[Power ranking conférence est] Episode 1

Ca y est c’est reparti! La saison 2014-2015 est lancée depuis maintenant 1 mois. Chaque équipe a dépassé les 10 matchs joués. C’est l’heure pour nous de reprendre notre rubrique power ranking. Cette semaine, honneur à la conférence la plus chamboulée durant l’intersaison, la conférence est.

N’oubliez pas toutes les 4 semaines le Mercredi, Dunkhebdo vous propose un power ranking des équipes NBA de la conférence est. Celui ci, sous forme de classement des 15 équipes de la conférence ouest, est un reflet de la forme des équipes depuis le dernier épisode de ce power ranking.

Il est donc basé sur la forme des équipes, les classements et bilans, l’attaque, ou encore la défense (lorsque nous parlons de classement en défense ou attaque, nous parlons de classement dans la conférence ouest, sur 15 équipes). Entre parenthèses, le nombre de places gagnées ou perdues.

1- Toronto Raptors (11 victoires-2 défaites)

Détonnant! C’est le mot qui qualifie le début de saison des Raptors qui sont l’une des équipes les plus impressionnantes de ce début de saison! Seule équipe de la ligue à être présente dans les top 5 à l’offensive et au défensive rating les canadiens enchaînent les succès avec une impressionnante facilitée. Sur la scélette il y a exactement 12 mois, coach Casey est en passe de réussir son pari pour faire de son équipe un vrai bon contender à l’Est.

2- Washington Wizards (9 victoires-4 défaites)

Les magiciens sont lancés. En mission en ce début de saison, les Wizards n’ont pour l’instant perdu que 3 matchs lors de leurs 10 dernières rencontres. Bradley Beal vient de revenir, Oto Porter prend confiance et Paul Pierce amène son expérience pour encadrer le tout. Ce savant mélange, peut se transformer en cocktail explosif lorsqu’il faut sortir les muscles et marqué les esprits. Ce fut le cas contre les Cavs où les hommes de DC ont littéralement dominé leurs adversaires du soir dans tous les compartiments du jeu.

3- Chicago Bulls (9 victoires-5 défaites)

Après une grosse hype en ce début de saison compte tenu des arrivées des rookies, de Pau Gasol et du retour de Derrick Rose, le soufflet est très vite retombé avec la blessure de ce dernier. Jimmy Butler se démène et tient la baraque dans le systême Thibodeau mais pour l’instant c’est un peu court. Malgré tout ils restent sur 6 victoires sur leurs 10 derniers matchs. Pour l’instant la défense n’est pas encore au niveau mais ça ne serait tarder quand ont connait le niveau d’exigence du coach. 

Atlanta Hawks (8 victoires-6 défaites)

Le retour d’Al Horford devait les asseoir à la table des meilleurs à l’Est et ça en prend petit à petit le chemin. Les Hawks sont tous simplement la dernière équipe de l’est avec un bilan  à plus de 55%. Belle équipe à voir évoluer, les pensionnaires de la très peu remplie Phillips Arena sont un modèle de collectif avec 4 joueurs entre 13 et 20 points par matchs. Capables de battre le Heat  mais aussi de perdre contre les Lakers, les fancons manquent de régularités pour viser plus haut pour l’instant.

5-Miami  Heat (8 victoires-7 défaites)

Le roi est rentré chez lui mais son nouvel ex empire est toujours debout. Moins fringant que ces dernières années, le Heat n’est pas devenu une petite équipe pour autant. Chris Bosh a repris son rôle de Franchise player  qui lui allait si bien à Toronto et la boutique continue de tourner même si elle a connu des jours meilleurs. Le repositionnement au poste 2 de Rio est pour l’instant une belle réussite et les ajouts de Luol Deng, Shane Williams mais surtout de l’énergique James Ennis donnent du peps à un jeu stéréotypé par le passé.

6- Milwaukee Bucks (8 victoires-7 défaites)

Plus mauvais bilan de la ligue l’an passé avec un pitoyable record de 15 victoires pour 67 défaites, les Bucks sont en train de se reconstruire une image très sympathique. Jason Kidd a pris les reines de l’équipe et a axé son jeu sur la défense. Il faut dire qu’il a de quoi faire compte tenu des joueurs monstrueux d’envergures qu’il a a disposition et le retour en forme de Larry Sanders. Offensivement les Bucks ressemblent à une équipe NCAA dans laquelle le système a plus de poids que les individualités. Néanmoins,la franchise du Wisconsin possèdent dans son roster des attaquants à forts potentiels qui peuvent lui faire passer un cap d’ici quelques saison tel Jabari Parker ou les retrouvés OJ Mayo et Brandon Knight.

7- Cleveland Cavaliers (6 victoires-7 défaites)

De retour au bercail, le King a totalement changé la face de cette équipe… sur le papier uniquement pour l’instant. Le big 4 vanté par certains en début de saison assure ses stats mais a pour l’instant du mal à enchaîner les bons résultats. En 13 rencontres, ils ont d’ores et déjà subis deux séries de 3 défaites consécutives avec comme plus marquantes celles contres les Raptors et les Wizards qui les ont dominés de la tête et des épaules. Cependant, ils restent l’une des équipes les plus talentueuses du circuit, nul doute qu’ils le prouveront d’ici quelques semaines.

8-Indiana Pacers (6 victoires-8 défaites)

Dans la course aux équipes décimés, voici le numéro 1. Contre Dallas avant hier, les pensionnaires du Bankerlife Fieldhouse n’ont joué qu’avec deux joueurs réguliers de la saison dernière en la personne de Scola et Mahinmi. Plus étonnants encore, ils se sont imposés face aux Mavs avec une pluie de 3 points. Surprenant pour eux qui font parti des pires équipes dans cet exercice. Bien que mauvaise attaque, les Pacers restent toujours une solide défense et le n°2 à l’efficacité aux rebonds derrière Sacramento. Voila quelques signes encourageants pour le dernier finaliste de conférence.

9-Orlando Magic (6 victoires-10 défaites)

La jeune équipe floridienne, ne cesse de surprendre. Après un départ chaotique à 2 victoires 6 défaites, les hommes de coach Vaughn sont depuis à 50% avec (4v et 4d sur leurs 8 derniers matchs). A l’image de Luis Suarez pour Liverpool l’an passé l’équipe possède des joueurs qui masquent son niveau réel. C’est le cas de Tobbias Harris et du sous estimé Nikola Vucevic qui mènent le n1 au rebond pris en moyenne avec 43 prises par matchs dont 20 pour les 2 intérieurs. La suite devrait tout de même être moins reluisante avec la blessure d’Harris même si le retour d’Oladipo peut insuffler une nouvelle dynamique à à ce magic plein de potentiel.

10- Brooklyn Nets (5 victoires-8 défaites)

Les Nets sont probablement la franchise la plus décevante de ce début de campagne. Attendus au tournant avec le recrutement d’un defensive-minded coach (Lionel Hollins) et le retour de l’un des meilleurs pivots offensifs de la ligue (Brook Lopez), les new-yorkais sont actuellement dans une mauvaise passe. Bien partis, ils coincent depuis 7 matchs avec une seule petite victoire empochée face à une équipe de OKC totalement décimée par les blessures. Seul motif de satisfaction, le bon début de saison de Bogdanovic qui se plasse à la course au Roy et au rookie challenge.

11- Boston Celtics (4 victoires-8 défaites)

Pour ceux qui ont déjà vu évoluer les Celtics cette saison, ça attaque, c’est plaisant, ça court ça shoote mais ça ne gagne pas ou très peu. Coach Stevens permet à ses joueurs de se régaler avec son systême axé sur Rajon Rondo et ses shooting bigs. Gros bémol, d cette équipe la défense. Fond de commerce de l’époque Rivers, c’est un secteur en berne depuis. Alors qu’individuellement, les C’s possèdent des défenseurs plus qu’honnêtes c’est collectivement que ça patauge avec une 26ème place. Les succès passeront obligatoirement par des progrès dans ce secteur pour les jeunes celtes ambitieux! 

12- New-York Knicks (4 victoires-11 défaites)

C’est le souk total au Knicks. Ils ont bassiné tout le monde avec l’attaque en triangle alors qu’ils éprouvent toutes les difficultés du monde à faire des stops mais surtout à défendre ensembles. Seuls points positifs les new-yorkais sont  4ème à la passe et surtout l’équipe la plus adroite de la ligue à 3 pts avec un joli 39.5% général. A part ç tout est à revoir, et la reconstruction s’annonce longue pour la franchise de big apple.

13- Charlotte Hornets (3 victoires-11 défaites)

Partis moyennement bien, les hornets ont depuis sombré. La franchise de « his airness » reste sur 6 défaites consécutives alors qu’elle contrôlait littéralement la moitié des rencontres à quelques minutes de la fin. Tout comme l’an passé les Hornets subissent une longue série négative en l’absence de leur ailier titulaire, Michael Kidd-Gilchrist absent depuis qu’il a lourdement chuté face à Dallas. Chamboulé à l’intersaison les feux Bobcats doivent retrouver leur équilibre et leur défense qui faisaient leur forces durant l’exercice précédent.

14- Detroit Pistons (3 victoires-11 défaites)

Etre président-coach n’est pas de tout repos dans cette ligue et encore moins quand l’équipe est en reconstruction. C’est le cas de Flip Sanders aux Wolves mais surtout celui de Stan Van Gundy à Detroit. Arrivée en sauveur, le moustachu peine à trouver la clé pour gagner des matchs. Malgré leurs 3 courtes victoires sur les Knicks, les Bucks et OKC, les Pistons sont à ce jour l’une des équipes les plus faibles à l’est malgré un potentiel playoffable.

15- Philadelphie Sixers (0 victoire-14 défaites)

Pire équipe de toute la nba avec un roster peuplé d’inconnus aux bataillons, les Sixers continuent de côtoyer les profondeurs abyssales de la ligue. Seule franchise à ne pas encore avoir gagné un match depuis le début de la saison Philly est une proie facile.Ses jeunes joueurs apprennent dans le durs le coach subi pour l’instant la politique de son GM. Seule bonne nouvelle, l’équipe a nettement amélioré ses chiffres en défenses et détient pour l’instant le steal de la dernière draft en la personne de KJ Mc Daniels qui montre de belles aptitudes pour évoluer à ce niveau.

Auteur : ThomasF

Intéressé par la nba depuis tout jeune, c'est le dunk de Vince Carter sur Fred Weiss qui m'a définitivement fait basculer. Amoureux du jeu old school notamment celui prôné par les Kings de 2002, j'ai au fur et à mesure appris à cultiver ma culture basket jusqu'à aujourd'hui m'intéresser aux statistiques avancées. Fan de Paul Pierce, de Brandon Roy mais surtout des Memphis Grizzlies, j'ai rejoint le site en début 2013, et je vis ma passion au quotidien avec mes acolytes.