[Prospect de la semaine] Brice Johnson

Chaque mercredi, Dunkhebdo vous propose une fiche de présentation présentant les forces et faiblesses d’un des meilleurs joueurs NCAA en prévision de la future draft.

Fiche présentation Brice Johnson:

Poste : Ailier-fort

Taille: 2.08m

Poids : 104 kilos

Date de naissance : 27 juin 1994 (22 ans)

Université: North Carolina

Présentation:

Brice Johnson a connu la pire des fins pour sa carrière sous la tunique bleu ciel des Tar Heels. Un tir au buzzer miraculeux est venu ruiner ses espoirs de titre, un trophée qui serait venu conclure une année exceptionnelle pour celui qui a été nommé dans la First Team All-American (équivalent universitaire de la First Team All-NBA). Après quatre années passées à Chapel Hill, Johnson va débarquer en NBA avec un profil intriguant.

Brice Johnson est listé à 2.08m. Mais comme pour de nombreux prospects, cette mesure date de quelques années et donc surement obsolète. Quand on le voit évoluer sur le terrain, Johnson parait proche des 2.10m. On en sera plus au NBA Combine, événement auquel il va participer. La taille, un détail pour beaucoup de prospects, mais pas pour lui dont la position en NBA pose des questions. Ancienne star de saut en longueur au lycée (deux titres de son état), il possède logiquement explosivité, agilité et vitesse. Sa grande explosivité se matérialise aux rebonds où il est capable de multiplier les sauts. Côté négatif, il manque de puissance et de muscles.

Pas de problème, me direz vous, Brice Johnson est alors un ailier-fort. Il y a une dizaine d’années, oui. Dans une ligue qui s’écarte inexorablement vers l’extérieur, non. Le shoot extérieur est devenue une arme à avoir pour tout bon ailier-fort. Arme que Johnson ne possède pas. Pour preuve, il n’a pas tenté un seul tir à trois points de toute sa carrière universitaire ! Il est en train de se construire un tir à mi-distance qui doit encore gagner en constance pour que ses adversaires le respectent. La progression de son pourcentage aux lancers-francs (de 57% à 78% en quatre ans) témoigne d’un réel progrès au niveau du tir. Son arsenal offensif se compose principalement d’un hook main droite, sur lequel il se repose sans doute trop, faute d’autres mouvements dos au panier. La majorité des ses points Brice Johnson les obtient avec son travail dans la raquette, sur des points obtenus grâce à des rebonds offensifs, domaine où il sévit grâce à son explosivité. De par ses qualités athlétiques, c’est une vraie menace en transition où il peut accompagner les arrières pour conclure. L’ancien Tar Heel n’est donc pas le meilleur attaquant mais son jeu offensif est en progrès et surtout, conscient de ses limites, il est très efficace.  Sa sélection de shoots est très propre et lui permet d’afficher d’excellents pourcentages aux shoots (61% aux tirs cette année).

Défensivement, Johnson est un tweener mais dans le mauvais sens du terme. Son physique est trop frêle pour défendre les intérieurs puissants qui jouent en post-up, une espèce en voie de disparition. Ce n’est pas un rim protector, profil tant recherché par les dirigeants NBA. Cependant, il est aussi en difficulté quand il doit défendre contre les joueurs les plus fuyants, les fameux postes 3/4 hybrides qui envahissent la ligue. Toutes ces faiblesses, Johnson les contrebalance avec une vraie envie. C’est un joueur qui va revêtir un rôle d’energy guy, un coéquipier qui, sur de très courtes séquences, va apporter toute son énergie sur le terrain. Comme beaucoup de joueurs de ce profil, il lui arrive d’être hors de contrôle et de connaitre des sautes de concentration. Il a aussi tendance à trop chercher le contre en défense, sans doute un moyen pour lui de s’imposer et d’effacer son déficit physique. Son explosivité lui permet en revanche d’être un très bon intercepteur.

Notre avis 

Incapable de s’écarter (pour l’instant) ni de protéger la raquette, Brice Johnson ne possède pas les deux qualités à la mode chez les intérieurs. Son profil de tweener, difficile à projeter à un poste de pivot ou à un poste d’ailier fort, amplifie la méfiance des scouts quant à son avenir en NBA.

S’il ne sera surement jamais une star de la ligue, Johnson devrait devenir un joueur de banc, capable d’apporter son énergie dans un rôle de pivot remplaçant au sein d’une équipe au jeu rapide.