A la Une

Merci, Russ…

Rédigé par

le


Cher Brodie,

Si ces derniers jours ont été particulièrement difficiles et déprimants, je ne peux commencer cette lettre que par un mot : Merci.
Merci pour ces 11 ans passés sous le maillot du Thunder. Merci pour ces moments inoubliables, qui marqueront à vie mon parcours de fan NBA et de Basket-Ball.

La fin de ces 11 ans aura été particulièrement dure, abrupte et inattendue, tant tout s’est dégradé très vite. Mais comment garder un mauvais souvenir de ton ère au sein du Thunder ? Et comment résumer ces moments, ces matchs ou performances historiques dans cette seule lettre ?

J’avais pour idée de reprendre les moments marquants de ta carrière, année après année, un par un.
Décrire comment tu es arrivé au sommet de la ligue, avec le seul Big3 qu’OKC n’est jamais accueilli.
Comment, avec ton frère de toujours mais désormais ennemi, Kevin Durant, tu as formé l’un des duos les plus dominants de la ligue.
Comment, année après année, tu as imposé ton style de jeu, ton identité, ton intensité et ta rage de vaincre à travers la ligue.
Comment, année après année, alors que tu subissais tant de critiques et d’attaques, tu n’as jamais abandonné, mais juste cherché à devenir le meilleur et à remporter ce titre qui manque tant à ton palmarès.
Comment, année après année, tu as terrorisé les défenses adverses, maltraité les cercles de toutes les salles de la NBA, empilé les actions d’éclats, les tirs clutchs et les triples doubles.

J’aurais aussi abordé les nombreuses trahisons et départs que tu as subi. Chaque star qui a été associée à toi, qui a même choisi de jouer avec toi, a fini par te délaisser. Tu es le seul, Russ, resté là, fidèle à l’Oklahoma, qui te sera lui aussi toujours fidèle.

“Westbrook is the franchise player, the one who stayed, the purified representation of the Thunder’s first chapter in Oklahoma City. The highs, the lows, the drama, the tragedy, the beauty, the success, the failure — he’d been there for all of it.”

Ces mots de Royce Young ne sauraient mieux décrire tout ce que tu as représenté pour la franchise pendant cette ère dorée mais inachevée, pleine de promesses gâchées, et d’espoirs transformés en frustration.

Présent dès la création de la franchise, tu as été de son ascension, jusqu’aux finales en 2012.
Tu as été de ses échecs, de cette malchance, détruisant les espoirs de titre de tout un État pendant de longues années.
Tu as été de cette campagne de 2016, qui marquera à jamais l’histoire de la NBA.
Tu as été présent ces dernières années, années d’échecs répétés et de déceptions.

Si toutes ces saisons, tu t’es affirmé comme un meneur dominant de la NBA, comme l’un des meilleurs joueurs de la ligue, c’est ta saison 2016-2017 qui demeure la plus inoubliable. Porté par ton esprit de revanche, tu as livré, soir après soir, une représentation, un spectacle historique. 42 triples doubles, triple double de moyenne, plus de 30pts par match. Je pourrais employer de nombreux superlatifs pour décrire cette saison, et ce que cela a été de la vivre nuit après nuit devant ma TV. Mais il est plus simple de la résumer à quelque chose qu’aucun fan NBA ne pourra oublier. Personne ne peut ignorer ce que tu as réalisé pendant ces 82 matchs. Et parmi tous les autres, celui contre Denver, avec ce buzzer beater incroyable, restera probablement comme mon souvenir le plus marquant en tant que fan.

Mais tout ça a pris fin d’une bien triste façon. Si ton trade était probablement le meilleur choix qui se présentait, je ne peux l’accepter.
Tu devais être le leader du Thunder pendant toute ta carrière.
Tu devais être ce joueur qui, par amour pour sa franchise, refuse de la laisser.
Tu devais être celui qui amène enfin l’équipe au graal.
Mais ce rêve a pris fin. Probablement pour le meilleur pour toi et le Thunder, mais pour le pire pour les fans.

Durant toutes ces années, l’Oklahoma a grandi en admirant tes exploits, et moi aussi. Tu m’as fait tomber amoureux de la NBA, tomber amoureux de la franchise du Thunder, qui serait probablement restée dans l’anonymat sans toi, et qui n’aurait jamais pu se développer.
Je n’aurais jamais eu la chance de te voir en vrai évoluer sous le maillot du Thunder.
Je n’aurais jamais eu la chance de voir le Thunder titré sous ton ère.
J’espère avoir la chance de pouvoir assister à ton retour dans l’Oklahoma.
J’espère avoir la chance de te voir enfin obtenir cette bague, même si c’est avec une autre franchise.
J’espère qu’enfin, dans ce nouvel environnement, tu tairas totalement ces critiques incessantes qui entourent ton jeu.

Encore une fois, merci Russ, merci pour ce souvenir inoubliable, merci pour cette aventure, ce drama même, qui aura tenu en haleine tous les fans du Thunder pendant 11 ans.

L’un de tes plus grands fans.

A propos de Pierre

Membre de Dunkhebdo depuis août 2015. Intervenant dans les podcasts et hôte du Up&Thunder. Fan du Thunder et de la seule vraie star que notre franchise ait eu dans ses rangs, Russell Westbrook. Cœur brisé en juillet 2019.

Recommandé pour vous