(NCAA Hebdo) : The Madness a encore frappé !

7fee9897b494ec7d62b34d2019ab5ad3

Chaque lundi, Dunkhebdo vous propose une rubrique 100% NCAA. Résumé de la semaine, matchs à suivre, joueurs de la semaine, highlights : c’est cela que vous pourrez retrouver tous les jeudis sur Dunkhebdo. Vous pouvez également retrouver chaque semaine la présentation d’un acteur du championnat NCAA, un prospect qui attire déjà les recruteurs NBA.

 

La semaine en bref

South : Kansas a parfaitement figuré pour ses deux premières rencontres, avec des succès de 26pts sur Austin Peay puis de 12 unités face à UConn. L’équipe tourne bien, l’attaque est très prolifique et le scoring est extrêmement bien réparti, avec 5 joueurs qui ont mis au moins 10pts (Wayne Selden JR, Perry Ellis, Devonte’ Graham, Landen Lucas et Sviatoslav Mykhailiuk) et une défense ultra agressive. Les joueurs de Maryland ont quant à eux profité de la défaite de California-Berkeley face à Hawaï pour avoir un 2ème tour plus abordable. Grosse performance de la fac d’Hawaï, même s’ il faut dire que les Golden Bears de Cal étaient privés de Tyrone Wallace et Jabari Bird, l’essentiel de leur base arrière. Mais Jaylen Brown a été affreux et Hawaï méritait sa victoire, une victoire qui ne s’est pas confirmée au tour suivant, où les tortues du Maryland se sont imposées derrière un duo Trimble/Sulaimon auteur de 38pts et 6asts à eux deux. Dans la partie basse, Miami a fait deux gros matchs pour se défaire de Buffalo puis de Wichita State, les Shockers qui avaient dominé Arizona au premier tour. Les Hurricanes ont fait preuve de professionnalisme, le collectif est bien huilé, bref le cocktail parfait pour aller loin lors de la March Madness. Enfin, Villanova a aussi fait son trou, avec des succès simples, dont une démonstration face à Iowa, les pauvres Hawkeyes qui ont pris cher face aux Wildcats et leur superbe efficacité offensive. Ryan Arcidiacono, Daniel Ochefu, Josh Hart, tout le monde est concerné dans l’équipe de Jay Wright, une équipe qui pourrait faire figure de réel rival aux Jayhawks de Kansas dans cette zone.

West : Oregon a parfaitement assumé son statut de tête de série numéro 1 de cette poule géographique, avec deux succès contre Holy Cross puis Saint-Joe’s. Les Ducks ont rendez-vous avec Duke lors du Sweet Sixteen, et cela car les Blue Devils se sont sortis des pièges UNW Wilmington et Yale, Yale qui a impressionné la planète basket avec un jeu intelligent et une superbe victoire face à Baylor au premier tour. Mais Duke a été efficace offensivement, profitant d’un énorme Grayson Allen (23 puis 29pts), d’un Marshall Plumlee autoritaire dans la peinture et d’un Brandon Ingram intéressant dans l’agressivité offensive. Dans la partie basse, il faut parler de ce come-back surréaliste des Aggies de Texas A&M face à UNI, l’ancienne fac du légendaire Kurt Warner. Mené de 12pts avec 40 secondes restantes à jouer, A&M a mis en place une presse tout terrain qui a fait totalement déjouer les Panthers, les terrorisant et leur faisant perdre des ballons et tous leurs moyens. Alex Caruso et ses potes se sont finalement imposés après deux prolongations et font réellement office de miraculés dans cette March Madness. Enfin les Sooners de l’Oklahoma se sont défaits du piège VCU lors de ce deuxième tour, derrière un Buddy Hield de gala et en chaleur aux shoots, permettant à sa fac de poursuivre sa saison et d’espérer atteindre Indianapolis et le Final Four.

East : UNC a bien géré son entrée dans ce tournoi et cela avec deux beaux succès, dont un face à Providence. Les Friars faisaient office de véritable test pour les Tar Heels, et cela car la paire Kris Dunn/Ben Bentil est l’un tous meilleurs « one two punch » de toute la ligue et pouvaient poser de gros soucis à l’équipe de Roy Williams. North Carolina a parfaitement géré ce test, faisant faire des fautes aux deux stars adverses, laissant Dunn sur le banc une grosse partie de la première période et faisant sortit définitivement Bentil avec une dizaine de minutes à jouer. Brice Johnson a fait un chantier dans la peinture, Marcus Paige a mis dedans de loin, bref l’équipe parait rodée. Indiana aussi a impressionné, avec son succès sur Kentucky au deuxième tour, dans ce qui faisait réellement office de choc du week-end. Tyler Ulis et Jamal Murray face à Yogi Ferrell et au collectif des Hoosiers, voilà le matchup, un matchup qui a tourné à l’avantage de l’équipe de Tom Crean. Le jeu stéréotypé et calqué sur les exploits individuels des Wildcats s’est  heurté à l’efficacité défensive adverse, surtout pour Murray, le shooter fou canadien qui n’a rien mis dedans. Thomas Bryant a été énorme dans la peinture, le freshman qui a paru bien meilleur que son adversaire direct de la promo, Skal Labissiere, le haïtien qui aura une décision à prendre dans les prochains jours concernant sa potentielle présentation à la Draft de juin prochain. Dans la partie basse, Notre Dame a profité de la défaite surprise de West Virginia face à SF Austin pour se voir ouvrir les portes du Sweet Sixteen, après deux succès sur Michigan puis face à SF Austin. Les Fighting Irish se sont défaits des Lumberjacks au buzzer, profitant d’une claquette du freshman Rex Pflueger pour envoyer les siens au Sweet Sixteen, où ils affrontèrent Wisconsin. Les ragondins du Wisconsin ont gagné deux matchs face à de grosses équipes, Pittsburgh puis Xavier, tête de série numéro 2 de cette zone. Mené de 3pts avec 30sec à jouer, Bronson Koenig a pris les choses en main avec deux shoots primés de suite, dont un game-winner en fadeway dans le corner pour terrasser de pauvres mousquetaires. Ethan Happ, Nigel Hayes et bien sûr Koenig, tous ces joueurs ont été au niveau pour les Badgers, qui retrouvent pour une troisième année de suite le Sweet Sixteen.

Midwest : Virginia a remporté ses deux matchs plutôt facilement, dont un bon test face à Butler qui a été une réussite pour les Cavaliers. Les Cavs retrouveront Iowa State au Sweet Sixteen, et cela après deux bons succès pour les Cyclones, dont un face à Arkansas-Little Rock, qui avait eu la peau de Purdue au premier tour. George Niang a été énorme pour les siens, avec 28pts de moyenne et une forte impression laissée aux spécialistes. Dans le bas du bracket, Michigan State a connu une véritable déroute. Annoncé vainqueur ou finaliste potentiel, Denzel Valentine et ses potes se sont fait surprendre par la petite fac de Middle Tennessee, champion de la Conférence USA et qui a tout mis dedans (55% aux tirs, 11/19 à 3pts) pour battre les Spartans de Tom Izzo. La zone s’est donc totalement ouverte, surtout quand les Utes d’Utah ont aussi pris la porte face à Gonzaga, les Bulldogs qui ont totalement pris la mesure de Jakob Poeltl et ses coéquipiers. Syracuse et Gonzaga seront donc au Sweet Sixteen, deux équipes qui ont su tirer profit des défaites des favoris mais qui n’ont clairement pas volé leurs places.

 

Le 5 des deux premiers tours

Angel Rodriguez (Miami) : Le meneur originaire de Puerto Rico a été vraiment bon pour son équipe lors des deux premiers tours, étant le parfait chef d’orchestre des Hurricanes de Miami. Que ce soit face à Buffalo ou Wichita State, il a dominé son adversaire direct et tentera de prendre le pas sur Ryan Arcidiacono dans l’opposition face à Villanova au Sweet Sixteen. (26pts, 4.5rbs, 4.5asts et 3.5stls à 57% aux shoots par matchs cette semaine)

Buddy Hield (Oklahoma) : A l’image de sa saison, Buddy Hield a tout simplement été impossible à stopper par les défenseurs adverses, artillant de loin et permettant aux siens de passer les deux premiers tours de ce tournoi NCAA, les dernier moments de l’ailier des Sooners avec sa fac d’Oklahoma. (31.5pts, 6rbs à 55% aux shoots et à 45% à 3pts par matchs cette semaine)

Brandon Ingram (Duke) : Contrairement à un Jabari Parker il y a deux ans, Ingram a été à la hauteur pour ses premiers pas à la March Madness. Que ce soit face à UNC Wilmington ou Yale, le freshman des Blue Devils a été agressif, a mis dedans et a semblé investi défensivement, ce qui a du plaire à pas mal d’observateurs NBA. (22.5pts, 7rbs à 45% aux tirs par matchs cette semaine)

Domantas Sabonis (Gonzaga) : Deux gros succès pour les Bulldogs de Gonzaga et l’intérieur de deuxième année en a été le grand artisan. Intérieur puissant, fort au sol et excellent rebondeur, il a mis à mal Jakob Poeltl, joueur de l’année de la PAC 12 et meilleur pivot du championnat. (20pts, 13rbs à 53% aux tirs par matchs cette semaine)

George Niang (Iowa State) : On n’en parle clairement pas assez de George Niang, l’intérieur sénior des Cyclones d’Iowa State. Il est certes lent et pas très physique, mais ce joueur possède une palette en attaque extrêmement variée et de haute voltige, lui permettant de sanctionner de loin, de poster ses vis-à-vis ou encore de peser dans la peinture. Il a été le grand artisan des deux succès de sa fac, sa fac qui retrouvera Virginia au Sweet Sixteen (28pts, 6rbs à 53% aux shoots et à 50% derrière l’arc par rencontres cette semaine)

 

Les matches du Sweet Sixteen

South : Gros match avec Kansas/Maryland, deux équipes complètes et qui faisaient office de favoris pour le titre final en début de saison. Mais on aura droit à cet affrontement dès le Sweet Sixteen, avec un super duel à la mène entre Melo Trimble et Frank Mason III. Si les Terrapins mettent dedans et font preuve de cohésion en défense, ils peuvent clairement faire quelque chose, car les ailiers sont de qualité (Rasheed Sulaimon, Jake Layman) et le secteur intérieur de Maryland peut embêter Perry Ellis. Mais Bill Self et son équipe sont très solides et seront durs à prendre. L’autre rencontre dans cette zone, c’est ce Miami/Villanova, deux équipes solides, bien coachées et complètes. Ce match s’annonce indécis, mais Nova paraît plus complet et plus efficace offensivement, même si les Canes ont montré de grosses choses ces derniers temps.

West : Qu’on l’attend ce Oregon/Duke, ce match entre deux attaques de feu et qui promet beaucoup de spectacle. Les Ducks sont tête de série numéro 1 et font office de favori dans ce match, tout simplement car l’équipe est très efficace, que soit offensivement ou défensivement. Le roster est plus complet que celui des Dukies, mais attention à l’équipe de Coach K, championne titre et qui peut faire exploser n’importe quelle équipe sur 40mins. Certes Duke a eu du mal aux deux premiers tours, mais le duo Grayson Allen/Brandon Ingram et la présence d’un Marshall Plumlee dans la raquette pourrait faire déjouer les canards de l’Oregon. Dans l’autre match, difficile de trouver un favori dans ce Oklahoma/Texas A&M, deux équipes au profil totalement différent mais de très bon niveau. Les Sooners comptent sur Buddy Hield, un joueur capable de piquer d’énormes crises offensives, tandis que les Aggies possèdent un vrai collectif expérimenté, capable de faire déjouer tous effectif adverse.

East : Super match que ce North Carolina/Indiana, deux programmes historiques et qui possèdent cette année des roster digne du Final Four. Ces deux équipes ont battu de grosses cylindrés au tour précédent, que soit Providence pour UNC et Kentucky pour les Hoosiers. Beau duel à la mène entre deux meneurs séniors, Yogi Ferrell et Marcus Paige, tandis que Thomas Bryant fait réellement office de facteur X, le pivot freshman d’Indiana, qui pourrait être comme face à Kentucky un gros danger pour les intérieurs des Tar Heels. Dans l’autre match, petite surprise avec ce Notre Dame/Wisconsin. On s’attendait à West Virginia, Xavier, mais on aura le droit à ce beau duel entre ces deux programmes de renom. La bataille à la mène entre Demetrius Jackson et Bronson Koenig sera à suivre, surtout que le meneur des Badgers est en feu dans ce tournoi, mais c’est réellement le taille qui pourrait jouer, avec Notre Dame qui en possède plus dans la peinture avec Zach Auguste par exemple, mais Wisconsin parait plus physique et longiligne aux ailes, avec la paire Nigel Hayes/Vitto Brown qui devra peser défensivement sur les shooters des Irish.

Midwest : Virginia/Iowa State, deux équipes n’attirent pas les tops prospects mais qui depuis quelques années font partie du gratin de la balle orange NCAA. George Niang et Malcolm Brogdon, ces deux joueurs sont de réels stars sur le campus et tenteront de poursuivre leurs carrières universitaires. La défense resserrée et physique devra contenir l’attaque des Cyclones, l’une des meilleurs du pays et l’une des plus adroites derrière l’arc. Dans l’autre match, Syracuse et Gonzaga se retrouvent et tenteront de continuer leur beau run dans cette March Madness. La paire Wiltjer/Sabonis est l’une des plus prolifiques de la NCAA mais attention au collectif et à la défense de zone des Orangemen, une défense capable de faire déjouer n’importe quelle attaque, si forte soit elle.