[Mock Draft Dunkhebdo 3.0] Sans surprise, Ben Simmons termine l’année au sommet

Mock draft

La draft c’est dans huit jours ! La dernière ligne droite est entamée.

Après une année de «prospect de la semaine», deux mocks draft et un podcast, Dunkhebdo vous a bien préparé pour l’événement. Rien de mieux cependant qu’une ultime mock draft pour voir clair à quelques distances de la ligne d’arrivée.

Le duo Ben Simmons/Brandon Ingram est toujours promis aux deux premières places, avec apparemment un avantage pour l’australien dans le cœur des dirigeants des 76ers. Derrière, c’est toujours un mystère. Les Celtics détiennent un troisième choix qui continue de donner des maux de têtes aux auteurs de mocks draft. Vont-ils le conserver ? Si non, qui pour monter ? Si oui, pour sélectionner qui ? Bref, à huit jours de la date fatidique, on en sait toujours pas plus.

Pour rappel, une mock draft n’est jamais juste et se base sur les rumeurs plus que sur les évaluations de l’auteur – même si l’affectif est difficile à éluder -. Pour gagner un peu en réalisme, cette mock draft compte quelques surprises qui pourrait se produire le soir de la draft.

N’hésitez pas à laisser un commentaire. On répond à toutes vos questions !

1. Philadelphia 76ers: Ben Simmons (Freshman, LSU, Ailier-Fort)

Premier choix annoncé tout au long de la saison – mis à part par des sites internet en mal de clics – Ben Simmons devrait être le premier appelé par Adam Silver le 23 juin prochain. D’après les rumeurs, le front office de Phily a fait son choix dès le soir suivant la loterie et les bruits de transferts qui entourent les cas de Nerlens Noel et Jahlil Okafor ne viennent que confirmer cette tendance. Les dirigeants veulent faire de la place et construire un effectif qui colle aux qualités de Ben Simmons. Les 76ers tiennent enfin leur superstar.

Retrouvez le profil de complet de Ben Simmons

2. Los Angeles Lakers: Brandon Ingram (Freshman, Duke, Ailier)

Ne croyez pas aux Dragan Bender, Kriss Dunn et autres prospects qui sont rarement évoqués à cette deuxième place. Des rumeurs probablement crées par les Lakers pour voir ce que des franchises attirées par le profil d’Ingram seraient prêtes à échanger. Les Californiens sont surement prêts à échanger ce choix, si on leur propose une compensation correcte à leurs exigences, un peu exagérées soit dit en passant. Si échange il n’y a pas, Brandon Ingram est le choix évident. Il est de très loin le meilleur joueur disponible, répond au besoin de l’équipe au poste d’ailier et apporte du tir extérieur.

Retrouvez le profil complet de Brandon Ingram

3. Boston Celtics (via Brooklyn Nets): Jaylen Brown (Freshman, California, Ailier)

Le choix qui va influé toute la suite du déroulement de la draft est (toujours) indécis. Les Celtics peuvent aller dans de très nombreuses directions. Preuve en est, cette troisième mock draft donne encore un prospect différent aux Celtics. Ce choix, pas le plus évident, s’appuie sur des rumeurs insistantes relayées par les journalistes qui parlent de Jaylen Brown dans le Massachusetts. L’ancien joueur de l’université de California est encore très brut mais a les qualités pour devenir un bon titulaire, tout en solidifiant la profondeur de banc des Celtes. Dragan Bender, souvent pronostiqué à ce choix, aurait sans doute plus de sens mais Danny Ainge drafte rarement des joueurs internationaux.

Retrouvez le profil complet de Jaylen Brown

4. Phoenix Suns: Dragan Bender (18 ans, Maccabi Tel-Aviv, Ailier Fort)

Phoenix n’a aucun ailier fort sous contrat la saison prochaine. Autant dire que le besoin à ce poste est urgent. Ça tombe bien pour les Suns Dragan Bender est encore disponible. Nul besoin de trop réfléchir, le choix est évident tant le jeune intérieur est le meilleur joueur à ce stade et, de surcroit, un poste 4. L’impact de Bender durant ses premiers mois dans la grande ligue sera surement limité, son physique n’est pas encore prêt pour encaisser une saison complète de NBA. En dehors de ces incertitudes sur son physique, il a tout pour contribuer en NBA.

Retrouvez le profil complet de Dragan Bender

5. Minnesota Timberwolves: Buddy Hield (Senior, Oklahoma, Arrière)

Les Timberwolves veulent échanger ce choix, ce n’est pas un secret. S’il n’arrivent pas à le faire, tout indique que Buddy Hield atterrira dans le Minnesota. La franchise a besoin de shooteurs, de joueurs capables de la ramener en playoffs et d’arrières. Âgé de 22 ans, Hield – probablement le meilleur shooteur extérieur de cette cuvée – irait combler ces trois nécessités. Jamal Murray pourrait avoir du sens à cette position mais pas sûr que Minnesota veuille encore accueillir un projet. Buddy Hield lui semble prêt.

Retrouvez le profil complet de Buddy Hield

6. New Orleans Pelicans: Kris Dunn (Junior, Providence, Meneur de jeu)

Kris Dunn joue un jeu dangereux. En refusant d’effectuer des workouts et en adressant publiquement son attirance pour les Timberwolves, il pourrait se fermer des portes. Heureusement pour lui, les Pelicans ont besoin de renfort à l’arrière, où tout leurs éléments sont abonnés aux blessures. Meneur rapide adoptant un style de jeu impressionnant, Dunn s’intègre parfaitement dans la logique de jeu rapide voulue par Alvin Gentry. Pour ne pas devenir un poison pour son équipe, il doit apprendre à jouer plus en contrôle.

Retrouvez le profil complet de Kris Dunn

 7. Denver Nuggets: Jamal Murray (Freshman, Kentucky, Arrière)

Les Nuggets continuent d’accumuler les jeunes talents sans vraiment de plan à long terme. Avec ce septième choix, qui ne leur offrira probablement pas la superstar tant recherchée, ils doivent réfléchir «meilleur joueur disponible». A ce stade de la draft, Jamal Murray apparaît être au dessus de la mêlée. L’excellent shooteur canadien a le défaut d’être encore unidimensionnel mais il n’a que 19 ans et donc encore le temps d’étoffer son jeu. En démarrant sur le banc derrière Gary Harris, Murray pourrait revêtir le costume du sixième homme scoreur. Un rôle parfait pour cette arme de destruction massive en attaque.

Retrouvez le profil complet de Jamal Murray

8. Sacramento Kings: Timothé Luwawu (1995, Mega Leks, Arrière/Petit-Ailier)

On peut (et on doit) se moquer des derniers choix des Kings à la draft. Il faut cependant l’admettre, la franchise n’a pas peur de prendre des risques et de sélectionner le joueur qu’elle aime. Cette année, elle pourrait se laisser tenter par le français Timothé Luwawu. La franchise a un besoin au poste d’ailier fort mais aucun joueur n’aurait de sens ici pour des Kings qui ont besoin de gagner et vite. Luwawu est hyper athlétique, capable de scorer, bon défenseur et polyvalent. L’extérieur moderne parfait en sorte. Sélectionner le français à ce stade est peut être un reach mais le potentiel est très attirant.

9. Toronto Raptors (via Denver): Marquese Chriss (Freshman,Washington, Ailier-Fort)

Marquese Chriss continue sa folle ascension dans les mocks drafts à tel point qu’on l’annonce même comme une possibilité au troisième choix ! Plus vraisemblablement sélectionné dans la fin du top 10, il aurait du sens à ce neuvième choix. Les Raptors ont besoin de renforts au poste de pivot et éventuellement à l’arrière, pour se prémunir d’un éventuel départ de DeMar DeRozan. Aucun pivot ni aucun arrière n’a le niveau pour être sélectionné ici. Autant tenter le pari Marquese Chriss qui pourrait bien apporter une solution à long terme au poste d’ailier fort, le besoin le plus pressant des Canadiens.

Retrouvez le profil complet de Marquese Chriss

10. Milwaukee Bucks: Wade Baldwin IV (Sophomore, Vanderbilt, Meneur)

Le roster des Bucks est une farce. Sa construction est illogique et consiste en une accumulation de joueurs similaires. Le poste de meneur est à l’image de cet effectif: rempli de joueurs mais sans talents. Pourtant, plus d’une fois, des dispositions ont étaient prises pour trouver un meneur. Wade Baldwin est là pour définitivement régler les problèmes à ce poste. Le prospect a impressionné au combine avec une envergure record. Des immenses envergures, une spécialité des Bucks.

Retrouvez le profil complet de Wade Baldwin IV

11. Orlando Magic: Skal Labissiere (Freshman, Kentucky, Ailier-fort)

Le mariage Labissiere-Magic est tellement évident que la plupart des mocks drafts sur internet associent ce prospect à cette équipe. Et pour cause, en dehors du top 10, le risque autour de Labissiere est minime et les retombées positives peuvent être énormes. Le Magic a justement besoin de renfort à l’intérieur, beaucoup de joueurs étant libres à la prochaine intersaison. L’haitien est encore très fruste mais à les bases pour devenir un solide joueur NBA. A moins que, et c’est peut-être le scénario le plus plausible, le choix soit échangé.

Retrouvez le profil complet de Skal Labissiere

12. Utah Jazz: Jakob Poeltl (Sophomore, Utah, Pivot)

Les Jazz ont besoin d’un meneur, c’est une certitude. Alors pourquoi leur coller un pivot ? Ce choix – qui sera surement le plus impopulaire de tous parmi les lecteurs – est motivé par plusieurs constats. D’abord, voir Poeltl encore disponible au douzième choix est une surprise, l’autrichien est annoncé au plus bas au onzième choix. En NBA, il faut accumuler le plus de talent possible, quelque soit la position. Et Poeltl est un bien meilleure prospect que tous les autres encore disponibles. Il faut également se souvenir que, derrière Rudy Gobert, la rotation du Jazz est bien mince. Enfin, à cette position, aucun meneur ne se démarque vraiment.

Retrouvez le profil complet de Jakob Poeltl

13. Phoenix Suns (via Washington Wizards): Taurean Prince (Senior, Baylor, Ailier)

Taurean Prince n’est pas un joueur flashy. Cependant, ce qu’il fait est crucial dans la NBA moderne: défendre et shooter à trois points. Pour Phoenix, ce choix aurait du sens. L’équipe n’a pas vraiment de solution à long terme au poste d’ailier en dehors d’un TJ Warren trop souvent blessé. De plus, comme on l’a dit, Prince défend et ceux qui le font également dans l’effectif des Suns sont rares. Il n’est pas annoncé aussi haut dans la plupart des mocks draft mais son profil de «3 and D» fait de lui un candidat à la montée le soir de la draft.

Retrouvez le profil complet de Taurean Prince

14. Chicago Bulls: Denzel Valentine (Senior, Michigan State, Arrière)

Comme pour notre dernière mock draft, Valentine atterri à Chicago. Les Bulls pourraient se tourner le soir de la draft vers un intérieur, pour se prémunir des possibles pertes de Pau Gasol et Joakim Noah. Sans information précise sur ces deux dossiers – même si le départ de Noah semble acté – autant se tourner vers le meilleur joueur disponible: Denzel Valentine. L’ancienne star de Michigan State pourrait répondre aux manques de personnel sur les postes d’arrières remplaçants.

Retrouvez le profil complet de Denzel Valentine

15. Denver Nuggets (via Houston Rockets): Henry Ellenson (Freshman, Marquette, Ailier-fort)

La terrible chute d’Ellenson se termine ici. Descente qui n’a rien d’un scénario de science-fiction et pourrait bien se dérouler le soir de la draft. Les difficultés de Kevin Love en finales NBA – joueur auquel Ellenson est constamment comparé – et la victoire du basket polyvalent des Warriors le desservent. Au milieu du premier tour, ses qualités de shoot et rebonds sont trop séduisantes pour être ignorées. Surtout pour une équipe comme Denver qui a besoin de renfort au poste 4.

Retrouvez le profil complet d’Henry Ellenson

16. Boston Celtics (via Dallas Mavericks): Deyonta Davis (Freshman, Michigan State, Ailier-Fort)

Avec leur premier choix, les Celtics ont visé le poste d’ailier. Avec leur deuxième, ils doivent maintenant se pencher sur le poste 4 qui pourrait subir plusieurs pertes pendant l’été. Deyonta Davis n’est pas le meilleur des postes 4 ni le plus médiatisé en grande partie à cause du mystère autour de sa personne. Il n’a pas beaucoup joué avec Tom Izzo mais a su montrer quelques qualités en défense. Le potentiel est là et avec leurs nombreux picks, les Celtics peuvent se laisser tenter par le pari.

Retrouvez le profil complet de Deyonta Davis

17. Memphis Grizzlies:  Furkan Korkmaz (1997, Anadolu Efes, Arrière)

Les Grizzlies ont pléthore de besoins. Ils doivent injecter du talent et vite. Furkan Korkmaz est aux antipodes des guerriers dont les Grizzlies ce sont fait une spécialité. Le turc est un excellent attaquant comme les Grizzlies en ont que trop peu. Les inquiétudes se basent sur ses qualités athlétiques et sa défense. Mais dans la bonne défense de Memphis, Korkmaz pourra être caché. Avant tout, l’arrière apporterait une chose qui manque terriblement aux Grizzlies: du shoot à trois ponts.

18. Detroit Pistons: Tyler Ullis (Sophomore, Kentucky, Meneur)

Pendant cette saison, Steve Blake a assuré le rôle de meneur remplaçant. Pour rappel, nous sommes en 2016. Steve Blake a 36 ans et il est complètement rincé. Pas besoin d’aller plus loin dans la démonstration, les Pistons ont besoin d’un meneur remplaçant. Tyler Ullis est encore disponible et semble être le choix évident pour la franchise du Michigan. Le meneur de poche de Kentucky est un joueur ultra-complet qui ne souffre que de son manque de taille. En tant que meneur remplaçant, il est proche de l’assurance tout risque.

Retrouvez le profil complet de Tyler Ulis

19. Denver Nuggets (via Portland TrailBlazers): Demetrius Jackson (Junior, Notre Dame, Meneur)

Emmanuel Mudiay a réalisé une excellente seconde partie de saison et s’impose comme le meneur du futur pour la franchise des rocheuses. Derrière lui en revanche, c’est très faible avec un Jameer Nelson proche de la retraite et A.J Augustin libre de tout contrat cet été. Les dirigeants des Nuggets auraient la bonne idée de se tourner vers un meneur avec un de leur choix. Un meneur comme Demetrius Jackson, le super-athlétique doppelgänger d’Eric Bledsoe.

Retrouvez le profil complet de Demetrius Jackson

20. Indiana Pacers: Damontas Sabonis (Sophomore, Gonzaga, Ailier-fort)

Les Pacers d’Indiana ont besoin de drafter à l’intérieur avec des départs possibles de Ian Manhimi et Jordan Hill. Ils ont besoin d’un joueur de devoir comme Sabonis. Il faut l’admettre, l’attention médiatique autour du fils l’ancienne star européenne est surprenante. On l’annonce parfois dans le top 10 alors que son jeu se base sur l’énergie. Il ne domine pas vraiment en attaque comme en défense mais fait le sale boulot. En vingtième position en revanche, Sabonis a du sens pour une équipe en besoin de renfort dans la raquette.

21. Atlanta Hawks: DeAndre Bembry (Junior, Saint Joseph’s, Ailier)

Pour la seconde année consécutive, les Hawks peuvent perdre leur ailier titulaire sur le marché des agents libres. Trey Feazell pourrait profiter de ce choix pour trouver son ailier titulaire pour les prochaines années. DeAndre Bembry – prospect facilement reconnaissable grâce à une coupe afro sortie des années 70 – est un des joueurs les plus complets de la draft. Capable de tout faire, il lui manque juste un shoot pour devenir un excellent joueur de basket. Dans le système de Mike Budenholzer, il pourrait très vite faire des ravages.

22. Charlotte Hornets: Damian Jones  (Junior, Vanderbilt, Pivot )

Beaucoup, beaucoup de changements attendent les Hornets cette intersaison. Batum a priori parti pour rester, les Hornets ont un vraie carence à l’intérieur et pourrait se laisser séduire par Damian Jones. Le pivot de Vandy continue de descendre dans toutes les mocks drafts après une saison plutôt décevante, loin des attentes des observateurs. Ses qualités athlétiques et sa défense devraient envoûter une équipe à la fin du premier tour en recherche de profondeur de banc. Une équipe comme Charlotte.

Retrouvez la fiche complète de Damain Jones

23. Boston Celtics: Thon Maker (1997, Athlete Institute, Ailier Fort)

On commence de plus en plus à discerner la future position de l’invité surprise de cette draft. Les bruits indiquent que le frêle intérieur sera sélectionné à la fin du premier tour par une équipe prête à le laisser mûrir en D-League. De nombreux observateurs voient en les Celtics cette équipe capable de prendre le risque sur l’énigme Maker. Logique étant donné que la franchise détient huit choix dans cette draft et dispose donc d’une marge d’erreur. Dans tous les cas, il ne faut pas d’attendre à voir Maker sur les terrains NBA de sitôt.

24. Phildelphia 76ers (via Miami Heat): Malachi Richardson (Freshman, Syracuse, Ailier)

Le dernier prospect à la mode c’est lui. Le freshman a des qualités athlétiques folles, notamment une très longue envergure, mais une production universitaire très faible et des pourcentages au shoot décevants. Le jeune ailier déchaîne les passions parmi les fans de draft. Les Sixers ont eux absolument besoin de shooteur pour entourer Ben Simmons et Richardson a le potentiel pour devenir un solide «3 and D» NBA.

25. Los Angeles Clippers: Cheick Diallo (Freshman, Kansas, Intérieur)

Les Clippers ont beau être une des meilleures équipes de ce championnat, ils ont énormément de besoin à combler. N’en déplaise à Doc Rivers, habitué à brader ces choix de draft, il va devoir s’y intéresser cette année. Ultra-athlétique, Diallo est capable de dunker, défendre sa raquette et collecter des rebonds. Un espèce de DeAndre Jordan en moins physique. Pour rappel, les Clippers ont tourné à trois rotations au cours des playoffs, dont une se nommant Cole Aldrich. Rajoutez quelques munitions à l’intérieur ne serait pas de trop.

26. Philadelphia 76ers (via Oklahoma City Thunder): Dejounte Murray (Freshman, Washington, Arrière)

Les Sixers ont besoin d’aide à l’arrière et profitent de la chute de Dejounte Murray pour récupérer un arrière de talent. L’ancienne star de l’université de Washington est à l’image de son ancien coéquipier Marquese Chriss: un potentiel. Il a l’avantage de pouvoir jouer sur les deux postes d’arrière. Sur attaque rapide, il peut  aisser exprimer ses qualités de dribble et de finition. Son shoot est en revanche encore perfectible. Mais en fin de premier tour, il ne faut plus faire la fine bouche.

27. Toronto Raptors: Malik Beasley (Freshman, Florida State, Arrière)

Les Raptors doivent profiter de leur deuxième choix dans ce premier tour pour assurer leurs arrières en cas de départ de DeMar DeRozan, qui vient de décliner son option il y a seulement deux jours. Malik Beasley – meilleur arrière disponible à cette position – est un exceptionnel athlète, doté d’un bon shoot et capable de défendre. Son année à Florida State a laissé entrevoir beaucoup de potentiel pour la suite. Pour les Canadiens, c’est une solide roue de secours.

28. Phoenix Suns (via Cleveland Cavaliers): Ante Zizic (1997, Cibona, Pivot)

Tyson Chandler a été catastrophique cette saison. La mauvais nouvelle pour les fans des Suns c’est qu’il a encore deux ans de contrat restantes (pour plus de 24 millions de dollars). Autant vous dire qu’on a là un sérieux candidat pour le titre de pire contrat de la NBA. Vous comprendrez qu’un peu de concurrence ne serait pas de trop. Ante Zizic est un solide pivot croate qui a le profil pour faire ce que n’a pas su faire Chandler cette année: défendre, prendre des rebonds et apporter de l’énergie. Pas à l’aise en attaque, il devrait être un solide joueur de banc.

29. San Antonio Spurs: Gary Payton II (Senior, Oregon State, Meneur)

Russell Westbrook a ridiculisé la base arrière des Spurs pendant que le reste de l’équipe d’Oklahoma a dominé physiquement les Texans. Logiquement, les Spurs ont besoin de meneurs et de joueurs athlétiques. Ils sélectionnent donc le fils de la légende des Sonics. Gary Payton II, qui s’est dit plus athlétique que papa, apporterait sa dimension physique, sa défense et son QI basket à l’effectif de Greg Popovich. San Antonio pourrait aussi essayer de viser un scoreur extérieur avec ce choix.

30. Golden State Warriors: Brice Johnson (Senior, North Carolina, Ailier-fort)

N’en déplaise à la horde de «haters» de Draymond Green, le match 5 des finales NBA a prouvé son importance vital dans l’effectif des Warriors. Cette suspension a aussi mis en lumière l’absence d’un vrai poste 4 remplaçant. La franchise a sélectionné Kevon Looney la saison dernière mais il n’a presque pas foulé le terrain cette année et a subis une opération au pied. Brice Johnson pourrait venir renforcer ce poste d’ailier fort. L’ancien leader de North Carolina est l’archétype du joueur de banc capable de prendre des rebonds et apporter son énergie. Petit plus, ses qualités athlétiques lui permettent d’évoluer dans un cinq small ball.

Retrouvez le profil complet de Brice Johnson