[Power Ranking 2015-16] Conférence Ouest: Episode 1


Logo_Conférence_Ouest
Déjà un mois de compétition c’est le retour de notre rubrique power ranking. Le Power Ranking cherche à établir un ranking des équipes de chaque conférence à un instant T; sur une période donnée. Il est différent d’un classement classique même s’il peut y avoir des similitudes entre les 2. Le Power Ranking prend aussi en compte, les séries (victoires ou défaites), le calendrier et les blessures.Comme chaque année nous reviendront 2 fois par mois (EST-OUEST) sur la forme des équipes Nba sur une période d’un mois. Pour ce premier numéro nous allons à l’ouest pour voir prendre des nouvelles du champion. Bonne lecture!

Warriors Logo1- Golden State Warriors

On se demandait s’ils arriveraient à digérer leur premier titre et leur saison 2014-15 historique, erreur grave! Pourquoi digérer quand on a encore faim? Seule équipe encore invaincue à ce jour, les Warriors viennent de réaliser le meilleur début de saison de l’histoire de la ligue grâce à un 16-0 sans appel.

Non perturbés par l’absence de leur coach Steeve Kerr opéré du dos pendant l’été, les joueurs de la baie sont déconcertants de facilités. Ils se fendent même de grosse fessées  (+50 face à Memphis) et de comebacks historiques (gagner en étant mené de 27 points face aux Clippers). Certaines statistiques sont incroyables (devant au score durant  80% du temps total joué, 23% du temps total avec 15 points d’avance, 27 victoires de suite à domicile) et rien ne semble pouvoir les arrêter.

Spurs Logo2- San Antonio Spurs

Pour la première fois de leur histoire, les Spurs ont réussi à attirer un gros free agent en la personne de Lamarcus Aldridge. Multiple all star et meilleur attaquant à son poste durant ses années dans l’Oregon; LMA tarde à prendre ses marques offensives au sein de la franchise historique. Quoi qu’il en soit à SA la star c’est le collectif et ce en dépit des grosses individualités.

3ème meilleur défense la saison dernière, les Spurs continuent sur le même rythme en étant 1er cette saison avec seulement 93.4 points encaissés sur 100 possessions. L’inoxydable Tim Duncan continue donc de dicter sa loi dans la raquette bien aidé par le DPOY en titre Kawhi Leonard. Ce dernier s’affirme de plus en plus de l’autre coté du terrain comme en témoigne ses 9 matchs (sur 14) à plus de 20 points le tout à 51,5%. Une pensée aussi pour l’éternel Manu Ginobili 3ème meilleur PER à son poste toujours capable de faire gagner des matchs à sa franchise.

okc logo

3- Oklahoma City Thunder

Un nouveau coach,  un nouveau pivot titulaire pour une nouvelle saison. OKC est lancé à la poursuite du but ultime le titre nba. Pourtant certaines choses ne changent pas. Russell Westbrook est au four et au moulin pour le meilleur et pour le pire. Son duo avec KD continue de marquer l’histoire (216 matchs que Kevin Durant & Russell Westbrook marque chacun au – 20 points).

Kevin Durant qui est de retour cette saison n’a rien perdu de son talent. Il paraît même plus facile qu’avant. Il affiche 28 points de moyenne en 10 matchs, le tout assortis de 7 rebonds, 3 passes à 53%, 47% à 3 points et quasi 90% au lancers francs. Dans son élan, le Thunder est solidement accroché à la 3ème place de la conférence ouest. Donovan est tranquille c’est en play-off qu’il sera jugé.

Dallas Logo4-Dallas Mavericks

Les saisons se suivent et se ressemblent pour coach Carlise. Comme chaque année, son 5 majeur change et comme chaque année, il arrive a en tirer le meilleur. Rick Carlise est tout simplement un des meilleurs techniciens de la ligue.Il arrive toujours à rendre son équipe compétitive; ce malgré l’instabilité de son propriétaire.

Cette saison Dallas est une équipe de paris. Le premier tenté a échoué (Deandre Jordan) mais tous les autres sont pour l’instant très positifs. De Zaza Patchulia à Deron Williams en passant par Dwight Powell, même Mc Gee s’est montré intéressant lorsqu’il a joué. Les Mavs sont un peu la surprise du chef, ils sont au dessus des attentes, le wonderking en est le meilleur exemple. A 37 ans, il signe 17 points 7 rebonds à 52% au  tir 50% à 3 points et 90% au lancers francs. Pourvu que ça dure.

Memphis Grizzlies5- Memphis Grizzlies

Les Grizzlies ont pris cette saison leur pire départ depuis le début de la Grind Era. Départ inquiétant (3 victoires pour 6 défaites) qui nous à même fait nous interroger. Oui car plus que les défaites,  la manière était terrible (-30 face aux Cavs, -50 face aux Warriors, quasiment -20 face à Portland), Dave Joerger le coach semblait même menacé.

Sept matchs plus tard, Memphis a le vent en poupe grâce a une belle série de 6 victoires en 7 matchs (dont 4 sans Randolph blessé au genou) contre des adversaires bien côtés. D’une part, les cadres ont remis le nez à la fenêtre comme Gasol et surtout Conley (52.1% au tir sur les 5 derniers matchs; 1 perte de balle pour 6 passes décisives en moyenne). De l’autre des joueurs décevants se relancent tels que Jeff Green (19points et plus 4 des 6 derniers matchs) et Mario Chalmers tout juste arrivé de Miami qui poste 13 ponts 3 rebonds en 20 minutes depuis qu’il est là.

Jazz Logo6- Utah Jazz

Très attendu après une fin de saison en trombe l’an dernier, le Jazz est placé et guette le moindre faux pas des autres concurrents. Ils sont tout juste à l’équilibre (7-7), ce malgré un Gordon Hayward en dents de scie (4 matchs à + de 20 points), sans oublier la perte pour la saison de leur meneur titulaire Dante Exum. Heureusement pour eux, Utah est bâti sur un socle solide et un collectif dense.

Cette saison le patron se nomme Derrick Favors. Le poste 4 le plus sous-estimé de la ligue s’affirme de plus en plus comme un two way player de grande qualité. A ses côtés Rudy Gobert, notre français continue sa progression en s’imposant comme l’arme fatale de la dissuasion  dans la raquette. Cette raquette donne des ailes aux extérieurs qui sont plus agressifs sur les porteurs de balle adverses (22% en plus d’interception). Snyder veut amener ses hommes en playoff, son équipe montre déjà des signes très encourageant.

suns logo7- Phoenix Suns

Cette équipe des Suns réalise un super départ comme depuis 2 ans. La signature de Tyson Chandler critiqué par beaucoup au début, fait de l’ombre à Alex Len mais pourrait finalement le stimuler à plus long terme. Cette année à Phoenix, le backcourt est roi. Les Slash Brother (Knigh et Bledsoe) bousculent la hiérarchie des duos à l’arrière. Ils ont tout 2 marqué 6 fois au moins 20 points le même soir ce sont les seuls ex-aequo avec les Raptors à l’avoir réalisé à ce stade.

Prolongé pour le maximum cet été Brandon Knight a déjà remporté le trophée de joueur de la semaine à l’ouest. Un sacré exploit quand on sait à quel niveau évolue Curry. Tout comme au Jazz l’ajout d’un totem défensif permet aux extérieurs d’être plus agressifs sur les porteurs de balle adverses donc de voler plus de ballon (+22%). Attention car ils viennent de perdre 3 matchs d’affilés alors que leur calendrier se corse.

clippers_logo_38- Los Angeles Clippers

Après une intersaison en fanfare à coup de signatures clinquantes et d’une prolongation de contrat très médiatisée (Affaire Jordan) les Clippers sont entrés dans leur saison par le bon bout. Après 4 matchs ils étaient invaincus avant de défier le champion en titre. Ce duel à malheureusement été le début de la fin pour ces Clippers qui depuis en sont à 3 victoires en 11 matchs.

Leaders esseulés, banc irrégulier, adresse à 3 points en berne (21ème au %) , les maux s’accumulent mais pas les remèdes. Autre chose, la défense. Les Clippers sont trop faibles dans ce domaine pour espérer mieux. 22ème à l’efficacité défensive, ils encaissent 104 points/100 possessions en moyenne. C’est trop, bien trop. Seules éclaircies du moment, les retours à la compétition de J.J Reddick touché au dos et Chris Paul qui est devenu le 2ème meilleur passeur de la franchise dans la semaine.

wolves_Logo9- Minnesota Timberwolves

Nous vous parlions de Dallas tout à l’heure comme surprise, mais la vrai surprise la voila. Touchés par le décès de leur président/coach Flip Saunders décédé le 25 octobre dernier, les Wolves sont en missions. Leur niveau dépasse largement les résultats attendus. 5ème au pourcentage à 2pts, 4ème aux lancers francs tentés, les loups sont agressifs vers le cercle; à l’image d’un Andrew Wiggins qui nous régale de spins mooves puis finitions spectaculaires.

Outre Wiggins (8 des 10 derniers matchs à plus de 20 points) qui confirme son potentiel; deux autres joueurs émergent du groupe. Le premier Karl-Anthony Towns. Drafté avant tout pour ses qualités défensives (9.5 rebonds 2.5 contres), il a déjà transposé son Go to Moove (Petit hook main droite) au jeu Nba. Le second, Ricky Rubio. Depuis son retour au terrain c’est le baromètre de cette équipe. Jugez par vous même: 7 victoires et 4 défaites quand il joue, uniquement 4 défaites quand il ne joue pas.

Denver Logo10- Denver Nuggets

En ne regardant que le bilan des nuggets, on pourrait simplement dire qu’ils ne sont pas  au niveau. Pourtant c’est tout à fait faux. Malgré une mini crise de résultats (surtout 4 défaites consécutives série en cours), ils jouent bien. Leur association de guards (Mudiay-Harris) est très prometteuse. Elle rappelle les débuts du duo Wall-Beal. Sous la houlette d’un exigeant Mike Malone l’équipe est rafraîchie, les jeunes se font plaisir (Barton, Jokic en tête) au grand bonheur du Pepsi center.

Malheureusement, le tableau n’est pas tout blanc. La défense (27ème à la defensive efficiency) est un gros axe de progression pour cette équipe de jeunes nuggets. Étonnant quand on sait que coach Malone est avant tout connu pour sa rigueur de ce coté du terrain. Notons à leur décharge qu’ils ne sont pas épargnés par les blessures. Faried (Cheville), Chandler (Hanche), Lauvergne (dos), Nurkic (Genou) ont déjà manqué des matchs alors que leurs remplaçants dont le duo Arthur-Hickson n’a rien de défensif.

Sacramento Kings logo11- Sacramento Kings

Sacramento est-il de retour sur la carte? Vu comme beaucoup par un outsider à haut risque, les Kings ont mal commencé la saison. Il y avait déjà des rumeurs de tensions internes entre Cousins et Karl durant l’été; à cela s’est rajoutée une série de mauvais résultats dû en partie à un calendrier difficile.

Les Kings possèdent cette saison, un effectif de joueurs aussi instables que talentueux. Leur axe meneur-pivot compile des stats ahurissantes sans pour autant beaucoup faire gagner l’équipe et c’est bien là le problème. Cousins tourne cette saison à 31 points 11 rebonds 47% à 3 points lors des victoires. Quant à Rondo, il a déjà réalisé 4 fois au moins 15 passes, 7 double-doubles et 4 triple doubles… en seulement 16 matchs.

blazers-logo12- Portland Trailblazers

En playoffs l’an dernier, Portland ne devrait pas y figurer cette saison. Pour cause, les départs de 4 titulaires (Aldridge, Batum, Matthews, Lopez) est une trop grande perte pour rester compétitif. Néanmoins, les Blazers sont sexy et ne partent pas de rien. Tout d’abord, ils ont conservé Terry Stotts qui est parmi les meilleurs coachs aujourd’hui dans la ligue surtout en terme de spacing. Ensuite ils ont gardé leur star montante Damian Lillard qui doit se comporter en leader avec la jeune génération qui l’entoure.

A ses cotés CJ Mc Collum est en route pour le titre de MIP (20 points, 3 rebonds, 3 passes en 34 minutes contre 15.7 points 3 rebonds 2 passes mis sur 36 min). Les blazers peuvent aussi compter sur un banc renouvelé par des joueurs à forts potentiels (Harkless, Crabbe, Vonleh). La bonne surprise chez eux se nomme Ed Davis, l’ex laker en est à 4 matchs à plus de 10 rebonds en sortie de banc.

Rockets Logo13- Houston Rockets

Allo Houston, on a un problème! Un gros problème. Le finaliste de la conférence ouest de l’an dernier est méconnaissable en ce début d’exercice. Sans envie, très peu inspiré, le collectif texan a disparu en l’espace d’un été. Les leaders de cette équipe sont totalement détachés de son sort. Devant cette situation le GM devait réagir. La nba est une ligue de joueur, Kevin Mc Hale vient d’en faire les frais. Le voici remercié après avoir signé une prolongation il n’y a pas un an.

Le dernier coup de poker tenté par Morray pour remobiliser ses troupes s’avère pour l’instant être un échec. Houston est l’équipe qui shoote le plus à 3 points (32 fois en moyenne par match) en étant celle qui a le plus mauvais pourcentage (29.6%). Les stats d’Harden font quelques peu illusion mais tenez vous bien aller en playoffs serait peut-être un exploit. Après 11 matchs les Rockets enregistraient un différentiel de -85, les 23 dernières équipes qui ont pris un tel départ ont toutes manquées la postseason.

Pelicans Logo14- New-Orleans Pelicans

Si leur intersaison a été rythmé par des investissements massifs (recrutement de Gentry, prolongation de Davis, Asik et Ajinca) les Pélicans sont attendus cette année pour la confirmation. Pour l’instant pas grand chose ne fonctionne, Gentry semble même déjà menacé. Ce départ pourrait coûter très cher en fin de saison même si devant ça n’avance pas très vite.

De son coté, Anthony Davis a commencé moyennement enchaînant, maladresses puis blessures. Depuis quelques matchs il a remis le nez à la fenêtre (3 matchs de suite avec au moins 20 points & 15 rebonds « meilleure série en cours »). A ses cotés un supporting cast inédit puisque Ish Smith et Ryan Anderson sont intenables aux côtés d’Unibrow. Les pélicans souffrent de blessures a répétition de joueurs cadres espérons qu’ils reviendront à temps pour que l’équipe joue enfin à son niveau.

Lakers Logo15- Los Angeles Lakers

Il y avait beaucoup d’attentes autour d’eux. Leur effectif est beaucoup plus cohérent et talentueux que l’année dernière; pourtant le constat reste le même. Les Lakers sont la plus faible équipe de l’ouest depuis le début de saison.

Les joueurs offensifs se marchent dessus tandis que défensivement Hibbert et Metta World Peace ne peuvent pas tout faire. Un homme reste néanmoins au centre de toutes les attentions; Kobe Bryant. Le mamba est de retour mais son venin n’a jamais été aussi inoffensif (12 matchs de suite à – de 25 points le tout sous les 50%). Byron Scott lui s’obstine à ne pas se remettre en cause alors qu’il possède sous la main trois des meilleurs talents de ces deux dernières années.

Auteur : ThomasF

Intéressé par la nba depuis tout jeune, c'est le dunk de Vince Carter sur Fred Weiss qui m'a définitivement fait basculer. Amoureux du jeu old school notamment celui prôné par les Kings de 2002, j'ai au fur et à mesure appris à cultiver ma culture basket jusqu'à aujourd'hui m'intéresser aux statistiques avancées. Fan de Paul Pierce, de Brandon Roy mais surtout des Memphis Grizzlies, j'ai rejoint le site en début 2013, et je vis ma passion au quotidien avec mes acolytes.

2 réflexions sur « [Power Ranking 2015-16] Conférence Ouest: Episode 1 »

Les commentaires sont fermés.