[Prospect de la semaine] Denzel Valentine

Chaque mercredi, Dunkhebdo vous propose une fiche de présentation présentant les forces et faiblesses d’un des meilleurs joueurs NCAA en prévision de la future draft.

Fiche présentation Denzel Valentine:

Poste : Arrière

Taille: 1.96 mètre

Poids : 100 kilos

Date de naissance : 16 Novembre 1993 (22 ans)

Lieu de naissance: Lansing (Michigan)

Université: Michigan State

Présentation:

Contrairement aux trois derniers joueurs disséqués dans cette chronique, Denzel Valentine est surement connu par les fans NBA. D’abord parce que, il y a 9 mois, le jour de la Saint-Valentin, il a inscrit un shoot au buzzer pour faire gagner son équipe contre Ohio State. Denzel Valentine star le jour de la Saint-Valentin, ça ne s’invente pas. Puis, il y a seulement quelques jours, dans un match au sommet contre l’Université de Kansas, il a réussi un triple double (29 points, 12 rebonds et 12 passes décisives). Une performance que seuls trois Spartans avaient réussi: Magic Johnson, Charlie Bell et Draymond Green. Il y a pire comme compagnie. D’ailleurs, Valentine a un peu de ces trois joueurs dans son jeu.

Physiquement, Denzel Valentine est très loin de ses trois aînés. Il mesure la bonne taille pour un arrière (1m96), si l’on pense encore que les postes sont soumis à un critère de taille. Mis à part cela, il est très loin d’être un joueur athlétique. Très très loin même. Ses déplacements latéraux sont très lents et c’est pareil pour sa vitesse en contre attaque. Il n’est pas non plus très puissant ni aérien. C’est un joueur près du sol qui souffrira physiquement en NBA face à des professionnels souvent très athlétiques.

Loin d’être parmi les monstres physiques qui sont souvent dépeint dans cette rubrique, Valentine est un joueur intelligent qui s’illustre en attaque. C’est l’archétype de la triple menace (dribble, shoot et passe) tant en vogue actuellement en NBA. Là où le senior est très intéressant c’est qu’il maîtrise à la quasi-perfection chacun de ces aspects du jeu. C’est un excellent dribbleur qui, malgré qui n’évolue pas au poste de meneur, remonte souvent la balle et instigue les systèmes. Son shoot est parmi les meilleurs du pays (41% de réussite à trois points la saison dernière) et il n’a jamais peur de dégainer (mais vraiment jamais). Enfin, ce qui est plutôt logique sachant qu’il mène souvent le jeu et que Tom Izzo n’est pas sadomasochiste, c’est un excellent passeur qui sait trouver son coéquipier ouvert. Si sur le papier c’est un arrière, dans les faits, il a tout du meneur de jeu. A cause de ses qualités athlétiques moyennes (pour ne pas dire pire), ce n’est pas un bon slasheur ni un bon joueur de pénétration. Il prouve encore son intelligence de jeu en évitant de trop pénétrer ni de se rapprocher du panier, où il a du mal à conclure. Le Spartan préfère servir ses coéquipiers dans les bonnes conditions et user de floaters quand il se rapproche du panier.

Ce côté ultra complet fait que Tom Izzo (coach de Michigan State) n’a pas hésité à le comparer à Draymond Green. La comparaison est flatteuse mais justifié en attaque. C’est moins le cas en défense, comme nous allons le voir.

On le répète une énième fois: les joueurs qui ne sont pas athlétiques ne font pas des bons défenseurs. Même si ce propos est simpliste il a le mérite d’être vrai dans la grande majorité des cas. Denzel Valentine fait partie de ces cas. Ses fondamentaux sont bons mais il n’a pas le physique et, parfois, l’envie pour devenir un bon défenseur. Tom Izzo le décale parfois au poste d’ailier pour qu’il n’affronte pas les arrières adverses, beaucoup trop rapides pour lui. En NBA, il ne bénéficiera pas de pareille attention. Son manque de vitesse le rendra très vulnérable au niveau supérieur.

Notre avis

Denzel Valentine est un mystère. C’est paradoxal pour un senior qui entame sa dernière année de faculté. La conclusion qu’on peut tirer après toutes ses années c’est qu’il aura besoin d’être mis dans des bonnes conditions. Pour Valentine, ces bonnes conditions sont de disposer du cuir en attaque et d’être relativement caché en défense. Des franchises décident souvent de s’adapter aux draftés mais quand ces joueurs, souvent choisi hauts, peuvent faire changer une franchise. Or, Valentine, annoncé à la fin du premier tour, n’est pas de cela.

Le plus probable, c’est qu’il entame un carrière en Europe. Là où son jeu serait parfaitement adapté.

1 Comment

Comments are closed.