[Power ranking rookies ] : Episode 4

PHILADELPHIA, PA - DECEMBER 3: Michael Carter-Williams #1 of the Philadelphia 76ers shoots against the Orlando Magic at the Wells Fargo Center on December 3, 2013 in Philadelphia, Pennsylvania. NOTE TO USER: User expressly acknowledges and agrees that, by downloading and or using this photograph, User is consenting to the terms and conditions of the Getty Images License Agreement. Mandatory Copyright Notice: Copyright 2013 NBAE (Photo by Jesse D. Garrabrant/NBAE via Getty Images)
PHILADELPHIA, PA – DECEMBER 3: Michael Carter-Williams #1 of the Philadelphia 76ers shoots against the Orlando Magic at the Wells Fargo Center on December 3, 2013 in Philadelphia, Pennsylvania. NOTE TO USER: User expressly acknowledges and agrees that, by downloading and or using this photograph, User is consenting to the terms and conditions of the Getty Images License Agreement. Mandatory Copyright Notice: Copyright 2013 NBAE (Photo by Jesse D. Garrabrant/NBAE via Getty Images)

Quatrième épisode du rookie power ranking de Dunkhebdo où le classement reste inchangé. Un duo se détache des autres désormais pour espérer atteindre le titre de rookie of the year. La draft 2013 est encore et toujours critiquée dû à la faiblesse du niveau des rookies mais pourtant les cinqs joueurs montrent réellement de belles choses et leur avenir en NBA est loin d’être médiocre. 

Il semble néanmoins bon de rappeler quelques-uns des critères qui permettent de classer les rookies. Tout d’abord, bien évidemment, leur niveau, qui ne se reflètent pas toujours dans les stats comme vous le verrez pour certains. Ensuite leur production par rapport à leur temps de jeu, en effet marquer 7 points de moyenne en jouant dix minutes est beaucoup plus impressionnant que marquer 15 points de moyenne en 38 minutes. Enfin, contrairement à une course au MVP, les résultats de l’équipe ont une importance mineure car, aucun de ses rookies ne doit faire gagner son équipe.

1-Michael Carter-Williams

Stats: 34.3 minutes, 17 points, 6.2 passes décisives, 5.4 rebonds, 2 interceptions, 0.7 contres, 3.7 balles perdues, 39.5% aux tirs, 27.4 % aux tirs à trois points et  70 % aux lancers-francs

Le meneur de Philadelphie subit une légère baisse de régime depuis notre dernier classement mais Carter-Williams reste toujours le numéro 1 pour le titre de rookie of the year. Toujours en tête en termes de stats aux points, passes décisives, rebonds et interceptions, il fait pourtant beaucoup moins parler de lui. Chose normal tellement les Sixers enchainent les défaites déjà 15 consécutives. Il s’agit de la plus longue série de défaites depuis la saison 1993-94 (saison durant laquelle les Sixers ont aussi perdus 15 matchs de suite). A noter que lors de la fameuse saison 1972-73 ils ont subis 20 défaites de suite. En plus de ca, Spencer Hawes et Evan Turner ont été transféré et Philadelphie a donc perdu deux de ses meilleurs joueurs. Un changement radical où l’ancien de Syracuse doit s’adapter. De plus son mois de février est le plus mauvais de sa jeune carrière.

Méfiance tout de même car il reste une vingtaine de matchs et Victor Oladipo est toujours dans la course. C’est pourquoi les statistiques actuelles pourraient peut-être lui porter préjudice. Affaire à suivre concernant Michael Carter-Williams !

2- Victor Oladipo

Stats: 32 minutes, 13.9 points, 4.0 passes décisives, 4.3 rebonds, 1.6 interceptions, 0.6 contres, 3. balles perdues, 41.1% aux tirs, 31.3% aux tirs à trois points et 78% aux lancers-francs

Oladipo se classe encore  juste derrière Carter-Williams mais il ne démérite pas pour autant. Toujours en liste pour le titre de Rookie of the Year, le numéro 5 d’Orlando n’a toujours pas manqué le moindre match en NBA et pourrait donner quelques frayeurs à Carter-Williams d’ici la fin de saison. Et oui ! Auteur d’un match monstrueux contre les Knicks et gagné par Orlando en deux prolongations. Il est encore une fois entré dans l’histoire en devenant le plus jeune joueur depuis 1985/1986 à cumuler 30 points et 14 passes.

Le jeune Magic manque tout de même de régularité car s’il peut sortir des performances digne d’un All-Star il peut aussi passer à côté de son match. Mais l’ancien Hoosier semble mieux entourer  comparé à MCW.  L’ancien Hoosier dispose de joueurs d’expériences à ses côtés  ce qui est un plus quand on débute sa carrière parmi les meilleurs et ce qui pourrait peut-être faire passer Oladipo devant le Sixer d’ici la fin de saison.

3- Trey Burke

Stats: 30.9 minutes, 12.5 points, 5.4 passes décisives, 3.2 rebonds, 0.6 interceptions, 0.1 contres, 1.8 balles perdues, 37.5% aux tirs, 34.3% aux tirs à trois points et 90.4% aux lancers-francs

Nous pensions que Trey Burke allait flancher pendant le mois de février à cause du rookie wall mais visiblement non. Le break du All-Star Game a du faire du bien au numéro 3 car malgré quelques stats en baisse notamment aux points et passes décisives par match le meneur du Jazz arrive à tenir le rythme et devrait une fois de plus avoir le titre de rookie du mois de la conférence Ouest tellement la concurrence est faible. Néanmoins, il semble désormais compliqué pour lui d’être le rookie of the year tellement Oladipo et Carter-Williams se détachent du lot.

 4- Tim Hardaway Jr

Stats: 22.9 minutes, 9.7 points, 0.8 passes décisives, 1.5 rebonds, 0.5 interceptions, 0.1 contres, 0.6 balles perdues, 42.9% aux tirs, 36.9% aux tirs à trois points et 82.9% aux lancers-francs

Les New York Knicks vivent une saison désastreuse mais s’il y a bien une chose de positive à retenir pour eux c’est le choix Tim Hardaway JR. Meilleur shooteur derrière l’arc de cette draft 2013 avec 36.9%, le rookie est capable de prendre feu comme ce fut le cas dernièrement avec son 4/7 face à Golden state où il termine le match avec 22 points. Comme nous l’avions dit dans le précédent Power ranking des rookies, Hardaway Jr est un shooteur comme le prouve ses stats et c’est ce que lui demande son coach Mike Woodson. Par ailleurs, il peine parfois à trouver la mire et réalise quelques irrégularités d’un match à l’autre mais son mois de février est bel et bien le meilleur pour l’ancien de Michigan qui a vu son temps de jeu exploser passant de 19 minutes à 32 minutes ! Il a su profiter de la blessure d’Iman Shumpert et sa progression devrait continuer d’ici la fin de saison.

5- Giannis Antetokounmpo

Stats: 24.5 minutes, 7.2 points, 1.9  passes décisives, 4.6 rebonds, 0.8 interceptions, 0.8 contres, 1.6 balles perdues, 43.1% aux tirs, 33.3% aux tirs à trois points et 68.2% aux lancers-francs

Giannis Antetokounmpo est l’un des rookies les plus complets de cette draft et même si ses stats ne sont pas énormes, l’ailier sait presque tout faire et le démontre au fil des matchs comme par exemple face à Philadelphie le 24 février : 13 points, 6 rebonds, 4 passes décisives, 4 contres en 29 minutes. S’il y a bien un domaine le Buck doit tout de même progresser c’est le shoot à mi-distance qui n’est pas très fiable et d’ailleurs il prend près de 60% de ses shoots près du cercle pour très peu de tirs à mi-distance. Un détail qui devrait s’améliorer avec le temps.

Mentions Spéciales :

Ryan Kelly (Los Angeles Lakers), Nate Wolters (Milwaukee Bucks), Kelly Olynyk (Boston Celtics), Cody Zeller (Charlotte Bobcats), Ben McLemore (Sacramento Kings)

7 réflexions sur « [Power ranking rookies ] : Episode 4 »

  1. Mine de rien, le duo de rookies extérieurs Wolters – Antetokounmpo (et sans copier coller^^) semble complémentaire et prometteur, avec une bonne entente avec Knight. Dommage qu'ils doivent se trainer le contrat pourri de Mayo encore 3 ans…

  2. Ahah j'aime le "et sans copier coller" ^^.

    Mais en effet, en choppant un bon joueur a la draft, il y a une bonne base pour repartir

  3. Oladipo ROTM du mois de Février…

    Attention a tes fesses MCW , avec les sales résultats de Philly et la grosse baisse de régime depuis quelques temps , je vois bien dipo lui chiper le ROY trophy.

  4. Dans son style de jeu, Oladipo est clairement plus plaisant à voir jouer que MCW, donc je suis de ton avis, Oladipo ROY!

  5. Pas grand chose à redire sur ce classement.
    Même si je pense que l'on voit Hardaway un peu trop beau, mais bon il n'y a personne à mettre à sa place!
    Sinon parfaitement d'accord pour Wolters qui m'étonne de semaine en semaine, et un un peu surpris de ne pas retrouver Adams ou Calathes dans les mentions!

Les commentaires sont fermés.