[Prospect de la semaine] Brandon Ingram


Chaque mercredi, Dunkhebdo vous propose une fiche de présentation présentant les forces et faiblesses d’un des meilleurs joueurs NCAA en prévision de la future draft.

Fiche présentation Brandon Ingram:

Poste : Ailier

Taille: 2.06m

Poids : 88 kilos

Date de naissance : 2 septembre 1997 (18 ans)

Université: Duke

Présentation:

Le physique de Brandon Ingram fait de lui un excellent prospect mais aussi un joueur atypique. Culminant à 2m06, il possède une envergure de 2m18 ! Des immenses bras qui impressionnent quand on le voit jouer pour la première fois et qui l’aident surtout dans les phases défensives. Seul hic, ses 88 kg  sur la balance (poids du Hoop Summit 2015). Un grand ailier avec des longs bras et très maigre, la comparaison avec Kevin Durant traverse forcément l’esprit. Une comparaison répétée par beaucoup. Or, elle est imparfaite. Le jeune Kevin Durant avait été mesuré au Combine à 96kg. Oui, le jeune prospect de Texas incapable de soulever les haltères au Combine pesait 8 kilos de plus qu’Ingram. L’ancien de Duke est donc vraiment très maigre voire squelettique. Un poids plume qui paie un vrai manque de puissance notamment en défense. Athlétiquement, Ingram n’est pas le plus impressionnant des prospects. Au niveau de la vitesse, de l’explosivité, de l’accélération ou de l’endurance c’est un prospect dans la moyenne. Ses longs bras et sa fluidité dans ses déplacements lui procurent cependant un avantage sur les autres ailiers.

C’est offensivement que Brandon Ingram est étincelant. Il shoote à 41% de réussite à trois points (5 tentatives de moyenne par match). Derrière la ligne à trois points, Ingram est un sniper, en particulier à 45°. Sa mécanique est propre et fulgurante.


Brandon Ingram 2 par dunkhebdo

Ce qui rend le long ailier vraiment effrayant en attaque c’est qu’il n’est pas juste un shooteur à trois points, c’est un formidable attaquant. Pour un joueur de sa taille, son dribble est excellent, digne d’un meneur. Il fait de lui un danger en pénétration où c’est un adepte du drive and kick (pénétration pour ressortir sur un shooteur). Ses deux petites passes de moyenne sont trompeuses car c’est un bon passeur doté d’une bonne vision de jeu. Cependant, pour les défenses, il est assez facile de défendre sur Ingram sur le drive. Il n’a encore aucun jeu dos au panier et, malgré des pourcentages correctes, il n’est pas friand du shoot à mi-distance. Donc, les finalités de ses drives sont limitées : une passe vers un shooteur ou une pénétration dans la raquette (où sa finition est encore imparfaite). En revanche, Ingram est un cauchemar à défendre au large. La longueur des ses bras et sa mécanique de shoot rendent sa défense pratiquement impossible, surtout en pénétration.


Brandon Ingram 1 par dunkhebdo

Autre point fort d’Ingram : sa réussite sur catch and shoot qui tutoie les sommets. Bref, en attaque, il est a quelques petites progressions près – notamment aux lancer-francs où il affiche seulement 68% de réussite ou sur son jeu en isolation – de devenir totalement inarrêtable. Un élément du jeu d’Ingram souvent sous-estimé c’est sa sélection de shoot qui est incroyablement propre pour un joueur de seulement 18 ans. Ingram ne force pas quand il est en échec et privilégie toujours les bonnes positions de tirs.

Défensivement, Ingram a le potentiel pour être un joueur dominant. Là encore, son immense envergure lui procure un réel avantage. Il est très dangereux sur les lignes de passes. Les porteurs de balles ont de grandes difficultés à passer la balle ou conclure en pénétration quand il les défend.


Brandon Ingram 3 par dunkhebdo

Ingram a le petit défaut de vouloir trop jouer l’interception et donc, concède parfois des paniers faciles. En défense, Ingram est le plus à l’aise contre les ailiers, contre lesquels il peut faire parler son agilité. En revanche, contre les plus rapides des arrières, il est plus en difficulté car sa vitesse et surtout son accélération ne sont pas élites. A l’intérieur, contre les ailiers-forts, poste où il a souvent évolué à Duke, il paie son manque de puissance et se fait écraser au poste. Des points faibles oui mais qu’Ingram peut corriger avec l’expérience. Surtout que son immense envergure lui donne un énorme avantage sur les attaquants. Pensez à ce qu’a pu faire Kevin Durant ces playoffs…

Un secteur du jeu où Ingram pourra dominer dans l’avenir se situe aux rebonds (6,8 rebonds de moyenne cette saison). En défense, il est très discipliné et oublie rarement de protéger le rebond mais, là encore, son manque de puissance lui coûte quelques rebonds, même si la plupart du temps il obtient le ballon.


Brandon Ingram 4 par dunkhebdo

En attaque, son envergure – oui ça commence à devenir répétitif – met beaucoup de défenseurs en difficulté. Après quelques années chez les professionnels, il pourrait devenir un des meilleurs rebondeurs à sa position.

Notre Avis

Brandon Ingram a tout du futur ailier dominant de la ligue. Cela en fait-il un meilleur prospect que Ben Simmons ? Non mais cela n’a rien de honteux. La grande question autour d’Ingram entour son manque de poids et donc de sa puissance. En dehors de cela, c’est un prospect très complet dont les qualités d’attaquant plairont dans l’ère du shoot extérieur.

En revanche, la grande méprise qui se repend vis-à-vis d’Ingram c’est de le comparer à Kevin Durant, qui en sortant de Texas était bien plus dominant que notre prospect. D’un point de vue statistique ou d’un point de vue basket, Kevin Durant le prospect était bien plus avancé que Brandon Ingram au même stade.

Auteur : Benjamin Ringuet

Créateur de Dunkhebdo en août 2012. Architecte de notre podcast éponyme, auteur de la plupart du contenu draft et bien plus encore. Ne supporte aucune équipe et déteste probablement la tienne. Allergique aux nostalgiques de l'âge d'or de la ligue. Pape du small ball. «Patron relou mais grave kiffant» selon un des rédacteurs.

Une réflexion sur « [Prospect de la semaine] Brandon Ingram »

Les commentaires sont fermés.