%

Presque 1 rebond sur 4 tombe dans les bras d’Andre Drumond quand il est sur le terrain alors qu’un 1 sur 10 tombe dans ceux de Gasol et Lopez. Terrible constat pour des joueurs qui culminent à plus de 2M13. On comprend mieux pourquoi les coachs préfèrent les voir utiliser leurs envergures pour protéger le rebond plutôt que de partir aux combats face à des athlètes qui les dominent dans ce secteur.

La part des rebonds contestés dans les rebonds totaux

Cette statistique met en avant les joueurs qui se battent le plus pour obtenir leurs rebond. Il peut y avoir plusieurs lectures à cette statistique avancée. Soit le joueur obtient le rebond au forceps car il va souvent au charbon, ou soit il n’a pas de science du rebond et a donc très peu de rebond facile à récupérer.

Top 3

  1. Robin Lopez 63,3%
  2. Steven Adams 47,9%
  3. Jonas Valanciunas 47,1%

Les 3 pires

  1. Demarcus Cousins 30%
  2. Anthony Davis 32%
  3. Andrew Bogut 32,5%

A noter que Russell Westbrook qui prend énormément de rebond pour son poste prend 2,3 rebonds contestés sur ses 11 de moyenne soit 21,3%. Il gobe donc quasi 9 rebonds en moyenne sans aucune adversité. Science du rebond, bons box-outs de ses intérieurs ou demande du coach pour mettre le plus tôt possible la pression sur la défense adverse…Faites-vous plaisir sur l’interprétation de ces chiffres.

Statistiques avancées en défense

L’efficacité à la protection du cercle

Aujourd’hui en nba, la protection du cercle est un atout majeur pour les intérieurs. Etre capable de bien protéger le cercle permet aux extérieurs d’être plus agressifs sur les lignes de passes et sur leurs adversaires directs. Non chiffrée, l’intimidation et l’aspect mental de cette statistique sur les adversaires est très importante.

Top 3

  1. Kristaps Porzingis 39,8%
  2. Rudy Gobert 42,3%
  3. Hassan Whiteside 42,9%

Les 3 pires

  1. Jusuf Nurkic 57,7%
  2. Marcin Gortat 55,9%
  3. Jonas Valanciunas  54,1%

L’envergure, la taille, l’agilité et le timing défensif ont une énorme importance dans ce type statistique. Les trois premiers du classement sont soit très grand 2,21m pour Porzingis ou possèdent des envergures folles (plus de 2m30 pour Gobert et Whiteside).

Defensive Real plus Minus

Le defensive real plus minus mesure l’impact du joueur dans la performance défensive de son équipe sur 100 possessions. Individuel, il peut parfois être biaisée par les coéquipiers qui jouent en même temps et les équipes que le 5 affronte. Jouer beaucoup de minutes dans une équipe qui prend l’eau en défense, c’est la garantie de se retrouver au plus bas dans ce classement. Saluons donc la performance de Bogut qui joue dans l’une des pires équipes de la ligue aujoud’hui et qui est leader de ce classement.

Top 3

  1. Andrew Bogut 3,59
  2. Rudy Gobert 3,38
  3. Deandre Jordan 2,81

Les 3 pires

  1. Karl Anthony Towns -1,87
  2. Jahlil Okafor -0,85
  3. Brook Lopez -0,61

Statistiques avancées offensives

Efficacité sur Pick and Roll

Le Pick and roll est aujourd’hui pour les pivots l’une des actions les plus rentables. Elle voit deux types de joueurs s’y imposer à l’efficacité. Ceux qui sont monstrueux près du cercle et ceux qui peuvent s’écarter pour gonfler leur nombre de points générés par possessions. Les trois premiers de ce classement sont des joueurs très habiles de leurs mains et peuvent sanctionner à 3 points contrairement aux rim runners classiques qui ne sont efficaces que sur des dunks.

Top 3

  1. Enes Kanter 1,34 PPP
  2. Miles Turnes 1,15 PPP
  3. Kristaps Porzingis 1,14 PPP

Les 3 pires

  1. Paul Millsap 0,80 PPP
  2. Nikola Vucevic 0,88 PPP
  3. Pau Gasol 0,90 PPP

Pour être bon dans cette statistique il est important que le joueur balle en main donne des ballons dans le bon timing pour rendre plus efficace son partenaire. S’interroger sur les capacités sur Pick and Roll des extérieurs d’Atlanta et d’Orlando n’est pas exclu dans ce cas.

Efficacité au Post-up

Le post-up est aujourd’hui l’une des actions les moins rentables dans le jeu moderne. Par conséquent, être moyennement efficace dans ce type d’action et jouer beaucoup de post-up peut risquer de faire plonger l’offensive rating de l’équipe. Analytiquement, le post up est aujourd’hui pour les pivots ce qu’est l’isolation pour les arrières. Pas vraiment de surprise ici puisque le post-up est une isolation où le joueur est simplement dos au panier.

Top 3

  1. Anthony Davis 1,01 PPP
  2. Marc Gasol 0,99 PPP
  3. Paul Millsap 0,96 PPP

Les 3 pires

  1. Andre Drummond 0,66 PPP
  2. Dwight Howard 0,72 PPP
  3. Hassan Whiteside 0,72 PPP

Bonus : La fréquence de perte de balle au poste

Top 3

  1. Joel Embiid 23%
  2. Brook Lopez 19,5%
  3. Dwight Howard 18,5%

Avec cette statistique, nous nous apercevons que Joel Embiid perd le ballon presque 1 fois sur 4 quand il joue au poste alors que le post-up représente 36% des actions qu’il joue. Embiid n’a joué que 20 matchs en carrière, est jeune et à encore le temps d’apprendre. Jouer avec plus de spacing devrait l’aider à sa décharge.

En conclusion jouer au poste n’est pas une chose facile car en plus d’être en mesure de mettre le ballon dans le panier il faut s’assurer de ne pas le perdre dans une zone où les joueurs sont très proches. Ce type d’action tend à disparaître de plus en plus du basket moderne laissant orphelin les fans du basket des années 90-2000. C’est terrible à dire mais Marc Gasol et Brook Lopez ferait peut-être mieux de plus travailler leurs shoots à 3 points en attaque que leurs fondamentaux d’intérieurs pour maximiser leur rentabilité dans le jeu alors qu’ils ont de très bonnes mains.

[Statistiques avancées NBA] Stats d’équipe épisode 1

stats-avancees-dunkhebdo

Deux fois par mois retrouvez la rubrique rookie de Dunkhebdo nommée « statistiques avancées« . Cette rubrique est une introduction aux statistiques avancées puisqu’elle a pour but de les présenter et faciliter leurs interprétations. Elle se divise en deux parties, une partie équipe (Team stats) et une partie joueur (Player stats). Le basket est un sport collectif donc ce premier épisode est consacré aux équipes (Teams stats) et à l’attaque car c’est elle qui fait lever les foules.

*Les statistiques de cette rubrique sont issues des sites nba.com, nylon calculus et teamranking.

Statistiques avancées offensives généralistes

L’offensive rating

Tout d’abord, l’offensive rating est aujourd’hui l’une des statistiques avancées en nba les plus utilisées pour évaluer une attaque. Cette statistique permet de mesurer l’efficacité offensive moyenne des équipes sur 100 possessions. Ainsi, elle rend  particulièrement obsolète la valeur brute du nombre de points marqués car celle-ci ne prend prend pas en compte le nombre de possessions jouées appelé « PACE ».

TOP 3

  1. Golden State Warriors 115.7 pts
  2. Los Angeles Clippers 111.7 pts
  3. Cleveland Cavaliers 110.4 pts

Les 3 derniers

  1. Orlando Magic 95 pts
  2. Philadelphie Sixers 95,3 pts
  3. Dallas Mavericks 96,5pts

 

L’assist Ratio

Selon les statistiques fournies par nba.com, les shoots les plus efficaces sont précédés d’une passe décisive. En conséquence cette statistique nous montre quelles équipes font le plus de passes décisives en moyenne par rapport à leur nombre de paniers inscrits. Il arrive souvent que les meilleures équipes de cette statistique avancée soient aussi bien placés à l’offensive rating.

TOP 3

  1. Golden State Warriors 73% de paniers avec passe décisive
  2. Charlotte Hornets 65,3% de paniers avec passe décisive
  3. Atlanta Hawks 62,8% de paniers avec passe décisive

Les 3 derniers

  1. Phoenix Suns 47,7% de paniers avec passe décisive
  2. Toronto Raptors 48,6% de paniers avec passe décisive
  3. Utah Jazz 50% de paniers avec passe décisive

Statistiques avancées offensives: Evaluer le système offensif

Une bonne attaque est une attaque qui permet de générer une part importante de bons tirs. Un bon tir généré par un système en nba aujourd’hui est un tir ouvert  ou grand ouvert. En revanche une mauvaise attaque se caractérise par une part importante de tirs contestés voir très contestés tentés.

Les Shoots contestés (défenseur entre 60 cm et 1,20 m de distance)

Top 3

  1. Toronto Raptors 41%
  2. New-York Knicks 38,7%
  3. Charlotte Hornets 38,4%

Au regard de ce classement les deux premières équipes ne sont pas surprenantes. L’explication à tout cela, Demar Derozan et le duo Anthony/Rose. L’attaque est statique et la création est individuelle (ne bénéficie pas aux autres joueurs). A ce titre, le shoot assassin de Rose face à Portland est l’un des pires shoots du basket moderne en terme de rentabilité. Il est rentré mais jugez par vous même. C’est un 1 contre 1 (action peu rentable) conclu par un shoot contesté (faible efficacité) à mi-distance (zone la moins rentable) après 7 dribbles (moment où le pourcentage de réussite est le plus faible). Chapeau D-Rose.

Les shoots ouverts  (défenseur entre 1,20 m et 1,80 m de distance)

TOP 3

  1. Dallas Mavericks 33,5%
  2. New Orleans Pelicans 31,7%
  3. Cleveland Cavaliers 30,2%

Rick Carlise est un génie. Malgré une équipe décimée, le système offensif des Mavericks reste très performant. A ce jour 1 shoot sur 3 (33%) pris par Dallas est un shoot ouvert. Autre façon de lire cette statistique, les joueurs sont tellement mauvais que les équipes préfèrent sécuriser le rebond plutôt qu’aller contester le shoot.

Les shoots grand ouverts (défenseur à au moins à 1,80 mètres de distance)

TOP 3

  1. Memphis Grizzlies 23,2%
  2. Brooklyn Nets 22,9%
  3. Philadelphie Sixers 21,6%

Ces shoots sont très recherchés par un système offensif. Très ouverts, ils peuvent être considérés comme des shoots d’entraînements puisque l’opposition est très légère voir inexistante. Bien que le pourcentage de réussite sur ces shoots change peu par rapport aux shoots ouverts, l’efficience est beaucoup plus élevée. Nous remarquons que les 3 premiers de ce classement possèdent un pivot capable de sanctionner au poste bas et de shooter à 3 points. Simple hasard ou forte corrélation?

 

Statistiques avancées offensives: Evaluer les attaquants

Le basket est un sport d’adresse et à l’heure du small ball elle fait une grande différence. Les statistiques suivantes, permettent de mettre en valeur les équipes qui possèdent les meilleurs attaquants. D’un autre coté on peut clairement voir qui possède les pires.

 

L’adresse aux shoots contestés

TOP 3

  1. Golden State Warriors 54%
  2. Utah Jazz 50,2%
  3. Atlanta Hawks 50,1%

Cette statistique concerne la propension des attaquants à rentrer des shoots compliqués. C’est lors de ces shoots que nous entendons parfois le commentateur dire « good defense but better offense ». Les shoots contestés marquent les esprits puisqu’ils sont difficiles et semblent irréalisables pour les fans qui ont tendance à s’identifier à chaque mouvement.

 

L’adresse au Shoots ouverts

TOP 3

  1. Los Angeles Lakers 50,3%
  2. Los Angeles Clippers 47,5%
  3. Portland Trailblazers 46,1%

Rentrer ce type de shoot est considéré comme normal car à ce niveau il s’apparente à un shoot facile. Généralement pris en rythme, le shoot ouvert est une valeur sûre et les équipes qui les rentrent sont les plus appliqués. Il est à mi-chemin entre le talent et la répétition c’est une routine.

 

L’adresse aux shoots très ouverts

Les 3 derniers

  1. Brooklyn Nets 36,8 %
  2. Orlando Magic 37,4%
  3. Miami Heat 38,8%

Etre mauvais dans cette statistique peut révéler trois choses. La première, c’est que les attaquants qui prennent ces types de shoots manquent de talents. La seconde que les défenses font peut-être en sorte que les pires attaquants soient très ouverts en serrant de près les meilleurs attaquants. La troisième, que ce sont des shoots très ouverts car ils sont très difficiles et qu’il est préférable d’aller au rebond que de quand même contester le shoot.

 

Conclusion

L’offensive rating donne une réelle tendance des meilleurs attaques. Cependant, il ne différencie pas la force du système offensif, du talent en attaque des joueurs qui font partie de ce système. En conclusion en s’arrêtant sur l’offensive rating il est facile de penser que Dallas (28ème) possède une mauvaise attaque. Alors qu’au final ce sont leurs joueurs qui manquent de talent offensif car ont la meilleure fréquence de shoots ouverts pris (33,5%).  Au final, si vous êtes bien placés et que vous prenez des shoots difficiles, vos attaquants sont très forts. Vous êtes bien placés et vous prenez beaucoup de shoots ouverts, c’est que votre système offensif est bon. Si vous avez les deux c’est que vous êtes les Warriors.