Sam Hinkie : High risk high reward

Le soir de la draft, alors que la folie avait pris le dessus sur le rationnel, le premier trade de la soirée a quelque peu secoué tous les acteurs de la NBA, étonné de voir Nerlens Noël encore là après le top 5 quelques uns commençaient à rêver d’une association made in Kentucky avec Anthony Davis chez les Pélicans. Ces espoirs allaient vite laisser la place à une surprise suivie d’une incompréhension encore plus grande, les bruits de couloir faisait état d’un transfert entre les Sixers et les Pélicans, surtout ils concernaient le meneur all star Jrue Holiday, et après quelques minutes les détails du trade suivirent :

Sixers = arrivée de Michael Carter-Williams, de Nerlens Noël et d’un tour de draft protégé (top 5) en 2014

Pélicans = arrivée de Jrue Holiday et le 42 ème choix 2013

A première vue le départ d’un all star en la personne de Jrue Holiday n’a pas été compris par tout le monde, pour une équipe en pleine reconstruction perdre un tel meneur paraît une belle absurdité sauf que la contrepartie peut faire décoller la franchise, une chose que n’arrivait pas à faire Holiday. Bien sûr l’année prochaine risque d’être compliquée pour les sixers qui peuvent oublier leur rêves de playoffs et qui risque de voir le Wells Fargo Center abandonner par leur fans. Néanmoins le pari tentait par Hinkie ne s’arrête pas à l’année prochaine et le risque en vaut la chandelle.

2013-2014 : une année d’apprentissage et de transition

Exit Jrue Holiday, franchise player d’une équipe entre deux eaux, et voilà Michael Carter-Williams à la barre. Je ne suis pas fan de l’ex Orange qui est loin d’être prêt pour la NBA, néanmoins Hinkie a prévu une année entière pour que le meneur poursuive sa formation. Grand ami de Noël, « MCW » a été choisi pour sa capacité à rechercher ses intérieurs dans les pick&roll et surtout pour sa taille qui a fait saliver tous les scouts. Les sixers risquent de souffrir à la mène mais dans deux saisons il en sera peut être autrement. On peut dire la même chose à l’intérieur où les sixers avaient tellement d’espoir après l’arrivée d’Andrew Bynum vite douché par la santé défaillante de l’ex angelinos. Hinkie n’en veut plus et après la draft il a réussit, via ce coup de maître, à faire venir un Nerlens Noël qui avait passé une des soirées les plus longues de sa vie. Noël devrait être opérationnel en décembre, mais là encore rien ne presse pour lui puisque le but du futur exercice est surtout de faire découvrir la NBA au jeune duo. A noter que la complémentarité entre Noël et Young pourrait être très intéressante pour l’avenir.

Sans Holiday Evan Turner aura encore plus de responsabilité et si il déçoit depuis son arrivée en NBA ce sera peut être sa dernière chance de convaincre ses dirigeants non pas de son talent mais bien de sa capacité à briller à Philadelphie.

Une cible de choix : la draft 2014

Annoncé comme la meilleure draft depuis longtemps, la prochaine cuvée risque de faire tourner quelques têtes parmi les dirigeants NBA. Et ce qui est sûr et certains c’est que Hinkie a déjà mordu à l’hameçon. Il y a fort à parier que l’année prochaine les Sixers vont truster les dernières places de la conférence Est, au même titre que les Bobcats. Cependant avec la perte de Holiday les Sixers misent sur le top 3 voir le first pick, dans le même temps Hinkie regardera avec intérêt la saison des Pélicans dans l’espoir de les voir en difficulté mais pas trop … en effet la pièce la plus intéressante pour les Sixers est bien sûr le tour de draft 2014 des Pélicans. Protégé si ceux-ci terminent la lottery dans le top 5 il y a de bonnes chances qu’avec l’arrivé d’un all star la troupe de Monty Williams gagnent quelques rangs. A cette stratégie il faut ajouter le cap space soit l’argent que les Sixers pourront utiliser lors de la free agency qui suivra cette draft. Avec une équipe très jeunes il ne serait pas étonnant de voir les Sixers réaliser un gros coup l’année prochaine en attirant un gros poisson.

L’objectif est bien entendu de disposer de deux choix de draft dans le top 10, et avec le niveau de la prochaine cuvée il y a fort à parier que ceux qui se moquent des Sixers aujourd’hui le regretteront dans un an …

10 Comments

  • clempo

    Super article

    Pour la forme, c’est bien écrit, agréable à lire et je n’ai relevé qu’une faute

    Pour le trade, je le trouve gagnant-gagnant. Hinkie (c’est lui je crois) avait annoncé que Bynum ne faisait plus partie des plans et il a bien raison, on ne se fout pas de la gueule d’une franchise comme ça. Le projet est maintenant sur long terme avec MCW, Noel et les 2 TDD 2014. Young et Turner sont encore jeunes aussi et j’aimerai bien voir ce que donne Moultrie. Les sixers ont de la place sous le cap pour les prochaines années et je les vois bien être patient jusqu’en 2015 avant de faire mal sur la free agency, sauf si un miracle se présente l’année prochaine. Cette année servira à responsabiliser MCW, donner les clés à Turner et intégrer Noel à son retour de blessure. L’année prochaine Noel confirmera son importance et les 2 nouveaux prospects seront intégrés dans le roster. Une fois que tout le monde aura compris quelle est sa place, l’équipe aura un roster sexy et rempli de contrat rookie. Une superstar et de bons benchers pourront s’ajouter et en peu d’années Phila pourra être un candidat au titre si tout se passe bien. Mais attention à ne pas se précipiter et prendre les choses une par une.

    Pour NO, ils ont maintenant un super roster et plus particulièrement un super backcourt. Ils tourneront à 3 aux postes 1 et 2 entre Holiday, Evans et Gordon (si Gordon ne sert pas de money d’échange). Rivers semble avoir la confiance des dirigeants et il aura moins de pression par les défenseur. L’arrivée d’Anthony Morrow est également un super coup, il jouera sûrement la plupart du temps en 3. A l’intérieur Davis confirme et a un très gros potentiel, il faut juste espérer qu’il ne se blesse pas. On a entendu Ryan Anderson sur le départ dans les dernières rumeurs mais ce ne serait que si Gordon est échangé contre un bon intérieur. J’ai par contre plusieurs interrogations concernant les Pelicans : pourquoi avoir dégagé Aminu alors que deux gros scoreurs sont arrivés ? Il est le profil parfait pour une équipe ayant un backcourt si offensif. Et la pauvreté au post 3 fait que je ne comprends pas du tout son échange, surtout contre des TDD de second tour… Autre question : que vaut Jeff Withey ?

  • nashinHOF

    Jeff est une bonne rotation au poste de pivot, il a effectué de remarquable progrès depuis son arrivée en NCAA. Il ne faut pas oublier qu'il a commencé le basket assez tard, avant c'était un volleyeur et grâce à ça il a développé un footwork assez convainquant. Défensivement il peut apporter d'entrée de jeu, offensivement ce n'est pas olajuwon mais il possède un bon timing sur les coupes et possèdent de bonnes mains donc à côté d'un joueur qui sait jouer les P&R il sera efficace.

    Bref une bonne recrue.

  • nashinHOF

    je pense que tout le monde voyait davis comme un PF (et dire qu'il a démarré meneur !) c'est juste que les pélicans n'avaient pas grand monde à ce poste là l'année dernière. De toute façon il risque de jouer encore pivot cette année puisque pour son année rookie Jeff ne pourra être efficace que sur des piges de 15-20 minutes.

  • Casi-fo

    Trés bon article qui traite bien les aspects du trade 🙂

    Je partage ton avis, de toute façon depuis une décennie ou presque on végétait dans la médiocrité, ni bons, ni mauvais, un peu dans le middle of nowhere de la NBA… Après le trade pour Bynum j'aurais aimé qu'on en sorte par le haut, mais ça sera par le bas, à voir la suite, maintenant il ne faut pas se tromper car la reconstruction peut être longue comme ce fut le cas lors de la décennie 90 ou l'on a accumulé les choix parmi les plus hauts, et pour la plupart ce fut vain…

Comments are closed.