Les Splash Brothers, l’arme fatale des Warriors 

 

 

Les Warriors, vainqueur de Denver pour la dernière journée de la saison régulière 2013/2014, concluent leur saison de la meilleure des manières : Avec une victoire. Une petite victoire certes (112-116), mais une victoire avec une équipe bien diminuée puisque Stephen Curry, David Lee, Jermaine O’neal et Andre Iguodala ont été laissé au repos, et Klay Tompson n’a joué que 7 minutes, et Bogut est à l’infirmerie. Les titulaires sont donc mis au repos, afin d’être au top de leur forme pour les playoffs, avec un premier tour qui s’annonce déjà très compliqué contre les Clippers de Chris Paul. Un premier tour qui a débuté de la meilleur des manières: Avec une victoire sur le parquet des Clippers 105-109 sans Andrew Bogut blessé.

 

Ce premier tour entre les Warriors et les Clippers promet un duel passionnant entre Stephen Curry et Chris Paul au poste de meneur. Le Clippers à rendu une copie meilleure que son homologue lors du Game 1, mais c’est bien les Warriors et Steph Curry qui remporte le premier match. Les deux joueurs sont régulièrement cités dans les articles sur les meilleurs meneurs NBA, et c’est entièrement justifié. Mais Curry est loin de composer seul à Golden State, puisqu’il est accompagné d’un groupe solide et expérimenté avec Lee, Bogut, O’Neal et depuis cette année Iguodala, et un groupe avec des jeunes, comme Harrison Barnes, Jordan Crawford. Mais Curry est surtout accompagné de Klay Thompson, l’arrière shooter avec qui il fait équipe depuis 2011. Et les deux font la paire. Les Splash Brothers comme ils sont surnommés aux Etats-Unis forment sans doute une des meilleures paires d’arrière en NBA. Ils sont une menace constante pour leurs adversaires, puisqu’ils apportent à eux deux une moyenne de 42.5 points par matchs et 10.8 passes décisives. Ils ont énormément redoutés pour leur adresse phénoménale à trois points, puisqu’ils sont tous deux en capacité de prendre feu à n’importe quel moment du match.
Et les deux joueurs font preuve d’une adresse phénoménale. Curry tourne lui cette année à 47.1% de réussite à deux points, et 42.4% à trois points, pour une moyenne de 24 points par match, en ayant joué 68 matchs sur 82. Curry nous sort donc une saison taille XXL avec une place de all star indiscutable à l’ouest. C’est une des premières saisons de la carrière NBA du meneur où il n’est pas gêné pas des blessures récurrentes aux chevilles. Mais ses stats sont d’autant plus impressionnante si on les analyses sur toute sa (jeune) carrière puisqu’en 5 saisons, il tourne à 47% à deux points et 44,2% derrière la ligne à 3 points. Des pourcentages époustouflant, quand on sait que c’est un des joueurs qui prend le plus de tirs à trois points par matchs.

Et il est bien épaulé par le deuxième frère filoche, Klay Thompson, qui a le même profil que son meneur, avec un shoot exceptionnel, et la capacité de souvent dominer part la taille son vis-à-vis, et ainsi d’avoir un avantage sur le shoot ou le jeu dos au panier. Tompson à un rendement un peu inférieur à Curry, mais ses statistiques sont tout de même assez monstrueuses, et parlent d’elles -même au niveau des pourcentages, puisqu’il est cette saison à 44.1% à deux points et 41.6% à trois points, pour un apport de 18.5 points par match. De plus, l’arrière joue moins que son meneur, puisque Curry joue 36 minutes par matchs, contre 34 minutes pour Tompson. La carrière de Tompson est encore plus courte que celle de Curry, car c’est seulement sa 3ème saison NBA, mais il a tout de même des stats en carrière de 43,6% à deux points et de 41% à trois points.

Les splash brothers forment ainsi une paire qui tourne à plus de 40% au tirs, que ce soit derrière la ligne ou non, ce qui exige une défense assez stricte sur les deux joueurs, sous peine d’être très rapidement submergé par les tirs à longue distance de la paire. De plus, une défense stricte sur Curry est également très risquée, car on connait tous les talents de dribbleur et de pénétration du meneur, qui est donc un véritable casse-tête pour les défenseurs.

C’est donc eux le véritable noyau de cette équipe, car ils vont réussir à concentrer la défense sur eux, et ainsi libérer des positions pour des joueurs tout aussi dangereux, que sont Iguodala, Lee et Bogut. Les Warriors ont donc une équipe relativement complémentaire, avec un banc de qualité, qui mêle jeunesse et expérience avec O’Neal, Barnes et Crowford. Golden States pourrait donc créer quelques surprises durant ces playoffs, et pourquoi pas en se payant le scalpe de Paul et Griffin dès le premier tour.

2 Comments

Comments are closed.