[NCAA Hebdo Week 19] : Cap sur le Sweet Sixteen !

Chaque jeudi, Dunkhebdo vous propose une rubrique 100% NCAA. Résumé de la semaine, matchs à suivre, joueurs de la semaine, highlights : c’est cela que vous pourrez retrouver tous les jeudis sur Dunkhebdo. Vous pouvez également retrouver chaque semaine la présentation d’un acteur du championnat NCAA, un prospect qui attire déjà les recruteurs NBA.

L’image de la semaine

C’est pour ça qu’on aime ce sport qu’est le basket, pour ses moments crispants, ses fins de matchs au couteau où le sort des deux équipes se joue au buzzer. Et lors de la March Madness, on est souvent servi. Trois semaines de compétition, des jeunes joueurs qui jouent pour la fierté de leurs facs : bref, un cocktail parfait pour une vraie dramaturgie. Lors du match entre Baylor et Georgia State comptant pour le 2ème tour du tournoi final, on a été servi en terme de fin de match à couper le souffle. Les Bears de Baylor, favoris de ce match ont dominé tout du long, menant ainsi de 10pts à 5min de la fin : game-over nan ? Et là, on a assisté à un come-back aussi inexplicable qu’époustouflant ! Les Panthers sont revenus à 2pts grâce à un 10-0 et ont même eu la balle de la gagne avec 10sec de jeu à jouer. R.J. Hunter, le junior superstar de Georgia State hérite donc du ballon, la suite en vidéo. (On “appréciera” la chute sans gravité du père de Hunter, Ron, qui s’était déjà blessé au tendon d’Achille la semaine dernière lors de la célébration du titre de la Sun Belt des Panthers)

[youtube]https://www.youtube.com/watch?v=OmcOo-bGJp0[/youtube]

 

La semaine en bref

Midwest : Kentucky poursuit sa quête de la perfection, et a passé sans trop d’embuches ses deux premiers tests. Les Cats ont battu Hampton jeudi de 23pts derrière un super Karl Towns, qui a réalisé un gros double double pour sa première à la March Madness, avec 21pts et 11rbs. Ensuite, les Wildcats ont battu Cincinnati, sans forcer mais aussi sans impressionner : mais UK a fait le travail et rejoint donc West Virginia au Sweet Sixteen. Et oui, pas Maryland mais West Virginia, car Juwan Staten et ses potes se sont imposés face aux Terrapins, qui ont perdu 20 ballons face à la presse tout terrain des Mountaineers et qui étaient trop courts à l’intérieur. Dans l’autre partie du tableau, Notre Dame a été à la hauteur, avec des succès dans la douleur sur Northeastern puis Butler : Jerian Grant et ses potes seront donc au rendez-vous du Sweet Sixteen, face à Wichita State, qui a gagné la bataille de l’état du Kansas face à de décevants et surement sur-cotés Jayhawks, qui ont une année encore déçu malgré de jeunes prospects.

[youtube]https://www.youtube.com/watch?v=bo25Cx-c70s[/youtube]

– West : Les favoris ont assuré dans cette zone, zone qui était pour moi la plus élevée en terme de niveau. Tête de série numéro 1, Wisconsin a gagné ses deux matchs, facilement face à la modeste fac de Coastal Carolina puis dans la douleur face aux Ducks d’Oregon, qui étaient emmenés par Joseph Young, le sénior joueur de l’année de la PAC 12 et qui a planté 30pts face aux Badgers. L’équipe de Bo Ryan s’en est sortie, mais ils devront faire attention au Sweet Sixteen, car Frank Kaminsky et ses coéquipiers affronteront au Staples Center les Tar Heels de UNC dans un choc de titans. Après un super tournoi de l’ACC, North Carolina est très en forme et a battu Harvard puis Arkansas, une grosse fac qui a subi la loi d’un Marcus Paige enfin à son niveau. En bas, Arizona a respecté son rang, avec 2 succès faciles et une défense qui fait très peur, défense emmenée par un Stanley Johnson toujours aussi agressif et un Rondae Hollis-Jefferson de plus en plus mature dans son jeu. Les Wildcats joueront Xavier pour une place à l’Elite Eight, et cela car les Muskateers ont profité de la surprenante défaite des Bears de Baylor face à Georgia State pour se voir ouvrir l’accès au Sweet Sixteen.

[youtube]https://www.youtube.com/watch?v=m-DCuIxlCMk[/youtube]

– East : Il ne valait mieux pas être haut placé dans cette partie du tableau ! Ainsi, Villanova et Virginia, les têtes de séries 1 et 2 sont sorties du tournoi, et cela après seulement 2 matchs. Annoncé très fort cette année et champion de la Big East, Villanova a été surpris par NC State, une équipe sous-côtée mais redoutable, surtout si les extérieurs Ron Barber et Trevor Lacey mettent dedans et ce fus le cas samedi dernier. Nova n’a pas le leader, le franchise player qui a pu les emmener à la victoire. Bye bye donc Villanova mais Virginia aussi a pris la porte, et cela après une défaite logique (pas logique mais je l’avais annoncée dans le dernier numéro !) face aux Spartans de Michigan State. Tom Izzo est ses joueurs ont dominé toute la rencontre, répondant au défi physique des Cavaliers et profitant d’un Travis Trice de gala. Wolfpacks et Spartans sont donc au Sweet Sixteen, en compagnie de Louisville, vainqueur de UNI et d’Oklahoma, vainqueur de Dayton, petit poucet de l’an passée.

[youtube]https://www.youtube.com/watch?v=WKZXRVUaVsI[/youtube]

South : Duke s’est fait respecté et a effacé la défaite honteuse de l’an passé face à Mercer. Coach K et ses joueurs ont été vraiment impressionnants, que ce soit offensivement ou défensivement : Robert Morris mais surtout San Diego State peuvent en témoigner ! Jahlil Okafor a été au niveau, tout comme l’ensemble des Blue Devils. L’autre favori, Gonzaga a aussi fait des dégâts, en atomisant North Dakota State puis Iowa : sur l’ensemble des 2 rencontres, les Bulldogs ont mis 173pts en shootant à 56% de réussite. Utah a également bien figuré et sera opposé à Duke lors du Sweet Sixteen, et cela après une belle victoire face à Georgetown, un match où Delon Wright a été excellent. On attendait Iowa State comme quatrième participant au Sweet Sixteen, mais les Cyclones ont été battus à la surprise générale par la modeste fac de UAB, une université de l’Alabama. Cela a ouvert le tableau aux Bears de UCLA, qui ont d’abord crée une mini-surprise en venant à bout de SMU puis en battant UAB pour rejoindre Gonzaga.

 

Les matches du Sweet Sixteen

– Midwest : Le Kentucky/West Virginia va être très intéressant entre deux des meilleures défenses du pays. Celle des Wildcats est physique, dominante sur demi-terrain et dans la raquette tandis que celle de West Virginia est celle qui crée le plus de perte de balles de toute la NCAA et cela par 40min de presse tout terrain d’une intensité impressionnante. La jeunesse des Cats pourraient donc être un facteur, avec des freshmans qui seront mis sous pression dès le début de la rencontre. Mais si UK met la balle à l’intérieur, cela devrait passer, tout simplement car WVU manque de taille. Notre Dame/Wichita State est l’autre affiche de cette zone, avec un beau duel d’attaque et de belles paires d’extérieurs. La clé sera à la mène, où deux vrais bons meneurs vont s’affronter, Jerian Grant pour les Fighting Irish et Fred VanVleet pour les Shockers. On devrait voir beaucoup de points, de jeux rapides : l’équipe qui saura instaurer une bonne alternance entre shoots extérieurs et jeux dans la raquette devraient donc s’imposer.

West : Ce Wisconsin/North Carolina promet beaucoup, tellement que ce match est digne d’un Final Four pour moi. Gros duel à l’intérieur entre les paires Kaminsky/Hayes du côté des Badgers et Meeks/Johnson du côté des Tar Heels. Ces deux équipes sont vraiment complètes, même si l’absence de Traevon Jackson pourrait faire mal à Wisconsin, surtout si Marcus Paige est dans son match, car le meneur junior monte en puissance depuis la fin de saison. Dans l’autre match, on devrait assister à un duel déséquilibré, avec un Arizona/Xavier qui pourrait voir tout suspens disparaitre rapidement si les chats de Tucson jouent leur jeu, celui qui leur a permis de dominer Ohio State et D’Angelo Russell au tour précédent.

East : On ne s’attendait à avoir un NC State/Louisville à ce stade de la compétition, mais on aura donc un duel 100% made in ACC. Si les Wolfpacks jouent comme contre LSU et Villanova, ils ont clairement une chance de passer, surtout que Louisville n’est pas au mieux et a frôlé la correctionnelle contre UC Irvine et n’a pas impressionné contre UNI. Les Cards ont l’expérience de ce genre de matchs, avec des joueurs comme Harrell, Blackshear qui était présent lors du titre de 2013. Le duel à la mène entre Rozier et Lacey promet beaucoup, même si Montrezl Harrell risque de dominer la peinture. L’autre affiche est toute aussi alléchante : ainsi, ce Oklahoma/Michigan State promet. Ce sont deux équipes physiques, plaisantes à voir jouer et qui peuvent compter sur de vrais leaders. Travis Trice est excellent depuis le tournoi de la Big Ten, tout comme Buddy Hield, l’ailier des Sooners qui a fini meilleur marqueur de la Big 12. Affrontements intéressants aussi à l’intérieur, entre Branden Dawson et Tyshawn Thomas, deux joueurs rugueux et très physiques.

South : Duke/Utah, une affiche inédite entre un programme historique et un qui renaît, qui retrouve ce stade de la compétition pour la première fois depuis 2005, saison où les Utes étaient emmenés par un certain Andrew Bogut. Je vois Duke passer, tout simplement car les Blue Devils sont plus complets, avec une superbe défense et une alternance shoot extérieur/jeu dans la peinture qui est très efficace. Delon Wright, la star de Utah devra sortir le match de sa vie, en marquant mais en créant aussi pour ses coéquipiers. Mais je ne vois pas les Utes capables de répondre à Okafor à l’intérieur, même si ils ont de la taille. L’autre match opposera UCLA à Gonzaga, et là aussi, çà devrait être sympa à voir. Kyle Wiltjer est sur une autre planète depuis un bon mois, et devrait encore jouer un rôle clé. Les Bears ont une chance, mais devront être très adroits et efficaces en défense, face à l’une des meilleures attaques du pays.