Sortis de nulle part, ils sont en train de se faire un nom

Tyler Johnson

Une semaine avant le retour du premier épisode du Power Ranking de la saison 2015-2016, intéressons nous à tous ces joueurs qui déjouent les pronostiques. Ils sont pour la plupart inconnus du grand public, certains n’étaient pas en Nba l’an dernier; et pourtant aujourd’hui, ils ont un temps de jeu régulier, un rôle défini et sont les chouchous des fans de leur franchise. Un peu comme il y a 2 ans dans l’article en lien, petit coup de projecteur  sur  ceux qui gravissent les échelons les uns après les autres dans leurs franchises respectives.

iJaMychal Green (Memphis Grizzlies, « PF-SF »)

Stats: 6,6 points, 5 rebonds à 45% FG en 17 minutes

Non drafté a sa sortie d’Alabama en 2014, JaMychal Green est arrivé en nba par la toute petite porte. Non conservé par les Spurs l’an dernier il arrive à Memphis où il ne joue pas ou très peu. Cet été, il fait partie de l’équipe de Summer league championne à Orlando des Grizzlies, mais se blesse tôt dans la compétition. On se dit que ses jours sont comptés, puis arrive le training camp où il est nommé meilleur joueur du camp par son coach Dave Jeorger. S’en suit une pré-saison solide avec une grosse performance et une victoire face à OKC en l’absence des titulaires.

Back-up désigné de Zach Randolph, Green est le joueur le plus régulier de Memphis depuis le début de la saison. Col bleu par excellence, c’est un joueur dans la ligné des PJ Tucker voir au max Draymond Green sous Mark Jackson. Ce joueur est d’une activité sans égal et transpire le GRIT AND GRIND prôné par son équipe.

 

Johson SmalTyler Johnson (Miami Heat  « PG-SG »)

Stats: 8 points 2 rebonds 3 passes à 51% en 20 minutes

 

 

Présent au Heat l’an dernier où il participé à 32 matchs, le jeune arrière est en train de se faire un prénom en Nba. Dwayne Wade sur le déclin, Chalmers parti à Memphis pour lui faire de la place, Johnson a gagné la confiance de ses dirigeants et de son coach. Le gaucher est un impact player complet. Attaquant en constante progression et bon défenseur, il est en quelques matchs devenu avec Justice Winslow la coqueluche de la Heat Nation.

En l’absence de Gérald Green, il s’est vu attribuer des responsabilités au scoring et à su répondre présent quand on a fait appel à lui et ce même dans le money time. Même s’il est encore tôt il a déjà marqué les esprits en tuant le match face à Utah. Sera t-il capable de jouer à ce niveau toute la saison? Les fans du Heat l’espèrent et lui aussi.

MWP smallMetta World Peace (LA Lakers, « SF-PF »)

Stats: 7 points 2 rebonds 1 passe en 20 minutes

 

En quittant la ligue par la petite porte après une piètre saison chez les New-York Knicks, feu Ron Artest semblait perdu pour le basket ball de très haut niveau. Blessé puis parti en Chine, il est signé à la surprise générale pour intégrer le training camp des Lakers avec lesquels il a gagné 2 titres dans le passé. Arrivé blessé, il aura raison du jeune Anthony Brown, coupé avant le début de la saison.

Dans une équipe moribonde et en crise de résultats, Metta World Peace est l’un des seuls à rester digne du maillot qu’il porte et ce pas par les points qu’il marque mais par son attitude sur le parquet. Il est en forme, bouge bien et n’a pas peur de faire les effort collectif pour faciliter le travail de ses coéquipiers. Le lui rendront-ils?

ish_smithIsh Smith (New-Orleans Pelicans, « PG »)

Stats: 10 points 3 rebonds 8 passes en 29 minutes

Célèbre journeyman, Ish Smith en est à sa 9 ème franchise depuis son arrivée dans la ligue en 2010. Plus connu pour sa vitesse balle en main que pour ses qualités basketballistiques, Smith profite pour l’instant très bien de l’hécatombe dans le secteur arrière de la Nouvelle-Orléans. Arrivé au début de la saison pour faire le nombre, il a déjà réalisé de belles performances sous ses nouvelles couleurs.

Parmi les meilleurs passeurs de la ligue, Ish Smith semble avoir beaucoup progressé sur le pick and roll mais aussi dans sa gestion du ballon. Ses décisions ne sont pas toujours bonnes; malgré tout, il arrive à bien limiter le déchet dans son jeu (2 pertes de balle pour 8 passes en moyenne). C’est peut-être la bonne saison pour se stabiliser, voire gagner un contrat sur plusieurs années.

tj_mcconnellTJ Mc Connell (Philadelphie 76ers, « PG »)

Stats: 7 points 5 rebonds 7 passes en 29 minutes

Non drafté à sa sortie d’Arizona, TJ Mc Connell est une sorte de Steeve Blake 10 ans après. Meneur de jeu à l’ancienne, il se mue en véritable chef des parquets. Formé à Arizona il a vu défiler au fil des années quelques prospects les plus talentueux de ces deux dernières années (Aaron Gordon, Stanley Johnson). Jugé trop lent, pas assez physique et incapable de s’adapter au jeu professionnel, TJMC12 est en train de faire taire ses détracteurs.

Pour l’instant, ses qualités de passeur n’ont pas permis à sa franchise de décrocher le moindre succès; pourtant, il est l’un des seuls à surnager dans une équipe qui a perdu 21 matchs consécutifs (série en cours) à cheval sur 2 saisons. Grâce à son expérience universitaire (5 ans) et son QI basket au dessus de la moyenne, le voici à la tête de l’équipe où il n’a qu’a faire briller les prospects que sont Okafor, Noel et Stauskas.

Josh PowellDwight Powell (Dallas Mavericks, « PF-C)

Stats: 10 points 8 rebonds en 22 minutes à 54%

Drafté par les Hornets il y a tout juste un an sans avoir la chance de beaucoup jouer, le voilà à Dallas où il est littéralement en train de se faire connaître. Arrivé pour le training camp,  il saisit crânement sa chance au grand bonheur de coach Carlise. 3ème scoreur de l’équipe, 2ème rebondeur et 1er contreur il est de plus en plus impliqué dans le jeu de son équipe.

Cette saison Dwight Powell est l’energizer de Dallas. Il reprend un rôle occupé par Stoudemire ou Brandan Wright avant lui. Sa mission, être l’homme in the middle tout en étant une menace près du cercle. Pour l’instant, il le fait très bien comme le montre sa shotchart (66 shoots sur 90 dans l’axe du panier), cela avec une belle réussite de 60,6% dans l’axe. Merci qui? Merci Rick Carlise?

 

Mentions: Garrett Temple (Washington Wizard « PG-SG »), Glen Robinson III (Indiana Pacers, « SG-SF »), Montrezl Harrell (Houston Rockets, « PF-C »), John Leuer (Phoenix Suns, « PF-C)

A vos claviers, d’autres « underdogs » à nous communiquer? Exprimez-vous en commentaire

[poll id= »19″]

Auteur : ThomasF

Intéressé par la nba depuis tout jeune, c'est le dunk de Vince Carter sur Fred Weiss qui m'a définitivement fait basculer. Amoureux du jeu old school notamment celui prôné par les Kings de 2002, j'ai au fur et à mesure appris à cultiver ma culture basket jusqu'à aujourd'hui m'intéresser aux statistiques avancées. Fan de Paul Pierce, de Brandon Roy mais surtout des Memphis Grizzlies, j'ai rejoint le site en début 2013, et je vis ma passion au quotidien avec mes acolytes.

4 réflexions sur « Sortis de nulle part, ils sont en train de se faire un nom »

  1. Très bon article.

    J'aime bien TJ Mc Connell. Je me rappelle quand je scoutais RHJ et Stan Johnson, toujours me demander pourquoi il n'apparaissait pas dans les mocks drafts. Dans une vraie équipe (donc pas les 76ers actuellement), il a le jeu pour être un solide backup. Il joue juste. Très juste même. C'est un peu un Kendall Marshall avec un shoot. Le bémol, c'est son manque de qualité athlétique (j'ai d'ailleurs rarement vu un joueur aussi peu athlétique). Un solide backup.

    Compte tenu de son début de saison, j'ai presque envie de dire que ce bon vieux Kristaps Porzingis pourrait être présent. Certes c'est le quatrième choix mais on parlé très peu de lui. On en attendait encore moins (surtout chez les Knicks fan). Et le voilà propulsé superstar de New York.

  2. Vraiment sympa l'article

    McConnell je te suis entièrement, d'ailleurs je l'adorais à Arizona et c'était vraiment le maestro de l'équipe (il me fait penser à Aaron Craft, c'était le même joueur à Ohio State y a 2 ans, il a fait des matchs avec GSW l'an passé si je me souvient bien).
    Sinon Green oui c'est vraiment pas mal, mais il bouche Jarell Martin, qui jouait à LSU l'an passé et que j'adorait…
    Johnson c'est un super joueur aussi, athlétique et incisif, et puis Metta bah il défend donc il est utile, surtout quand ta des Nick Young et des Louis Williams a côté, des joueurs d'un demi terrain, je sais pas pourquoi mais ils connaissent pas la partie où il faut défendre.

    Je pensais aussi à un Marcus Morris aux Pistons (même si on connait son potentiel), à Rodney Hood (que j'adore depuis sa sortie de Duke, c'est un Michael Redd 2.0) ou encore et là çà me fait plaisir à un Jeremy Lamb ou un T.J. Warren, deux scorers qui n'étaient pas dans le bon roster ces dernières années mais qui sont de réels talents.

  3. Merci bien!

    Je te rejoins pour Mc Connell. Je l'ai connu à l'époque de la cuvée 2014, avec Nick Johnson, Gordon et Ashley et j'ai été bluffé par son sens de l'organisation. Phily a mis la main sur un bon back-up en attendant son meneur titulaire!

    Pour Kristaps même s'il est meilleur qu'attendu, il a été drafté en 4ème position et possède un contrat garanti. Tout le contraire des joueurs dont j'ai parlé qui n'était même pas certains d'être conservé après ne training camp!

  4. Merci pour ce commentaire!

    Assez d'accord avec toi pour Mc Connell et Craft, effectivement, il y a des liens dans leurs façons de jouer!

    Green est assez impressionnant mais Martin est blessé au pied. Martin a été drafté pour prendre le relais de Z-bo car il possède un potentiel offensif rare avec des qualités athlétiques hors normes! Voila longtemps que Memphis n'a pas eu un prospect aussi talentueux!

    Pour les joueurs que tu as cités, c'est vrai qu'ils explosent mais ce sont des joueurs sous contrat. Certains d'entres eux feront l'objet d'un article spécial dans les semaine à venir :)!

Les commentaires sont fermés.