Le grand sondage Dunkhebdo: qui sont les français fans de NBA ?

raptors_fans1

Après avoir révélé le classement des équipes les plus supportées par les fans français tout au long des mois de Mars et Avril sur Twitter, Dunkhebdo vous propose les résultats aux autres questions de son grand sondage. Les tranches d’âges qui suivent le plus NBA, le nombre de matches regardés en moyenne par les fans français, les médias avec lesquels ils suivent l’actualité de la grande ligue américaine etc… Vous saurez tout de ceux qui, comme vous, partagent la fièvre NBA.

La NBA: un hobby de jeune homme ?

La domination masculine sur le sondage est totale. Sur nos 871 votants, 841 sont des hommes (96.6%) et seulement 30 sont des femmes (3.4%). Et encore, deux des trente profils féminins ont laissé la rédaction pantoise, et semble être des créations de certains votants au sens de l’humour particulier.

Pour regarder des matches NBA, il faut du temps et surtout du courage. Du fait du décalage horaire, les matches sont en pleine nuit. Si le League Pass ou les rediffusions des diffuseurs peuvent permettre aux actifs de quand même suivre le championnat, la disponibilité doit être grande pour suivre assidûment la NBA. C’est surement là une explication de la domination de deux tranches d’âge (les 15-20 ans et les 20-25 ans) qui représentent 65.5% des votants. Une période de la vie où beaucoup sont en étude et bénéficient de plus de temps que les actifs. On peut d’ailleurs se surprendre du peu de voix récoltées par les tranches «25-30 ans» et «30-40 ans» qui ne comptent que pour 20,5% des votants, alors que c’est la génération qui a connu la mondialisation de la NBA. On peut nuancer ce résultat car le grand sondage Dunkhebdo a principalement attiré des votants issus ds réseaux sociaux et de sites internet traitant de NBA, là où, d’autant plus pour les réseaux sociaux, les générations les plus jeunes sont surreprésentées. Il n’en reste que les 25-40 ans comptent pour trois fois moins que leurs cadets.

Cependant, si les plus de 25 ans sont en minorités, ce sont de très loin les plus grands consommateurs de matches. Ainsi, si l’on compare les résultats des deux tranches d’âges les plus éloignées, les «moins de 15 ans» et les «plus de 40 ans», la différence est très marquante. Les aînés regardent légèrement plus de 6 matches par semaine en moyenne et les plus jeunes un seul. On remarque ainsi que plus on avance dans les tranches d’âges, plus le nombre de matches regardés en moyenne augmente. Globalement, presque 70% des fans français de NBA regardent entre 1 et 5 matches NBA par semaine.

Fan de NBA ? Fan d’une franchise NBA ? Non, plus fan d’un joueur

Le pourcentage de votants fan de NBA ne supportant aucune équipe étant minime (2.3%), on peut se permettre de comparer deux questions liées: «Depuis quand supportez-vous cette équipe ?» et «Depuis quand la NBA vous passionne ?». Surprise ou non diront certains, les résultats de ces deux questions sont quasiment identiques. Les variations sont quasi inexistantes (moins de 1%). Le fan français semble donc devenir un supporter dès qu’il se passionne pour la NBA. Cela explique sans doute l’archi-domination des Spurs au classement des équipes les plus supportées (dont vous trouvez les résultats dans notre podcast). San Antonio bénéficiant de beaucoup de médiatisation dans les médias français, grâce à Tony Parker, c’est un choix logique pour les nouveaux passionnés de NBA qui semblent vouloir directement supporter une équipe. Autant supporter une équipe que l’on connait déjà, ne serait-ce que légèrement. 

Les explications du résultat de notre sondage des équipes les plus supportées ont amené beaucoup de questionnements. Certains ont pensé pouvoir expliquer les résultats avec un seul paramètre, principalement le succès de l’équipe. Il est vrai que le succès semble être un paramètre important qui permet, par exemple, d’expliquer la surprenante quatrième place des Warriors. A l’inverse, il ne permet pas d’expliquer la présence des Bulls à la septième place, celle des Knicks à la neuvième place ou des Raptors à la dixième. Les votants du sondage se passionnant pour la NBA depuis en moyenne 6 à 8 ans, ils n’ont pas connu les Bulls de Jordan. Le succès ne semble pas être l’unique explication des résultats. Le prestige de l’équipe joue aussi un rôle important. 42.9% des votants ont avoué supporter leur franchise à cause de son histoire, cela justifie la présence des franchises mythiques tout en haut du classement. Autre explication possible: un voyage. Quelques votants ont précisé supporter telle ou telle franchise car ils y ont voyagé ou même vécu.

S’il fallait offrir une explication du classement des équipes les plus supportées, ce qui est en partie faux et réducteur, ça serait la présence d’un joueur apprécié. C’est la raison donnée par près de 75% des votants quand on leur demande de justifier leur supportérisme. Le classement des joueurs préférés des fans NBA français, qui sera publié sur Dunkhebdo dans les prochaines semaines, est donc à surveiller.

LA NBA 2.0. Le fan français 2.0

La NBA n’échappe pas à la révolution de l’information. Pour suivre l’actualité NBA, les fans français favorisent largement les sites internet français spécialisés (84.3%) et les réseaux sociaux (82.1%). Une nouvelle fois, l’âge moyen des fans français étant jeune, logique de voir les réseaux sociaux et les sites internet français caracoler en tête. Plus surprenant, à peine plus de la moitié (55.3%) des sondés déclarent suivre l’actualité NBA via des sites internet spécialisés anglophones. On peut s’étonner de ne pas voir un pourcentage plus élevé, les sites NBA français étant beaucoup moins nombreux que les sites anglophones.

La télévision, média historique, n’a reçu que 44.3% des votes. La quasi-totalité (93.6%) des votants résidant en France, ils ne disposent que des chaines du groupe BeIn Sport pour suivre la NBA. Si la chaîne qatari a réalisé un formidable travail pour promouvoir la NBA dans l’hexagone, elle reste payante et cela rebute sans doute quelques fans. Ce résultat montre néanmoins la fin de la domination des médias traditionnaux. La télévision est très loin derrière les nouveaux médias, la presse spécialisée marginale et la radio absente. Au contraire, on remarque l’apparition d’un nouveau moyen de consommation de l’actualité NBA: le podcast (41,9%). Un résultat très proche de celui de la télévision et qui atteste bien de la nouvelle façon de la consommer l’information NBA.