[Power Ranking Conférence Est]: Episode 4

 

Toute les 4 semaines le Mercredi, Dunkhebdo vous propose un power ranking des équipes NBA de la conférence Est. Celui ci, sous forme de classement des 15 équipes de la conférence Est, est un reflet de la forme des équipes depuis le dernier épisode de ce power ranking.

Il est donc basé sur la forme des équipes, le classement et bilan, l’attaque, ou encore la défense (lorsque nous parlons de classement en défense ou attaque, nous parlons de classement dans la conférence est, sur 15 équipes donc). Entre parenthèses, le nombre de places gagnées ou perdues.

1) Indiana Pacers: 39 victoires et 10 défaites (=)

Le cap de la mi saison est passé et que dire de ces Pacers. Solide numéro 1 de la ligue avec près de 80% de victoires, le dernier finaliste de conférence poursuit sa mission. Ayant enregistré la signature d’Andrew Bynum ces dernières semaines, les hommes d’Indianapolis semblent les mieux armés dans la conférence pour empêcher un quadruplé du Heat à l’Est! Avec 2 représentants au All star game (Paul George et Roy Hibbert) les pensionnaires du Bankerlife Fieldhouse sont récompensés de leur bon début de saison. Seul bémol, leurs 3 dernières défaites concédées dans des matchs « up-tempo » face aux Suns(x2) et à Denver (sur lequel ils ce sont vengés lundi dernier) qui pourraient donner des idées à leurs principaux opposants.

2) Miami Heat: 36 victoires et 14 défaites (=)

« Vivement les play-offs! » C’est sûrement ce que doivent de se dire puis se répéter toute la « Heat Nation ». Laissant souvent une impression de suffisance,  les floridiens continuent de perdre du terrain sur Indiana pour la quête de l’avantage du parquet en cas de confrontation en Play-Off. Bon an mal an, le Heat est solidement accroché à la 2ème place de la conférence Est et semble pouvoir sortir une grosse série de victoire à tout moment. Avec un D-Wade moins souvent à l’infirmerie les hommes de Spoelstra jouent un basket efficace et arbore le meilleur pourcentage au tir de a ligue (50.8%) .

3) Toronto Raptors: 27 victoires et 24 défaites (=)

« Quelle saison surprenante »! Suite à leur impressionnant redressement après le transfert de Rudy Gay aux Kings, les Canadiens continuent sur leur lancés. Même s’ils semblent rentrer dans le rang ces dernières semaines, ils restent la seule équipe à avoir battu les Nets en Janvier et ce à deux reprises. Dans le sillage d’un Kyle Lowry en mode Houston, les Raptors sont en tête de la meute de poursuivants pour les 2 places restantes à l’avantage du parquet en Play-Off. Ils seront d’ailleurs bien représentés aux All Star week-end avec Terrence Ross au Slam Dunk Contest et Demar DeRozan qui honorera sa 1ère sélection au match des étoiles.

4) Chicago Bulls: 26 victoires et  25 défaites (+1)

Avec 4 petites défaites en Janvier (Washington x2, LA Clippers et Minnesota), les Bulls ont rééquilibré leur bilan et se rapprochent à grandes enjambées des places qualificatives en Play-off avec l’avantage du parquet. Joachim Noah, all star pour la 2ème année consécutive, est devenu le leader mais aussi le visage de l’équipe en l’absence de Derrick Rose et ce depuis le transfert de Luol Deng aux Cavs. 2ème meilleure défense de la ligue avec 92.8pts encaissés/match, les hommes de l’Illinois sont aussi la plus mauvais attaque de la ligue avec 92,1points marqués/m. Comme l’avait déclaré « His Airness », Offense sells tickets but Defense win championships », nous verrons donc bien comment se termine la saisons de ces valeureux Bulls.

5) Washington Wizards: 25 victoires et 26 défaites (+1)

Les magiciens sont complètement relancés dans la course à l’avantage du terrain à l’EST.  En plein milieu de la « meute » composée des Hawks, des Raptors, des Nets et des Bulls, les wizards ont une belle carte à jouer. Avec un John Wall qui est depuis le début de saison le meilleur meneur de jeu à l’EST, les hommes de la capitale règlent petit à petit leurs problèmes d’irrégularités. Capable de grosses victoires (Miami, OKC, Portland et Golden State), Washington est aussi capable de défaites étonnantes ( Detroit, Boston, Cleveland et Utah). Sachant qu’en play-off, il y a une majorité d’équipes au dessus des 50% de victoires, les Wiz montrent bien qu’ils peuvent gêner les meilleurs.

6) Atlanta Hawks: 25 victoires et 25 défaites (-2)

Après un très bon début de saison, les Hawks peinent un peu en ce moment. Ils restent sur 5 défaites sur les 7 derniers match (dont 4 de suite) et le pire ce que ce sont majoritairement des match perdu à -5 points. Jeff Teague baisse peu à peu pavillon et le néo All star Paul Milsapps se retrouve souvent orphelin d’un autre larron régulier à ses cotés. Cependant tout n’est pas négatif, coach Buldenholzer gère son effectif à merveille et tire le meilleur de certains joueurs comme Pero Antic et Demmarre Carrol. Le calendrier va lui se corser avec des affrontement à venir avec tout les concurrents directs à l’EST. A venir successivement,  des matchs contre , Toronto, Indiana, Detroit, New-York et Chicago. Après cette série nul doute que nous y verrons plus clair sur le niveau des Hawks à l’approche des Play-offs.

7) Brooklyn Nets: 23 victoires et 26 défaites (=)

Meilleure équipe de Janvier avec seulement 3 petites défaites en 13 matchs, les Nets commencent à devenir une équipe avec des rôles et des systèmes établis. Bonne nouvelle,  les blessés sont de retours et les titulaires jouent à un niveau supérieur.  Aussi étonnant que cela puisse paraître en regardant le roster, c’est défensivement que les hommes de Brooklyn font la différence. L’effectif tourne bien et les Nets pourraient peut-être devenir l’épouvantail attendu en cette fin de saison, si les blessures les laissent tranquilles.

8) Charlotte Bobcats: 23 victoires et 29 défaites (+1)

Très loin de la hype qui entoure d’autres équipes plus mal classés les Charlotte Bobcats avancent masqués dans leur quête des batailles d’Avril. Seule équipe qualifiée pour l’instant pour les play-off à l’Est n’ayant aucun représentant au All Star Game les Cats sont en léger progrès. 4ème du pays aux points encaissés et 6ème aux défensive rating, les hommes de coach Clifford ont de sérieux problèmes offensifs. Al Jefferson encore oublié pour le match des étoiles réalise une grosse saison mais est bien trop seul avec Kemba Walker pour tenir l’attaque.

9) Detroit Pistons: 22 victoires et 29 défaites (+1)

« Detroit is back baby ».Un temps décroché dans une conférence EST moribonde en début de saison les Pistons sont de retours dans la course au Play-offs. Mème si leur mois de janvier a été désastreux (4victoires et 8 défaites) pour une équipe avec autant de potentiel, les hommes du Palace ont su se relancer début février. Mo Cheeks évincé, Loyer à démarré pied au plancher. Étonnante 25ème défense de la ligue malgré un roster athlétiquement monstrueux, Motor city semble être équipe d’attaque car elle a remporté 18 de ses 22 victoires avec plus de 100 points inscrits. Revenus quasiment au niveau des Bobcats à la 8ème place avec un back to back à jouer cette semaine contre ces dernier, Motown sera-t-il le trouble fête à l’est de cette fin de saison? Réponse dans quelques semaines.

10) New-York Knicks: 20 victoires et 30 défaites (-2)

« Doctor New-york et Mister Knicks ». 2ème à l’Est à cette même période il y a tout juste un an, les Knicks ne cessent de décevoir. Plusieurs facteurs sont pointés du doigt, les blessures, le coach, Melo et le banc. Pourtant lorsque l’on compare les deux effectifs, les joueurs semblent meilleurs sur le papier mais une chose est sure, le collectif est bien moins bon. Irrégulier au possible, parier sur les Knicks est comme réaliser le braquet parfait. Enchaînant coups d’éclats et déceptions, les Knicks sont depuis 2014 une équipe de série ( 5V-5D-4V-3D). Trop dépendant de leur franchise player, la meilleure attendance de la ligue devra réaliser un gros run si elle veut voir les play-offs cette saison.

11) Cleveland Cavaliers: 19 victoires et 33 défaites (=)

« Strated from the hole and still there ». Les semaines passent et se ressemblent coté Cavaliers. Potentiellement play-offable en début de saison, les Cavs sont pour le moment la déception de cette saison NBA.  Des résultats insuffisants (10 victoires sur le 25 derniers matchs dont 3 de suite en cours), un 1rst pick décevant mal géré, un roster au bord de l’implosion et des têtes qui tombent, ils semblent de plus en plus dur de réaliser de belles choses à Cleveland en l’état. Cependant, un nouvel élan semble s’être déclenché dans l’Ohio avec 3 victoires de suite. En partant d’aussi loin, il leur faudra réaliser un grand après All Star Game pour atteindre leurs objectifs mais le potentiel est là donc « ya plus qu’à ».

12) Boston Celtics: 19 victoires et 34 défaites (+1)

Rajon Rondo Aka RR9 est de retour au TD Garden et ça se sent dans les derniers résultats. Après seulement 2 victoires en 17 matchs en Janvier, les Celtics retrouvent des statistiques et un niveau de jeu plus digne. En enregistrant 4 victoires lors des 5 derniers matchs Beantown semble s’être redonné un bon coup de fouet sous la houlette d’un excellent Jared Sullinger élu jouer de la semaine à l’EST. Attention tout de même les dernières victoires obtenues l’ont été face à de modestes adversaires (Orlando, Philadelphie, Sacramento, Milwaukee). Il va falloir capitaliser face à des adversaires plus forts.

13) Orlando Magic: 16 victoires et 37 défaites (+1)

Avec 17 défaites en 20 matchs en Janvier le Magic a passé un 1er mois de 2014 plus que compliqué. Victime des blessures de certains joueurs importants (Nelson, Vucevic et Afflalo) les floridiens ont parfois lâché des matchs qu’ils avaient en main par manque d’expérience ou par pure volontée. Depuis le retour du pivot monténégrin, ç’est autre chose.Les joueurs du Amway Center vont mieux et ont même réussi à enchaîner 3 victoires consécutives face à des équipes en forme (Detroit,OKC, Indiana). Simple coup d’épée dans l’eau ou véritable prise de mayonnaise, il y a du mieux en Floride ces derniers temps.

14) Philadelphie Sixers: 15 victoires et 38 défaites (-2)

Mais que se passe t-il aux Sixers? Après quelques progrès entrevues entre décembre et début janvier, les Sixers sont littéralement en train de sombrer. Seule équipe à l’EST à ne pas avoir encore gagné en février 6 défaites, les hommes de Brett Brown sont en chute libre. Pire, sur leurs 6 dernières défaites, ils ont concédé 4 blow-out cinglants. Thad Young à retrouvé son niveau et c’est autour que ça flanche le plus. Evan Turner et Spencer Hawes sont rentrés dans le rang et ça se ressent sur les résultats de Philly. Seule bonne nouvelle en vue,  la reprise des entraînements collectifs de Nerlens Noel et Jason Richardson à venir.

15) Milwaukee Bucks: 9 victoires et 42 défaites (=)

« Le  combat continue… » La saison s’éternise dans le Wisconscin. Avec 7 blessés majeurs, les Bucks sont devenus une proie facile et une grosse cote pour les bookmakers. Les tuiles s’enchaînent et les mauvais résultats aussi  (1 victoire en janvier face aux Pistons). Incapable de composer un 5 stable et établir une rotation constante, coach Drew est  en 1ère ligne et pourtant. L’essentiel est bien ailleurs, « La Draft 2014 ». A en juger les coup qu’ils ont réalisé cette saison avec Giannis Antetokounmpo et Nate Walters, les Bucks pourraient bien nous refaire le coup avec un top 3 pick.

7 Comments

Comments are closed.