[Prospect de la semaine] Dragan Bender

Chaque mercredi, Dunkhebdo vous propose une fiche de présentation présentant les forces et faiblesses d’un des meilleurs joueurs NCAA en prévision de la future draft.

Fiche présentation Dragan Bender:

Poste : Ailier-fort

Taille: 2.15m

Poids : 98 kilos

Date de naissance : 17 Novembre 1997 (18 ans)

Pays: Croate

Equipe: Maccabi Tel Aviv

Présentation:

 

Une classe de draft faible, des freshmens qui déçoivent et le phénomène Kristaps Porzingis, la conjoncture actuelle ne pourrait pas être plus parfaite pour Dragan Bender. Le croate sera la meilleur européen de la prochaine draft (s’il se présente). Poste 4 européen, Bender est-il le nouveau Porzingis ou le nouveau Jan Vesely ?

Alors qu’il n’a pas encore fini sa croissance (il n’a que 18ans), Bender culmine déjà à 2m15. Une taille qui pourrait faire de lui un pivot sans cette carrure chétive. Durant les semaines avant la draft 2013, Nerlens Noel avait été pointé du doigt pour ses « petits » 105 kilos sur la balance. Quatre centimètres plus grand, Bender pèse 7 kilos de moins. Une fois arrivé en NBA, où les programmes de musculation sont intensifs, il pourrait gagner de la masse musculaire, à l’image d’un Kristaps. Il reste que actuellement, quand il se déplace sur un terrain, Bender dégage la sensation d’être un tige mouvante. Une tige qui se déplace très vite. Pour un joueur de sa taille, il est très fluide dans ces déplacements et possède une belle pointe de vitesse. Sa vitesse lui permet de défendre bien face aux extérieurs. Sur pick and rool, il peut défendre soit sur le porteur de balle en sortie d’écran soit sur le poseur d’écran. Pour un ailier fort, Bender est vraiment un fantastique défenseur extérieur. Paradoxalement pour un intérieur, Bender est un bien meilleur défenseur extérieur qu’intérieur. Quand il doit se frotter aux intérieurs dans la raquette, Bender est vite en difficulté. Trop léger, un peu soft, et pas explosif, il peine à contenir les meilleurs intérieurs de l’euroligue. Face aux extraterrestres de la NBA, la difficulté sera décuplé. D’où le besoin pour lui de gagner du muscle.

Si Bender est largement considéré comme un des meilleurs prospects c’est grâce à son immense science de la passe. L’on est pas encore au niveau de Ben Simmons qui possède une science du jeu inné, mais Bender peut légitimement devenir un point forward. Un poste 4 qui mène le jeu, un peu comme Lamar Odom durant sa faste période avec les Lakers. Le croate est un excellent passeur qui sait jouer simple. La simplicité dans le jeu est une qualité très rare chez les jeunes joueurs qui ont souvent la défaut de trop vouloir en faire. Ses 2m15 lui permettent de voir au dessus de la défense et de pouvoir distiller des passes précises.

En attaque, Bender est plus un facilitateur qu’une menace. Malgré des pointes qui ont fait couler beaucoup d’encre (notamment un match à 43 points et 21 rebonds en Euroligue junior) Bender n’est pas un scoreur. Comme en défense, la raquette lui est hostile. Ce n’est pas un bon finisseur dans la raquette et son jeu au poste est basique (pour ne pas dire inexistant). Malgré des bonnes mécaniques de shoot et des pourcentages en progression cette saison, Bender reste un piètre shooteur extérieur. Voilà de quoi arrêter toute comparaison avec Porzingis. Comparaison qui n’a aucun sens les deux joueurs n’ayant comme seuls points communs d’être jeunes, grands, blancs et originaires des pays de l’Est (attendez-vous donc à beaucoup de comparaisons entre eux de la part d’américains nombrilistes). Un détail qui le rend sans doute moins efficace à l’extérieur c’est sa lenteur à prendre la décision de shooter. Quand il reçoit le ballon il tergiverse et prend trop de temps pour dégainer.

Beaucoup d’aspects du jeu de Bender laisse croire que c’est un extérieur bloqué dans un corps de géant de 2m15. Le rebond en fait partie. Le jeune joueur rate des box-outs et se fait dominer physiquement. Il pâtit encore de son manque d’explosivité face à des intérieurs plus vifs.

Notre Avis

Jonathan Giovany, le patron du site DraftExpress, a récemment déclaré que Dragan Bender était meilleur que Kristaps Porzingis au même âge…

A vous de jugez, mais ce qui est certain c’est que Dragan Bender n’est en rien prêt pour la draft NBA. Pas en 2016 en tout cas. Le talent est là, c’est certain, mais il n’est clairement pas prêt. Quand on sait la difficulté qu’on certains frehsmans à s’adapter au jeu NBA, l’arrivée d’un frêle européen de 18 ans chez les professionnels bodybuildés peut inquiéter. A l’image d’un Dario Saric, Bender devrait attendre encore une ou deux années en Europe avant de faire le grand saut.

Cependant, le momentum pouvant être difficilement plus favorable à sa déclaration à la draft, Bender pourrait bien être de la partie cette année. On l’annonce alors parmi les 5 premiers choix.

3 Comments

  • Be Beer - CeltSully

    Article très interéssants sur le prospect "mystère" de la draft pour moi qui me concentre essentiellement sur la NCAA.
    Je vous trouve néanmoins super dur sur ce jeune joueur en compa' de ce que j'ai pu lire sur lui.
    Qu'en est il de ses stats? Je sais qu'il joue peu.

    La rumeur court qu'il pourrait etre prêté la saison prochaine pour avoir enfin du tdj. Affaire à suivre.

  • Merci pour le commentaire.

    Comme tu l'as dit ses stats (3pts, 1.7reb à 49% aux shoots) ne traduisent pas grand chose étant donné son faible temps de jeu.

    Ce profil peut être vu comme dur mais c'est un peu l'idée des prospects de la semaine, pas tomber dans le fantasme autour de joueur de 18 ans qui ont parfois une hype monstre. Je suis parti du principe que mon équipe imaginaire le draftait en Juin et qu'il devait l'intégrer la saison prochaine. Et dans ce cas-ci il n'est absolument pas prêt. Pas du tout.

    Le fait qu'on l'annonce dans le top 5 me parait lunaire mais traduit aussi la faiblesse de cette cuvée.

Comments are closed.