[Power Ranking 2015-16] Conférence Ouest: Episode 3

 

Logo_Conférence_Ouest

Bonjour à tous et bienvenue dans notre rubrique power ranking. Le Power Ranking cherche à établir un ranking des équipes de chaque conférence à un instant T; sur une période donnée. Il est différent d’un classement classique, même s’il peut y avoir des similitudes entre les 2. Le Power Ranking prend aussi en compte, les séries (victoires ou défaites), le calendrier et les blessures. Comme chaque année nous reviendrons 2 fois par mois (EST-OUEST) sur la forme des équipes Nba sur une période d’un mois. Aujourd’hui, place à l’ouest pour prendre des nouvelles du champion. Bonne lecture!

Episode 1     Episode 2

Warriors Logo1-Golden State Warriors (42 victoires- 4 défaites) (=)

Depuis deux saisons maintenant, les Warriors n’ont pas quitté cette position dans notre Ranking. Alors que leur saison historique se poursuit (ne sont qu’à une victoire du temps de passage des Bulls historique de 1992 et leur bilan de 72-10); un autre record leur tend les bras. Désormais à 40 victoires consécutives à domicile ils ne sont qu’à 4 succès des Bulls.

Un peu moins bien en début d’année suite aux absences respectives de Curry et Green, Golden State s’est bien repris enchaînant les corrections face aux outsiders, Cavs (+34), Bulls (+31), Spurs (+30). Sur leurs 5 derniers matchs, il ont inscrits 120 points et leur leader Curry n’est qu’à 10 matchs du record de matchs consécutifs avec un 3 points inscrit détenu par Kyle Korver.

Spurs Logo2-San Antonio Spurs  (39 victoires- 7 défaites) (=)

Dans l’ombre des Warriors depuis le début de la saison, les Spurs vont certainement y rester après leur lourd revers (30 points) face au champion sortant. Cette défaite fait mal mais ne remet pas en cause la saison exceptionnelle qu’ils réalisent. N’oublions pas qu’ils sont devenus la 5ème équipe de l’histoire à commencer leur saison par 25 victoires de rang à domicile.

Afin de valider cette belle saison, la meilleure défense de la ligue sera récompensée au match des étoiles. Tout d’abord, sur le terrain, les Spurs auront deux joueurs Leonard et Aldridge qui fêteront ensembles leurs 1ères sélections sous ce maillot. Coté banc Greg Popovich fêtera lui sa 4ème nomination et amènera dans ses valises Becky Hammond. Elle deviendra la première femme sur un banc au all star game. Chapeau!

okc logo3-Oklahoma City Thunder (36 victoires- 13 défaites) (=)

Solidement accroché à la 3ème place de la conférence, le Thunder vient d’enchaîner une belle série de 10 victoires en 11 matchs. Toujours portée par son duo d’all star qui génère  60% des points, la franchise d’Oklahoma s’apprête comme d’autres avant elle à passer son test face aux Warriors.

Seule ombre au tableau ce mois ci, la défaite surprise concédée à Brooklyn. Donovan est dans un siège confortable en attendant les playoffs où il sera attendu comme l’était son prédécesseur. Tout en haut, Sam Presti aborde la trade deadline bien plus détendu que l’an dernier, lui qui avait emballé le marché dans les derniers instants.

clippers_logo_34-Los Angeles Clippers (31 victoires- 16 défaites) (+1)

Les Clippers sont bien lancés dans la course à l’avantage du parquet pour les playoffs. Fort d’une belle série de 10 victoires consécutives en début de mois, ils se sont bien extirpés du groupe de chasse. Cette série reste tout de même à relativiser puisque sur les 5 oppositions face aux équipes à +50% ils n’en n’ont gagné que 2 en concédant de lourdes défaites.

Les Clippers sont n’oublions pas orphelin de leur franchise player Blake Griffin depuis 16 matchs pour une blessure à la main. Doc Rivers aurait déclaré qu’il lui privilégierais Chris Paul s’il devait casser le duo. Curieux mais les chiffres ne lui donnent pas tord. Son équipe est à 22 victoires sur 31 matchs en l’absence du 1er choix de la draft 2009 sur les deux dernières saisons. Intéressant.

Memphis Grizzlies5- Memphis Grizzlies (27 victoires- 20 défaites) (+2)

Les mois passent et ne se ressemblent pas dans le Tennessee. Le mois de janvier a été bien négocié par les Grizzlies qui affichent un bilan de 8 victoires sur les 10 derniers matchs. Comme les Clippers, ils ont bénéficié d’un calendrier allégé pour se refaire une santé. L’expérience du small ball aura donc tourné court pour Dave Joerger qui est revenu à 5 majeur classique.

Désormais 5ème à l’ouest les Grizzlies n’ont pas vraiment de marges actuellement. Leur bilan est très flatteur puisque statistiquement ils ne possèdent que la 16ème défense et la 24ème attaque de la ligue. Très lent, ils peuvent  compter sur un banc électrique propulsé par le duo Chalmers ( 7 passes de moyenne sur les 9 derniers matchs) Green (17 pts de moyenne sur les 7 derniers matchs) pour aider des titulaires pas toujours au niveau.

Rockets Logo6-Houston Rockets (25 victoires- 24 défaites) (=)

Après avoir fini l’année sur une série négative (4 défaites de suite), les Rockets sont entrés en 2016 en enchaînant 5 succès d’affilés. Depuis, ils alternent le bon et le moins en continuant à perdre du temps en vue de l’avantage du terrain en playoffs. Pas encore au niveau attendu, ils restent potentiellement monstrueux.

Bonne nouvelle pour ces Rockets, ils ont retrouvé un Dwight Howard dominateur à 16 points, 12 rebonds en 31 minutes en Janvier. Plus surprenant, ils ont aussi récupéré Josh Smith contre quasiment rien. L’effet ne s’en ressent pas encore sur les résultats mais Houston à toutes les cartes en main pour réussir un gros run post all star.

Dallas Logo7-Dallas Mavericks (25 victoires- 24 défaites) (-3)

Empêtrés dans un calendrier très compliqué les Mavs sont en perte de vitesse. Le talent est là mais la fatigue se fait de plus en plus présente chez les texans. Le grand Dirk est en train de faire une fin de carrière magnifique bien épaulé dans la raquette par le surprenant Zaza Patchulia (6ème au vote du dernier All star game).

Cette saison Dallas est avec Memphis la seule franchise au bilan positif à n’avoir aucun représentant à Toronto mais peut compter sur le bon retour en forme de Chandler Parsons. En janvier c’est 16 pts 5 rebonds 3 passes en 33 minutes de moyenne le tout à 52% au tir et 46% à 3pts. Une bonne nouvelle pour Carlise qui pourra enfin s’appuyer sur son couteau suisse offensif pour soulager son hall of famer.

blazers-logo8- Portland Trailblazers (22 victoires- 26 défaites) (+3)

Attendus au fin fond de la ligue, Portland est un étonnant 8ème à l’ouest. Terry Stotts réalise un boulot formidable dans la lignée de son mentor Rick Carlise. Il peut compter sur un roster jeune, pétri de talent dont le leader  Lillard prouve tous les soirs qu’il fait parti des meilleurs joueurs de la ligue.

Snobbé à tord ou à raison pour le all star game 2016, Clutch Dam ne manquera pas de passer sa frustration sur les prochaines équipes qu’il affrontera. Ses partenaires devront eux aussi élever leurs niveaux car pour leur 11 rencontres en Février, il y aura 8 oppositions face à des équipes aux bilans positifs.

 

Sacramento Kings logo9- Sacramento Kings (20 victoires- 26 défaites) (-1)

Docteur Sacramento et mister Kings. Voila comment on peut résumer en quelques mots l’état des californiens. Entre déceptions et bonnes performances Sacto n’arrive toujours pas à être régulier sur la durée, ce qui pourrait leur coûter cher à la fin de la saison. Le duo Cousins-Rondo est monstrueux mais autour c’est cruellement irrégulier.

Collectivement, les bonnes surprises Casspi, Caulley-Stein sont nuancés par les déceptions Collison Mc Lemore et Bellinelli. L’italien très décevant avec un horrible 31/123 à 3pts  (27%) depuis début décembre  fait d’ailleurs l’objet de rumeurs de transferts. Sacramento a une belle carte à jouer cette année à eux de ne pas la gâcher.

 Jazz Logo10-Utah Jazz (21 victoires- 25 défaites) (=)

Longtemps privés de leur paire intérieure Gobert (genou) Favors (dos), Utah a progressivement glissé dans la conférence ouest. L’actuel 9ème doit surtout corrigé la faiblesse à l’extérieur qui la plombe. En effet, ils perdent 2 matchs sur 3 hors de leurs bases en moyenne (seuls les trois tankeurs de la conférence et les Pélicans font pires).

Doté d’une structure traditionnelle, les insiders ont révélé qu’ils aimeraient recruter Splitter d’ici la fin de la deadline. La piste Teague pourrait aussi être activée. L’actuel titulaire à la mène, Neto a été plébiscité pour le rising star challenge mais est léger aujourd’hui dans la course aux playoffs. Bien qu’en négatif, le Jazz est en passe de réussir sa reconstruction comme l’explique Zach Lowe dans son excellent dernier papier.

Denver Logo11- Denver Nuggets (18 victoires- 29 défaites) (-2)

En haute altitude, les Nuggets apportent un peu de fraîcheur dans cette conférence ouest. Ils possèdent du cap space, ont du potentiel sur chaque poste et une multitude de potentiels choix pour la prochaine draft. Le GM et l’assistant viennent d’être prolongés et on le comprend tant leurs décisions s’avèrent payantes aujourd’hui.

Coté terrain, si l’absence de Mudiay a fait du mal au bilan de l’équipe, Gallinari en a profité pour montrer qu’il était bien de retour à son meilleur niveau. Chirurgical du coté gauche du panier en 2016 (shotchart), l’italien montre à ses dirigeant qu’ils ont bien fait de le prolonger avant la saison. Autre bonne surprise, le rookie Jokic sort de l’ombre et accompagnera Mudiay au Rising star challenge de Toronto.

 

Pelicans Logo12-New-Orleans Pélicans (+2) (17 victoires- 28 défaites)

Are you a Pelican or a Pelican’t. C’est par cette tirade que sont commentés les actions d’éclats de l’équipe dans les tops 10 qu’ils squattent régulièrement grâce à des finitions en haute sphère d’Anthony Davis.

Dans l’urgence, les pensionnaires du smoothy king center sont victimes de la fragilité chronique des joueurs qui composent le roster. Pondexter ne jouera pas cette saison et Gordon est de nouveau sur le flanc. Le retard accumulé n’est pas rédhibitoire mais il faut faire vite. Attention à eux qui pourraient être les grands agitateurs de la trade deadline. 

wolves_Logo13-Minnesota Timberwolves (18 victoires-34 défaites) (=)

Composé de très jeunes joueurs puis de vétérans très expérimentés, le cocktail des loups manque cruellement de liant. Il devait retrouver un peu de punch au retour de Pekovic mais pour l’instant rien d’exceptionnel. Dans ce contexte, les jeunes bien qu’égratignés par leurs coachs font des stats dans une équipe qui perd beaucoup (13 défaites en 15 matchs depuis Janvier).

Kévin Martin mis de côté les Wolves ont besoin de shooteurs. L’an dernier déjà, ils avaient été actifs à la deadline et pourraient bien récidiver cette saison. Le all star week-end arrive donc à point nommé pour des jeunes Wolves dont Towns qui en toute discrétion réalise une saison exceptionnelle.

suns logo14-Phoenix Suns (14 victoires- 34 défaites) (-2)

Les saisons se suivent et se ressemblent pour les Suns. Comme leur coach, ils sont passés de futurs cracks à faux flashs en seulement deux saisons. Encore une fois la saison des hommes de l’Arizona est compromise par la blessure d’un joueur majeur. Jugez par vous même, 13 défaites en 15 matchs depuis que Bledsoe est blessé.

En son absence nous assistons à l’éclosion du rookie snobbé pour le rising star Devin Booker. Pour son premier mois dans le 5 majeur, à 19 ans, il compile déjà 17 points à 45% en 33 minutes alors qu’il est ciblé par les défenses. Phoenix n’est pas aidé par les cas Chandler et Morris à gérer mais semble d’ores et déjà tourné vers la prochaine draft.

 

Lakers Logo15-Los Angeles Lakers (9 victoires – 40 défaites) (=)

Entre tournée d’adieu de Kobe et progression des jeunes les Lakers ont le derrière entre deux chaises voir trois si on compte la protection du pick à assurer (top 3). Pire équipe de l’ouest et délaissée par ses fans (20ème attendance), LA pourra se consoler en envoyant 3 joueurs à Toronto pour le all star week-end.

Coté terrain les Lakers n’ont battu que les Pélicans, les Suns et les Sixers en janvier. Russell sort désormais du banc depuis 23 matchs  au profit de la paire Williams-Brown (3andD). Randle lui est de retour dans le 5 au profit de Nance Jr qui semble être le plus gros steal de cette draft au jour d’aujourd’hui. Vous l’aurez compris, la mission tanking est rondement menée par Scott qui a l’opposé de Blatt satisfait pleinement sa direction…