Les Grizzlies ont toujours de la griffe

1017_masp_griz_fri03

Marc Gasol « out » pour le restant de la saison, on pouvait émettre de sérieux doutes sur la capacité des Grizzlies à se maintenir dans le top 8 de la conférence Ouest. Pourtant, l’équipe coachée par David Joerger est toujours solidement accrochée à la cinquième place à dix-sept matchs du terme de la saison régulière.

Toujours aussi solide

Depuis le 9 février et la blessure de leur pivot star (défaite 106-112 face à Portland), les joueurs du Tennessee possèdent un bilan plutôt flatteur avec neuf victoires pour seulement quatre défaites. Cette belle série leur permet d’afficher aujourd’hui un bilan de 39 victoires pour 26 défaites. Même s’ils sont trop loin pour envisager chiper la quatrième place et donc l’avantage du terrain aux Clippers (cinq défaites d’écart), The River city a de quoi se protéger d’un retour de Portland ou de Houston (trente-deux défaites chacun). L’absence du pivot ibérique ne semble donc pas enrayer la mécanique défensive des Grizzlies, actuellement 8ème meilleure défense de la ligue avec tout juste cent points encaissés en moyenne par match.

Une Trade deadline bien négociée

Avant la date fatidique du 18 février, le Front Office des Grizzlies s’était déjà activé en échangeant notamment Beno Udrih contre Mario Chalmers, un pari plutôt réussi jusque-là. Contraints à agir de nouveau à cause de la blessure de Gasol, les Grizz’ ont recruté intelligemment. Chris Andersen est venu renforcer la raquette apportant sa dureté et son énergie au rebond et en défense alors que P.J Hairston et Lance Stephenson sont venus pour apporter un peu de folie en attaque. Certes, Jeff Green et Courtney Lee sont partis, et Lance Stephenson représente une vraie énigme, mais pour l’instant la mayonnaise prend. Les statistiques de Stephenson depuis son arrivée (13.8 points à 51% au tir, 4.6 rebonds, 2.5 passes décisives) rappelant parfois celles qu’il produisait au Pacers. De manière globale les trois nouvelles recrues s’acclimatent parfaitement au collectif de David Joerger.

Les cadres et le banc au rendez-vous

La blessure de Marc Gasol a obligé les cadres de l’équipe à élever leurs niveaux de jeu. Mike Conley assume parfaitement ses nouvelles responsabilités, son impact est décuplé depuis le 9 février accentuant le leadership du meneur au sein de l’équipe. Sur les dix derniers matchs, il tourne à 18 points, 3 rebonds et 6 passes et ce avec d’excellents pourcentages 48% à 2 points, 42% à 3 points, des statistiques se rapprochant de son excellente saison 2013. Zach Randolph, le compère de Marc Gasol dans la raquette à également compris que la fin de saison de Memphis serait conditionnée par son niveau de jeu. Z-Bo tourne à 17 points 7 rebonds et 3 passes depuis dix matchs, s’imposant de facto dans le cinq majeur. Non seulement, les cadres de l’équipe sont au rendez-vous mais il ne faut pas oublier le banc des Grizz’. Celui-ci apporte une force offensive indéniable à l’équipe du Tennessee, depuis dix matchs c’est le banc le plus prolifique de la NBA avec plus de 43.2 points en moyenne. Toute l’équipe est donc mobilisée des deux côtés du terrain pour combler l’absence du pivot All-Star.

Les Grizzlies peuvent toujours rêver de play-offs.  D’un côté, la réactivité et l’intelligence du front office ont permis de combler judicieusement le vide laissé par Gasol et d’un autre côté, à la fois les cadres, le banc et les recrues s’unissent et élèvent leur niveau pour maintenir ce rang. Reste à savoir maintenant si cela sera suffisant pour être encore une fois « le poil à gratter » de ces play-offs.

3 Comments

Comments are closed.