Portrait de l’arrière NBA (presque) parfait

Dunkhebdo vous emmène dans le laboratoire du docteur Frankenball, le cousin fou du célèbre Krankenstein qui lui est un fan de basket. Après avoir passé des heures devant la saison NBA, le docteur a remarqué une chose: l’imperfection présente chez tous les protagonistes. Aucun joueur n’est parfait et ça a le don de l’énervé. Du coup, le chimiste fou a décidé de construire ce joueur en prenant le meilleur joueur dans un aspect précis du jeu. En additionnant tous ces petites perfections dans un point du jeu, Frankenball espère construire le joueur parfait à chaque poste. Aujourd’hui, place aux arrières.

Pour cette édition sur le portrait d’un arrière, 6 critères seront pris en compte:

– le physique qui ne prend pas seulement en compte le gabarit (taille, poids, musculature) mais bien l’ensemble des qualités athlétiques (vitesse, endurance, détente, explosivité…). Dernier point à prendre en compte: la faculté qu’à le joueur à rester en bonne santé.

– le shoot concerne lui seulement la mécanique et le taux de réussite, la sélection de shoot n’est pas prise en compte.

 la défense c’est tout simplement la faculté qu’à le joueur à bien défendre

– l’intelligence de jeu est peut-être le critère le plus important. C’est l’aptitude du joueur à faire les bons choix, comprendre ce qui se passe autour de lui et connaitre les ficelles du jeu.

– le mental s’intéresse à la force du joueur d’un point de vue psychique. C’est un joueur battant, guerrier et prêt à tout pour jouer sur le terrain.

les rebonds qui représente la faculté du joueur à prendre des rebonds, aussi bien offensifs que défensifs, ainsi que son placement et on envie.

Physique : Gerald Green

Avant cette saison, Gerald Green ne serait pas connu sans ses qualités physiques extraordinaires. En effet, le joueur de 2 mètres 03 et 95 kilos donne l’impression de posséder des ressort dans les jambes tellement son jump est impressionnant de fluidité et de hauteur. Il est actuellement l’un des tout meilleurs dunkeur NBA et le prouve fréquemment que ce soit en match (avec ce monstrueux Windmill/Alley Oop à son époque Nets) ou à l’entrainement (avec une démonstration de hauteur et de fluidité). Comme dit précédemment, si Green a su s’imposer en NBA, c’est d’abord grâve à ses capacités physiques hors normes. Cette saison à Phoenix, il a enfin su les mettre au service du collectif et forcément, il a réalisé sa meilleure saison en carrière.

Alternatives possibles: Demar Derozan

Un aperçu de ses qualités physiques:

https://www.youtube.com/watch?v=W8JylYDQayI

Shoot: Ray Allen

Franchement, qui d’autre? Quand pour “arrière” on demande “shoot”, la réponse est en deux mots: Ray Allen. Dans cette catégorie, c’est lui le patron. Depuis son arrivé dans la ligue, par la fabuleuse draft de 1996, Ray Allen ne cesse d’artiller derrière la ligne des trois points, et cela avec réussite: un très propre 40% en carrière. Adroit de partout derrière la ligne des trois points, sa zone de prédilection est le corner, ce fameux coin du terrain où Ray Allen a martyrisé tant d’équipes. Les joueurs de légendes sont des actions de légendes. Ray Allen en est un, mais pas que. C’est aussi un shooteur de légende. Oui, il en a inscrit des tirs de légende, tout le monde se rappelle encore de son tir égalisateur à 5 secondes de la supposée fin du Game 6 des finales 2013. Ray Allen était d’ailleurs… dans le corner.

Alternatives possibles: Bradley Beal, Klay Thompson

Une vidéo explicative sur son shoot:

https://www.youtube.com/watch?v=7bud84dpeXo

Défense: Tony Allen

Tony Allen, c’est LE spécialiste en défense aux poste 2 et 3. La référence actuellement chez les arrières. Malheureusement souvent oublié par la NBA lors des récompenses de fin d’année, il a pourtant très souvent montré ses énormes capacités défensives. Depuis quelques saison, Memphis est devenu une véritable forteresse défensive à qui il est très difficile de marquer plus de 95 points par rencontre. Outre la tour de contrôle marc Gasol et le voleur de ballon Mike Conley, c’est Tony Allen qui est le véritable chien de garde de cette défense. C’est lui qui s’occupe des stars adverses lors des grosses rencontres, comme contre Miami et LeBron James ou encore comme en Playoffs contre le Thunder et Kevin Durant.

Alternatives possibles: Avery Bradley, Jimmy Butler

La défense de Tony Allen sur Kevin Durant en Playoffs:

https://www.youtube.com/watch?v=K6NmStl50jw

Intelligence de jeu: Manu Ginobili

Manu Ginobili n’est pas un cerveau a proprement parler. Ce n’est pas non plus un petit colonel à la Chris Paul ou à la Rajon Rondo. Mais pourtant, sur un terrain de basket, il se transforme en génie. Il dispose d’une très bonne vision du jeu ce qui lui permet de faire des passes somptueuses comme cette passe dans le dos. Actuellement âgé de 36 ans, Ginobili continue pourtant d’apporter énormément à San Antonio, justement grâce à sa vision du jeu qui colle parfaitement à l’aspect collectif qu’applique Gregg Popovich à San Antonio. Capable aussi de garder son sang froid dans le money time, Manu Ginobili est très certainement l’un des arrières, si ce n’est le, des plus intelligents de la ligue sur un terrain.

Alternative possible: Dwyane Wade

Un petit aperçu de son intelligence de jeu:

https://www.youtube.com/watch?v=gRFd0ilB19E

Mental: Kobe Bryant

Bon, pour tout dire, on a pas hésiter longtemps sur cette catégorie. Dans l’ère Post Jordan, Kobe est roi chez les arrières. Et cela, il le doit en grande partie à son mental de gagnant, à son esprit de compétiteur acharné qui le pousse à toujours travailler et à toujours donner le meilleur de lui même. Kobe Bryant impressionne encore par sa capacité à résister mentalement. Que ce soit amusant voir consternant (comme avec cette réaction, complètement opposée à ce qu’aurais fait le commun des mortels) ou encore proche de l’inconscience comme lorsqu’il a souhaiter tirer ses lancers francs après sa rupture du tendon d’achille… Un guerrier, un winner, un mental d’acier: Kobe Bryant.

Alternative possible: Dwyane Wade

La vidéo de ses lancers franc tirés juste après sa rupture du tendon d’achille:

https://www.youtube.com/watch?v=ayxIs5Jx_oQ

Rebonds: Lance Stephenson

Lance Stephenson a presque fait oublier sa très bonne saison avec toutes les conneries qu’il a pu faire lors des finales de conférence face à Miami. Flopping, Gifle à Norris Cole, Souffler dans l’oreille de James… Le trublion a fait des siennes. Malgré ça, il n’en reste pas moins un excellent basketteur, peut être même l’arrière le plus complet en NBA. Capable de scorer, faire des passes, mais aussi prendre des rebonds. La preuve: il a tourné cette saison à 7,2 rebonds de moyenne par rencontre! Ce chiffre est énorme pour un arrière de 1 mètre 96. Son sens du placement et sa hargne sont les principales qualités dont il dispose qui lui permettent de prendre autant de rebonds. Un joueur précieux qu’Indiana devra garder cet été.

Alternatives possibles: Giannis Antetokounmpo, Tyreke Evans

Les images d’un match où Lance prend 14 rebonds:

https://www.youtube.com/watch?v=IxMKgBzV42o

 

3 Comments

Comments are closed.