[Prospect de la semaine] Henry Ellenson

Chaque mercredi, Dunkhebdo vous propose une fiche de présentation présentant les forces et faiblesses d’un des meilleurs joueurs NCAA en prévision de la future draft.

Fiche présentation Henry Ellenson:

Poste : Ailier Fort/Pivot

Taille: 2.08m

Poids : 88 kilos

Date de naissance : 13 janvier 1997 (19 ans)

Université: Marquette

Présentation:

Ben Simmons n’est pas le seul freshman star qui aura connu une saison difficile. Henry Ellenson n’aura pas non plus réussi à amener sa fac (Marquette) à la March Madness malgré une très bonne saison. Loin de provoquer une hype comparable à certains autres prospects, sa place dans le top 10 de la future draft est pourtant pratiquement acquise. Dans notre dernière mock draft, il avait été choisi à la huitième place. Analyse du joueur le plus sous-médiatisé de cette draft.

Ellenson est l’archétype de l’ailier fort old-school. Il est puissant, robuste et a de longs bras. Officiellement, il est listé à 2m08 mais cette mesure date de 2014. Quand on le voit sur le terrain, face aux autres intérieurs, il est clair qu’Ellenson est au dessus des 2m10. Ce qui pose inévitablement la question de son poste en NBA. A Marquette, il occupait le poste d’ailier fort mais en NBA il pourrait bien basculer vers le poste de pivot. Une position qui lui permettrait de moins souffrir de son manque d’explosivité et de vitesse mais où la dimension athlétique des pivots modernes pourrait aussi lui poser problème. Ellenson est un peu un tweener. Son poste en NBA dépendra sans doute de l’équipe qui le draftera. Paradoxalement, malgré son manque d’explosivité et de vitesse, c’est un joueur mobile sur le terrain et qui se déplace bien.

Offensivement, Ellenson a sans doute était le freshman le plus constant cette année. En 33 matches avec les Golden Eagles, il a inscrit plus de 10 points 32 fois. Son seul match en dessous de la dizaine est arrivé au cours de sa troisième rencontre contre Iowa, une équipe bien plus forte que Marquette. S’il est aussi dangereux offensivement c’est avant tout grâce à un arsenal offensif développé. En premier lieu on trouve son tir extérieur. Sa réussite est peut-être fluctuante (28% de réussite à trois points cette année) mais son potentiel d’intérieur qui écarte les défenses est visible. Sa mécanique est très bonne et surtout fulgurante.

Ellenson 3 points

Cette action dévoile une autre grande force d’Ellenson offensivement: ses appuis. Que ce soit dos au panier ou, comme c’est le cas ici, au large, il a la possibilité de mettre a mal les défenseurs uniquement grâce à son footwork très avancé pour un joueur de son âge. L’arme préféré de l’intérieur en attaque est le turnaround jumper. Il en tente plusieurs fois par matches et en marque la plupart. Ellenson réussit souvent ce shoot car sa panoplie de mouvements dos au panier est assez développée pour maintenir son vis-à-vis dans l’incertitude. De plus, son dribble est très bon pour un intérieur et lui permet de faire payer les intérieurs qui sortent sur son shoot.  Par la suite, il devra apprendre à un peu moins prévisible et a moins constamment opter pour le turnaround jumper.

Le vrai point faible d’Ellenson offensivement c’est l’efficacité. Certes, son année à Marquette a était excellente de par sa constance au scoring mais sa réussite au shoot a était beaucoup plus incertaine. La tendance qu’à Ellenson à s’écarter du cercle constitue à la fois ce qui le rend intéressant et ce qui affecte négativement son efficacité. A trop vouloir s’écarter du cercle, il refuse les shoots à haut pourcentages à l’intérieur pour des positions plus incertaines au large. Son pourcentage de réussite en est forcément altéré. Pour devenir un scoreur plus efficace, le prospect doit apprendre à améliorer sa sélection de shoot.

Défensivement, Ellenson souffre contre les intérieurs plus rapides et plus athlétiques. Il se fait malmener dans la raquette et a souvent dû mal à assurer sa position au poste. Il est encore plus en difficulté quand on l’oblige à défendre à l’extérieur là où son manque de vitesse est encore plus évident. Cependant, certains on tendance à le sous-estimer dans ce domaine et en faire un «mauvais défenseur» alors que c’est plus un défenseur correct, en dessous de la moyenne c’est certain, mais pas mauvais. Il compense parfaitement son déficit physique par son intelligence de jeu, ce qui devrait lui permettre de bien s’intégrer s’il est drafté par une équipe à la forte défense collective. Il sait quand il doit aider, trapper ou switcher mais son manque de qualité athlétique ne lui permet pas toujours corriger ce qu’il voit.

Outre sa capacité à écarter les défenses, l’autre grande qualité d’Ellenson c’est son impact aux rebonds (9.7 rebonds de moyenne à Marquette cette saison, leader de la Big East dans cette statistique). Le freshman est très bon dans l’anticipation et calcule les angles. Par conséquent, il bat déjà beaucoup de ses vis-à-vis, disciples de Charles Barkley, qui foncent comme des brutes. De plus, il oublie rarement de mettre son corps en opposition. A l’image du secteur défensif, il pêche quand il est opposé à des joueurs plus physiques et explosifs.

Notre avis

Henry Ellenson est le prototype du sterch four, cet ailier-fort capable d’écarter les défenses avec son shoot. Son efficacité, sa sélection de shoot et sa défense sont des secteurs de son jeu qui sont toujours en chantier. Il devrait être en difficulté ses premières années en NBA mais une carrière de solide titulaire NBA lui semble promise.

Globalement, pour un joueur de 19 ans, Ellenson a de quoi plaire.

Fit

La draft s’approchant, il est temps de voir dans quelles franchises les prospects présentés pourront jouer. Le fit parfait pour Ellenson se trouve du côté de Minnesota, qui va vraisemblablement choisir dans le top 7.  Il apporterait du spacing et du shoot extérieur aux Timberwolves. Son association avec Karl-Anthony Towns permettrait de masquer ses lacunes défensives, tout en offrant une meilleure solution au poste d’ailier fort que Gorgui Dieng qui a montré ses limites en tant que titulaire.

Avec un choix si haut, les Timberwolves pourraient être tentés par un prospect à plus fort potentiel qu’Ellenson. Dans ce cas, à la fin du top 10, des équipes comme les Raptors, les Kings ou les Bucks, qui ont toutes besoins d’un ailier fort, pourraient accueillir Ellenson.

2 Comments

  • patsnation1996

    "Go get the money !"

    Voila à quoi doit penser Ellenson cet été, car il a clairement le talent pour être pris haute en juin prochain. D'ailleurs si ont regarde son poste, celui d'un intérieur scorer au large (comme tu le précises Ben, son poste n'est que temporaire, le jeu NBA va le forcer a changer), et bien premièrement il n'y en a pas des masses cette année (Zimmerman de UNLV, Ben Bentil de Providence) et surtout pas mal d'équipes sont à la recherche de ce type de profil (T-Wolves bien entendu, Sacramento, Utah…), ce qui est un super concours de circonstance pour lui.

    Mais il pourrait progresser un peu dans sa défense en restant à Marquette, sa défense collective aussi avec des erreurs de placements et aucun impact… Et puis peser en NCAA ça pourrait lui permettre de se créer un rôle de leader vocal, ce que recherche de plus en plus les franchises NBA.

Comments are closed.