[Prospect de la semaine] Jakob Poeltl

Chaque mercredi, Dunkhebdo vous propose une fiche de présentation présentant les forces et faiblesses d’un des meilleurs joueurs NCAA en prévision de la future draft.

Fiche présentation Jakob Poetl:

Poste : Pivot

Taille: 2.13 mètres

Poids : 112 kilos

Date de naissance : 15 Octobre 1995 (20 ans)

Lieu de naissance: Vienne (Autriche)

Université: Utah

Présentation:

La hype. Quand on parle de prospects et donc de futurs draftés, difficile de passer à côté d’elle. Parfois, à trop vouloir tempérer la hype autour d’un prospect on en vient à le dévaluer (comme avec Andrew Wiggins). Ce n’est pas le cas de Jakob Poeltl avec qui la hype est démesuré et sans fondement.

Avant d’étudier un prospect, j’ai l’habitude de me renseigner quelque peu sur l’objet de mon analyse. Pas profondément, pour éviter les a priori, mais suffisamment pour savoir à qui j’ai à faire. Quand ce fût le tour de Jakob Poeltl…surprise. Pléthore de commentaires positifs. De quoi donner l’eau à la bouche au fan NBA, qui a toujours dans un coin de la tête la possible autosatisfaction d’être un des premiers à connaitre le nom d’une future superstar. Quelques matches visionnés plus tard, c’est la sensation d’avoir était trompé qui s’installe.

Par où commencer ? Peut-être pas les qualités de Poeltl: sa taille, ses passes et sa défense (mais moins que l’on veut vous faire croire). Oui, c’est très peu.

Poeltl fait 2m13, c’est le fameux 7 footer dont rêvent certains GM la nuit. Physiquement, en dehors de ça, c’est tout ce qu’il y a de plus moyen. Certains analystes le disent athlétique, mais en se basant sur l’impression qu’il laisse contre ces adversaires de la Pacific 12. Sans manquer de respect aux joueurs de la Pacific 12, le niveau d’opposition qu’ils proposent et à mille lieux du niveau NBA. Poeltl domine physiquement en NCAA, ce ne sera plus le cas en NBA. Il n’est pas encore taillé pour lutter dans une ligue avec Andre Drummond, DeMarcus Cousins, Dwight Howard, DeAndre Jordan etc…De même, on a vanté sa capacité à bien se déplacer sur le terrain. Il se déplace plutôt bien sur le terrain mais on est loin du niveau d’un Willy Cauley-Stein qui vole sur le parquet. En NBA (parce que c’est tout ce qui compte), il sera, encore une fois, dans le moyenne.

L’autre grand point fort de Poeltl selon les médias: sa défense. Dans les chiffres, c’est vrai, avec lui l’université d’Utah est devenu la sixième défense du pays. Ses 8.6% de tirs bloqués le placent dans les meilleurs du pays. Mais la réalité des chiffres et encore une fois loin de celle du terrain. Poeltl n’est pas un mauvais défenseur, loin de là (cet présentation n’est pas un défouloir) mais encore une fois il est très loin du niveau qu’on lui donne dans les médias. C’est un bon rim protector qui sait quand il faut aider ses coéquipiers. Il est aussi capable de s’écarter du cercle pour défendre sur les extérieurs, mais ça c’est plus rare. Bref, c’est un « bon » défenseur et non pas un « très bon » défenseur.

Ce qui est plus surprenant, c’est qu’un des (rares) vrais points forts de ce prospect est souvent occulté: ses passes. Pour un grand, il dispose d’un bon sens du jeu et peut faire payer les défenses un peu trop laxistes.

Pour le reste de l’attaque, là il y a consensus. Comme beaucoup de jeunes pivots de son âge, il n’a pas encore développé un bon jeu dos au panier et la majorité de ces points sont glanés grâce à des dunks. Ses 44.5 % de réussite aux lancers-francs sont le symbole des progrès qui lui reste à faire.

Notre avis

Ce qui est vraiment marrant dans cet écart entre les médias et cette présentation, c’est que malgré avoir empruntés des routes différentes, on en arrive à la même conclusion: Poeltl ressemble beaucoup à Omer Asik. Plus que le fait qu’ils soient tous les deux blancs, pivots et atroces à regarder en attaque, la comparaison est vraiment crédible en défense. Asik n’a pas le sens de le passe de Poeltl mais il est plus massif que le natif de Vienne. En dehors de ça, ces deux joueurs peuvent rapproché.

Reste à savoir à quelle place de la draft un double d’Omer Asik peut prétendre ? Les médias disent dixième. Je dis, au maximum, vingtième.

Auteur : Benjamin Ringuet

Créateur de Dunkhebdo en août 2012. Architecte de notre podcast éponyme, auteur de la plupart du contenu draft et bien plus encore. Ne supporte aucune équipe et déteste probablement la tienne. Allergique aux nostalgiques de l'âge d'or de la ligue. Pape du small ball. «Patron relou mais grave kiffant» selon un des rédacteurs.