[Fiche draft 2017] Jaron Blossomgame

Fiche présentation Jaron Blossomgame:

Poste: Ailier

Taille: 2m01

Poids: 97 kilos

Date de naissance: 13 septembre 1993 (23 ans)

Université: Clemson

Du haut de ses 2m01, Jaron Blossomgame n’a pas le profil physique de l’ailier moderne. A l’ère du « basket albatros », son envergure de 2m10 est convenable mais pas suffisante pour compenser sa « petite taille ». Il contrebalance avec un très bon premier pas et une vraie puissance au niveau du haut du corps, ce qui lui vaut, de la part des observateurs outre atlantique, d’être comparé à un joueur de football américain. Il faut aussi noter son explosivité qui lui permet de dunker assez facilement après un rebond ou suite à une passe lobée.

Pour conclure cette présentation physique du senior, il faut parler de son riche historique de blessure. Blossomgame est un habitué de l’infirmerie. Au cours de sa dernière année de lycée, il s’est brisé le tibia et donc contraint de faire une année redshirt à la fac. L’été suivant, celui avant sa première année de compétition à la fac, un coéquipier est retombé sur sa jambe. Résultat : une nouvelle opération. Enfin, alors qu’il avait retrouvé les terrains, il s’est à nouveau brisé la jambe à la fin de son année freshman. Une succession de blessure qui pourrait inquiéter les recruteurs.

Si Blossomgame a suscité de l’intérêt parmi les scouts la saison dernière, lui qui avait passé deux premières saisons à Clemson sans trop faire de bruit, c’est avant tout grâce à sa fulgurante progression au tir à trois poins. Il est passé d’un atroce 20% de réussite durant sa saison freshman à 44,1% l’année dernière. On pouvait entrevoir dans son jeu un potentiel « 3 and D ». Le hic c’est que le Tiger ne réussit pas à confirmer cette année les prouesses de sa saison junior. Pire, il réalise sa pire saison universitaire derrière l’arc (17% de réussite) avec un début d’exercice particulièrement moche : 2/25 à trois points au cours de ses 8 premiers matches. Il lui reste encore une vingtaine de matches pour redresser la barre mais ce début calamiteux risque de laisser des traces. Surtout que cette baisse de réussite ne s’explique pas par un changement de rôle, sa sélection de shoot est sensiblement la même.

Pour ce qui est du reste de l’attaque, en plus des dunks sur les rebonds offensifs et des lobs qui lui amènent beaucoup de ses points (68% de réussite près du panier), il peut artiller à mi-distance même si là aussi, cette saison, le tir peine à se mettre en place. Blossomgame excelle dans les coupes près du panier. Il profite des errements défensifs de ces adversaires pour s’offrir des panier faciles dans la raquette.

Au niveau supérieur, dans son futur rôle (celui de joueur de banc), on ne demandera pas à Blossomgame de créer ni de faire la différence entre un contre un. Une bonne nouvelle pour lui car ce sont là deux de ses grandes faiblesses. Il pêche à battre son vis-à-vis quand son premier pas ne lui permet pas de l’effacer. Quant à la création, bien que sa moyenne de passes décisives augmente inexorablement depuis sa saison freshman, elle reste embryonnaire à cause d’un dribble passable et d’une vision de jeu moyenne.

En défense, il faut surtout mettre en avant sa polyvalence. Il peut facilement switcher pour défendre sur les extérieurs au large mais peine plus face aux grands dans la raquette. Idéalement, il devrait pouvoir défendre trois positions en NBA. Sur le porteur, c’est un très bon défenseur, même si on peut regretter son trop faible nombre d’interception. En revanche, loin du ballon, c’est plus délicat. Blossomgame est ce genre de défenseur capable de réussir des contres fous mais qui ne traduisent pas vraiment son vrai niveau défensif. Pour ce qui est de son apport aux rebonds, il est correct malgré son envergure moyenne.

Enfin, ce qui pose le plus question chez Jaron Blossongame c’est son âge. A son arrivée sur les parquets NBA, il aura 24 ans soit autant que des joueurs comme Anthony Davis, Bradley Beal ou Andre Drummond. Malgré le fait que, comme votre serviteur le répète souvent dans les podcasts, «  le potentiel c’est sur 2k » , la probabilité pour que le joueur de Clemson devienne à cet âge autre chose qu’un joueur de bout du banc en NBA semble infime.

JARON BLOSSOMGAME, EN BREF:

Points forts:

– Athlétique

– Capable de défendre plusieurs postions

Points faibles:

– Historique de blessure riche

– 24 ans à son arrivée en NBA

– One year wonder *

*terme utilisé dans les sports américians pour signifier le scepticisme des observateurs vis-à-vis d’un athlète qui réalise une saison bien au dessus des ses standards et qui ne pourra sans doute jamais la réaliser à nouveau.