[Power ranking conférence ouest] Episode 4

 

Bonjour à tous! Aujourd’hui c’est mercredi et c’est l’heure de votre rubrique power ranking. Cette fois ci honneur à la conférence ou 1/3 du roster du all star game n’est virtuellement pas qualifié pour les playoffs. La conférence ouest.

N’oubliez pas toutes les 4 semaines le Mercredi, Dunkhebdo vous propose un power ranking des équipes NBA de la conférence ouest. Celui ci, sous forme de classement des 15 équipes de la conférence ouest, est un reflet de la forme des équipes depuis le dernier épisode de ce power ranking.

Il est donc basé sur la forme des équipes, le classement et bilan, l’attaque, ou encore la défense (lorsque nous parlons de classement en défense ou attaque, nous parlons de classement dans la conférence ouest, sur 15 équipes). Entre parenthèses, le nombre de places gagnées ou perdues.

1- GOLDEN STATE WARRIORS (38 victoires et 8 défaites) (=)

Numéro 1 de la ligue jusqu’à la mi-saison, les warriors viennent de se faire dépasser au bilan par les Hawks auteurs d’un mois de janvier historique avec 17 victoires pour aucune défaites. Toujours leader à l’ouest, les hommes de Kerr (tout juste auréolé du trophée de coach du mois à l’ouest pour la première fois de sa carrière) pourront se consoler avec la 1ère apparition de Klay Thompson au all star game qui nous a gratifié d’une performance de choix la semaine dernière. Et quelle performance! 52points avec en prime un 3ème quart temps magique à 35 points à 13/13 au shoot dont 9/9 à 3 points! Irréel!

2- MEMPHIS GRIZZLIES (36 victoires et 12 défaites) (+2)

Les grizzlies ont retrouvé l’appétit depuis le retour de Randolph et avec lui l’affaire est souvent dans le Zach! Monstrueux, il restait avant le match contre Phoenix lundi dernier sur 12 doubles doubles consécutifs. Dans son sillage c’est toute la Grizz nation qui montre les crocs avec 11 succès lors de leurs 12 dernières rencontres dont certains contre de vrais contender tels que Dallas, Portand et OKC! A noter que ces bons résultats sont à mettre au crédit d’une défense retrouvée qui a laissé la semaine dernière le Thunder et Denver à moins de 80 points. Les hommes du Tennessee devraient profiter encore quelques jours d’un calendrier abordable avant de se lancer directement dans la course post all star.

3- HOUSTON ROCKETS (33 victoires et 15 défaites) (+2)

Coup dur pour Houston qui vient de perdre Dwight Howard pour un mois minimum mais qui a aussi retenu son souffle lorsque que James Harden s’est écroulé la semaine dernière après un euro step. On a cru au croisé mais plus de peur que de mal le barbu s’est relevé et n’a pas arrêter de stater. Statosphérique individuellement, Harden a un peu plus de mal collectivement ces dernières semaines à l’image de son équipe. Même si les victoires s’enchaînent toujours à une allure folle la défense qui les caractérisait en début de saison, s’efface de plus en plus pour laisser place à des orgies offensives comme l’an dernier. Souvenons-nous qu’ils n’ont pas passé le 1er tour en jouant ainsi et que cette année l’objectif est au moins la finale de conférence.

4- LOS ANGELES CLIPPERS (33 victoires et 16 défaites) (+2)

Les Clippers ont un beau bilan et sont sans bruit remontés dans la hiérarchie de la conférence ouest. Au coude à coude avec les Spurs, ils viennent de subir un coup d’arrêt face aux Nets lors d’une fin de match où ils ont complètement balbutié leur basket. Pourtant au mois de janvier ils se sont montrés à leurs avantages avec 11 victoires en 15 matchs et un différentiel général de +10 mais à pondérer avec le calendrier. Calendrier qui se complique dès demain avec l’enchaînement de 7 rencontres sur 11 à l’extérieur toutes face à des équipes à plus de 50%. Le programme à domicile n’est pas vraiment meilleur puisque Houston, San Antonio, Sacramento et Dallas se succéderont au Staples Center. Vous comprenez bien, du très lourd!

5- SAN ANTONIO SPURS (30 victoires et 18 défaites) (+2)

On attendait de les voir au complet et on est pas déçu. Depuis le retour de Kawhi Leonard, les Spurs sont redevenus l’une des meilleurs équipes de la ligue. Certes ils ne sont pas la machine qu’ils étaient lors des derniers playoffs mais ils ont su profiter d’un calendrier assez light ces dernières semaines et ce juste avant le break du all star week-end. Attention tout de même car les deux dernières défaites face aux Bulls et aux Clippers qui font partis des sérieux contenders toutes 2 avec au moins 20 points d’écarts. Voila de quoi travailler pour les hommes de Popovich qui sont actuellement avant dernier de leur division, phénomène assez rare pour être souligné.

6- PORTLAND TRAILBLAZERS  (33 victoires et 16 défaites) (-4)

Dame it! C’est ce que Damien Lillard a dû se dire en ne voyant pas son nom dans les 7 remplaçants sélectionnés pour le all star game de New-York contrairement à son compatriote LaMarcus Aldridge. Véritable leader de l’équipe et élu dans l’équipe de la semaine, le meilleur ailier fort de la ligue joue blessé et joue même très bien. Problème son équipe, elle, perd de plus en plus (8 défaites sur les 11 derniers matchs). Quasiment assurée de finir à la tête de la northwest division les blazers devront récupérer les blessés et surtout Robin Lopez dont l’absence fait clairement défaut lors de d’affrontements contre les grosses cylindrées. En attendant l’équipe est dans le top10 de toutes les catégories statistiques (Points marqués, encaissés, rebonds et passes par matchs).

7- DALLAS MAVERICKS (33 victoires et 18 défaites) (-4)

Ils étaient lancés comme des boulets de canons durant les matchs qui ont suivi l’arrivée de Rajon Rondo, les voila qui subissent de pleins fouets le contre coup.  Même s’ils restent sur 3 succès consécutifs face à de faibles opposants (Miami, Orlando, Minnesota), les Mavs ont inquiétés au milieu du mois de janvier en perdant 4 matchs consécutifs face à des équipes à leur niveau. Tout aussi inquiétant, le manque d’agressivité de Rajon Rondo est pointé du doigt lui qui joue presque contre nature. L’ancien celte tente moins d’un lancer franc en moyenne par match depuis qu’il porte le maillot texans en en inscrivant toujours en moyenne 1 tout les 4 match (5/20). Scandaleux pour un joueur de son calibre!

8- PHOENIX SUNS (28 victoires et 22 défaites) (-1)

Les Suns font décidément bien plus que confirmer cette saison. Accrochés pour l’instant au dernier strapontin pour les playoffs, les joueurs de coach Hornacek sont sous la menace immédiate de leurs poursuivants « Pelicans et Thunder ». Malgré cette pression la jeune équipe de l’Arizona voit ses joueurs progresser et devenir des leaders au fur et à mesure que la saison avance. Seul bémol, l’inexpérience encore trop grande de Phoenix qui a encore du mal à passer les gros obstacles de l’ouest. Leur bilan en janvier est très bon pourtant sur 9 matchs face à des équipes en positif à l’ouest ils n’ont remporté qu’un succès.

9- NEW-ORLEANS PELICANS (26 victoires et 22 défaites) (+1)

Il y a quelques semaines on s’acheminait tranquillement vers un mano à mano entre les Suns et le Thunder pour le 8ème spot de la conférence ouest puis les Pelicans sont sortis de leurs volières pour picorer les matchs qu’ils avaient de retards. Les voici plus jamais que présent dans la course sous les ailes du toujours n1 au PER avec 32 (non vous ne révez pas) Anthony Davis. Davis qui devrait honorer sa première titularisation au match des étoiles. Le replacement de Tyreke Evans à la mène couplé au retour à niveau d’Eric Gordon et Omer Asik à changer le visage des Pélicans trop tributaires du niveau de jeu de leurs all star jusqu’à présent. Auteurs de 9 succès lors de leurs 12 dernières rencontres, ils viennent de mettre fin à la série de 19 victoires des Hawks.

10- OKLAHOMA CITY THUNDER (24 victoires et 24 défaites) (-1)

Retour de bâton pour le Thunder. Malgré tout leurs efforts depuis le retour des 2 superstars Kevin Durant et Russell Westbrook, les pensionnaires de la cheesapeake arena coincent terriblement dans leur remonté vers les playoffs. Le poussif mois de janvier (7 victoires/ 7 défaites) a montré certaines carences que la seule arrivée de Dion Waters n’arrive pas à combler. D’ailleurs celle-ci semble leur faire plus de mal que de bien. Statistiquement c’est mieux car OKC shoote plus, vole plus de ballon tout en ayant un bien meilleur spacing. Cependant, la 2nd unit est plus déséquilibrée qu’elle ne l’était déjà et des joueurs comme Reggie Jackson et Perry Jones qui ont bien joué au début ne voient quasiment plus le parquet. L’alchimie semble se dissoudre au fil que la pression monte pour le Thunder qui jouera 4 équipes (sur 5) au dessus des 50% (Pelicans (x2), Clippers, Grizzlies) juste avant le all star Break!

11- UTAH JAZZ (17 victoires et 31 défaites) (+2)

Petit bon dans cet épisode pour le Jazz qui continue sa progression dans le jeu prôné par coach Snyder. Cette remontée n’est pas directement liée aux résultats puisque les jazzmen sont encore en négatif sur la période. Ils sont justes les meilleurs des mauvaises équipes en terme de résultats. Toujours un peu inconstants, ils se sont offerts la tète du leader du power ranking avec un Gordon Hayward MvPiesque du haut de ses 26 points 15 rebonds 6 passes et  la victoire au bout. Pas sur qu’il soit capable de répéter ce genre de performance tous les soirs mais la base semble là pour le Jazz qui serait certainement en playoff à l’EST vu ce qu’ils montrent sur le terrain.

12- SACRAMENTO KINGS (17 victoires et 30 défaites) (=)

Dès que Keith Smart a pris la tête de l’équipe, nous nous doutions bien que la saison des Kings était terminée. Manque d’envie, irrégularité et perte de confiance ce sont les qualificatifs qui reviennent le plus en regardant jouer les californiens post ère Malone. Tenez vous bien, les Kings n’ont remporté que 4 batailles en Janvier et ont définitivement perdu la guerre de la course aux joutes d’Avril. En dépit de tout cela, saluons le retour d’un King au ASG lors du match du dimanche puisque Demarcus Cousins aka Boogiea été choisi pour remplacer Kobe Byrant blessé à l’épaule. Il honorera donc sa 1ère sélection, la 1ère pour un joueur de Sacramento depuis Brad Miller et Peja Stojakovic en 2004.

13- DENVER NUGGETS (19 victoires et 30 défaites) (-2)

Arrivé pour mettre fin au show time et enfin gagner, le Shaw time semble être écoulé dans les rocheuses. Très mauvais ces dernières semaines les joueurs semblent au bout du rouleau et sauf cataclysme les choses ne devraient pas longtemps rester en état. Un succès c’est le bilan pour leurs 11 dernières sorties. Le Pepsi center quant à lui autrefois forteresse imprenable à des allures de distribank tant n’importe qui y va et prend ce qu’il a à prendre très facilement. Malheureusement pour eux, les choses empirent et les défaites sont de plus en plus sévère comme en témoigne les 3 derniers matchs dans lesquelles ils étaient déjà mené de 20 points à la mi-temps face à leurs opposants.

14- LOS ANGELES LAKERS (13 victoires et 35 défaites) (=)

Tout comme la saison dernière, ce sont les blessures et les contres performances qui rythment cette campagne 2014-2015 des Lakers. En effet, l’avant dernière défense de la ligue est bien loin de ses standards d’en-temps. C’est tout simplement l’équipe qui a remporté le moins de rencontres en nba depuis 2015 (3 succès). Pire encore comme dit plus haut, Kobe Bryant s’est gravement blessé à l’épaule, sa saison est d’ores et déjà terminée. Vivement donc la fin du calvaire pour les angelinos qui ont perdu 9 matchs consécutivement durant janvier.

15- MINNESOTA TIMBERWOLVES (8 victoires et 40 défaites) (=)

Equipe avec le plus grand nombre de joueurs présents au all star week-end (4 à égalité avec les Hawks), les Wolves alternent le mauvais et le très mauvais. Andrew Wiggins a fait le trou dans la course au Rookie of the Year et c’est bien l’essentiel dans la saison des loups. Bonne nouvelle, les retours à la compétitions conjuguées de Pekovic, Martin et Rubio que ne pourront faire que du bien à la franchise de Minneapolis. Elle qui a enfin accueilli son ex franchise player la semaine dernière pour un match de gala où les T-wolves ne sont pas passé loin de l’exploit.