Miami Heat : le point sur une situation compliquée

 

Afficher l'image d'origine

Après un été compliqué marqué par le départ de Dwyane Wade, la saison prochaine s’annonce difficile pour le Heat. Faisons le point sur l’été mouvementé de la franchise et projetons nous sur la saison prochaine.

Un été difficile au Heat

Après s’être fait éliminé par Toronto en 7 matchs, Miami savait que l’été allait être difficile. Tout d’abord, Pat Riley avait pour mission de prolonger le géant Hassan Whiteside. Il était courtisé par les Mavs après une saison très réussie avec 14.2 points, 11.8 rebonds et 4 contres. Très gourmand, le pivot avait laissé entendre qu’il pouvait signer pour moins que le maximum. Mais la réalité fut tout autre, et l’ancien de Sioux Falls empochera le salaire maximum, c’est à dire 98 millions de dollars sur 4 ans. C’est un prix acceptable pour un pivot aussi dissuasif que lui (sachant que peu de pivots de qualité étaient disponibles lors de la free agency).

Ensuite, 2 départs importants se produisent, ceux de Luol Deng et de Joe Johnson. Les deux joueurs apportaient de bonnes minutes sur le poste 3 voire même le poste 4. Ils sont deux très bons vétérans (Deng a 31 ans et Johnson 35 ans) qui s’en vont après une saison réussie. L’anglo-soudanais signe dans la cité des anges (72 millions de dollars sur 4 ans) pour épauler les jeunes angelenos (notamment Brandon Ingram). Quant à lui, Joe Johnson fait ses valises pour Utah (22 millions de dollars sur 2 ans). Les deux joueurs ayant profités de l’opportunité d’avoir un dernier gros contrat dans leur carrière (surtout pour Deng).

Puis, l’impensable se produisit, Flash s’en est allé. L’enfant chéri du Miami Heat accepte mal que Pat Riley priorise Hassan Whiteside et ne souhaite plus faire de concessions financières. L’homme qui a connu tous les titres de sa franchise retourne au bercail pour jouer dans sa ville natale : Chicago. C’est un véritable coup de massue pour tous les fans de la franchise mais c’est aussi et surtout une incroyable perte sur le plan sportif. Bien que vieillissant, Flash avait retrouvé son niveau d’antan en étant un leader hors pair lors des playoffs avec une adresse à 3 points invraisemblable. Ainsi, ce départ marque le début d’une nouvelle ère en Floride.

Après ces nombreux départs, c’est une prolongation de contrat qui a mis le Heat dans l’embarras. En effet, les Brooklyn Nets ont fait une offre de 50 millions de dollars sur 4ans à Tyler Johnson. Il s’est empressé de la signer et le Heat a donc eu trois jours pour s’aligner et conserver son jeune talent. Si Dwyane Wade n’était pas parti, nul doute que Tyler Jonhson aurait fait ses valises pour la Big Apple mais dans l’urgence, la franchise floridienne s’est alignée. C’est un salaire conséquent pour un joueur de 24 ans qui a peu d’expérience (2 saisons seulement) et qui a été souvent blessé cette saison (46 matchs manqués). Ceci réduit donc la marge de manœuvre pour signer des free agents dans les années à venir.

Toujours prompt aux renversements de situations, Pat Riley a cette fois ci perdu sa magie et les arrivées ne compenseront jamais les départs. Ainsi, Dion Waiters, Derrick Williams ou encore Luke Babbitt rejoignent la franchise floridienne. Si ils sont de bons « role player », il n’y a parmi eux aucun all star. Il manque une véritable superstar dans l’effectif après le départ de Wade et personne ne semble en mesure d’assumer ce rôle.

Le cas Chris Bosh

Le cas Chris Bosh est très spécial. En effet, l’ancien Raptor a été victime de caillots sanguins au mollet et fût contraint de stopper sa saison en février. Ayant déjà subi une embolie pulmonaire la saison précédente, sa santé commençait à être problématique pour le Heat. Pendant les playoffs, des vidéos le montrant en train de s’entrainer circulaient sur les réseaux sociaux. Il semblait déterminé à rejouer mais cela était impossible. Effectivement, son traitement étant à base d’anticoagulants, il était inenvisageable de jouer avec contact, ce qui rendait son retour impossible.

La situation fût très compliquée à gérer, avec de nombreuses rumeurs. De plus, les médias font croire à un bras de fer entre le Heat et Bosh pour que celui-ci ne joue pas. Une fin de carrière fût évoquée très tôt, mais elle a laissé place à l’hypothèse d’un retour. Ainsi, Dan Le Batard (journaliste au Miami Herald) avait confié avoir un reçu un message concernant la santé de Bosh :

« J’ai reçu un message me disant que Bosh allait être capable de jouer l’an prochain. Donc, le Heat espère pouvoir récupérer Bosh pour la saison 2016-2017. Le joueur est déterminé à revenir, et le Heat souhaite vraiment que ce soit le cas. »

Ensuite, plusieurs coéquipiers ont pris la parole pour exprimer leur ressentit. Parmi eux, l’ailier fort emblématique du Heat Udonis Haslem s’est aussi exprimé :

« Je m’attends à ce qu’il soit là. Je ne suis pas au courant de la partie médicale, mais je m’attends clairement à ce qu’il soit là. »

Mais alors qu’il avait commencé une série vidéo sur son retour au jeu, le Heat l’interdit de s’entrainer. Après de nouveaux examens médicaux poussés, d’autres caillots de sang ont été découverts dans son mollet. Cette fois-ci, sa vie n’est pas en danger mais son absence au training camp apparaît comme certaine. C’est un véritable coup dur pour celui qui devait s’entrainer avec le reste de l’équipe dans un futur proche. Il semblait ainsi persuadé d’être en tenue pour le début de saison, il avait même prévu de diffuser le 2ème épisode de sa web-série dans la journée. Il s’est ensuite exprimé sur Instagram :

« Les petits contretemps arrivent, mais ça ne change rien à mes intentions et à ce que je souhaite accomplir. C’est un mauvais moment à passer mais tout ira bien. »

Mais la série de l’été vient sans doute de prendre une fin prématurée. L’annonce choc de la rentrée est venue de Pat Riley qui tranche sur le cas Bosh :

« Je pense que Chris est toujours ouvert (à un retour) mais nous ne le sommes pas. Vu le dernier examen, nous avons le sentiment que sa carrière au Heat est sans doute terminée. Pour nous, il n’y a pas d’autres étapes, c’est défintif. » 

Le grand patron du Heat a donc sonné le glas de l’aventure floridienne de Bosh. Personne ne sait vraiment ce qui va se passer, notamment au niveau contractuel. Si la retraite semble la piste la plus sérieuse, il n’est pas impossible qu’une équipe lui fasse confiance, au point de mettre en danger sa santé ? Cette piste fût relancée par Chris Bosh récemment :

« Ça ne signifie pas que ma carrière en NBA est terminée. Il y a 29 autres équipes, c’est une ligue complète. L’avis d’une équipe n’est pas celui de tous. Quand on pense à une fin de carrière, on pense au soleil qui se couche, que tout va bien, on s’embrasse, et il y a peut-être quelques larmes et tout le monde vous fait ses adieux. Mais ce n’est pas trop mon cas. J’imagine que ma carrière à Miami est terminée. Ma carrière n’est pas finie. Je ne l’envisage absolument pas. »

Rebondir dans une autre équipe semble donc être la piste envisagée par le désormais ex-joueur du Heat. Si sa présence pour l’ouverture de la saison est impossible, reste à savoir s’il va réellement réussir à relancer sa carrière. Le cas échéant, arrivera-t-il à retrouver son niveau de All Star ?

Personne ne le sait mais si une chose est sûre, c’est cette perte est considérable pour Miami. Prolongé au prix fort après le départ de LeBron James, avec 118 millions de dollars sur 5 ans (contrat max pour l’époque), il avait retrouvé un nouveau souffle depuis le départ du King. Ainsi, il réalisait une bonne saison avant de se blesser avec 19.1 points et 7.4 rebonds. De plus, la présence de Whiteside aurait pu lui permettre de se concentrer presque uniquement sur les tâches offensives en laissant son jeune second s’occuper de la défense.

La perte de David Fizdale

En plus de tous les joueurs cités précemment et de Chris Bosh, Erik Spoelstra a aussi perdu David Fizdale. Assistant coach au Heat depuis 2008 (assistant en NBA depuis 2003), David Fizdale a quitté la Floride pour avoir son premier boulot de head coach à Memphis. Il laisse donc Erik Spoelstra après 8 années de collaboration.

« J’ai vraiment beaucoup appris à Miami, ils mettent tout en place là-bas pour créer une culture de la gagne. » raconte le néo-coach sur NBA.com. C’est une grosse perte pour la franchise, l’assistant étant de qualité mais aussi l’homme. »

Il est connu pour tisser des relations très fortes avec ses joueurs pour les tirer vers le haut :

« Le premier appel que j’ai reçu venait de Dwyane Wade, Gabrielle Union, Chris Bosh et Adrienne Bosh, qui étaient en vacances ensemble. Ils pleuraient presque au téléphone. Quand on voit l’amour des gars avec qui on a passé autant de temps, ça vous touche. »

C’est donc une perte non négligable, d’autant plus que sa propension à souder un groupe aurait-pu être très utile lors de la saison à venir.

La jeune garde au pouvoir

Après tous ces départs, il faut maintenant envisager l’avenir. Celui-ci ne s’annonce pas brillant et rempli de victoires, mais plutôt semé d’embûches. En effet, se relever après le départ d’un des meilleurs joueurs de l’histoire de sa franchise et toujours difficile. D’autant plus que celui-ci fût soudain. L’effectif de l’an prochain est très jeune, ceci étant dû aux départs de joueurs âgés (comme Deng ou Wade) et aux arrivés de jeunes joueurs (comme Derrick Williams ou Willie Reed). Cette jeunesse est synonyme de manque d’expérience, bien que beaucoup de joueurs aient déjà connus les playoffs.

Outre l’âge, la principale question reste le niveau de jeu. Actuellement, le Heat manque de talent pour pouvoir espérer quelque chose l’année prochaine. Les départs des cadres n’ont pas été compensés et tous les éléments forts de l’équipe (Whiteside, Winslow ou Dragic) étaient déjà présents l’an passé. Cela veut dire que la franchise floridienne a perdu des éléments forts sans en recruter de nouveau. Or, avec une équipe plus talentueuse la saison dernière, le Heat a échoué en 7 matchs lors des demi-finales. Si l’on suit un raisonnement purement logique, la franchise de Pat Riley n’a donc aucune chance de passer les demi-finales de conférence. Revenons maintenant au côté sportif, le Heat a beaucoup de chance de squatter les bas-fonds de la conférence Est. L’année dernière, l’objectif était le titre, cette année, c’est de ne pas être ridicule et si possible de lutter pour une place en playoffs.

Une rotation trop faible

Après un été plein d’incertitudes, les conditions ne sont pas optimales pour aborder la saison prochaine. Le cinq majeur devrait être composé de cette lineup : Goran Dragic – Dion Waiters – Justise Winslow – Mc Roberts ? – Hassan Whiteside . Sans joueur de génie, le cinq majeur est tout de même assez équilibré. L’alternance intérieur-extérieur devrait être respecté grâce à un Goran Dragic qui joue juste. En l’absence de Bosh, c’est Dion Waiters qui devrait bénéficier de beaucoup de shoots. Toujours sur le plan offensif, il faudra voir les progrès de Justise Winslow qui affirme avoir travaillé son shoot et changé sa mécanique.

Point fort lors de la saison dernière, la défense sera toujours au rendez-vous. En effet, la présence de Whiteside est très dissuasive dans la peinture. De plus, Winslow s’est d’ores et déjà imposé comme un défenseur très solide. Dragic étant aussi un défenseur correct, la marge de progression est pour Dion Waiters. Pas connu pour sa défense acharnée, il devra s’améliorer sur ce point pour ne pas être le fardeau de toute une équipe. Pour le banc, un backcourt jeune et talentueux composé de Tyler Johnson et Josh Richardson (quand il sera remis de sa blessure) sera disponible pour apporter de la vivacité et de l’énergie.

Cependant, le secteur intérieur risque d’être assez faible en terme de rotations. En effet, Josh Mc Roberts sort de deux saisons compliquées (et il est très souvent blessé). Les options les plus fiables sont James Johnson (arrivé en provenance de Toronto) et Derrick Williams, deux joueurs capables d’apporter de bonnes minutes sur les postes 3 et 4. Luke Babitt peut aussi performer sur de courtes séquences mais l’absence d’un pivot de qualité sur le banc va être très préjudiciable. Même si cela peut être réglé par un trade, le Heat ne possède aucun poste 5 remplaçant. Le seul joueur potentiellement pivot est Willie Reed, ce qui est ultra-limité pour une rotation sérieuse en NBA.

Enfin, sans Chris Bosh, qui sera le leader et qui prendra les shoots dans le money time ? Whiteside pourrait prétendre à ce rôle au vu de son contrat max mais il ne dispose pas de la palette offensive pour prendre les choses en mains dans le crunch. Dion Waiters et Goran Dragic sont donc les héritiers légitimes du dernier ballon. Soit, ce sont deux très bons joueurs mais pour assassiner l’équipe adverse dans le money time, ce n’est pas du top niveau NBA.

Malgré un cinq majeur convenable, l’absence de banc (et de talent ?) combinée à des changements trop importants en seulement 2 mois d’été vont rendre la saison de Miami difficile. La rotation très faible et les nombreuses blessures risquent de toucher le Heat cette saison. L’objectif va vraisemblablement être d’accrocher les playoffs même si cela va être très compliqué. Enfin, l’avenir de la franchise à long terme s’annonce très couvert avec des choix de draft très limités.