[Preview NCAA/Draft 2014] Conférence Big Ten: Spartaaa…

La saison NCAA 2013-2014 de Basket débutera officiellement en Novembre. En attendant, nous vous présenterons diverses « preview » sur les conférences majeures et leurs figures de proue. Nous essaierons de donner des informations sur les différentes équipes et joueurs à suivre lors de cette saison qui s’annonce encore plus alléchantes que les années précédentes avec tous les nouveaux-venus dont on nous promet monts et merveilles.

Après la conférence « ACC », nous nous attaquons à une conférence aux rencontres toujours alléchantes et un nouveau favori chaque année : la conférence « BIG TEN ».

ETAT DES LIEUX

Chaque année se pose toujours la question de savoir si la « Big Ten » est la meilleure conférence en NCAA ou au moins la plus compétitive. L’an dernier, après le tirage au sort pour la « March madness », certaines personnes s’étaient même mises à rêver d’un dernier carré composé uniquement d’équipes de cette conférence si disputée et avec toujours au moins 4 favoris pour le titre suprême.

Mais voilà, ce fut plutôt la soupe à la grimace puisque comme vous le savez, ce ne fut finalement « que » Michigan (la moins attendue parmi les 4 grands) qui a réussi à se hisser en finale et échouer face à Louisville. Cette année encore, la « Big ten » ramène son lot de favoris avec leurs coachs charismatiques. Et comme souvent dans cette conférence, le grand favori change…

COMPOSITION

QUELQUES EQUIPES ET JOUEURS A SUIVRE

Michigan State « Spartans »

Michigan State court toujours après son 3ème titre NCAA, le dernier datant de l’an 2000. Et pour cette nouvelle saison, beaucoup sont persuadés que les guerriers du coach Tom Izzo sont prêts à aller jusqu’au bout. Il faut reconnaître que sur le papier, tous les éléments semblent être réunis pour une grande année car on ne le répétera jamais assez, mais en NCAA : le talent ET l’expérience comptent. Et du talent et de l’expérience, il y en a à revendre.

Le « senior » et phénomène athlétique Adreian Payne est plus que jamais prêt à faire exploser son talent et à donner de la voix aux côtés de l’autre « senior » de l’équipe, Keith Appling qui a promis d’être plus passeur. À leurs côtés, des 2e et 3e années dont on parle peu mais qui auront de l’impact : Branden Dawson (Top 20 des lycéens en 2011) qui est assez bien revenu après sa rupture des ligaments croisés, Denzel Valentine qui a montré des choses intéressantes pour sa première saison, ou encore Matt Costello qui aura certainement plus de temps de jeu.

Bien évidemment, on ne peut pas oublier Gary Harris. Le meilleur « Freshman » de la conférence l’an dernier a envie de donner raison à ceux qui le considère comme le meilleur poste 2 de cette année. D’après son coach, nous n’aurions même pas encore vu le véritable Gary Harris, c’est à dire celui qu’il avait recruté avec son statut de top 20 lycéens. Il faut dire que Harris a joué pendant toute la saison précédente avec des « blessures » aux deux épaules. Quand ce dernier sera remis à 100% de sa récente blessure à la cheville, nul doute qu’il sera prêt à porter le glaive pour défendre son équipe qui sera celle à abattre dans la « Big Ten ». En attendant, RDV déjà le 13 Novembre…contre Kentucky.

Ohio State « Buckeyes »

Autant se dire les choses tout de suite : oui c’est vrai que vous allez lire partout qu’avec le départ du néo-Spurs Deshaun Thomas (actuellement chez Nanterre), Ohio State a perdu son seul joueur qui tournait à plus de 10 pts de moyenne l’an dernier. Bon maintenant que c’est fait, il faudrait se poser une autre question : comment une équipe qui avait déjà perdu Jared Sullinger et William Bufford a réussi à rester compétitive avec un joueur comme Thomas qui avait carte « ultra-blanche » pour tous les tickets shoot?

Et bien parce que leur coach Thad Matta sait souvent ce qu’il fait et s’adapte toujours à la situation. Comme l’an dernier, Ohio State s’appuiera avant tout sur une défense solide sur les lignes arrière avec Aaron Craft en chef de file. Le meneur des « Buckeyes » qui est certainement l’un des meilleurs arrières-défenseurs en NCAA s’est dit lui aussi prêt à se montrer plus dangereux offensivement. Même son de cloche chez le « Junior » Shannon Scott qui continuera d’être un farouche lieutenant défensif pour contribuer à l’accumulation de pertes balle chez l’équipe adverse. Le récent MVP de l’Euro des moins de 20 ans, Amedeo Della Valle essaiera d’avoir plus de temps de jeu pour sa deuxième saison en luttant avec le titulaire Lenzelle Smith Jr (et aussi la recrue Kameron Williams).

Mais il est clair que la pression sera surtout sur Laquinton Ross. Pour sa 3e année dans l’Ohio, celui qui avait une grosse cote en 2011 (top 40 des lycéens) se doit maintenant en tant que titulaire, de justifier le potentiel qu’on lui attribue (et surtout se bouger en défense). En ce moment, ce sont donc tous les fans des « Buckeyes » qui brûlent des cierges en espérant que ses trois derniers matchs (18 points de moyenne en sortie de banc et à 52%  d’adresse) étaient le présage d’une grosse saison.

Michigan « Wolverines »

Les finalistes « surprises » du dernier tournoi NCAA sont de retour au combat et bien sûr, il y a une question que tout le monde se pose : que vaut Michigan sans Trey Burke? Le « général » des fougueux hommes en couleur maïs s’en est allé vivre des débuts difficiles en NBA, tout comme Tim Hardaway Jr et beaucoup de personnes ont du mal à croire que cela sera sans conséquences négatives.

Ce qui est drôle avec Michigan, c’est que l’un des principaux reproches qui leur était fait l’an dernier ne semble plus pris en compte pour évaluer leur dangerosité cette année. En effet, Michigan était taxé d’équipe trop jeune et inexpérimentée (Burke et Hardaway Jr étant les seuls titulaires à avoir plus d’une saison NCAA) mais cette année ce ne sera pas vraiment le cas. En chef de file, on retrouvera Glenn Robinson III et/ou Mitch McGary. Chacun a son opinion sur Robinson III, mais il est clair que le fils du « Big Dog » a du talent et que l’an dernier il s’est assez bien débrouillé alors qu’il ne jouait pas encore à son vrai poste. Quant à McGary, ses perfs au cours de la « March Madness » ont fait tourner les têtes, et celui qui était à une époque  considéré dans le top 2 des lycéens de 2012 (oui oui vous avez bien lu) sait qu’on attend de lui qu’il ne soit plus « que » besogneux et de la progression sur le plan technique. Le Canadien shooter-fou Nik Stauskas sera bien évidemment fidèle au poste pour sa 2e saison NCAA tout comme le héros de la première mi-temps de la dernière finale, Spike Albrecht.

De plus, il ne faut pas croire que le coach John Beilein soit resté les bras croisés sans songer à remplacer Hardaway Jr et Burke. Ainsi, Michigan comptera des petits nouveaux, dont l’arrière/ailier Zak Irvin auréolé de son récent titre de meilleur lycéen de l’état d’Indiana et le meneur Derrick Walton (top 50 des lycéens) qui est plus que jamais prêt à entrer en concurrence pour le poste de meneur titulaire et essayer de remplacer le « général Burke »…

Wisconsin « Badgers »

Autant être honnête, il y a rarement de l’enthousiasme médiatique autour de l’équipe de Wisconsin. Et pour cause, il est difficile de ne pas être pris par l’ennui lorsque l’on regarde un match des protégés du très calme (ironie) Bo Ryan. Mais voilà, il y a une donnée très simple avec Wisconsin : lors des 12 dernières saisons (depuis la prise de pouvoir de Bo Ryan), ils n’ont jamais fini en dessous de la 4e place de la Big Ten. Oui oui, 12 saisons consécutives dans le top 4 de la compétitive Big Ten. Le secret? Bo Ryan le résume lui-même très bien : « défendre, prendre soin de la balle et prendre de bon tirs ». Simple non? Pourtant ce n’est que la pure vérité. En effet, Wisconsin a le don de détruire le jeu offensif de n’importe quelle équipe, notamment celles qui souhaitent pratiquer du jeu rapide (demander à Indiana dont ils sont la bête noir) et de bouffer le chrono. Bref, une force collective à toute épreuve et dirigée d’une main de fer.

Alors, quelle pourrait être la raison de s’exciter cette saison autour de Wisconsin? La même que l’an dernier : Sam Dekker. Sous ce nom se cache la plus grosse recrue lycéenne (top 20 en 2012) des « Badgers » au cours de ces dernières années. Star lycéenne ou pas, pour sa première saison, Dekker n’a pas échappé aux principes stricts du coach Ryan (Freshman = jeu en sortie de banc, un point c’est tout). Mais malgré son utilisation parcimonieuse, Dekker aura réussi à laisser entrevoir son talent et les comparaisons avec Gordon Hayward. Bref, Wisconsin connaît son leader pour cette saison 2013/2014. Et de toute façon, avec ou sans lui, on connaît déjà la fin de l’histoire : une place parmi les 4 premiers de la compétitive « Big ten », une qualification pour la « March madness » et un Bo Ryan qui n’en aura rien à faire des critiques sur son jeu.

Indiana « Hoosiers »

Il y a des lendemains de saison qui sont difficiles. Et le moins que l’on puisse dire, c’est que les fans d’Indiana ont encore la gueule de bois. Au cours d’une saison où tout le monde leur prédisait au moins une présence dans le dernier carré, les « Hoosiers » se sont arrêtés pour la deuxième année de suite aux seizièmes de finale (défaite sans aucune contestation face à Syracuse). Et comme si cela ne suffisait pas, la fin de cette saison 2012/2013 a marqué le départ de 4 des membres du cinq majeur dont Cody Zeller sur lequel s’était appuyé le renouveau de la fac, et l’homme aux batteries infinies, Victor Oladipo.

C’est donc quasiment de zéro que repartent les protégés du coach Tom Crean. Et si en ce début de saison, il y a peu d’emballement autour d’Indiana, c’est qu’il s’agit d’une équipe dont on ne sait pas quoi attendre. Oui sur le papier, le talent est là mais le problème c’est que c’est vraiment sur le papier. En effet, déjà pour la saison précédente, Tom Crean avait recruté des joueurs « 4 étoiles » censés venir apporter leur talent en sortie de banc. Mais justement, le banc est bien ce qui a fait défaut à Indiana l’an dernier avec des nouveaux  comme Jeremy Hollowell et Hanner Mosquer-Perea se montrant incapables de justifier le talent qu’on leur attribuait. Alors, auront-ils progressé cette année pour pouvoir être titulaires? Et qu’en sera-t-il de la flopée de nouveaux qui ont été recrutés (Stanford Robinson, Troy Williams, Luke Fisher, etc.)? Est-ce qu’eux aussi auront une étiquette de « monstres athlétiques au lycée qui n’arrivent pas à dominer à la fac? »

Ceci dit, tout est loin d’être sombre chez Indiana. Le « Senior » ex-6ème homme (et sous-estimé) Will Sheehey est prêt maintenant à faire parler sa hargne en tant que titulaire et leader. À ses côtés, on retrouvera Kevin « Yogi » Ferell qui entamera sa seconde saison. Cependant, l’ancien all-star des lycées (seul membre du cinq majeur de l’an dernier à faire son retour) devra prendre beaucoup plus de responsabilités pour prouver qu’il n’est pas juste un meneur de poche qui court partout (d’autant plus qu’il n’a pas vraiment de remplaçant fiable cette année).

Mais bien évidemment, ce que les fans d’Indiana espèrent le plus, c’est que comme avec Cody Zeller, la grosse recrue Noah Vonleh (qui a mis le paquet au niveau de la prise de muscle cet été) sera performant dès sa première année, afin de pouvoir aider les « Hoosiers » à réaliser une saison surprise comme il y a deux ans…

ET LES AUTRES EQUIPES?

La compétition est donc rude au sein de la « Big Ten » et il est souvent difficile de venir se mêler à cette bataille qui compte déjà 5 gros morceaux. À moins d’un miracle, les autres facs devront certainement se contenter d’être des arbitres, certaines pouvant espérer accrocher des places pour le tournoi NCAA.

Iowa était proche de se qualifier pour le tournoi NCAA l’an dernier et le mieux qu’ils auront à espérer est quelques victoires en plus pour pouvoir y être cette année. Purdue aura aussi envie de renouer avec la « March madness » et se reposera essentiellement sur A.J. Hammons, pivot ô combien intéressant mais aussi ô combien inconstant et à l’éthique de travail douteuse.

À Minnesota, le nouveau coach Richard Pitino (le fils d’un certain Rick) pourra compter sur une formidable ligne arrière avec les deux Hollins (Austin et surtout la machine à « scorer » Andre) mais… un vide à l’intérieur qui sera difficilement surmontable.

Northwestern et Nebraska continueront à souffrir tout en continuant quand même à se reconstruire pour des jours meilleurs qui viendront certainement. Du côté de Penn State, si Tim Frazier est remis de sa blessure, il pourra poursuivre son one-man show afin d’accrocher une place au second tour de la draft…

EQUIPE À SUIVRE POUR LE FUTUR

Comme indiqué dans l’article sur la conférence ACC, la fac de Maryland sera prête à faire du grabuge lorsqu’elle débarquera dans la « Big Ten ». Mais l’autre fac qui se prépare elle aussi à atteindre les sommets dans un futur proche est celle des Illinois « Fighting Illini ».

Ces dernières années, l’état de l’Illinois aura été plus que jamais un pourvoyeur de top talents (Derrick Rose, Anthony Davis, Jabari Parker et pour l’an prochain les intérieurs Jahlil Okafor et Cliff Alexander). Pourtant, ce vivier de gros talents n’aura jamais vraiment profité à l’équipe universitaire la plus compétitive de l’état. Alors, autant le dire de suite, ce n’est pas pour la saison 2014/2015 que cela changera. Mais voilà, à défaut de pouvoir attirer les enfants du pays, le coach John Groce (qui a réussi une première saison très honorable l’an dernier) a décidé d’aller piquer du lourd dans les autres états. Et ce sont donc déjà deux joueurs du top 50 des lycéens de 2014 (le meneur Quentin Snider et l’ailier fort Leron Black) qui ont décidé d’apporter leur talent dans l’Illinois l’an prochain.

Bref, dans la « Big Ten », la ronde annuelle des favoris est loin d’être terminée.

Article écrit par Blueprinty

8 Comments

Comments are closed.