[Power Ranking 2015-16] Conférence Ouest: Episode 3

 

Logo_Conférence_Ouest

Bonjour à tous et bienvenue dans notre rubrique power ranking. Le Power Ranking cherche à établir un ranking des équipes de chaque conférence à un instant T; sur une période donnée. Il est différent d’un classement classique, même s’il peut y avoir des similitudes entre les 2. Le Power Ranking prend aussi en compte, les séries (victoires ou défaites), le calendrier et les blessures. Comme chaque année nous reviendrons 2 fois par mois (EST-OUEST) sur la forme des équipes Nba sur une période d’un mois. Aujourd’hui, place à l’ouest pour prendre des nouvelles du champion. Bonne lecture!

Episode 1     Episode 2

Warriors Logo1-Golden State Warriors (42 victoires- 4 défaites) (=)

Depuis deux saisons maintenant, les Warriors n’ont pas quitté cette position dans notre Ranking. Alors que leur saison historique se poursuit (ne sont qu’à une victoire du temps de passage des Bulls historique de 1992 et leur bilan de 72-10); un autre record leur tend les bras. Désormais à 40 victoires consécutives à domicile ils ne sont qu’à 4 succès des Bulls.

Un peu moins bien en début d’année suite aux absences respectives de Curry et Green, Golden State s’est bien repris enchaînant les corrections face aux outsiders, Cavs (+34), Bulls (+31), Spurs (+30). Sur leurs 5 derniers matchs, il ont inscrits 120 points et leur leader Curry n’est qu’à 10 matchs du record de matchs consécutifs avec un 3 points inscrit détenu par Kyle Korver.

Spurs Logo2-San Antonio Spurs  (39 victoires- 7 défaites) (=)

Dans l’ombre des Warriors depuis le début de la saison, les Spurs vont certainement y rester après leur lourd revers (30 points) face au champion sortant. Cette défaite fait mal mais ne remet pas en cause la saison exceptionnelle qu’ils réalisent. N’oublions pas qu’ils sont devenus la 5ème équipe de l’histoire à commencer leur saison par 25 victoires de rang à domicile.

Afin de valider cette belle saison, la meilleure défense de la ligue sera récompensée au match des étoiles. Tout d’abord, sur le terrain, les Spurs auront deux joueurs Leonard et Aldridge qui fêteront ensembles leurs 1ères sélections sous ce maillot. Coté banc Greg Popovich fêtera lui sa 4ème nomination et amènera dans ses valises Becky Hammond. Elle deviendra la première femme sur un banc au all star game. Chapeau!

okc logo3-Oklahoma City Thunder (36 victoires- 13 défaites) (=)

Solidement accroché à la 3ème place de la conférence, le Thunder vient d’enchaîner une belle série de 10 victoires en 11 matchs. Toujours portée par son duo d’all star qui génère  60% des points, la franchise d’Oklahoma s’apprête comme d’autres avant elle à passer son test face aux Warriors.

Seule ombre au tableau ce mois ci, la défaite surprise concédée à Brooklyn. Donovan est dans un siège confortable en attendant les playoffs où il sera attendu comme l’était son prédécesseur. Tout en haut, Sam Presti aborde la trade deadline bien plus détendu que l’an dernier, lui qui avait emballé le marché dans les derniers instants.

clippers_logo_34-Los Angeles Clippers (31 victoires- 16 défaites) (+1)

Les Clippers sont bien lancés dans la course à l’avantage du parquet pour les playoffs. Fort d’une belle série de 10 victoires consécutives en début de mois, ils se sont bien extirpés du groupe de chasse. Cette série reste tout de même à relativiser puisque sur les 5 oppositions face aux équipes à +50% ils n’en n’ont gagné que 2 en concédant de lourdes défaites.

Les Clippers sont n’oublions pas orphelin de leur franchise player Blake Griffin depuis 16 matchs pour une blessure à la main. Doc Rivers aurait déclaré qu’il lui privilégierais Chris Paul s’il devait casser le duo. Curieux mais les chiffres ne lui donnent pas tord. Son équipe est à 22 victoires sur 31 matchs en l’absence du 1er choix de la draft 2009 sur les deux dernières saisons. Intéressant.

Memphis Grizzlies5- Memphis Grizzlies (27 victoires- 20 défaites) (+2)

Les mois passent et ne se ressemblent pas dans le Tennessee. Le mois de janvier a été bien négocié par les Grizzlies qui affichent un bilan de 8 victoires sur les 10 derniers matchs. Comme les Clippers, ils ont bénéficié d’un calendrier allégé pour se refaire une santé. L’expérience du small ball aura donc tourné court pour Dave Joerger qui est revenu à 5 majeur classique.

Désormais 5ème à l’ouest les Grizzlies n’ont pas vraiment de marges actuellement. Leur bilan est très flatteur puisque statistiquement ils ne possèdent que la 16ème défense et la 24ème attaque de la ligue. Très lent, ils peuvent  compter sur un banc électrique propulsé par le duo Chalmers ( 7 passes de moyenne sur les 9 derniers matchs) Green (17 pts de moyenne sur les 7 derniers matchs) pour aider des titulaires pas toujours au niveau.

Rockets Logo6-Houston Rockets (25 victoires- 24 défaites) (=)

Après avoir fini l’année sur une série négative (4 défaites de suite), les Rockets sont entrés en 2016 en enchaînant 5 succès d’affilés. Depuis, ils alternent le bon et le moins en continuant à perdre du temps en vue de l’avantage du terrain en playoffs. Pas encore au niveau attendu, ils restent potentiellement monstrueux.

Bonne nouvelle pour ces Rockets, ils ont retrouvé un Dwight Howard dominateur à 16 points, 12 rebonds en 31 minutes en Janvier. Plus surprenant, ils ont aussi récupéré Josh Smith contre quasiment rien. L’effet ne s’en ressent pas encore sur les résultats mais Houston à toutes les cartes en main pour réussir un gros run post all star.

Dallas Logo7-Dallas Mavericks (25 victoires- 24 défaites) (-3)

Empêtrés dans un calendrier très compliqué les Mavs sont en perte de vitesse. Le talent est là mais la fatigue se fait de plus en plus présente chez les texans. Le grand Dirk est en train de faire une fin de carrière magnifique bien épaulé dans la raquette par le surprenant Zaza Patchulia (6ème au vote du dernier All star game).

Cette saison Dallas est avec Memphis la seule franchise au bilan positif à n’avoir aucun représentant à Toronto mais peut compter sur le bon retour en forme de Chandler Parsons. En janvier c’est 16 pts 5 rebonds 3 passes en 33 minutes de moyenne le tout à 52% au tir et 46% à 3pts. Une bonne nouvelle pour Carlise qui pourra enfin s’appuyer sur son couteau suisse offensif pour soulager son hall of famer.

blazers-logo8- Portland Trailblazers (22 victoires- 26 défaites) (+3)

Attendus au fin fond de la ligue, Portland est un étonnant 8ème à l’ouest. Terry Stotts réalise un boulot formidable dans la lignée de son mentor Rick Carlise. Il peut compter sur un roster jeune, pétri de talent dont le leader  Lillard prouve tous les soirs qu’il fait parti des meilleurs joueurs de la ligue.

Snobbé à tord ou à raison pour le all star game 2016, Clutch Dam ne manquera pas de passer sa frustration sur les prochaines équipes qu’il affrontera. Ses partenaires devront eux aussi élever leurs niveaux car pour leur 11 rencontres en Février, il y aura 8 oppositions face à des équipes aux bilans positifs.

 

Sacramento Kings logo9- Sacramento Kings (20 victoires- 26 défaites) (-1)

Docteur Sacramento et mister Kings. Voila comment on peut résumer en quelques mots l’état des californiens. Entre déceptions et bonnes performances Sacto n’arrive toujours pas à être régulier sur la durée, ce qui pourrait leur coûter cher à la fin de la saison. Le duo Cousins-Rondo est monstrueux mais autour c’est cruellement irrégulier.

Collectivement, les bonnes surprises Casspi, Caulley-Stein sont nuancés par les déceptions Collison Mc Lemore et Bellinelli. L’italien très décevant avec un horrible 31/123 à 3pts  (27%) depuis début décembre  fait d’ailleurs l’objet de rumeurs de transferts. Sacramento a une belle carte à jouer cette année à eux de ne pas la gâcher.

 Jazz Logo10-Utah Jazz (21 victoires- 25 défaites) (=)

Longtemps privés de leur paire intérieure Gobert (genou) Favors (dos), Utah a progressivement glissé dans la conférence ouest. L’actuel 9ème doit surtout corrigé la faiblesse à l’extérieur qui la plombe. En effet, ils perdent 2 matchs sur 3 hors de leurs bases en moyenne (seuls les trois tankeurs de la conférence et les Pélicans font pires).

Doté d’une structure traditionnelle, les insiders ont révélé qu’ils aimeraient recruter Splitter d’ici la fin de la deadline. La piste Teague pourrait aussi être activée. L’actuel titulaire à la mène, Neto a été plébiscité pour le rising star challenge mais est léger aujourd’hui dans la course aux playoffs. Bien qu’en négatif, le Jazz est en passe de réussir sa reconstruction comme l’explique Zach Lowe dans son excellent dernier papier.

Denver Logo11- Denver Nuggets (18 victoires- 29 défaites) (-2)

En haute altitude, les Nuggets apportent un peu de fraîcheur dans cette conférence ouest. Ils possèdent du cap space, ont du potentiel sur chaque poste et une multitude de potentiels choix pour la prochaine draft. Le GM et l’assistant viennent d’être prolongés et on le comprend tant leurs décisions s’avèrent payantes aujourd’hui.

Coté terrain, si l’absence de Mudiay a fait du mal au bilan de l’équipe, Gallinari en a profité pour montrer qu’il était bien de retour à son meilleur niveau. Chirurgical du coté gauche du panier en 2016 (shotchart), l’italien montre à ses dirigeant qu’ils ont bien fait de le prolonger avant la saison. Autre bonne surprise, le rookie Jokic sort de l’ombre et accompagnera Mudiay au Rising star challenge de Toronto.

 

Pelicans Logo12-New-Orleans Pélicans (+2) (17 victoires- 28 défaites)

Are you a Pelican or a Pelican’t. C’est par cette tirade que sont commentés les actions d’éclats de l’équipe dans les tops 10 qu’ils squattent régulièrement grâce à des finitions en haute sphère d’Anthony Davis.

Dans l’urgence, les pensionnaires du smoothy king center sont victimes de la fragilité chronique des joueurs qui composent le roster. Pondexter ne jouera pas cette saison et Gordon est de nouveau sur le flanc. Le retard accumulé n’est pas rédhibitoire mais il faut faire vite. Attention à eux qui pourraient être les grands agitateurs de la trade deadline. 

wolves_Logo13-Minnesota Timberwolves (18 victoires-34 défaites) (=)

Composé de très jeunes joueurs puis de vétérans très expérimentés, le cocktail des loups manque cruellement de liant. Il devait retrouver un peu de punch au retour de Pekovic mais pour l’instant rien d’exceptionnel. Dans ce contexte, les jeunes bien qu’égratignés par leurs coachs font des stats dans une équipe qui perd beaucoup (13 défaites en 15 matchs depuis Janvier).

Kévin Martin mis de côté les Wolves ont besoin de shooteurs. L’an dernier déjà, ils avaient été actifs à la deadline et pourraient bien récidiver cette saison. Le all star week-end arrive donc à point nommé pour des jeunes Wolves dont Towns qui en toute discrétion réalise une saison exceptionnelle.

suns logo14-Phoenix Suns (14 victoires- 34 défaites) (-2)

Les saisons se suivent et se ressemblent pour les Suns. Comme leur coach, ils sont passés de futurs cracks à faux flashs en seulement deux saisons. Encore une fois la saison des hommes de l’Arizona est compromise par la blessure d’un joueur majeur. Jugez par vous même, 13 défaites en 15 matchs depuis que Bledsoe est blessé.

En son absence nous assistons à l’éclosion du rookie snobbé pour le rising star Devin Booker. Pour son premier mois dans le 5 majeur, à 19 ans, il compile déjà 17 points à 45% en 33 minutes alors qu’il est ciblé par les défenses. Phoenix n’est pas aidé par les cas Chandler et Morris à gérer mais semble d’ores et déjà tourné vers la prochaine draft.

 

Lakers Logo15-Los Angeles Lakers (9 victoires – 40 défaites) (=)

Entre tournée d’adieu de Kobe et progression des jeunes les Lakers ont le derrière entre deux chaises voir trois si on compte la protection du pick à assurer (top 3). Pire équipe de l’ouest et délaissée par ses fans (20ème attendance), LA pourra se consoler en envoyant 3 joueurs à Toronto pour le all star week-end.

Coté terrain les Lakers n’ont battu que les Pélicans, les Suns et les Sixers en janvier. Russell sort désormais du banc depuis 23 matchs  au profit de la paire Williams-Brown (3andD). Randle lui est de retour dans le 5 au profit de Nance Jr qui semble être le plus gros steal de cette draft au jour d’aujourd’hui. Vous l’aurez compris, la mission tanking est rondement menée par Scott qui a l’opposé de Blatt satisfait pleinement sa direction…

[Power Ranking 2015-16] Conférence Est: Episode 1

Logo Conférence_Est_NBA

Déjà un quart de compétition joué et c’est le retour de notre rubrique Power Ranking conférence Est. Le Power Ranking cherche à établir un ranking des équipes de chaque conférence à un instant T; sur une période donnée. Il est différent d’un classement classique même s’il peut y avoir des similitudes entre les deux. Le Power Ranking prend aussi en compte, les séries (victoires ou défaites), le calendrier et les blessures. Comme chaque année nous reviendront 2 fois par mois (EST-OUEST) sur la forme des équipes Nba durant les 30 derniers jours. Après l’ouest il y a quelques semainesBonne lecture et n’hésitez pas vous exprimer dans les commentaires!

[Power ranking conférence ouest] Episode 6 (Final)

 

Bonjour à tous! Aujourd’hui c’est mercredi 1er Avril et c’est l’heure du dernier épisode de votre rubrique power ranking. Cette fois ci honneur à la conférence qui aura sûrement 4 joueurs dans la all nba 1rst team cette saison . La conférence ouest.

N’oubliez pas toutes les 4 semaines le Mercredi, Dunkhebdo vous propose un power ranking des équipes NBA de la conférence ouest. Celui ci, sous forme de classement des 15 équipes de la conférence ouest, est un reflet de la forme des équipes depuis le dernier épisode de ce power ranking.

Il est donc basé sur la forme des équipes, le classement et bilan, l’attaque, ou encore la défense (lorsque nous parlons de classement en défense ou attaque, nous parlons de classement dans la conférence ouest, sur 15 équipes). Entre parenthèses, le nombre de places gagnées ou perdues.

 

Episode 1    Episode 2   Episode 3   Episode 4   Episode 5

 

1- GOLDEN STATE WARRIORS (61 victoires et 13 défaites)

The Championship! Les warriors ont tellement dominé le championnat cette année que c’est la seule chose qui leur manque pour que leur saison soit parfaite. Seule équipe à avoir battu les 29 autres, meilleur différentiel all time (10.8) depuis les Bulls de 1996 dont 15.7 à domicile, meilleure attaque mais aussi meilleure défense les hommes de la baie sont de loin la meilleure squad du championnat. Ils pourraient d’ailleurs faire une razzia méritée sur tout les trophée individuels (sauf le ROY) en fin de saison. En attendant les playoffs ils viennent de réaliser leur 2ème série de la saison à au moins 10 victoires consécutives! Alors, champion?

2- HOUSTON ROCKETS (50 victoires et 23 défaites)

Portés depuis des mois par leurs franchise player barbu , les Rockets ont enfin enregistré cette semaine le retour dans l’effectif du pivot le plus dominateur de ces 10 dernières années j’ai nommé Dwight Howard. Malgré un temps de jeu limité à 18 minutes, il compile déjà 11 pts 7 rebs à 72% et pas que des dunks. En effet, même s’il reste un peu robotique, il semble avoir développé une belle panoplie de mouvement poste bas dont aura besoin Houston lorsque le jeu se ralentira. Son apport ne sera certainement pas de trop pour le numéro 1 à 3pts qui vient de perdre son meneur titulaire Patrick Beverly sur blessure jusqu’à la fin de la saison.

3- MEMPHIS GRIZZLIES (51 victoires et 24 défaites)

Longtemps solidement accrochés à 2ème place de la conférence ouest, les Grizzlies se retrouvent sans marges (0.5 match d’écart) sur leurs concurrents à 9 matchs de la fin. La faute à un niveau de jeu en baisse et à une pénible série de 3 défaites consécutives conclue par 19 pts en moyenne face aux trois favoris pour le titre (Golden State, San Antonio, Cleveland). L’équipe du Tennessee fait beaucoup moins peur en cette fin de saison, tout comme son pivot all star Marc Gasol qui contrairement au début de saison ne survole plus les débats en prenant le jeu à son compte; mais laisse beaucoup plus le jeu venir à lui (comme il l’a toujours fait). A noter qu’ils ont toujours leur destin en pattes pour battre le record de la franchise (56-26) et remporter le titre de la Southwest Division pour la 1ère fois de leur histoire.

4- SAN ANTONIO SPURS (48 victoires et 26 défaites)

The Champ is back in shape! Après avoir été en gestion complète pendant pratiquement toute la saison, les spurs portent leur coup de collier au meilleur des moments. Parmi les meilleurs défenses du championnat toute la saison (2ème à la défensive efficency), ils ont clairement commencé à mettre terriblement dedans en mars. Électrifié par Kawhi Leonard (19pts 7 rebs à 53% en mars) pour 12 victoires, 3 défaites (dont une face aux Knicks), 50% au shoot 39% à 3 points sans oublier un différentiel de 13 points, leurs adversaires sont prévenus, il faudra encore compter sur eux cette année… comme lors des 17 dernières.

5- LOS ANGELES CLIPPERS (49 victoires et 26 défaites)

A quel visage des clippers auront nous droit durant les prochains playoffs? Bien meilleurs durant les 8 derniers matchs, les Clippers sont quand même tombés hier soir face au numéro 1 de la ligue après avoir remporté 7 succès de rang. Le retour de Blake « Squake » Griffin fait du bien mais semble brider Paul. Numéro 1 au Pull up shoot (10pts/m) mais aussi à 51% d’adresse en moyenne dans les coudes (gauche, droit) et en tête de raquette, CP3 perd peu à peu ses spots au profit du rookie de l’année 2011. Il y a quand même de bons motifs d’espoirs pour les rivers boy, souvenons-nous tout de même que les angélinos sont toujours orphelins de leur 6ème homme Jamal Crawford dont le scoring est bien repris par JJ Reddick auteur d’un mois de mars détonnant à 20.6 pts à 50% au tir, 43% à 3pts et 100% aux lancers.

6- PORTLAND TRAILBLAZERS (48 victoires et 25 défaites)

En Mars, Portland a enchaîné des séries. Hasard du calendrier, simple coup de fouet ou les 2, les blazers restent sur 4 succès consécutifs après avoir subi 5 revers de rangs. Sans oublier que ces derniers revers avaient déjà eux mêmes succédé à 3 défaites de suite. Héroïque l’an dernier en playoffs Damian Lillard souvent traité de solliste et d’égoiste (top 3 au touches et au temps de possession, 5ème au nombre de shoot tentées) sera attendu tout comme le reste de son équipe. Les Batum, Afflalo et autres Mc Collum auront des responsabilités accrues en l’absence de Wes Matthews qui a peut-être porté pour la dernière fois l’uniforme des Blazers avant de se blesser gravement, lui qui sera free agent l’été prochain.

7- OKLAHOMA CITY THUNDER (42 victoires et 32 défaites)

Le Thunder peut maudire cette campagne 2014-2015. Quasiment jamais au complet toute la saison durant, les ex sonics sont une bête blessée à l’approche des playoffs. Malheureusement pour eux, Kevin Durant le mvp 2014 ne fera plus parler la foudre cette saison. Il est officiellement out et devra repasser sur le billard. En son absence et accessoirement celle de Serge Ibaka, Russell Westbrook a carte blanche pour noircir la feuille avec un nouvel acolyte « Kanter ». Le pivot turc a rééquilibré l’attaque du Thunder et compile 17pts 10rebs en 30 minutes depuis son arrivée. Dans son sillage c’est tout le secteur intérieur qui s’est bonifié puisque Adams et Mc Gary apportent eux aussi leur lot de contribution. Bien qu’ils ne seront pas bons à prendre en Po, les hommes de Presti ne sont pas au niveau des grosses cylindrées mais tout est possible avec Russ Wes aka Tripple Double Machine.

8- DALLAS MAVERICKS (45 victoires et 29 défaites)

La campagne des Mavs est loin d’être un long fleuve tranquille. A l’image de leur propriétaire, les francs tireurs peuvent être aussi brillants que totalement ridicule sur certains matchs. Malgré tous les efforts de Rick Carlisle, les Mavs manquent cruellement de régularité des deux cotés du terrain. Très fort en attaque, ils demeurent très friables en défenses tant les joueurs semblent peu impliqué de ce coté du terrain. Qu’en penser? Offense sells tickets et ce n’est pas la 3ème affluence de la ligue qui contredira ce dicton. Pour ce qui est de gagner le titre, les pensionnaires de l’American Airlines Center auront leur chance s’ils se décident à être une équipe et à faire les efforts ensemble tant leur effectif regorge de talents.

9- PHOENIX SUNS (38 victoires et 37 défaites)

Un temps décrochés de la course aux playoffs après une période post deadline catastrophique, les hommes d’Hornacek se sont bien repris depuis. Une série de 5 victoires en 6 matchs les avait même replacés à 2 victoires du Thunder mais comme l’an dernier ils se sont écroulés au plus mauvais moment. Il y a un an c’était Dallas et Memphis qui s’étaient imposées, cette année ce sont Portland(x2), Sacramento et Oklahoma city (pourtant mené de 20 points) qui l’emportent face aux Suns qui apprennent encore beaucoup trop lentement de leurs précédentes erreurs. Les joueurs de l’Arizona ont l’avenir devant eux sous les éclats du tandem Morris-Bledsoe dont le second vient d’être nommé dans l’équipe de la semaine.

10- NEW-ORLEANS PELICANS (39 victoires et 34 défaites)

Coach Monty Williams est peut-être en train de vivre ses derniers instants sur le banc les Pelicans. L’objectif de départ (se qualifier en playoffs) a très peu de chance maintenant d’être atteint et ce malgré le départ catastrophique du Thunder couplé à un Anthony Davis stratosphérique. Virtuellement qualifiés la semaine dernière, les voici déjà à 2.5 matchs de retards avec un calendrier compliqué. En effet sur leurs 9 prochaines rencontres ils se déplaceront 6 fois et joueront aussi 6 fois face à des équipes à plus de 50% de victoires. Du lourd! Percutants, rapides mais fragiles, les apports d’Ajinça, Pondexter additionnés aux bons retours d’Evans et Gordon n’auront pas suffit. A voir l’an prochain avec les retours de l’all star 2013 Holiday et du Mip 2012 Anderson.

11- UTAH JAZZ (33 victoires et 41 défaites)

Croyez-le ou non, le Jazz est l’équipe qui a encaissé le moins de points en moyenne de toute la nba cette saison (94.9). Ses 16 victoires obtenues lors des deux derniers mois lui confère déjà un meilleur bilan que les Knicks à l’année. Un différentiel croissant mais une adresse en berne, c’est en défense que les jazzmen font la différence. Effet Gobert, oui mais pas que. Comme les Grizzlies avant eux, les pensionnaires de l’energie solution arena devront progresser offensivement pour désormais passer un cap. Ce cap collectif que leurs 2 leaders Hayward et Favors ont passé individuellement cette saison en terme de régularité puis surtout de leadership eux qui tournent respectivement à 19-5-4 pour le premier et 16-8 à 53% pour le second.

12- DENVER NUGGETS (28 victoires et 46 défaites)

Leur ancien coach a retrouvé du boulot et eux un peu de leur niveau de jeu. Ils affichent pour la 1ere fois cette saison un mois équilibré avec 8 victoires dont 4 consécutives et 8 défaites. Melvin Hunt le nouveau coach qui lui arbore un bilan légèrement positif (8-7) a su remotiver ses joueurs dont l’italien Danilo Gallinari 17pts 5 rebs en 30 minutes avec une pointe à 40 points face au Magic. De son coté la déception de la saison avec Lance Stephenson, Kenneth Faried va devoir augmenter son rendement s’il veut toujours faire parti des plans de cette franchise qui évolue comme lui en haute altitude au Pepsi Center. Un mot au coaching staff « FREE GARY HARRIS » tant ce jeune homme semble avoir un potentiel énorme.

13- SACRAMENTO KINGS (26 victoires et 47 défaites)

Le roue libre a été officieusement décrété aux Kings. Depuis cette semaine la blessure de Rudy Gay ainsi que les mises aux repos de Demarcus Cousins à l’extérieur sont des signes qui ne trompent pas. Part belle sera faite aux joueurs en fin de contrats (Derrick Williams, Casspi) tout comme ceux qui doivent progresser (Stauskas, Mc Lemore). Début d’assimilation de la méthode Karl ou pas, les Kings jouent plus vite, marquent plus de points en moyenne, font plus de passes le tout en perdant moins de ballon. Seuls bémols, ils ne gagnent pas plus de matchs même si leur % de victoires sous Karl est moins mauvais (38% depuis contre 34% avant). Vivement la draft donc… ou pas quand on connait le front office des californiens peut-être auront-ils la chance de drafter en 1er en juin prochain.

14- LOS ANGELES LAKERS (20 victoires et 53 défaites)

Rien n’est comme ailleurs à LA. Alors que les Clippers sont encore devants eux au classement et que les joueurs valides se démènent chaque soir pour ne pas être ridicule, voila que les fans leurs tombent dessus sur les réseaux sociaux car à trop gagner (20 victoires non vous ne rêvez pas) ils risquent de perdre leur choix de draft protégé top 5. En tout cas, quoi que pense les fans, les jeunes lakers sont valeureux malgré les défaites. D’ailleurs l’émergent Jordan Clarkson se pose clairement en candidat pour garder sa place à la mène l’an prochain tant il est bon en mars 15 points 5 rebonds 5 passes en mars pour l’américano-philipin drafté au 2nd tour par les purple and gold.

15- MINNESOTA TIMBERWOLVES (15 victoires et 58 défaites)

On attendait beaucoup du retour du Kid mais finalement ceci ne restera qu’un effet d’annonce. Bien qu’il apporte énormément hors du parquet Garnett n’est même plus le spectre de l’ombre du joueur qu’il était. Véritable mentor et exemple pour les jeunes partout ou il est passé le voila au premières loges pour voir éclore Andrew Wiggins. Le canadien a démarré poussivement mais a su monter en puissance tout au long de l’année. Futur ROY par Ko il a su mettre à profit tout le temps de jeu (3ème de la ligne) qui lui a été attribué cette saison par Saunders. Attention à ces jeunes loups qui chasseront en meute disciplinée pleine de talents dans les années à venir.

[Power ranking conférence est] Episode 5

Yawyawyaw! Aujourd’hui c’est mercredi et c’est l’heure de votre rubrique power ranking. Cette semaine, honneur  la conférence où on peut être toujours en course pour les playoffs à moins de 44% de victoires après 66 matchs.

N’oubliez pas toutes les 4 semaines le Mercredi, Dunkhebdo vous propose un power ranking des équipes NBA de la conférence ouest. Celui ci, sous forme de classement des 15 équipes de la conférence ouest, est un reflet de la forme des équipes depuis le dernier épisode de ce power ranking.

Il est donc basé sur la forme des équipes, le classement et bilan, l’attaque, ou encore la défense (lorsque nous parlons de classement en défense ou attaque, nous parlons de classement dans la conférence ouest, sur 15 équipes). Entre parenthèses, le nombre de places gagnées ou perdues.

1- ATLANTA HAWKS (54 victoires et 14 défaites) (=)

Première équipe de la ligue à atteindre les 50 victoires les Hawks, sont devenus la semaine dernière le premier qualifié officiel pour les prochains playoffs. Les  hommes de Buldenholzer ont aussi fêté leur plus grande star, j’ai nommé « The Human Higlight » Do Wilkins lors d’un match de gala face aux Cavaliers. Ce choc tant attendu a conforté les faucons en tète de la conférence est grâce à leur net victoire (106-97) mais surtout à la domination de l’ogre venu d’Ohio.

2- CLEVELAND CAVALIERS (43 victoires et 26 défaites) (=)

Plus la saison avance, plus ils semblent inarrêtables. Chaque joueur star a définitivement accepté son rôle tandis que les role players sont tous très performants. D’ailleurs ce sont eux dont on ne parle jamais qui rendent cette équipe aussi monstrueuse. A noter l’impact d’un Mozgov qui avec Shumpert (97.9) possède le seul defensive rating inférieur à 100 points de l’équipe (98.1) loin devant le 3ème King James à 113.1 pts. Quand on pense que les Cavs se sont encore renforcés sous les panneaux en recrutant Kendrick Perkins; sans oublier les cartons au scoring qu’enchaînent Kyrie Irving on voit mal comment ils pourraient perdre 4 matchs face aux même adversaire en Avril.

3- CHICAGO BULLS (40 victoires et 28 défaites) (+1)

Comme chaque saison à la mème période les joueurs de l’ illinois sont meurtris par les blessures. Mais comme chaque année, les ceux qui remplacent numériquement les blessés ne sont vraiment pas moins bons statistiquement. En l’absence de Rose, Gibson et Butler, Noah est de retour dans le centre du jeu au rôle de Point Forward. Bien sur comme l’an passé ça fonctionne. Le pivot français  a sorti la tète de l’eau, en companie de ThreeKola Mirotic et Tony « Hot sauce » Snell (les fans des bulls comprendront). Les résultats sont moyens en ce moment mais Chicago reste une place forte à l’est.

4- TORONTO RAPTORS (40 victoires et 27 défaites) (-1)

La folie nordienne s’estompe quelque peu après un excellent début de saison. Les canadiens semblent rincés à l’image d’un Kyle Lowry mis au repos forcé par son coach pour quelques matchs. Parmi les meilleurs défenses en 2014, Toronto fait désormais parti des 10 moins bonnes (22ème) à ce stade de la saison. Heureusement pour rééquilibrer le tout, ils peuvent compter sur Demar Derozan revenu depuis quelques semaines qui compile 20,5 points 4 rebonds 4 passes à 46% FG en mars.

5- INDIANA PACERS (30 victoires et 36 défaites) (+5)

Qui l’aurait cru à l’intersaison lorsque Paul George s’est blessé gravement avec team usa cet été. Les Pacers contrairement à l’an dernier font une deuxième partie de saison au delà de toutes les attentes. En jambes, ils ne cessent d’engranger les succès grâce notamment à David West leur silencieux leader vocal. Les voila à 13 succès lors de leurs 17 derniers matchs dont une belle série de 6 de suite. Les hommes de frank Vogel sont à belle fête et pourraient bien être aux anges en fin de saison vu le niveau actuel de Rodney Stuckey présent dans le dernier 5 de la semaine en date.

6- WASHINGTON WIZARDS (39 victoires et 28 défaites) (-1)

Les magiciens sont en grandes difficultés en 2015. Un peu comme Toronto, ils ont l’air de coincer au pire des moments. John « nitro » Wall s’essouffle peu à peu (13.3pts à 36% début mars) et c’est toute l’équipe qui tourne moins bien. Présentant l’un des pires bilans des équipes playoffables ces deux derniers mois (8v-11d) les joueurs de la capitale ont subi de plein fouet l’absence de Bradley Beal. Outre le bilan, son absence s’est faite ressentir sur le % général à 3 pts puisqu’ils ont shooté à 29% en son absence contre 37% quand il joue. Quand on connait l’importance qu’a pris le 3 points dans le jeu actuellement, dur de ne pas lier les deux. Heureusement Beal is the kid est de retour et wash de nouveau au complet.

7- BOSTON CELTICS (30 victoires et 36 défaites) (+4)

Mais que font les celtics. Annoncés comme l’un des favoris à la course à Okafor, les guerriers celtes refusent d’abdiquer. Ils ont perdu Sullinger sur blessure mais ce dernier est admirablement suppléer par Brandon Bass dont les qualités et l’énergie ne sont plus à présenter. Solides et boostés par l’arrivée d’Isaiah Thomas boston a gagné 7 de ses 10 derniers matchs. Récemment arrivé, le lutin est déjà dans l’histoire des celtics en devenant le meilleur marqueur sur les 5 premiers matchs (195 pts). A ce train la ils seront vites revenus dans la course à la 8ème place bien malgré eux.

8- CHARLOTTE HORNETS (29 victoires et 37 défaites) (-1)

On en parlait lors de notre dernière rubrique et leur belle dynamique se confirme. Les hornets ne sont plus du tout l’équipe du début de saison, ni celle en l’absence de MKG. Dès que l’ailier joue, cette équipe n’est plus la même. Redevenu l’une des plus grosse forteresse de la ligue, les ancien Cats ont retrouvé un jeu d’attaque fluide. Depuis son acquisition lors de la deadline, Mo Will est comme un poisson dans l’eau. Au coté de son meilleur ami Al Jefferson, il joue au niveau de celui qui était le sien lors de sa période Cavs,étant même d’être élu joueur de la semaine à l’est. Kemba peut prendre son temps pour revenir le Mo contrôle la zone.

9- MIAMI  HEAT (30 victoires et 36 défaites) (=)

Le quadruple finaliste est en difficulté. Pat Riley a réussi à débaucher Goran Dragic des suns où il n’envisageait plus son avenir pour venir renforcer les floridiens. Floridiens qui ont perdu sur blessure leur franchise player contractuel Chris Bosh à cause d’une embolie pulmonaire. En son absence Hassan Whiteside est devenu la première menace intérieure de l’équipe. Son nouveau statut, l’expose en même temps que les défenses se resserrent sur lui. Résultat, 2 expulsions en 3 matchs et des résultats moyens. Seul motif de satisfaction le retour de D-wade qui devra évolué à son vrai niveau pour viser plus haut.

10- MILWAUKEE BUCKS (34 victoires et 33 défaites) (-4)

Toujours de très loin la meilleure progression au bilan de la saison, les bucks rentrent dans le rang petit à petit. Perdant à court terme de la trade deadline en tradant leur meilleur joueur pour le meneur Michael Carter Williams, ils sont officiellement devenu un match up nightmare pour les saisons à venir. La plus petite envergure de leur 5 probable est désormais de 6’8 (2.03 m) c’est haut! Haut comme le niveau que peut prétendre atteindre cette équipe amené par un Giannis Antetokoumpo en constante progression. Pour l’heure leur niveau offensif ne leur permet pas de prétendre à plus mais défensivement ils font déjà parti des meilleurs. Equipe à suivre…

11- BROOKLYN NETS (27 victoires et 38 défaites) (=)

On est en train d’assister à un échec cuisant en regardant ces Nets. Passés de potentiels contenders à l’un des pires flop de l’histoire les pensionnaires du barkley center sont trop irréguliers. Symbole de cette irrégularité, le niveau de jeu de leurs multiples all stars Joe Johnson et Deron Williams qui malgré quelques fulgurances n’arrivent plus à porter leur équipe chaque soir. Coach Hollins paraît à court de solutions et n’a guère d’autres choix que tenter des coups. Il a lancé Markel Brown et Thad Young dans le 5 mais malheureusement la série de 5 défaites consécutives semblent rédhibitoire pour les joutes d’Avril.

12- ORLANDO MAGIC (21 victoires et 48 défaites) (+1)

Il y a bien longtemps que le magic ne l’est plus. Devenu un véritable empileur de jeunes talents, certains commencent à éclore tandis que d’autres n’ont ni assez d’ongles, ni de freins à se ronger sur le banc de touche. Depuis leur changement de coach, le pourcentage de victoire est très légèrement à la hausse. 41% sous Barrago contre 35% sous Vaughn. Ce n’est pas que cela puisque depuis 17 rencontres les floridiens bleus, perdent moins de ballons, font plus d’interceptions et plus de contre. Effet Barrago ou pas le magic reste sur 5 défaites de suite et on a de plus de mal à voir ou va l’équipe.

13- DETROIT PISTONS (24 victoires et 43 défaites) (-5)

Les pistons se sont-ils trompés de cibles. Sous le feu des projecteurs à son arrivée, Reggie Jackson par les performances de son équipe a très vite fait retombé le soufflet à son sujet. Floqué de son nouveau numéro 1 l’ex Thunder compile environ 17 pts 8 passes 5 rebonds le tout à de piètes pourcentages dans une équipe qui perd. C’est bien là le souci, motor city à le pire record sur les 11 derniers matchs avec seulement 1 victoire arrachée face à une équipe de Memphis en back to back privée de son meneur presque all star  Mike Conley. Espérons pour coach Van Gundy que la mayonnaise prendra avant la fin de la saison pour avoir le maximum de chance de resigner Monroe

14- PHILADELPHIE SIXERS (15 victoires et 52 défaites) (=)

Torpillés par leur général manager les sixers peuvent-ils vraiment faire mieux. Hors terrain, Sam Hinkie est avide de tour de draft, il se greffe sur tout les transferts inimaginables. Sur le parquet c’est tout autre chose puisqu’en dépit des changement incessant, on peut voir un certain progrès dans ce que propose Brett Brown. En effet, les 76ers viennent de passer 1er aux interceptions dans le sillage d’un Nerlens Noel qui monte en puissance dans sa fin de saison rookie. Vivement le retour de Joel Embid qui nous a gratifié d’un rider à l’échauffement avant de rechuter pour une blessure au pied.

15- NEW-YORK KNICKS (14 victoires et 54 défaites) (=)

Pire équipe à l’extérieure mais aussi à domicile, le titaknicks n’a malheureusement pas encore posé son épave au fond de la nba. Andrea Bargnani, adoubé en début de saison par coach Fisher est depuis l’annonce de la fin de saison de Carmelo Anthony est le franchise player de l’équipe pour les derniers matchs. Avec un roster aussi calamiteux, pas certains qu’ils arrivent à gagner 20 matchs. Néanmoins, ils peuvent faire quelques coups comme hier soir face aux spurs, où ils ont comblé un déficit de 11 pts dans le dernier qt du match pour finalement s’imposer en prolongation dans un garden en fusion.

Rendez-vous dans deux semaines, le Mercredi 1er Avril (ce n’est pas un poisson) pour l’épisode final de la conférence ouest! N’hésitez pas à vous inscrire et laisser vos avis.

[Power ranking conférence est] Episode 4

 

Yawyawyaw! Aujourd’hui c’est mercredi et c’est l’heure de votre rubrique power ranking. Cette semaine, honneur  la conférence où on peut être triple all star sans même avoir disputé un match de playoffs.

N’oubliez pas toutes les 4 semaines le Mercredi, Dunkhebdo vous propose un power ranking des équipes NBA de la conférence ouest. Celui ci, sous forme de classement des 15 équipes de la conférence ouest, est un reflet de la forme des équipes depuis le dernier épisode de ce power ranking.

Il est donc basé sur la forme des équipes, le classement et bilan, l’attaque, ou encore la défense (lorsque nous parlons de classement en défense ou attaque, nous parlons de classement dans la conférence ouest, sur 15 équipes). Entre parenthèses, le nombre de places gagnées ou perdues.

1- ATLANTA HAWKS ( 43 victoires et 10 défaites)

Numéro 1 depuis déjà 2 épisodes, les Hawks continuent de dominer outrageusement la conférence est. Ils possèdent désormais la 4ème plus longue série de victoires de l’histoire (série achevé face au Pélicans après 19 succès de rang). Grâce à cette série ils ont réalisé un mois de janvier parfait (17-0) et ont vu leur starting five être élu « joueur du mois » (une première). A la sortie de ce run, les faucons avaient l’occasion de marquer encore plus les esprits ces derniers jours face au top 2 de la conférence ouest. C’est d’ailleurs chose faite, même s’ils se sont inclinés face au Grizzlies, ils ont dominé la meilleure équipe de la ligue (Les Warriors) dans un duel au sommet qui restera dans toute les mémoires.

2- CLEVELAND CAVALIERS ( 32 victoires et 21 défaites)

Ils possédaient un bilan négatif lors de notre précédente rubrique, depuis ils ont passé la surmultiplié. 13 victoires, 2 défaites, une série de 12 succès consécutifs plus tard, les revoilà de retour au sommet de l’est. Déjà revenu au niveau des Bulls pour la suprématie de la Central Division, les Cavs commencent à montrer leur vrai visage en dominant outrageusement leurs opposants. Le big 3 de l’ohio est effrayant d’efficacité dès qu’il accélère au grand damne d’adversaires souvent terrassés après 3 QT. Les hommes d’un Blatt un temps menacé en ont fini avec l’adaptation, ils sont passé en mode destruction comme en témoigne la présence de 2 joueurs dans le dernier 5 de la semaine.

3- TORONTO RAPTORS  ( 35 victoires et 17 défaites)

Leur infernal road trip achevé, les raptors ont enfin pu souffler. Sur une dynamique en dent de scie les canadiens ont porté un joli coup de collier ces dernières semaines. En effet, les 8 victoires glanées sur les 10 dernières rencontres juste avant le all star break font un bien fou au leader de la très faible Atlantic division. Cette position de leader qui n’est pas vaine puisqu’elle devrait garantir l’avantage du terrain en playoffs aux Nordiens, actuellement empêtré dans une lutte à 4 pour 3 places.

4- CHICAGO BULLS  ( 33 victoires et 20 défaites)

Impressionnant un soir, très décevant le lendemain, les Bulls sont en manque de constances. Réel talent intrinsèque pour rallier sans encombre la finale de conférence, les taureaux sont dans une forme assez moyenne avant le all star week-end. Heureusement pour la franchise de l’illinois, Jimmy Butler (joueur ayant parcouru le plus de km cette saison  » 217km en 25 matchs ») remet le nez à la fenêtre après un mois de janvier en dessous de ses standards habituels de la saison. Avec lui c’est toute la Bulls nation qui revit. Même Derrick Rose se remet à enchaîner les bons matchs c’est dire.

5- WASHINGTON WIZARDS  ( 33 victoires et 20 défaites)

Dirigé par le meilleur meneur de cote Est, les wizards connaissent un léger passage à vide. Si quelques joueurs inquiètent par leur niveau de jeu (n’est-ce pas messieurs « Gortat » et « Beal »), ce n’est pas le cas de JW2. John « Nitro » Wall, en dépit des résultats de son équipe s’affirme match après match malgré quelques égarements dans le money time. C’est le joueur qui génère actuellement le plus de points par match (23.6) grâce à ses passes, lui, toujours meilleur passeur de la ligue (10.2).

6- MILWAUKEE BUCKS  ( 26 victoires et 29 défaites)

Désormais détaché en tant que dernière équipe de l’est à plus de 50% mais aussi quasiment assuré d’être en playoffs, les Bucks font une incroyable turn around season. Déjà 29 victoires à leur actif pour ces Bucks à l’effectif quasiment inchangé. Ils ne sont qu’à un succès de remporter 2 fois plus de matchs que l’an dernier alors que le All star week-end (Enorme!).  Même si Giannis Antetokoumpo, Brandon Knight et Jason Kidd sont souvent mis en avant c’est avant tout l’expression collective d’une équipe soudée qui a d’ores et déjà réussi sa saison. Il faudra compter sur eux dans les prochaines années à coup sur.

7- CHARLOTTE HORNETS ( 22 victoires et 29 défaites)

Et si MKG était le joueur le plus valuable de l’effectif de coach Clifford. Kemba Walker, Lance Stphenson et Al Jefferson se sont tous blessés au cours de la saison mais aucune de ces blessures n’a été aussi préjudiciable au niveau de compétitivité de l’équipe que celle de l’ancien wildcat. Quand il joue, les Hornets sont en positif avec 19 victoires pour 18 défaites. Les choses sont en train de tourner pour la franchise de caroline du nord qui était antépénultième lors de l’épisode 1. Ils viennent d’ailleurs tout juste d’acquérir l’ex all star Mo Will qui devrait leur faire un bien fou au scoring grâce à ses habilitées offensives.

8- DETROIT PISTONS  ( 21 victoires et 31 défaites)

Revenu comme des boulets de canon dans la course à la 8ème place, les Pistons se maintiennent en bonnes eaux malgré la blessure de Brandon Jennings. En son absence, DJ Augustin est repassé en mode Bulls avec quasiment 20 points 10 passes de moyenne dont un joli 50% à 3 points en février. Le 3 points! Non vous ne rêvez pas! Grosse progression des Pistons? Perte de Josh Smith? Retour de Jodi Meeks? ou effet Van Gundy? Peut-être un peu de tout cela, en tout cas, les voila entré dans le top 10 aux totaux tentés puis convertis. Ce spacing créé permet alors au duo Drummond -Monroe de mieux s’exprimer et de punir les raquettes adverses.

9- MIAMI  HEAT  ( 22 victoires et 29 défaites)

Le chemin de croix du quadruple finaliste nba se poursuit. On les pensait tranquille, les voila désormais sous la menace des Pistons pour leur place aux playoffs. On en parlait comme d’une équipe avec 4 all star en son sein, la vérité est tout autre. Wade est blessé, Deng revient de blessure, Granger n’est même pas le spectre de l’ombre du joueur qu’il était à Indiana. Dans ce marasme seul Chris Bosh peut se targuer de tenir régulièrement son rang. Souvent esseulé, l’ex Raptor à trouver un acolyte de choix dans la peinture en la personne d’Hassan Whiteside qui en quelques sortie a beaucoup impressionné, se fendant de tripples doubles et de doubles doubles historiques.

10- INDIANA PACERS  ( 20 victoires et 33 défaites)

Les Pacers sont une équipe de guerriers et le prouve semaine après semaine. Un franchise player sur le carreau (dont le retour pourrait se faire cette saison en cas de playoffs), un pivot all star qui n’en a que le salaire et pourtant l’équipe se bat chaque soir et donne tout ce qu’elle a. Au rayon des satisfactions, les deux Hill (Solomon, George) et le rookie Damjan Rudez (1ère signature de la free agency) qui prouve qu’en dépit d’une adaptation difficile , qu’il pourra aider cette équipe. 

11- BROOKLYN NETS  ( 21 victoires et 31 défaites)

Affichant la plus mauvaise série des équipes encore à la lutte pour la 8ème place à l’est, les Nets persiste dans la médiocrité. Tout comme au heat, les all star ne répondent pas présent malgré toutes les tentatives du coach Lionel Hollins. Vous comprenez bien que l’effectif le plus cher de la ligue est en grande difficulté avec 15 défaites en 21 matchs depuis le début de l’année civile. Toujours en course pour les joûtes d’Avril, les coéquipiers de Brook Lopez n’ont plus le choix, il faut gagner et cela passe par retrouver de l’adresse mais surtout une défense beaucoup plus régulière.

12- BOSTON CELTICS  ( 19 victoires et 31 défaites)

Le début d’année fut compliqué à Boston. Plusieurs départs à digérer, plusieurs nouveaux joueurs à intégrer et un nouveau meneur de jeu à trouver. Smart devait être l’option logique mais pour l’instant, Evan Turner lui est préféré et c’est plutôt pas mal pour l’équipe. Déjà 3 victoires en février pour des celtes qui n’en ont remporté que 5 sur tout le mois de janvier. Les playoffs ne sont pas si loin pour des celtics qui possèdent un groupe homogène au sein duquel doit émerger un leader.

13- ORLANDO MAGIC ( 16 victoires et 39 défaites)

Le magic a cessé de l’être il y a bien longtemps. Les résultats actuels sont catastrophiques puisque la franchise floridienne est la pire équipe de la nba en 2015. Ce fendant d’un ignoble bilan de 3 victoires et 17 défaites sur l’année civile, coach Vaughn a été prié de plié bagage. Il a été remplacé par son assistant qui n’a pas attendu pour montrer ses qualités de tankeur contre les Bulls. Menant de 7 points à quelques secondes du terme, les jeunes pousses du magic se sont finalement inclinés après une succession de pertes de balles et un sabotage en règle. Une nouvelle expérience pour cette jeune équipe du magic qui est l’équipe qui a passé à cet instant le plus de minutes sur les parquets cette saison.

14- PHILADELPHIE SIXERS  ( 12 victoires et 42 défaites)

Comme pour les feux Bobcats à leur époque devenus Charlotte Hornets depuis, les Sixers affichent de beaux progrès alors que les résultats restent dans l’ensemble mauvais. Fini les grosses fessées dans lesquelles le garbage time commençaient dès la moitié du 3ème quart temps. Maintenant les sixers vont au bout des matchs en jouant les coup à fond. En plus, comme un bonheur n’arrive jamais seul, Joel Embiid, le 3ème choix de la dernière draft annoncé comme un futur pivot dominant a commencé à s’entraîner avec le groupe. Brett Brown et Hinkie sont à la croisée des chemins, ils devraient devenir de plus en plus compétitifs à mesure que le temps passe. De bonne augure donc pour une Atlantic division qui ne possède qu’une équipe sur cinq avec un bilan positif en son sein.

15- NEW-YORK KNICKS  ( 10 victoires et 42 défaites)

Les Knicks ont enfin gagné un match mettant fin à une terrible série de 16 défaites consécutives (record de franchise). Suite a cette victoire surprise ils ont profité d’un calendrier abordable pour enchaîner 2 succès consécutifs de plus face à Orlando et à Philadelphie. Depuis, plus rien ou presque. Les résultats sont redevenus mauvais et le all star game au Madison Square Garden qui aura lieu dimanche prochain, semble être le match avec le plus d’enjeu cette saison c’est dire. Vivement la saison prochaine pour ces moribonds knicks qui se présenteront à coup sur avec un autre visage.

[Power ranking conférence ouest] Episode 4

 

Bonjour à tous! Aujourd’hui c’est mercredi et c’est l’heure de votre rubrique power ranking. Cette fois ci honneur à la conférence ou 1/3 du roster du all star game n’est virtuellement pas qualifié pour les playoffs. La conférence ouest.

N’oubliez pas toutes les 4 semaines le Mercredi, Dunkhebdo vous propose un power ranking des équipes NBA de la conférence ouest. Celui ci, sous forme de classement des 15 équipes de la conférence ouest, est un reflet de la forme des équipes depuis le dernier épisode de ce power ranking.

Il est donc basé sur la forme des équipes, le classement et bilan, l’attaque, ou encore la défense (lorsque nous parlons de classement en défense ou attaque, nous parlons de classement dans la conférence ouest, sur 15 équipes). Entre parenthèses, le nombre de places gagnées ou perdues.

1- GOLDEN STATE WARRIORS (38 victoires et 8 défaites) (=)

Numéro 1 de la ligue jusqu’à la mi-saison, les warriors viennent de se faire dépasser au bilan par les Hawks auteurs d’un mois de janvier historique avec 17 victoires pour aucune défaites. Toujours leader à l’ouest, les hommes de Kerr (tout juste auréolé du trophée de coach du mois à l’ouest pour la première fois de sa carrière) pourront se consoler avec la 1ère apparition de Klay Thompson au all star game qui nous a gratifié d’une performance de choix la semaine dernière. Et quelle performance! 52points avec en prime un 3ème quart temps magique à 35 points à 13/13 au shoot dont 9/9 à 3 points! Irréel!

2- MEMPHIS GRIZZLIES (36 victoires et 12 défaites) (+2)

Les grizzlies ont retrouvé l’appétit depuis le retour de Randolph et avec lui l’affaire est souvent dans le Zach! Monstrueux, il restait avant le match contre Phoenix lundi dernier sur 12 doubles doubles consécutifs. Dans son sillage c’est toute la Grizz nation qui montre les crocs avec 11 succès lors de leurs 12 dernières rencontres dont certains contre de vrais contender tels que Dallas, Portand et OKC! A noter que ces bons résultats sont à mettre au crédit d’une défense retrouvée qui a laissé la semaine dernière le Thunder et Denver à moins de 80 points. Les hommes du Tennessee devraient profiter encore quelques jours d’un calendrier abordable avant de se lancer directement dans la course post all star.

3- HOUSTON ROCKETS (33 victoires et 15 défaites) (+2)

Coup dur pour Houston qui vient de perdre Dwight Howard pour un mois minimum mais qui a aussi retenu son souffle lorsque que James Harden s’est écroulé la semaine dernière après un euro step. On a cru au croisé mais plus de peur que de mal le barbu s’est relevé et n’a pas arrêter de stater. Statosphérique individuellement, Harden a un peu plus de mal collectivement ces dernières semaines à l’image de son équipe. Même si les victoires s’enchaînent toujours à une allure folle la défense qui les caractérisait en début de saison, s’efface de plus en plus pour laisser place à des orgies offensives comme l’an dernier. Souvenons-nous qu’ils n’ont pas passé le 1er tour en jouant ainsi et que cette année l’objectif est au moins la finale de conférence.

4- LOS ANGELES CLIPPERS (33 victoires et 16 défaites) (+2)

Les Clippers ont un beau bilan et sont sans bruit remontés dans la hiérarchie de la conférence ouest. Au coude à coude avec les Spurs, ils viennent de subir un coup d’arrêt face aux Nets lors d’une fin de match où ils ont complètement balbutié leur basket. Pourtant au mois de janvier ils se sont montrés à leurs avantages avec 11 victoires en 15 matchs et un différentiel général de +10 mais à pondérer avec le calendrier. Calendrier qui se complique dès demain avec l’enchaînement de 7 rencontres sur 11 à l’extérieur toutes face à des équipes à plus de 50%. Le programme à domicile n’est pas vraiment meilleur puisque Houston, San Antonio, Sacramento et Dallas se succéderont au Staples Center. Vous comprenez bien, du très lourd!

5- SAN ANTONIO SPURS (30 victoires et 18 défaites) (+2)

On attendait de les voir au complet et on est pas déçu. Depuis le retour de Kawhi Leonard, les Spurs sont redevenus l’une des meilleurs équipes de la ligue. Certes ils ne sont pas la machine qu’ils étaient lors des derniers playoffs mais ils ont su profiter d’un calendrier assez light ces dernières semaines et ce juste avant le break du all star week-end. Attention tout de même car les deux dernières défaites face aux Bulls et aux Clippers qui font partis des sérieux contenders toutes 2 avec au moins 20 points d’écarts. Voila de quoi travailler pour les hommes de Popovich qui sont actuellement avant dernier de leur division, phénomène assez rare pour être souligné.

6- PORTLAND TRAILBLAZERS  (33 victoires et 16 défaites) (-4)

Dame it! C’est ce que Damien Lillard a dû se dire en ne voyant pas son nom dans les 7 remplaçants sélectionnés pour le all star game de New-York contrairement à son compatriote LaMarcus Aldridge. Véritable leader de l’équipe et élu dans l’équipe de la semaine, le meilleur ailier fort de la ligue joue blessé et joue même très bien. Problème son équipe, elle, perd de plus en plus (8 défaites sur les 11 derniers matchs). Quasiment assurée de finir à la tête de la northwest division les blazers devront récupérer les blessés et surtout Robin Lopez dont l’absence fait clairement défaut lors de d’affrontements contre les grosses cylindrées. En attendant l’équipe est dans le top10 de toutes les catégories statistiques (Points marqués, encaissés, rebonds et passes par matchs).

7- DALLAS MAVERICKS (33 victoires et 18 défaites) (-4)

Ils étaient lancés comme des boulets de canons durant les matchs qui ont suivi l’arrivée de Rajon Rondo, les voila qui subissent de pleins fouets le contre coup.  Même s’ils restent sur 3 succès consécutifs face à de faibles opposants (Miami, Orlando, Minnesota), les Mavs ont inquiétés au milieu du mois de janvier en perdant 4 matchs consécutifs face à des équipes à leur niveau. Tout aussi inquiétant, le manque d’agressivité de Rajon Rondo est pointé du doigt lui qui joue presque contre nature. L’ancien celte tente moins d’un lancer franc en moyenne par match depuis qu’il porte le maillot texans en en inscrivant toujours en moyenne 1 tout les 4 match (5/20). Scandaleux pour un joueur de son calibre!

8- PHOENIX SUNS (28 victoires et 22 défaites) (-1)

Les Suns font décidément bien plus que confirmer cette saison. Accrochés pour l’instant au dernier strapontin pour les playoffs, les joueurs de coach Hornacek sont sous la menace immédiate de leurs poursuivants « Pelicans et Thunder ». Malgré cette pression la jeune équipe de l’Arizona voit ses joueurs progresser et devenir des leaders au fur et à mesure que la saison avance. Seul bémol, l’inexpérience encore trop grande de Phoenix qui a encore du mal à passer les gros obstacles de l’ouest. Leur bilan en janvier est très bon pourtant sur 9 matchs face à des équipes en positif à l’ouest ils n’ont remporté qu’un succès.

9- NEW-ORLEANS PELICANS (26 victoires et 22 défaites) (+1)

Il y a quelques semaines on s’acheminait tranquillement vers un mano à mano entre les Suns et le Thunder pour le 8ème spot de la conférence ouest puis les Pelicans sont sortis de leurs volières pour picorer les matchs qu’ils avaient de retards. Les voici plus jamais que présent dans la course sous les ailes du toujours n1 au PER avec 32 (non vous ne révez pas) Anthony Davis. Davis qui devrait honorer sa première titularisation au match des étoiles. Le replacement de Tyreke Evans à la mène couplé au retour à niveau d’Eric Gordon et Omer Asik à changer le visage des Pélicans trop tributaires du niveau de jeu de leurs all star jusqu’à présent. Auteurs de 9 succès lors de leurs 12 dernières rencontres, ils viennent de mettre fin à la série de 19 victoires des Hawks.

10- OKLAHOMA CITY THUNDER (24 victoires et 24 défaites) (-1)

Retour de bâton pour le Thunder. Malgré tout leurs efforts depuis le retour des 2 superstars Kevin Durant et Russell Westbrook, les pensionnaires de la cheesapeake arena coincent terriblement dans leur remonté vers les playoffs. Le poussif mois de janvier (7 victoires/ 7 défaites) a montré certaines carences que la seule arrivée de Dion Waters n’arrive pas à combler. D’ailleurs celle-ci semble leur faire plus de mal que de bien. Statistiquement c’est mieux car OKC shoote plus, vole plus de ballon tout en ayant un bien meilleur spacing. Cependant, la 2nd unit est plus déséquilibrée qu’elle ne l’était déjà et des joueurs comme Reggie Jackson et Perry Jones qui ont bien joué au début ne voient quasiment plus le parquet. L’alchimie semble se dissoudre au fil que la pression monte pour le Thunder qui jouera 4 équipes (sur 5) au dessus des 50% (Pelicans (x2), Clippers, Grizzlies) juste avant le all star Break!

11- UTAH JAZZ (17 victoires et 31 défaites) (+2)

Petit bon dans cet épisode pour le Jazz qui continue sa progression dans le jeu prôné par coach Snyder. Cette remontée n’est pas directement liée aux résultats puisque les jazzmen sont encore en négatif sur la période. Ils sont justes les meilleurs des mauvaises équipes en terme de résultats. Toujours un peu inconstants, ils se sont offerts la tète du leader du power ranking avec un Gordon Hayward MvPiesque du haut de ses 26 points 15 rebonds 6 passes et  la victoire au bout. Pas sur qu’il soit capable de répéter ce genre de performance tous les soirs mais la base semble là pour le Jazz qui serait certainement en playoff à l’EST vu ce qu’ils montrent sur le terrain.

12- SACRAMENTO KINGS (17 victoires et 30 défaites) (=)

Dès que Keith Smart a pris la tête de l’équipe, nous nous doutions bien que la saison des Kings était terminée. Manque d’envie, irrégularité et perte de confiance ce sont les qualificatifs qui reviennent le plus en regardant jouer les californiens post ère Malone. Tenez vous bien, les Kings n’ont remporté que 4 batailles en Janvier et ont définitivement perdu la guerre de la course aux joutes d’Avril. En dépit de tout cela, saluons le retour d’un King au ASG lors du match du dimanche puisque Demarcus Cousins aka Boogiea été choisi pour remplacer Kobe Byrant blessé à l’épaule. Il honorera donc sa 1ère sélection, la 1ère pour un joueur de Sacramento depuis Brad Miller et Peja Stojakovic en 2004.

13- DENVER NUGGETS (19 victoires et 30 défaites) (-2)

Arrivé pour mettre fin au show time et enfin gagner, le Shaw time semble être écoulé dans les rocheuses. Très mauvais ces dernières semaines les joueurs semblent au bout du rouleau et sauf cataclysme les choses ne devraient pas longtemps rester en état. Un succès c’est le bilan pour leurs 11 dernières sorties. Le Pepsi center quant à lui autrefois forteresse imprenable à des allures de distribank tant n’importe qui y va et prend ce qu’il a à prendre très facilement. Malheureusement pour eux, les choses empirent et les défaites sont de plus en plus sévère comme en témoigne les 3 derniers matchs dans lesquelles ils étaient déjà mené de 20 points à la mi-temps face à leurs opposants.

14- LOS ANGELES LAKERS (13 victoires et 35 défaites) (=)

Tout comme la saison dernière, ce sont les blessures et les contres performances qui rythment cette campagne 2014-2015 des Lakers. En effet, l’avant dernière défense de la ligue est bien loin de ses standards d’en-temps. C’est tout simplement l’équipe qui a remporté le moins de rencontres en nba depuis 2015 (3 succès). Pire encore comme dit plus haut, Kobe Bryant s’est gravement blessé à l’épaule, sa saison est d’ores et déjà terminée. Vivement donc la fin du calvaire pour les angelinos qui ont perdu 9 matchs consécutivement durant janvier.

15- MINNESOTA TIMBERWOLVES (8 victoires et 40 défaites) (=)

Equipe avec le plus grand nombre de joueurs présents au all star week-end (4 à égalité avec les Hawks), les Wolves alternent le mauvais et le très mauvais. Andrew Wiggins a fait le trou dans la course au Rookie of the Year et c’est bien l’essentiel dans la saison des loups. Bonne nouvelle, les retours à la compétitions conjuguées de Pekovic, Martin et Rubio que ne pourront faire que du bien à la franchise de Minneapolis. Elle qui a enfin accueilli son ex franchise player la semaine dernière pour un match de gala où les T-wolves ne sont pas passé loin de l’exploit.

[Power ranking conférence est] Episode 2

 

Yawyawyaw! Aujourd’hui c’est mercredi et c’est l’heure de votre rubrique power ranking. Cette semaine, honneur  la conférence où c’est le moins mauvais des pires bilan qui se qualifient en playoffs.

N’oubliez pas toutes les 4 semaines le Mercredi, Dunkhebdo vous propose un power ranking des équipes NBA de la conférence ouest. Celui ci, sous forme de classement des 15 équipes de la conférence ouest, est un reflet de la forme des équipes depuis le dernier épisode de ce power ranking.

Il est donc basé sur la forme des équipes, le classement et bilan, l’attaque, ou encore la défense (lorsque nous parlons de classement en défense ou attaque, nous parlons de classement dans la conférence ouest, sur 15 équipes). Entre parenthèses, le nombre de places gagnées ou perdues.

1-Atlanta Hawks (21 victoires- 7 défaites) (+3)

Sobres et efficaces, ils étaient 4ème il y a 28 jours, aujourd’hui ils prennent la tête grâce à leurs solides série de 14 victoires en 15 matchs. Les Hawks sont depuis le début de saison une mécanique bien huilée que peu d’adversaires arrivent à terrasser. Ils viennent de battre successivement Toronto, Cleveland, Houston, Dallas et les Clippers (les deux derniers en back to back). Al Horford quant à lui vient d’être élu joueur de la semaine. Une semaine qu’il a bouclé par 18.3 points, 6.3 rebonds et 5 passes à 60% en 32 minutes Outch! Tout va bien aux Hawks!

2-Toronto Raptors (21 victoires – 7 défaites) (-1)

Seule équipe en positif dans la mythique Atlantic division, les Raptors continuent de s’affirmer comme une valeur sure de la conférence est. Malgré 5 défaites subies depuis notre dernière rubrique, les canadiens ne sombrent pas en l’absence de Demar Derozan même si elle se fait ressentir en fin de match des 2 cotés du terrains. Par exemple hier soir, ils ont encaissés 49 points de la part des Bulls dans le dernier Qt eux qui sont connus pour être l’une des équipes qui encaissent le moins de point dans cet période.

3-Chicago Bulls (19 victoires- 9 défaites) (=)

Plus sérieux rival annoncé des Cavs du King en début de saison, les Bulls tiennent pour l’instant leurs rangs en dépit de stars ménagés. Moins efficients en défense (21ème), les joueurs de coach Thibs font la différence en attaque pour l’instant (7ème à l’offensive efficiency) avec deux joueurs « inattendus »  Jimmy Butler et Nikola Mirotic qui sortent du lot en ce moment. Le premier vient d’être retenu dans l’équipe de la semaine alors que le 2nd possède le meilleur Per des rookies. A suivre

4- Cleveland Cavaliers (17 victoires- 10 défaites) (+3)

Épouvantail, tant attendu les Cavaliers sont en progrès dans les résultats mais aussi un peu dans le jeu. Même s’ils sont capables de runs dévastateurs en très peu de temps, ils arrivent à gérer de mieux en mieux le tempo. Lebron est Lebronnesque comme à son habitude. Kyrie et  K-Love jouent de moins en moins par à-coup. Le banc donne de très bonne minutes des deux cotés du terrain. Quelque chose se crée dans l’Ohio…

5-Washington Wizards (19 victoires – 8 défaites) (-3)

Mais jusqu’où iront ces magiciens. Comme le dit Lebron James dans Game of Zone « John Wall is no longer a boy ». Le franchise player de Washington endosse pleinement ses responsabilités des deux cotés du terrain, dans le leadership et joue au niveau des tout meilleurs à son poste comme en témoigne ses presque 18 points, 10 passes 5 rebonds de moyenne. Dans son sillage l’équipe qu’il dirige se bonifie et semble en mission pour faire mieux que l’an dernier malgré quelques accrocs lors des dernières rencontres.

6- Milwaukee Bucks (14 victoires- 15 défaites) (=)

Au tiers de la saison, très peu imaginaient les Bucks aussi bien classés. A l’équilibre, ils sont (n’ayont pas peur des mots) dans la course au playoffs. Coach Kidd imprime son sceau défensif et rentabilise fortement les qualités athlétiques de ses joueurs. Seul bémol, la grave blessure au genou de Jabari Parker en tête au Power Rookie Ranking, pour la fin de la saison. Douloureuse en soit, elle pourrait impacter bien plus négativement la suite de la carrière du joueur mais aussi de la franchise.

7-Brooklyn Nets (12 victoires – 15 défaites) (+3)

Au regard du Barcley center, le projet des Nets semble de plus en plus tombé à l’eau. Brook Lopez s’est de nouveau blessé et c’est tout l’équilibre offensif de l’équipe qui s’est fragilisé. Leurs backcourt à 45 millions est inconstant au possible sous les yeux d’un Lionel Hollins souvent sans réponse. Pour l’instant les joueurs en noir profitent de la relative faiblesse de la conférence est pour être dans la course aux playoffs le temps de s’améliorer et de trouver leur rythme.

8-Miami  Heat (13 victoires- 15 défaites) (-3)

Orphelin le leur franchise player « contractuel » Chris Bosh, les floridiens montrent leurs limites à plus d’un quart de saison. Pour la première fois depuis 2007-2008, les pensionnaires de la Tripple A sont dans le négatif avant noel. Ils ont été incapables d’enchaîner deux victoires consécutives depuis le 1er épisode. Pire leurs 11 dernières défaites étaient de 17 points en moyenne (avant celle d’hier face aux Sixers). Cela fait mal pour une équipe tant habitué à gagner ces dernières années. Seul point positif, leurs deux rookies devraient être en liste pour le rookie challenge compte tenu de ce qu’ils démontrent lorsqu’ils jouent. Très pauvre donc…

9-Charlotte Hornets (10 victoires – 19 défaites) (+4)

Un nouvel élan semble être né chez les néo Hornets. En convalescence après la double greffe Stephenson-Williams, Charlotte vient de lancer sa saison notamment grâce 4 victoires d’affilée. Les retours dans le 5 de MKG (longtemps blessé) puis de Gérald Henderson placardisé sont pour l’instant des choix gagnants pour les pensionnaires d’une Time Cable Arena survoltée à chaque rencontre.

10-Boston Celtics (10 victoires – 16 défaites) (+1)

Secoué par le transfert du dernier vestige du titre de 2008, la green army a fini sa phase de démantèlement. Les rondo, allen, pierce et garnett ont été remplacé par des Smart (20ans), Bradley (24ans), Young (19ans), Sullinger (22ans), Olynyk (23ans) et c’est très prometteur. Beaucoup plus régulier dans le jeu durant le mois de Novembre, les C’s sont à l’équilibre sur leurs 10 derniers affrontements (5-5). Ils ont les atouts et le talent pour jouer la 8ème place à l’est à eux de ne pas griller trop de joker.

11-Orlando Magic (11 victoires – 20 défaites) (-2)

4ème de la division sud est, l’équipe des minots floridiens apprend dans le dur. 60% de défaites (6/10) lors des 10 derniers matchs, c’est le bilan depuis le 1er épisode. Plus inquiétant, le magic est moins efficace que l’an dernier dans tous les domaines statistique sauf à l’adresse de loin (effet Frye). Dans ce marasme seul Tobbias Harris semble tirer profit de la situation, lui qui voit sa cote grimper à l’aube d’être free agent en juillet prochain. A l’opposé,  Jack Vaughn, lui, devrait avoir du souci à se faire.

12-Indiana Pacers (10 victoires – 19 défaites) (-4)

En dépit de leurs deux dernières victoires acquises consécutivement face aux Wolves puis aux Pélicans, les Pacers traversent une mauvaise passe en ce moment. En ayant remporté que 4 de leurs 15 précédentes rencontres, ils se sont cassés les dents sur la quasi totalité des équipes à 50% (10 déaites/11 matchs) de leur calendrier. Seul point positif

13-Philadelphie Sixers (4 victoire – 23 défaites) (+2)

Les Sixers sont en progrès. La saison a démarré par 17 défaites consécutives pour les hommes d’un Bret Brown à qui il est dur de reprocher quoi que ce soit. Depuis ce départ historiquement mauvais, Philly a relativement bien redressé la pente avec 4 succès sur les 10 derniers matchs. Mieux ils restent sur 2 succès consécutifs face à Orlando puis à Miami où ils ont joué à 8 en plus d’être mené de 23 points. Chapeau.

14-New-York Knicks (5 victoires- 23 défaites) (-1)

Après s’être durement heurté au niveau de la ligue, le titaknicks coule littéralement aux yeux de tous. Le jeu collectif est affligeant. La défense, elle, reste au vestiaire à chaque sortie. Aucune solution ne semble être trouvée par le courageux coach Fisher qui s’enlise au fur et à mesure de la saison…

15-Detroit Pistons (5 victoires – 23 défaites) (-1)

Quelle sera la prochaine équipe à ne pas gagner contre Détroit? C’est ce que doit fermement se demander le président coach Stan Van Gundy. Le plus gros salaire de l’équipe vient d’être brutalement coupé et d’autres mouvements d’envergures sont à prévoir. Sportivement, Motown a subi une série de 13 revers de rang alors que le Palace autrefois forteresse inviolé a des allures en centre commercial (MallTown). On y viens et on repart souvent avec quelques choses.

[Power ranking conférence ouest] Episode 2

Hello aujourd’hui c’est mercredi et c’est l’heure de votre rubrique power ranking. Cette semaine, honneur à la conférence du champion nba, la conférence ouest.

N’oubliez pas toutes les 4 semaines le Mercredi, Dunkhebdo vous propose un power ranking des équipes NBA de la conférence ouest. Celui ci, sous forme de classement des 15 équipes de la conférence ouest, est un reflet de la forme des équipes depuis le dernier épisode de ce power ranking.

Il est donc basé sur la forme des équipes, le classement et bilan, l’attaque, ou encore la défense (lorsque nous parlons de classement en défense ou attaque, nous parlons de classement dans la conférence ouest, sur 15 équipes). Entre parenthèses, le nombre de places gagnées ou perdues.

1- Golden State Warriors (21 victoires 3 défaites) (+2)

Impressionnant! C’est le mot qui vient pour qualifier le début de saison de ces séduisants Warriors. Les hommes du coach rookie Steeve Kerr sont phénoménaux d’efficacité à 1/4 de la saison. Plaisant à voir jouer offensivement et terriblement efficient en défense, ils ont simplement gagné tous leurs matchs (13) depuis notre dernière rubrique avant d’affronter Memphis. L’équipe de la baie s’affirme de plus en plus et semble en chemin pour être très bien placé dans la fameuse « zone des champions ».

2- Memphis Grizzlies (20 victoires 4 défaites) (-1)

Premier lors de notre premier pointage, les Grizzlies sont désormais second après avoir subi trois défaites compliquées face à ds adversaires directs. Moins impressionnants ces dernières semaines, ils n’en demeurent pas moins efficaces. Marc Gasol et Courtney Lee sont de retours à leurs niveaux respectifs mais c’est John Leuer, Zach Randolph puis surtout Mike Conley qui ont élevé les leurs. Tant mieux pour eux, car le mois de décembre des hommes de coach Joerger s’annonce dantesque avec 11 affrontements sur 14 contre des équipes à plus de 50% de victoires. Dantesque!!

3- Houston Rockets (18 victoires 5 défaites) (-1)

Au rayon surprise de cette saison pour l’instant, les texans sont actuellement au dessus des attentes.  Alors oui, vu l’effectif papier c’est presque logique de les retrouver là, mais concrètement, ils ont joué la plupart de leurs matchs sans Howard, Beverly et Jones. James « Free Throw » Harden récemment élu joueur de la semaine à l’Ouest est littéralement MvPiesque avec ses 26.3 points, 6.7 rebonds , 6.4 passes. Malgré des pourcentages douteux (41%FG et 33% 3pts) il assume totalement son rôle de leader. De bonne augure avec le retour tant attendu des cadres.

4- Portland Trailblazers (19 victoires 6 défaites) (=)

Avec 7 succès lors de leurs 10 derniers matchs, les Trailblazers suivent pour le moment le train d’enfer imprimé en tète de la conférence par les Warriors. Ils ont d’ailleurs enchaîné 13 victoires en 14 rencontres avant de s’incliner deux fois de suite face à Chicago et Minnesota. Terry Stotts fait plus confiance à son banc et la qualité de jeu sur la durée s’en ressent. Leur attaque est bonne mais plus étonnant leur défense est à son niveau. Ils sont tout simplement classés top10 à l’offensive (8ème) et à la defensive (6ème) efficency.

Les voyant sont pour l’instant au vert compte tenu de la relative facilité de leur calendrier jusqu’à présent, les choses devraient se corser d’ici peu pour eux.

5-Los Angeles Clippers (17 victoires 7 défaites) (+4)

9ème il y a 4 semaines, les Angelinos ont bien profité de leur calendrier clément pour se remettre en confiance offensivement (12 fois plus de 100 pts lors de leurs 14 derniers matchs). CP3 est en mode général et BG32 son premier caporal en chef retrouve son jeu et ses standards. Lob city is back in the contest et les gros highlights s’enchaînent à une vitesse folle. Néanmoins, les Clips inquiètent par leur irrégularité face aux équipes à plus de 50% de victoires pour l’instant. Décevant, pour une équipe au complet annoncé dans le top 3 à l’ouest en début de campagne.

6- San Antonio Spurs (17 victoires 8 défaites) (+1)

Bien calé dans les roues, le champion est pour l’instant à sa main. Sans forcé voir quasiment en roue libre les texans sont à 58% de victoires malgré l’enchaînement des back to back, deux semaines à 5 matchs sur leurs 3 dernières mais aussi la blessure de leur back court historique Tony Parker-Manu Ginobili. Vous l’aurez compris, les pensionnaires de l’AT&T center sont performants même s’ils ont du mal à enchaîner les victoires ces derniers temps. Attention tout de même aux dernières défaites face à des équipes dites « faibles » qui viennent  un peu ternir le tableau.

7- Dallas Mavericks (17 victoires 8 défaites) (-2)

Offensifs, joueurs et clutchs, voila les adjectifs qui qualifient les Mavs en ce début de saison. Equipe la plus rapide de la nba, la franchise de Dallas réalise un début de saison de haut vol. Grosse écurie offensive, la team de Marc Cuban a tout de même du mal contre les grosses équipes de l’ouest. Période de réglage ou pas, il faudra vite s’ajuster dans le sillage d’un Monta Ellis au niveau all star pour sa 10ème saison dans la grande ligue.

8- Oklahoma City Thunder (12 victoires 13 défaites) (+5)

Ca y est, le Thunder est enfin lancé dans sa saison. Depuis le retour de leurs deux superstars les hommes de coach Brooks sont passés en win mode. En effet, ils n’ont perdu qu’un match face aux Pelicans lors de leurs 11 dernières sorties. Annoncés un temps décrochés de la course aux PO, les voila à un demi match de la 8ème place à l’ouest après une vingtaine de parties disputées. Il leur en reste 58 pour bousculer la hiérarchie.

9- New-Orleans Pelicans (12 victoires 12 défaites) (-3)

Le début de saison tonitruant des Pelicans a connu quelques complications notamment à cause des blessures à répétitions d’Anthony Davis, Eric Gordon puis Omer Asik dont la fragilité n’est plus à démontrer. Néanmoins, l’équipe garde un bilan positif en dépit de sa dernière place dans la southwest division. Au rayon des satisfactions Jrue Holiday et Tyreke Evans retrouvent peu à peu leurs niveaux respectifs. Voila qui pourrait animer la course à la 8ème place.

10- Sacramento Kings (11 victoires 14 défaites) (-2)

Dans le top 8 et tout juste à l’équilibre lors du premier épisode de la saison, les kings subissent de pleins fouets les conséquences de la délicate blessure de leur franchise player Demarcus Cousins. En son absence, Rudy Gay l’autre champion du monde de l’effectif a pris les choses en main, bien épaulé par Darren Collison et un surprenant Ben McLemore.

Cousins devrait bientôt revenir mais son absence aura fait une victime; le coach. Mike Malone a été démis de ses fonctions et sera remplacé par Corbin. Non vous ne révez pas. Cet head coach qui a essayé développer ses jeunes intérieurs en jouant small ball, puis en intégrant les vétérants Jefferson et Williams dans son 5. Tout va bien chez les Kings…..

11- Phoenix Suns (12 victoires 14 défaites) (-1)

Après la surprise, le plus dur est de confirmer. Cette année la confirmation s’annonce compliquée pour Phoenix qui a toujours beaucoup de mal face aux ténors. L’absence d’Isiah Thomas a sans l’ombre d’un doute fait mal aux Suns qui câlent littéralement en décembre. Plus inquiétant moralement pour eux, ils ne cessent de perdre des matchs serrés en encaissant des buzzer beaters tous plus chanceux les uns les autres. La chance finira bien par tourner un  jour pour eux en attendant, ils restent à l’ombre des succès.

12- Denver Nuggets (10 victoires 14 défaites) (=)

Les Nuggets sont une équipe de série. Après avoir enchaînée une belle série positive de 7 victoires en 8 matchs qui a stabilisée coach Shaw, ils sont vites retombés dans leurs travers. Ils restent sur 6 défaites lors de leurs 7 dernières parties  dans une indifférence quasi générale. Il est vrai que durant cette série il n’ont affronté que des équipes de playoffs, mais on attend mieux de cette équipe qui possède l’effectif le plus homogène de la ligue.

13- Los Angeles Lakers (8 victoires 17 défaites) (+2)

Les années passent et se ressemblent pour la désormais deuxième franchise de LA sportivement parlant. Abonné depuis l’an dernier aux bas fond de la conférence ouest, la franchise fait peine à voir dans cet état. Heureusement, les éclairs d’un Kobe historique puis les victoires de prestiges face à Houston, Toronto, San Antonio et Sacramento sont une belle bouffée d’oxygène pour Byron Scott et sa troupe. Triste lot de consolation pour la pire défense de la ligue (109.5 pts encaissés par match).

14- Utah Jazz 6 victoires 9 défaites (-4)

Jeune, fougueuse et pleine de promesse, la team de Salt Lake city est embourbée dans les mauvais résultats. Elle n’a gagné qu’un match sur ses 12 derniers. Dur, comme le mur auquel se heurte ses jeunes pousse. Coté satisfaction, le trio Hayward, Kanter, Favors progresse bien, Burks et Gobert étonnent mais c’est à peu près tout. Coach Snyder a du pain sur la planche.

15- Minnesota Timberwolves 5 victoires 19 défaites (-2)

Les louveteaux aux dans longues mais en plastique n’effraient personnes. Première équipe battue par les Sixers, les Wolves sont biens dans leurs processus. Les jeunes jouent, font parfois des stats puis c’est tout. Les loups sont mauvais et ce des deux cotés du terrain. Pire, la situation sportive, ne devrait pas s’améliorer sous peu. On parle même d’échanges pour les affaiblir davantage.Brewer, Young Martin et Pekovic ont une belle valeur marchande et pourraient satisfaire un contender d’ici le all star break.

[Power ranking conférence ouest] Episode 1

 

Ca y est c’est reparti! La saison 2014-2015 est lancée depuis maintenant 3 semaines. Chaque équipe se rapproche ou a dépassé les 10 matchs joués. C’est l’heure pour nous de reprendre notre rubrique power ranking. Cette semaine, honneur à la conférence du champion nba, la conférence ouest.

N’oubliez pas toutes les 4 semaines le Mercredi, Dunkhebdo vous propose un power ranking des équipes NBA de la conférence ouest. Celui ci, sous forme de classement des 15 équipes de la conférence ouest, est un reflet de la forme des équipes depuis le dernier épisode de ce power ranking.

Il est donc basé sur la forme des équipes, le classement et bilan, l’attaque, ou encore la défense (lorsque nous parlons de classement en défense ou attaque, nous parlons de classement dans la conférence ouest, sur 15 équipes). Entre parenthèses, le nombre de places gagnées ou perdues.

1- Memphis Grizzlies (10 victoires, 1 défaite)

Sortis par la grande porte face à Oklahoma city lors du 1er tour des derniers playoffs, les Grizzlies ont attaqué cette campagne tambour battant. Avec 9 victoires lors des 10 premiers matchs, Memphis a réalisé le meilleur départ de son histoire même si la courte défaite à l’extérieur (1point) face aux Bucks vient ternir ce tableau.

Souvent raillés ces dernières années par de longues minutes de disettes offensives au cours des matchs, les Grizzlies arrivent à rester agressifs et aller chercher beaucoup plus de points sur la ligne de réparation eux qui sont actuellement 5ème au nombre de lancers francs tentés!

2- Houston Rockets (9 victoires-2 défaites)

Auteur d’un début de saison historique avec 5 premières victoires obtenues avec plus de 20 points d’écarts sans jamais en encaisser plus de 100, les Rockets sont partis sur les chapeaux de roues. Malgré leur unique défaite à la maison face à la non moins surprenante équipe de Golden State, les texans étaient la seule équipe invaincue à l’extérieur de la conférence ouest avec 6 succès de rang avant de se faire corriger à Memphis lundi dernier.

La perte de Chandler Parsons semble avoir été bien comblée par le retour de Trévor Ariza qui apporte une très bonne adresse extérieure (42% à 3points) et une grosse défense. Non vous ne révez pas, Défense et Houston dans la même phrase. La défense, grosse lacune des texans l’an passé si bien que ses superstars étaient surnommées Ight Howar, et James Haren est devenu la force de ces Rockets qui ne sont ni plus ni moins que  le numéro 1 au défensive rating et au points encaissés! Incroyable!

3- Golden State Warriors (8 victoires-2 défaites)

S’il y a bien une équipe qui a impressionné en ce début de saison c’est bien Golden State. Armés de ses champions du monde estivaux Stephen Curry et Klay Thompson, les Warriors semblent bien partis pour confirmer leur statut d’outsiders. Malgré la blessure de leur ailier fort titulaire (David Lee), ils montrent un visage très séduisant avec un banc de très très haut niveau.

Managé par le coach rookie et ancien gm des Suns Steeve Kerr, les joueurs d’Oakland continuent d’avancer malgré la perte de l’emblématique coach Jackson redevenu consultant pour ESPN. Les Warriors sont très séduisants et se permettent même le luxe d’avoir André Iguodala en sortie de banc! Du lourd donc…

4- Portland Trailblazers (8 victoires-3 défaites)

Equipe surprise l’an dernier avec un début de saison tonitruant à 13 victoires et 2 défaites, les Blazers feront d’ores et déjà un peu moins bien que l’an dernier. Cependant, ils n’en sont pas moins bons pour autant. Même s’ils ont déjà concédé 3 défaites en 10 matchs, elles sont a relativiser vu les niveaux actuels de leurs opposants (Kings, Warriors et Clippers).

Après des débuts compliqués leurs 2 all stars Lillard  (20 points, 5 rebonds 7 passes) et Aldrigde (22 points 8 rebonds 2 passes) ont repris leur rythme de croisière et depuis les victoires s’enchaînent. Pourvu que ça dure en attendant le retour de Nicolas Batum, actuellement blessé au genou.

5-Dallas Mavericks (8 victoires-3 défaites)

Autre équipe sortie des playoffs par la grande porte l’an passé en poussant le futur champion jusqu’au match 7, les Mavericks ont réalisé l’une des plus belle intersaison de la ligue en terme de recrutement. Parsons est arrivé, Chandler est revenu et ne cesse d’applâtir les crêpes sur les passes lobées de ses partenaires. Dallas est tout simplement la meilleure équipe offensive de la ligue 1ère aux points marqués (109.5) et à l’offensive rating (116.9) tout  en étant l’une des meilleurs à la passe (4ème) et aux blocks (4ème).

Les hommes de coach Carlise sont en forme en ce début de saison et viennent d’enchaîner 4 succès consécutifs avec 25.5 points d’écart en moyenne. C’est tout simplement monstrueux. Entre temps le grand Dirk est rentré un peu plus dans la légende en dépassant Olajuwon pour devenir le 9ème scoreur de l’histoire puis en franchissant la mythique barre des 27000 points en carrière. Tout va bien coté texans et ils devraient être présents aux avant postes lors des prochaines rubriques.

6- New Orleans Pelicans (6 victoires-4 défaites)

Grosse côte de l’intersaison depuis l’arrivée d’Omer Asik pour épauler le statissime Anthony Davis, les Pélicans volent en trailer au sein de la conférence ouest. Toujours dernière de la division Southwest malgré son bilan positif, cette équipe manque encore de régularité et d’expérience au plus haut niveau pour l’instant.

En légère progression dans toutes les catégories statistiques sauf aux lancers francs (effet Asik), les pensionnaires du smoothie king center ont vraiment passé un cap pour le moment dans la gestion du ballon. Leurs petits ont les griffes sûrs et ça se ressent. C’est l’équipe qui perd le moins de ballons de toute la ligue (11.9/m). Les hommes de Monty Williams sont bien lancés dans leur course aux playoffs avec un Davis MVPiesque  qui compile 25 points 12 rebonds 4 contres de moyenne pour un PER de 37.11! Legendavis!

7- San Antonio Spurs (6 victoires-4 défaites)

Le champion en titre que tout le monde voyait déjà tout écraser au départ au vu des faibles modifications de son effectif à déjà perdu 4 matchs alors qu’il avait fallu attendre l’an dernier le 20 décembre pour les voir concéder leurs 4ème défaite à l’époque face aux Pacers.

Malgré ces défaites précoces, les Spurs jouent toujours l’un des plus beaux basket de toute la nba et manquent juste d’un peu de réussite au tir. 3ème au défensive rating et aux points encaissés, les champions sont toujours impériaux en défense et manquent cruellement d’adresse à l’image d’un Danny Green à 40% au tir dont un vilain 32% à 3 points pour lui. Nul doute que ça reviendra et que les texans sont leurs principaux adversaires dans la conquête de leur back to back.

8- Sacramento Kings (6 victoires-5 défaites)

S’il y a bien une équipe surprise en ce début de saison, ce sont bien les pensionnaires de la sleep train arena. Tout comme les warriors, les Kings possèdent deux champions du monde  qui sont en train de passer un palier dans leur effectif. En progrès en défense et bonne attaque cette saison c’est surtout l’état d’esprit et l’agressivité avec laquelle jouent les californiens qui a changé. En dépit d’un calendrier difficile, ils ont déjà battu Portland (x2), San Antonio, Denver, Phoenix et les Clippers.

A l’image de Rudy Gay (7pts de moyenne/matchs en 1er qt), Sacto  démarre très fort ses matchs et a parfois du mal à les finir comme en témoigne les récentes défaites contre Dallas et Memphis où les coéquipiers de Cousins ont mené consécutivement de 24 et 26 points mais n’ont pu remporté la victoire finale, la faute à une mauvaise gestion et des problèmes de concentrations. Attention donc à cette équipe qui monte dans la conférence ouest (oui encore une).

9- Los Angeles Clippers (5 victoires-4 défaites)

Disposant d’un effectif reposé (aucun joueurs n’ayant disputé la coupe du monde), les Clippers ont commencé doucement leur saison en terme de résultats. Souvent positionnés dans le top 3 de la conférence ouest dans les divers classements de pré saison, les Angélinos peinent en ce début de campagne.

Dernière équipe au nombre de shoots tentés et marqués, les Clippers n’ont plus autant de seconde chance que par le passé. Ceci s’explique peut-être un peu par le fait que la deuxième franchise de Los Angeles est aussi dernière au rebond malgré la présence de Deandre Jordan qui fait un chantier dans cet exercice. Blake Griffin, lui s’écarte de plus en plus de la raquette dans son évolution et ceci n’est pas encore bénéfique à son équipe. Quoi qu’il en soit  la saison est longue pour Lob City qui reste un sérieux prétendant à la victoire finale.

10- Phoenix Suns (6 victoires-5 défaites)

Grosse côte de la saison passée, les Suns doivent confirmer. Renforcés par les arrivées de Thomas, Ennis et Warren puis les re-signatures des Morris, Tucker et Bledsoe, les hommes de l’Arizona peinent pour le moment à s’adapter à leur nouvel hydre de meneurs.

Le plus touché par cette redistribution des cartes est sans doute Goran Dragic qui paraît assez usé par ses deux derniers étés internationaux. Il faudra se réveiller et se réveiller vite car leurs deux victoires de prestige face aux Spurs et aux Warriors sont l’arbre qui cache la forêt pour une équipe qui peine à passer ce fameux cap après la signature de contrats estivaux longue durée.

11- Utah Jazz ( 5 victoires-7 défaites)

La jeune équipe du Jazz est l’une des bonnes surprises de ce début de saison. Leurs belles performances ne se traduisent pour l’instant pas en victoire mais il y a du renouveau dans cette franchise. Le coach Snyder capitalise sur les forces de ses cadres avec 2 joueurs top 5 PER à leurs positions (Gordon Hayward et Derrick Favors).

Les jazzmen en dépit de leur jeunesse surprennent par leur maturité dans le money time avec déjà 3 victoires sur 5 glanées avec une marge de deux points et moins. On se souvient des deux magnifiques buzzer beater face aux Cavs et aux Knicks. Les mormons possèdent un bon groupe et même si leur deux rookies ont du mal à frapper à la porte, l’avenir s’éclaircit pour eux même si les résultats ne sont pas toujours au rendez-vous.

12- Denver Nuggets (3 victoires-7 défaites)

Voila la grosse déception de ce début de saison. Attendus au niveau des Suns, des Pélicans voir des Blazers un cran plus haut, les joueurs du colorado déçoivent en ce début de saison. Ils sont actuellement 3ème de la pour l’instant très faible northwest division. Même si les résultats sont décevants c’est surtout la manière qui inquiète avec 6 défaites lors de leurs 8 derniers matchs et surtout plus de 100 points encaissés à chaque défaite dont deux matchs à plus de 130.

A son arrivée Brian Shaw avait prôné la patience, mais le temps joue clairement contre lui. Favori pour être le premier coach limogé de l’année, il a acquis un peu de répis grâce à la victoire inattendue de ses Nuggets face aux clinquants Cavaliers du King Lebron James. Voilà un signe encourageant pour une franchise que beaucoup voient plus haut dans la hiérarchie à l’ouest.

13- Oklahoma City Thunder (3 victoires-9 défaites)

Minés par les blessures, la valeureuse équipe du Thunder est en difficulté dans la conférence ouest. En l’absence de RW0 et KD35, c’est Reggie Jackson qui a pris les choses en mains et qui est devenu la 1ère option offensive devant Serge Ibaka. Les jeunes Thunder pour ceux qui sont valides bénéficient donc d’un apprentissage accéléré et seront mieux préparés lors du retour du Mvp et de son acolyte.

14- Minnesota Timberwolves (2 victoires-7 défaites)

Orphelin de son meilleur joueur depuis Kevin Garnett transféré aux Cavaliers contre Anthony Bennett, Andrew Wiggins et Thad Young, les Wolves n’ont pas débuté aussi bien qu’ils le voulaient. Histoire de ne pas arranger les choses, Rubio s’est sérieusement blessé à la cheville, Pekovic a raté quelques rencontres et Thad Young est actuellement en deuil après le décès de sa mère.

Part belle est faite aux jeunes dans cette franchise où les Shabbazz, Dieng, Wiggins  et Lavine ont l’occasion de montrer toute l’étendu de leur potentiel. Athlètes hors normes, avant tout les jeunes loups devront se bouger en défense et s’appliquer en attaque s’ils veulent gagner des matchs. En tout cas le très scruté Andrew Wiggins se fait discret en dépit d’une belle efficacité dont un excellent 53% à 3 points. Il devrait essayer de prendre les choses en mains et d’être plus agressif pour essayer de stopper la mauvaise série de 5 défaites consécutives de sa franchise.

15- Los Angeles Lakers (2 victoires-9 défaites)

Les Lakers viennent de vivre le plus mauvais départ de l’histoire de la franchise. Leurs 2 victoires en 11 matchs ont été obtenu uniquement face à des équipes de l’est en l’occurence Hornets et Hawks. Meurtri par les blessures tout comme OKC, Los Angeles devra monter en régime collectivement et limiter le Kobe man show de son numéro 24 qui vient de passer la barre des 32 000 points en carrière.

Pour l’instant la dernière défense de la ligue se bat avec ses armes mais le niveau de jeu reste très inquiétant pour cette franchise mythique qui semble être condamnée à une très longue saison en l’état.

[Power Ranking Conférence Ouest]: Episode 6 (Final)

 

Toutes les 4 semaines le Mercredi, Dunkhebdo vous propose un power ranking des équipes de la conférence Ouest. Celui-ci, sous forme de classement des 15 équipes de la conférence Ouest, est un reflet de la forme des équipes depuis le dernier épisode de ce power ranking. Il est donc basé sur la forme des équipes, le classement et bilan, l’attaque, ou encore la défense (lorsque nous parlons de classement en défense ou attaque, nous parlons de classement dans la conférence ouest, sur 15 équipes donc, sauf précisions). Entre parenthèses, le nombre de places gagnées ou perdues.

1 San Antonio Spurs 62 victoires et 19 défaites (=)

Meilleur bilan de toute la Nba et vainqueur pour la 4ème fois d’affilée de la division la plus relevée de la NBA (Southwest Division), les Spurs sont un modèle de régularité. Seule équipe cette saison au dessus de 60 victoires, la franchise du français Tony Parker a fini la saison en trombe avec 22 victoires sur ses 24 derniers matchs. Plus fort que jamais, les Spurs n’ont pas fait de cadeau dans la course à la 8ème place en battant tout leurs potentiels opposants au 1er tour (Dallas, Phoenix et Memphis) avec la manière. A quelques jours du début des playoffs on se demande ce qui pourra les arrêter.

2- Oklahoma City Thunder 58 victoires et 23 défaites (=)

5ème à l’offensive rating et 7ème au défensive rating les hommes de Scott Brooks ont su trouver le bon équilibre cette saison. Porté par un Kevin Durant sans doute MVP et  auteur d’une des série individuelle les plus impressionnantes de l’histoire du Basket (41 matchs consécutifs à 25pts et plus ), le Thunder paraît plus fort que l’an passé. Attention tout de même à ne pas se relâcher trop vite car leur 5 dernières défaites (Dallas (x2), Phoenix, Houston, Indiana) leurs ont été infligées face à des équipes qu’il pourrait rencontrer en playoffs.

3- Los Angeles Clippers 57 victoires et 24 défaites (=)

Maitres de Los Angeles depuis l’arrivée du général Chris Paul, les Clippers entameront ces playoffs 2014 les dents longues.  Forts de 9 victoires durant leurs 12 derniers matchs, Lob city arrive en rythme pour les joutes d’Avril. Manager par un coach champion, les Angelinos n’auront plus cette excuse s’ils ne vont pas loin lors des prochains playoffs. Ils sont là ou on les attends avec l’avantage du terrain c’est maintenant à eux de jouer .

4- Portland Trailblazers 53 victoires et 28 défaites (+2)

Souvenez-vous il y a quelques semaines, nous nous demandions s’ils ne pouvaient pas manquer les playoffs tellement ils semblaient en difficultés. Aujourd’hui les voila à 1 victoire de l’avantage du terrain. Le retour de Lamarcus Aldridge qui assume pleinement son statut de franchise player cette saison dans l’Oregon leur a fait un bien fou eux qui ont sécurisé leur place en playoffs pour la 1ère fois depuis le départ du ROY. Auteur d’un match épique  et d’une victoire mémorable face aux Warriors dimanche dernier, c’est regonflés à bloc qu’ils aborderont la postseason.

5- Houston Rockets 54 victoires et 27 défaites (-1)

Un temps privés de Dwight Howard durant ces dernières semaines, les Rockets ont vu fondre sur eux des Trailblazers revigorés. Pourtant amené par un incroyable James Harden qui enchaîne les matchs à plus 30 pts et 10 passes en Avril, la surprise la saison passée n’a pas encore sécurisé l’avantage du terrain. Leur bilan tout juste à l’équilibre sur ces 10 derniers match (5v-5d) les oblige à réagir vite et pour cela ils pourront compter sur un superman de retour et un barbu en feu depuis le All Star Game.( 28pts 5 rebonds 7 passes 2 inter à 48%FG et 43% 3pts) MVPiesque.

6- Golden State Warriors 50 victoires et 31 défaites (-1)

Qualifiés pour les playoffs pour la deuxième année consécutives, les Warriors ont fait le boulot en cette fin de saison. Bien qu’ayant beaucoup souffert sous les panneaux en l’absence de David Lee et d’Andrew Bogut, les hommes de coach Jackson on su élever leur niveau de jeu  à l’extérieur pour sécuriser la 6ème place à l’ouest. Taillés pour les playoffs, les pensionnaires de l’Oracle pourraient jouer  de biens mauvais tour au futur 3ème  qui affrontera une équipe survoltée pouvant s’adapter à n’importe quel match up.

7- Dallas Mavericks 49 victoires et 32 défaites (=)

Il y a tout juste un an, les Texans se rasaient la barbe et se préparaient à se battre pour les prochains playoffs. C’est aujourd’hui chose faite avec l’acquisition d’une qualification bien méritée. A la lutte avec Phoenix, Golden State et  Memphis ces dernières semaines,  les coéquipiers du grand Dirk ont réalisé la fin de saison qu’il fallait et finissent en trombe avec 7 victoires sur les 10 derniers matchs.

8- Memphis Grizzlies 49 victoires et 32 défaites (=)

Braqueurs des Suns même s’il n’ont pas démérité leur place en post-season, les Grizzlies,  à l’image des Warriors seront un sérieux candidat à l’upset à l’ouest. Après s’être fait corrigé par les Wolves et les Spurs, les coéquipiers de Z-bo se sont bien ressaisis en enchaînant 4 victoires consécutives dont deux matchs héroïques face au Heat et aux valeureux Suns. Plus longue série de victoires en cours à l’ouest (4) avec les Trailblazers, les joueurs de Memphis auront une carte à jouer en postseason s’ils ne tombent pas sur les Spurs au premier tour.

9- Phoenix Suns 47 victoires et 34 défaites (=)

Héros de cette fin de saison, tout comme les warriors il y a tout juste un an, les Suns ont vu leur capital sympathie exploser cette saison. En course pour les playoffs durant 81 matchs, la franchise d’Arizona à céder au plus mauvais moment en enregistrant 3 défaites consécutives (Spurs, Mavericks et Grizzlies) toutes concédées après avoir mené au score dans la fin de match.  Inattendus aussi vite  à ce niveau, les Suns et coach Hornacek semblent promis à un brillant avenir tout comme leur duo DragonBlade (Dragic-Bledsoe).

10- Minnesota Timberwolves 40 victoires et 41 défaites (=)

Irréguliers au possible, les Timberwolves s’apprêtent à encore connaître une nouvelle saison sans playoffs. Incapables de réaliser une série de plus de 3 victoires consécutives cette saison les joueurs d’Adelman payent le fait de n’être qu’une « bonne équipe » à l’ouest. 3ème au PER avec un monstrueux 27.26, Kevin Love  n’arrive toujours pas à finir en positif à Minnesota. Auteurs de blow out mémorables face à des qualifiés en playoffs (Atlanta, Memphis , San Antonio) durant cette fin de SR, Minny doit apprendre la régularité pour retrouver les joutes d’Avril.

11- Denver Nuggets 36 victoires et 45 défaites (=)

Les Nuggets ont retrouvé un semblant d’allure en cette fin de saison.  Le Manimal se donne les moyens d’obtenir son gros contrat tandis que Mozgov montre qu’il peut répéter des performances de haut vol quand il a du temps de jeu. Malgré leurs 3 victoires d’affilées, les hommes de Shaw devront changer de mentalité s’ils veulent passer un cap la saison prochaine. Stat incroyable,  ils ont eu besoin de marquer plus de 100 points lors de 33 de leurs 36 victoires cette saison…

12- New-Orleans Pelicans 33 victoires et 48 défaites (=)

Champions de la blessure au même titre que les Lakers et les Nuggets, les Pelicans ont connu une saison plus que prometteuse malgré les pépins physiques.  Anthony Davis déjà all star pour sa saison sophomore, n’est pas loin d’intégrer le top 5  au poste  d’ailier fort et son potentiel semble illimité. Auteurs d’une belle série de 5 victoires de suite fin Mars, les Pelicans ont enchaîné les défaites (8) avant de stopper l’hémorragie face à OKC dans le sillage d’un Tyreke Evans chaud bouillant (41pts-8rebonds-9passes). Nul doute que l’ouest sera plus dense la saison prochaine..

13- Sacramento Kings  28 victoires et 53 défaites (=)

La fin de saison des Kings a une saveur particulière.  Privés d’Isaiah Thomas depuis début Avril, les californiens ont enchainé 4 défaites  d’affilées avant de pouvoir réagir. En son absence Ray Mc Callum est sorti de la boite et Demarcus Cousins (26pts-12 rebonds) ainsi que Rudy Gay (22 pts 5reb 4passes à 57% 3pts)  ont élevé leur niveau de jeu.Vainqueurs des Lakers, dans l’ambiance survoltée de la Sleep train Arena, Sactown va pour la 1ère fois depuis bien longtemps finir devant son rival californien au bilan. Un beau lot de consolation quand on connait l’historique de ces deux franchises.

14- Los Angeles Lakers 26 victoires et 55 défaites (=)

Avant dernière défense de la ligue avec 109 points encaissés en moyenne par match, la franchise la plus prestigieuse de la  division pacifique en fini péniblement avec cette campagne difficile. Fort d’un unique succès,  face à Utah en Avril les hommes de coach D’Anthony ont pris l’eau de toute part avec 7 défaites en 8 matchs et plus de 115 pts encaissés par match depuis le début du mois. Au delà de cela tout n’est pas à jeter pour la 5ème équipe au contres  qui occupe la 3 ème place de la ligue à la passe et à 3 pts. Effet Pringles???

15- Utah Jazz 24 victoires et 57 défaites (=)

Pire équipe de la conférence ouest cette année, le Jazz paye à court terme sa politique de reconstruction. A la lutte avec les Lakers pour la 8ème place il y a tout juste un an, le Jazz s’est acquitté d’un 5 majeur (Williams, Foye, Carroll, Milsapps, Jefferson) qui s’éclate sous d’autres cieux. En plein coeur d’une série de 16 défaites ces 18 derniers match , les jeunes joueurs de Salt Lake  auront beaucoup appris ensemble cette saison. La raquette Kanter-Favors commence tout juste à jouer ensemble et montre de belles choses malgré les mauvais résultats. Potentiel top 3 pick holder à la prochaine draft, Utah aura sans doute une belle carte à jouer dans le futur.

N’hésitez pas à commenter et à donner vos avis sur la rubrique et tous les épisodes afin que l’on puisse s’ améliorer et faire mieux dès la saison prochaine.