La mock Draft de Dunkebdo, Partie 1

Ah la semaine de la draft! La semaine où les sites de Basket se transforment en sites de rumeurs, relayant plus de ragots et de fausses pistes que les magazines « people ». C’est aussi la semaine des « mock draft ». Vous savez, ce machin qui est parfois fait 4 mois à l’avance et qui change même parfois toutes les semaines sur certains sites, puisque c’est bien connu, les équipes NBA font leur choix 4 mois à l’avance et surtout changent d’avis plus vite que les couples mariés (ironie?). Je vous l’ai déjà dit, mais cette année, la draft est « chargé ». C’est horrible, mais en listant les joueurs, on ne peut s’empêcher de se dire : « mais j’en suis au 20e choix et ce joueur serait encore disponible! » Cette année, les deux joueurs les plus convoités de la draft sont…..Kevin Love et Carmelo Anthony. Oui oui, vous avez bien lu et à moins de vivre dans une caverne, vous ne pouvez pas avoir échappé au fait que l’on pourrait tourner 3 saisons de télé-réalité rien qu’avec les rumeurs sur eux. Je précise que Carmelo ne peut pas vraiment être échangé le jour de la draft puisque les « sign & trade » ne commencent qu’à partir de Juillet.

Mais bon, le but de cet article est de rester focalisé sur la « Draft » en faisant le plus possible abstraction des « trades » car que voulez-vous mes très chers amis, on ne peut pas tout prévoir. Je rappelle qu’en faisant une « mock », mon but est surtout de créer un « débat », discuter de ce que ce choix apporte et si ce joueur (même s’il n’apparaît pas comme celui qui plantera 80 points tous les soirs) pourrait faire partie d’un projet bien établi comme l’a tenté OKC en 2008 ou 2009 ou encore comme le font les Spurs depuis des années ou encore les récents exemples de Golden State ou Cleveland (non là je rigole).

Cette « mock draft » est la version 0.5 car je me limiterai juste aux 15 premiers choix. Comme l’an dernier, dans cette mock sera fait l’effort de proposer au moins deux choix. L’un sera celui que je souhaiterais (B) et l’autre sera donné par un « autre moi » (O), se basant chacun sur des argumentations différentes. N’en voulez pas trop bien sûr aux choix de ces chers (B) et (O), ils ne verront probablement pas juste à 100% (en même temps, qui peut?), mais bon l’an dernier, dans la folie qu’était cette draft 2013, ils s’étaient bien accrochés en trouvant des surprises comme Shabazz Muhammad, Cody Zeller, et même l’espace de quelques secondes…Nerlens Noel aux Pelicans. De toute façon, cela peut difficilement être pire puisque cette année, le 1er choix sera fait par…ah bah Cleveland.

Bref, si vous voulez juste les noms, dirigez vous directement sur les caractères en gras ou sur le tableau récapitulatif, sinon bonne lecture de ce dialogue toujours un peu fou. Enjoy

(Vous pourrez cliquer sur le nom de chaque joueur pour retrouver un profil complet)

1/ CLEVELAND CAVALIERS

O : Jabari Parker : Cela fait déjà quatre ans que les Cavs sont censés remporter un titre avant Lebron James (franchement Dan, comment tu as pu écrire ça?), et plus les années passent, plus l’on se dit que Lebron James sera à la retraite avant que cela n’arrive. Bien évidemment, Embiid semblait parfait, tant au niveau besoin que potentiel. Mais voilà, Jabari Parker est en un seul morceau et bien que sur le papier il semble avoir un profil à la Anthony Bennett (poste 3 ou 4?), il est intelligent, apportera des paniers, et ça c’est ce que Dan Gilbert veut : gagner de suite!

B : Andrew Wiggins : On ne peut pas dire que les Cavs n’ont pas tout fait pour être compétitifs, ils ont même parfois fait « n’importe quoi » pour l’être. Bien avant que Joel Embiid parte en morceaux, j’avais Wiggins comme premier choix. Encore une fois, les critiques sur Wiggins sont juste le contrecoup de l’emballement qu’il y a eu sur lui au début. Nier son potentiel est stupide et encore plus son esprit de compétition (allez demander à Julius Randle et Noah Vonleh lorsqu’ils l’ont croisé). Bref, en attendant que Kyrie Irving commence à pleurer comme Kevin Love, Cleveland serait bien avisé de prépare son futur avec un Wiggins qui sera prêt défensivement et à profiter offensivement de la ligne arrière Waiters/Irving à ses débuts.

2/ MILWAUKEE BUCKS

O : Andrew Wiggins : Oui je sais Andrew, il y fait froid et la ville manque d’animation. Mais bon, tu viens du Canada et en plus à ce que j’ai compris, tu es timide donc tout ira pour le mieux. Certains disent que tu feras doublon avec Giannis, mais franchement si c’est le genre de questions qui poussent Milwaukee à ne pas te choisir, je pense qu’on ne peut plus rien faire pour les sauver. Préparez vous pour le duo Giannis-Wiggins, la tribu athlétique des longs segments.

B : Jabari Parker: Je ne pense pas que ce qui fasse le plus peur à Milwaukee soit la ville, mais plutôt le fait de savoir que l’on va être coacher par Larry Drew…Rien que de savoir ça, ça peut vous détruire mentalement un rookie. Bon, sinon je ne pense même pas qu’il faille trop discuter cette partie. Il est vrai qu’il faudra savoir exactement à quel poste faire jouer Jabari Parker, mais pour le moment Milwaukee a besoin d’une star qui sait mettre la balle orange dans le panier et Parker apportera ça. Oui, il ne sait pas défendre mais Carmelo Anthony et Dirk Nowitzki ont passé leur carrière à faire croire qu’ils défendaient. Si Parker finit comme eux (notamment Dirk), Milwaukee sera déjà une ville heureuse. De toute façon, la route est encore longue pour les Bucks…

3/ PHILADELPHIA SIXERS

O : Dante Exum : S’il y a bien une chose que Sam Hinkie (le GM des 76ers) a prouvé l’an dernier, c’est qu’il avait rien à craindre des paris. Beaucoup de personnes pensent que Exum ferait un bon poste 2 et cela même s’il a un shoot douteux. Bref, on critiquait l’adresse de Carter-williams et Tony Wroten et l’on sait dans quel franchise ils ont fini. Philly a deux choix de draft et peut se permettre de tout suite miser sur le potentiel de la mystérieuse fusée venue d’Australie.

B : Joel Embiid : Je me présente, je m’appelle Sam Hinkie et j’adore les risques. L’an dernier, j’ai tout fait péter pour avoir un pivot un peu petit et maigrichon qui se remettait d’une rupture des croisés, quitte à ne pas le faire jouer toute une saison et un meneur qu’on voyait faire plus de pertes de balle que de passes décisives. Alors, cette année, qu’avons-nous? Un « Big man » qui a du talent plein les mains mais qui a le dos, le pied et paraît-il les genoux douteux? Parfait, c’est bon j’achète. De toute façon, j’ai un autre choix de draft, je ne suis pas pressé de gagner et surtout lorsque le « petit » Embiid deviendra grand, je pourrai me frotter les mains. Mon côté parieur a parlé…

4/ ORLANDO MAGIC

O : Joel Embiid : Avis aux amateurs de la théorie du complot, Orlando attend toujours le premier choix de draft que l’on doit lui donner depuis que Dwight Howard est parti… Ah bah ça tombe bien, la NBA a fait en sorte qu’Embiid soit blessé afin que le Magic puisse le récupérer. Oui il est vrai que le Magic a Vucevic etc. mais voilà, quand on a deux choix dans la lottery, l’on peut prendre des risques et franchement, un Embiid en bonne santé, en vaut la peine selon moi. L’histoire nous apprend que drafter uniquement sur les besoins peut être souvent fatal quand on a du talent sous les yeux. En plus, il retrouvera la Floride, son état d’adoption, alors…

B : Marcus Smart : Dans ma tête, cela fait bien longtemps que j’ai Marcus Smart là. J’ignore s’il est vrai que ses deux « workouts » avec Orlando ont été moyens, mais je sais surtout que lui et Oladipo terroriseraient les lignes arrières au niveau défensif dans les années à venir. Je comprends que l’on puisse être hésitant, d’autant plus que les deux mis ensembles ne feront pas vraiment grimper l’adresse à 3 pts, mais Smart est un buffle avec une mentalité de leader qui impacte toutes les parties du jeu. J’avoue douter du fait qu’Orlando ira de l’avant sans faire un « trade » avec les nombreux jeunes qu’ils ont, mais en attendant, Smart est prêt à ne plus être l’option offensive numéro un mais le leader numéro un.

5/ UTAH JAZZ

O : Noah Vonleh. Utah est une franchise difficile à lire pour moi. Maintenant qu’ils ont un nouveau coach, les choses seront peut être un peu plus claires. En attendant qu’ils gardent Gordon Hayward (je serais très surpris qu’ils ne le fassent pas), ils ne devraient pas faire la fine bouche et faire avec ce qu’on leur propose. Je pense malheureusement que les jours du « maître Kanter » sont comptés dans l’Utah et que Noah Vonleh s’affirmera un jour au poste d’ailier-fort aux côtés de Derrick Favors (non, je ne pense pas qu’il sera échangé sauf grosse opportunité bien sûr).

B : Dante Exum. Utah n’a vraiment pas de chance avec la « lottery ». Actuellement, Dennis Lindsey (le GM) doit essayer tous les échanges possibles pour monter juste un peu plus haut dans cette draft, notamment pour Dante Exum qui, selon moi, est comme le dise les anglophones, un choix « no-brainer » pour eux. Je crois beaucoup plus aux capacités d’Exum a joué poste 2 qu’un Marcus Smart par exemple. En plus, pour une franchise qui n’a que John Lucas III comme remplaçant de Trey Burke (on a vu le résultat en début de saison), Exum apporte une flexibilité non négligeable. Bref, ce scénario serait tant idéal mais voilà, on est à la draft, et ce genre de scénario, ça se gagne.

6/ BOSTON CELTICS

O : Aaron Gordon : Chers fans des Celtics, je dois avouer que je n’avais pas bien regardé la situation de votre franchise, et maintenant que je l’ai fait, je dois avouer que je comprends le mal profond de Danny Ainge. Le contrat de Gerard Wallace est pire que le venin de cobra et les seuls joueurs qui ont de la valeur sont Rajon Rondo, peut être Jeff Green et votre 7e choix. En attendant une offre miracle pour Kevin Love, choisir Aaron Gordon vous offre un joueur au potentiel énorme et qui selon mon ami (B) sera parmi les trois meilleurs joueurs de cette draft, surtout si on lui refile les mêmes pilules de shoot qu’à Kawhi Leonard. Je sais que vous rêviez d’un « big man » mais bon, fallait truquer mieux que ça la « lottery »…

B : Noah Vonleh : Vonleh n’a peut être pas la taille d’un pivot, mais avec ses longs segments, le temps et de la musculature, il pourrait être une bonne solution à l’intérieur aux côtés de Jared Sullinger et/ou Kelly Olynyk pour des Celtics qui ont eu la « chance » d’être dans la « lottery » dans une draft qui manque d’intérieurs grands de taille. Mais rassurez vous, Noah Vonleh n’est pas Fab Melo (souvenirs souvenirs), et sera à coup sûr une machine à rebonds. En plus, ça lui fera certainement un bien fou de revenir chez lui, dans le Massachusetts.

7/ LOS ANGELES LAKERS 

O : Marcus Smart : Kobe Bryant veut passer ses deux dernières années en finales NBA, Kobe Bryant veut avoir une bague de plus que Tim Duncan, Kobe Bryant veut un coach à la hauteur, Kobe Bryant veut…bref vous aurez compris. En attendant, lorsque Kobe Bryant verra la combativité de Marcus Smart, il ne lui demandera plus qu’une seule chose, arrêtez sa sélection de shoot douteuse et laissez ça aux grandes personnes. Pour Smart, l’environnement sera parfait pour son caractère de gagnant et affiner son jeu en n’étant pas l’arme offensive numéro un.

B : Julius Randle : Kobe Bryant aime Pau Gasol, Pau Gasol aime Kobe Bryant. Mais dans toutes les histoires d’amour, il y a des méchants et ici, il s’agit de Jim Buss et à un autre degré Mitch Kupchak. Lorsque devant son écran, Pau Gasol verra le choix de Julius Randle, il comprendra qu’il n’a que deux choix : faire le pivot à bas coup ou alors alors aller voir ailleurs sur le marché. Sinon, je dois dire que j’aime Julius Randle et son activité, mon seul problème c’est que je l’ai vu tant de fois dépendre de sa puissance physique que j’espère pour lui qu’il saura trouver autre chose en NBA où cet avantage disparaîtra et par pitié…utilises ta main droite.

8/ SACRAMENTO KINGS

O : Julius Randle : Sacramento ne veut plus de rookies qui finiront par être broyés dans leur système. Mais si Randle est encore là, ils seraient bien avisés de saisir cette opportunité. Certes, lui et Cousins ensemble, ça n’améliorera pas la défense intérieure, mais après l’échec de la courte expérience Thomas Robinson, Randle ne peut être qu’une amélioration par rapport aux actuels ailiers-forts de la franchise. Bref, si cette situation se présente, vous pouvez oublier les rumeurs d’échange de ce choix de draft.

B : Dario Saric : Oui oui, j’ai bien lu que Saric était parti pour rester deux ans en Europe avant la NBA. Mais, vu la situation que j’ai décrite jusqu’à présent, je ne vois aucun rookie faire fantasmer Sacramento au point de vouloir l’intégrer à l’effectif tout de suite, même au poste de meneur. Saric veut rester en Europe? Parfait! Sacramento l’attendra en se contentant de s’améliorer en faisant des échanges, échanges pour lesquelles, Saric pourrait lui-même être une belle monnaie.

9/ CHARLOTTE HORNETS 

O : Nik Stauskas : Je pense que même les pilules de shoot de Kawhi Leonard ne pourront rien faire pour le shoot de M. Kidd-Gilchrist. Qu’il pleuve, qu’il neige, que l’orage se déchaîne, Charlotte ne peut pas laisser passer la chance qui leur est offerte d’ajouter du shoot de qualité autre que celui de Gerald Henderson. Nik Stauskas dégaine à une vitesse hallucinante et pourrait faire mouche même les yeux bandés. Ajoutez à cela les nombreuses autres qualités dans le contrôle du ballon qu’il a montré cette saison, et vous avez enfin un joueur capable de faire en sorte que le jeu de Charlotte ne dorme pas qu’à l’intérieur avec Al Jefferson.

B : Garry Harris : Je suis du genre borné, et rien ni personne ne me fera enlever de la tête que pour moi, Harris sera le meilleur poste 2 le Jeudi 26 Juin. En plus, pour Steve Clifford qui prône aussi la défense, il apportera bien plus que Stauskas et McDermott. Je comprends que lui + Kemba Walker, ça fait un peu petit à l’arrière, mais Harris est trop un couteau-suisse pour le laisser passer ainsi.

10/ PHILADELPHIA SIXERS

O : Dario Saric : On ne va pas vous la refaire. Sam Hinkie adore les paris. Si Exum tombe dans son escarcelle, il ne se privera pas de penser à l’avenir en s’assurant dès maintenant la pépite croate qu’est Saric. Et de toute façon, quand viendra l’heure pour Philadelphie de gagner ou encore de faire un « blockbuster trade », Saric sera là (dans l’effectif ou dans l’échange). Son intelligence de jeu ne peut que s’améliorer et être un plus lorsque le moment sera venu.

B : Aaron Gordon : Oui, c’est vrai, je pense qu’Aaron Gordon sera dans quelques années parmi les trois meilleurs joueurs de cette draft. Je n’aime pas ce genre de prédictions car plein de choses peuvent se passer, mais je pense que même si pour le moment son shoot (notamment aux lancer-francs) est catastrophique, ses autres qualités sont déjà de haut niveau. On l’a placé dans la catégorie athlète, et pourtant sa qualité de passes, son contrôle de balle, sa défense sont hautement sous-estimés selon moi. Bref, ce n’est pas le poste 3 (oui je pense qu’il n’est pas un poste 4) dont rêvait Philly, mais dans quelques années, cela pourrait changer.

11/ DENVER NUGGETS

O : Zach Lavine : Zach ! Lèves toi et marche de tout ton melon et ta confiance en toi extraordinaire pour aller t’asseoir sur le banc des Nuggets en attendant qu’ils se décident enfin à trouver quelque chose à faire avec leur effectif rempli de joueurs, mais qui a vraiment besoin de dégraissage et de clarté dans le projet. Denver n’est pas emballé par la draft (peut être à tort) et donc à moins d’un échange, ils laisseront mûrir en D-league le potentiel de Lavine en attendant qu’il montre qu’il sait faire autre que sauter et shooter quand il est seul.

B : Nik Stauskas. Denver est l’archétype de la franchise difficile à suivre. On ignore si ce sont les blessures, si c’est le changement de coach, ou le fait qu’ils n’aient pas joueurs de classe exceptionnelle (désolé Ty Lawson), mais il n’empêche que cette année sera vraiment décisive pour savoir l’identité que Brian Shaw veut apporter à la franchise qui a viré « son » coach NBA de l’année 2013. Bref, tout le monde a envie de voir plus que Randy Foye au poste 2, et bien que Nik Stauskas soit assez léger en défense, il apportera son shoot et son intelligence de jeu que l’on a un peu tendance à oublier.

12/ ORLANDO MAGIC

O : Elfriid Payton : Mon cher (B), je dois avouer que lorsqu’il y a quelques mois, tu m’avais suggéré qu’en fonction des circonstances, le Magic prendrait finalement Embiid pour prendre un meneur plus tard, je t’avais ri au nez. Et maintenant je dois avouer que cette idée tient la route. Il ne manque vraiment qu’un shoot à Payton qui fait au moins 3 têtes de plus que Jameer Nelson et a seulement 19 ans. Il a du culot, de l’activité et aura besoin de temps pour soigner ses pertes de balle, mais je pense que Orlando est justement prête à lui donner du temps pour devenir après Damian Lillard, la nouvelle « success-story » à la sauce petite fac NCAA mais grand joueur NBA.

B : Jusuf Nurkic : Très content que tu aies adhéré à ma thèse mon cher (O), mais comme tu peux le voir j’ai changé d’avis (car je pense que les blessures d’Embiid feront trop peur à Orlando). Par contre, je pense qu’ils n’auront pas peur de laisser Nurkic en Europe, le temps qu’il s’aguerrisse, avant de venir tout déraciner en NBA. La peur de revivre le même problème qu’avec Fran Vasquez est peut être là, mais j’en doute fortement. Nurkic est un beau bébé dont il vaut mieux s’assurer maintenant les droits, qui peuvent être toujours juteux pour un échange car les pivots à bas coup, ça trouve toujours preneur.

13/ MINNESOTA TIMBERWOLVES

O : Rodney Hood : Kevin Love partira tôt ou tard, et la volonté de Minny est très clairement d emontrer qu’ils peuvent aller en playoffs sans lui, une fois qu’il sera parti pleurer ailleurs (mais par pitié Flip Saunders, ne parles pas de gagner un titre avant lui!). Saisons après saisons, Minnesota continue de figurer dans les bas-fonds du classement pour l’adresse à 3 pts. Par rapport à un James Young, Rodney Hood a l’avantage d’avoir de l’expérience, une taille conséquente par rapport à un Garry Harris s’ils veulent l’essayer au poste 2 et sait se montrer adroit. Il ne reste plus qu’à être plus souvent concentré en défense.

B : Adreian Payne : Cela peut paraître haut pour Adreain « bring the Payne », mais je pense que Minnesota privilégiera l’expérience dans cette draft. Après 4ans à Michigan State, lorsque ses problèmes de santé le laissent tranquille, Payne a de l’énergie à revendre, de l’adresse à 3 pts (même s’il se repose un peut souvent trop là dessus). De toutes les façons, pour Minny, le seul renforcement qu’ils guettent, c’est par l’échange de leur bien aimé  Kevin Love, et ça selon moi, ça viendra bien longtemps après la draft.

14/ PHOENIX SUNS

Crédit photo: Getty Images

O : Doug McDermott: C’est en faisant cette « mock draft » que j’ai vraiment senti à quel point Phoenix était dans une belle situation. Certes, leur choix est en toute fin de « lottery », mais ils en ont encore deux autres au premier tour et surtout, quand on voit la saison qu’ils viennent de réaliser, on peut vraiment se demander qu’est ce qu’il leur faut encore. Si je leur attribue Dougie « McBuckets », c’est parce que je pense qu’à ce stade et vu leur situation, il est mieux de prendre le meilleur talent offensif qui est présent, et prêt à contribuer immédiatement. Pour le reste, je laisse faire le magicien Hornacek.

B : Zach Lavine : Mes motivations sont un peu similaires à celles de (O) mais c’est surtout que je pense qu’au contraire, McDonough (le GM de Phoenix) voudra au moins s’assure un joueur à fort potentiel avant de la jouer plus prudent avec son prochain choix de draft. Phoenix n’a plus besoin que de consolider Eric Bledsoe et surtout du temps pour laisser la mayonnaise prendre, ou alors préparer les munitions pour un « trade » à la Houston pour James Harden.

15/ ATLANTA HAWKS

O : Gary Harris : J’adore Harris, mais je pense malheureusement que sa taille va lui coûter des places lors de cette draft. Harris correspond parfaitement à la philosophie « Spurs » que Mike Budenholzer veut instaurer à Atlanta et apportera du shoot en plus de son intelligence de jeu et sa défense aux côtés de Jeff Teague et en espérant que Al Horford arrête de se péter les pectoraux.

B : Rodney Hood : Atlanta a clairement besoin d’améliorer ses « ailes » et Rodney Hood leur offre cette possibilité. Doug McDermott pourrait aussi se trouver là mais je pense que Hood offre plus de versatilités et se fondra bien dans le moule des Hawks « new look ». Il ne reste plus qu’à espérer pour lui que ses maux d’estomac le laissent un peu tranquille.

8 Comments

  • Go_Bulls_[Stauskas]

    J'aimerais Stauskas au Bulls mais au Hornets se serait parfait aussi un énorme back court avec Kemba

  • C'est marrant que tu mettes Dirk et Milwaukee dans la même phrase puisque ce sont les Bucks qui l'ont drafté 🙂
    Comme tu dis au début, vu la profondeur de cette draft presque tout le monde y trouvera son compte. Smart et/ou Randle dispo au 7ème choix, ce serait une aubaine. Mais d'un autre côté tellement plausible. Ca m'étonne quand même un peu que tu voies Vonleh devant Gordon et surtout Randle… Il a des qualités qui combleraient son manque de taille s'il venait à jouer pivot ?

  • magickb24

    pour vu qu'on est le choix smart/randle!!!!il nous faut un bon meneur donc smart parfait!il nous faut du monde à l'intérieur?on resigne hill et gasol avec sacre et surement kelly puis comme on sera malheureusement encore nul l'an prochain ben on drafte un 4 ou 5 il parait que 2015 la draft sera riche en intérieur

  • Smart c'est clairement le rêve, mais bon avec le 7ème pick ça me parait tendu… Gasol l'an prochain doit jouer 5, donc un Randle pourquoi pas. Ou Gordon qui défend bien apparemment. Je suis pas vraiment optimiste pour avoir Smart ^^

  • Et Steve Nash ?

    Vous allez payer un back-up autant ? Surtout que Kobe est pas le genre de gars à jouer avec ce type de meneur je pense.
    Pour vous, je vois + Randle

Comments are closed.