[Power ranking conférence est] Episode 4

 

Yawyawyaw! Aujourd’hui c’est mercredi et c’est l’heure de votre rubrique power ranking. Cette semaine, honneur  la conférence où on peut être triple all star sans même avoir disputé un match de playoffs.

N’oubliez pas toutes les 4 semaines le Mercredi, Dunkhebdo vous propose un power ranking des équipes NBA de la conférence ouest. Celui ci, sous forme de classement des 15 équipes de la conférence ouest, est un reflet de la forme des équipes depuis le dernier épisode de ce power ranking.

Il est donc basé sur la forme des équipes, le classement et bilan, l’attaque, ou encore la défense (lorsque nous parlons de classement en défense ou attaque, nous parlons de classement dans la conférence ouest, sur 15 équipes). Entre parenthèses, le nombre de places gagnées ou perdues.

1- ATLANTA HAWKS ( 43 victoires et 10 défaites)

Numéro 1 depuis déjà 2 épisodes, les Hawks continuent de dominer outrageusement la conférence est. Ils possèdent désormais la 4ème plus longue série de victoires de l’histoire (série achevé face au Pélicans après 19 succès de rang). Grâce à cette série ils ont réalisé un mois de janvier parfait (17-0) et ont vu leur starting five être élu « joueur du mois » (une première). A la sortie de ce run, les faucons avaient l’occasion de marquer encore plus les esprits ces derniers jours face au top 2 de la conférence ouest. C’est d’ailleurs chose faite, même s’ils se sont inclinés face au Grizzlies, ils ont dominé la meilleure équipe de la ligue (Les Warriors) dans un duel au sommet qui restera dans toute les mémoires.

2- CLEVELAND CAVALIERS ( 32 victoires et 21 défaites)

Ils possédaient un bilan négatif lors de notre précédente rubrique, depuis ils ont passé la surmultiplié. 13 victoires, 2 défaites, une série de 12 succès consécutifs plus tard, les revoilà de retour au sommet de l’est. Déjà revenu au niveau des Bulls pour la suprématie de la Central Division, les Cavs commencent à montrer leur vrai visage en dominant outrageusement leurs opposants. Le big 3 de l’ohio est effrayant d’efficacité dès qu’il accélère au grand damne d’adversaires souvent terrassés après 3 QT. Les hommes d’un Blatt un temps menacé en ont fini avec l’adaptation, ils sont passé en mode destruction comme en témoigne la présence de 2 joueurs dans le dernier 5 de la semaine.

3- TORONTO RAPTORS  ( 35 victoires et 17 défaites)

Leur infernal road trip achevé, les raptors ont enfin pu souffler. Sur une dynamique en dent de scie les canadiens ont porté un joli coup de collier ces dernières semaines. En effet, les 8 victoires glanées sur les 10 dernières rencontres juste avant le all star break font un bien fou au leader de la très faible Atlantic division. Cette position de leader qui n’est pas vaine puisqu’elle devrait garantir l’avantage du terrain en playoffs aux Nordiens, actuellement empêtré dans une lutte à 4 pour 3 places.

4- CHICAGO BULLS  ( 33 victoires et 20 défaites)

Impressionnant un soir, très décevant le lendemain, les Bulls sont en manque de constances. Réel talent intrinsèque pour rallier sans encombre la finale de conférence, les taureaux sont dans une forme assez moyenne avant le all star week-end. Heureusement pour la franchise de l’illinois, Jimmy Butler (joueur ayant parcouru le plus de km cette saison  » 217km en 25 matchs ») remet le nez à la fenêtre après un mois de janvier en dessous de ses standards habituels de la saison. Avec lui c’est toute la Bulls nation qui revit. Même Derrick Rose se remet à enchaîner les bons matchs c’est dire.

5- WASHINGTON WIZARDS  ( 33 victoires et 20 défaites)

Dirigé par le meilleur meneur de cote Est, les wizards connaissent un léger passage à vide. Si quelques joueurs inquiètent par leur niveau de jeu (n’est-ce pas messieurs « Gortat » et « Beal »), ce n’est pas le cas de JW2. John « Nitro » Wall, en dépit des résultats de son équipe s’affirme match après match malgré quelques égarements dans le money time. C’est le joueur qui génère actuellement le plus de points par match (23.6) grâce à ses passes, lui, toujours meilleur passeur de la ligue (10.2).

6- MILWAUKEE BUCKS  ( 26 victoires et 29 défaites)

Désormais détaché en tant que dernière équipe de l’est à plus de 50% mais aussi quasiment assuré d’être en playoffs, les Bucks font une incroyable turn around season. Déjà 29 victoires à leur actif pour ces Bucks à l’effectif quasiment inchangé. Ils ne sont qu’à un succès de remporter 2 fois plus de matchs que l’an dernier alors que le All star week-end (Enorme!).  Même si Giannis Antetokoumpo, Brandon Knight et Jason Kidd sont souvent mis en avant c’est avant tout l’expression collective d’une équipe soudée qui a d’ores et déjà réussi sa saison. Il faudra compter sur eux dans les prochaines années à coup sur.

7- CHARLOTTE HORNETS ( 22 victoires et 29 défaites)

Et si MKG était le joueur le plus valuable de l’effectif de coach Clifford. Kemba Walker, Lance Stphenson et Al Jefferson se sont tous blessés au cours de la saison mais aucune de ces blessures n’a été aussi préjudiciable au niveau de compétitivité de l’équipe que celle de l’ancien wildcat. Quand il joue, les Hornets sont en positif avec 19 victoires pour 18 défaites. Les choses sont en train de tourner pour la franchise de caroline du nord qui était antépénultième lors de l’épisode 1. Ils viennent d’ailleurs tout juste d’acquérir l’ex all star Mo Will qui devrait leur faire un bien fou au scoring grâce à ses habilitées offensives.

8- DETROIT PISTONS  ( 21 victoires et 31 défaites)

Revenu comme des boulets de canon dans la course à la 8ème place, les Pistons se maintiennent en bonnes eaux malgré la blessure de Brandon Jennings. En son absence, DJ Augustin est repassé en mode Bulls avec quasiment 20 points 10 passes de moyenne dont un joli 50% à 3 points en février. Le 3 points! Non vous ne rêvez pas! Grosse progression des Pistons? Perte de Josh Smith? Retour de Jodi Meeks? ou effet Van Gundy? Peut-être un peu de tout cela, en tout cas, les voila entré dans le top 10 aux totaux tentés puis convertis. Ce spacing créé permet alors au duo Drummond -Monroe de mieux s’exprimer et de punir les raquettes adverses.

9- MIAMI  HEAT  ( 22 victoires et 29 défaites)

Le chemin de croix du quadruple finaliste nba se poursuit. On les pensait tranquille, les voila désormais sous la menace des Pistons pour leur place aux playoffs. On en parlait comme d’une équipe avec 4 all star en son sein, la vérité est tout autre. Wade est blessé, Deng revient de blessure, Granger n’est même pas le spectre de l’ombre du joueur qu’il était à Indiana. Dans ce marasme seul Chris Bosh peut se targuer de tenir régulièrement son rang. Souvent esseulé, l’ex Raptor à trouver un acolyte de choix dans la peinture en la personne d’Hassan Whiteside qui en quelques sortie a beaucoup impressionné, se fendant de tripples doubles et de doubles doubles historiques.

10- INDIANA PACERS  ( 20 victoires et 33 défaites)

Les Pacers sont une équipe de guerriers et le prouve semaine après semaine. Un franchise player sur le carreau (dont le retour pourrait se faire cette saison en cas de playoffs), un pivot all star qui n’en a que le salaire et pourtant l’équipe se bat chaque soir et donne tout ce qu’elle a. Au rayon des satisfactions, les deux Hill (Solomon, George) et le rookie Damjan Rudez (1ère signature de la free agency) qui prouve qu’en dépit d’une adaptation difficile , qu’il pourra aider cette équipe. 

11- BROOKLYN NETS  ( 21 victoires et 31 défaites)

Affichant la plus mauvaise série des équipes encore à la lutte pour la 8ème place à l’est, les Nets persiste dans la médiocrité. Tout comme au heat, les all star ne répondent pas présent malgré toutes les tentatives du coach Lionel Hollins. Vous comprenez bien que l’effectif le plus cher de la ligue est en grande difficulté avec 15 défaites en 21 matchs depuis le début de l’année civile. Toujours en course pour les joûtes d’Avril, les coéquipiers de Brook Lopez n’ont plus le choix, il faut gagner et cela passe par retrouver de l’adresse mais surtout une défense beaucoup plus régulière.

12- BOSTON CELTICS  ( 19 victoires et 31 défaites)

Le début d’année fut compliqué à Boston. Plusieurs départs à digérer, plusieurs nouveaux joueurs à intégrer et un nouveau meneur de jeu à trouver. Smart devait être l’option logique mais pour l’instant, Evan Turner lui est préféré et c’est plutôt pas mal pour l’équipe. Déjà 3 victoires en février pour des celtes qui n’en ont remporté que 5 sur tout le mois de janvier. Les playoffs ne sont pas si loin pour des celtics qui possèdent un groupe homogène au sein duquel doit émerger un leader.

13- ORLANDO MAGIC ( 16 victoires et 39 défaites)

Le magic a cessé de l’être il y a bien longtemps. Les résultats actuels sont catastrophiques puisque la franchise floridienne est la pire équipe de la nba en 2015. Ce fendant d’un ignoble bilan de 3 victoires et 17 défaites sur l’année civile, coach Vaughn a été prié de plié bagage. Il a été remplacé par son assistant qui n’a pas attendu pour montrer ses qualités de tankeur contre les Bulls. Menant de 7 points à quelques secondes du terme, les jeunes pousses du magic se sont finalement inclinés après une succession de pertes de balles et un sabotage en règle. Une nouvelle expérience pour cette jeune équipe du magic qui est l’équipe qui a passé à cet instant le plus de minutes sur les parquets cette saison.

14- PHILADELPHIE SIXERS  ( 12 victoires et 42 défaites)

Comme pour les feux Bobcats à leur époque devenus Charlotte Hornets depuis, les Sixers affichent de beaux progrès alors que les résultats restent dans l’ensemble mauvais. Fini les grosses fessées dans lesquelles le garbage time commençaient dès la moitié du 3ème quart temps. Maintenant les sixers vont au bout des matchs en jouant les coup à fond. En plus, comme un bonheur n’arrive jamais seul, Joel Embiid, le 3ème choix de la dernière draft annoncé comme un futur pivot dominant a commencé à s’entraîner avec le groupe. Brett Brown et Hinkie sont à la croisée des chemins, ils devraient devenir de plus en plus compétitifs à mesure que le temps passe. De bonne augure donc pour une Atlantic division qui ne possède qu’une équipe sur cinq avec un bilan positif en son sein.

15- NEW-YORK KNICKS  ( 10 victoires et 42 défaites)

Les Knicks ont enfin gagné un match mettant fin à une terrible série de 16 défaites consécutives (record de franchise). Suite a cette victoire surprise ils ont profité d’un calendrier abordable pour enchaîner 2 succès consécutifs de plus face à Orlando et à Philadelphie. Depuis, plus rien ou presque. Les résultats sont redevenus mauvais et le all star game au Madison Square Garden qui aura lieu dimanche prochain, semble être le match avec le plus d’enjeu cette saison c’est dire. Vivement la saison prochaine pour ces moribonds knicks qui se présenteront à coup sur avec un autre visage.