Dwyane Wade, Heart of a Champion


Dos au mur, comment allons nous répondre ? Comment allons nous répondre ?

Voici les mots prononcés par Dwyane Wade avant le match. Miami, mené 2-1, se devait de l’emporter sur le parquet des Spurs pour encore espérer gagner ces finales. Tout le monde attendait le réveil de LeBron James, plus personne celui de Wade, comme si ce dernier était devenu un joueur lambda. Mais après tout, il était objectivement difficile de croire à un renouveau de Dwyane Wade, tellement ce dernier réalisait des Playoffs chaotiques, en dehors de quelques coups d’éclats devenus bien trop rares pour un joueur de sa classe.

Et puis le Game 4 est arrivé. 32pts, 6rbs, 4ass, 6stls. Flashback ! En l’espace d’une nuit, on a cru être de retour en 2006, cette fameuse année où Wade avait tout écrasé sur son passage et où le monde de la NBA s’était transformé en Wade’s World. Dwyane Wade, malgré la performance non moins bonne du King, fut le grand homme du match. Une activité offensive et défensive de haute volée, des drives, des shoots mi-distance, Flash a tout fait. Alors était-il meilleur physiquement ? Ou cette soirée était-elle une simple anomalie, un simple coup d’éclat dans une régression évidente ? NON, ce n’est pas dans cette direction qu’il faut chercher.

Rudy Tomjanovich avait dit après le second titre des Rockets en 1995 : « Ne sous-estimez jamais le coeur d’un champion ». Et cette théorie s’adapte parfaitement au numéro 3 floridien. Depuis que Wade évolue sous nos yeux, il nous a prouvé à chaque fois de quoi il était bati. On peut même remonter à sa carrière universitaire, avec Marquette, pour se rappeler à quel point il aime les grands moments. Auteur d’un triple double lors de la March Madness face à la grande fac de Kentucky, Wade avait déjà tapé dans l’oeil des recruteurs, et surtout dans celui de Pat Riley.

Depuis qu’il est en NBA, Wade a toujours été présent dans les grands rendez vous, tout simplement car il les adore, tel un champion. Il y a bien sur eu ses performances dantesques lors des Finales 2006 face à Dallas, où il fut la pierre angulaire du come back du Heat. Mais pour prendre des exemples plus récents, comment oublier sa série contre Indiana l’an dernier ? Au plus bas après un match à 5pts (Game 3), Wade réagissa avec un match 4 où il réalisa une seconde période énormissime (avec 11 shoots réussis consécutivement), avant d’inscrire 41pts lors du match 6 permettant d’éliminer les Pacers. Il remporta quelques semaines plus tard un second titre en épaulant parfaitement LeBron James.

Cette année, Wade réalise ses moins bons playoffs en carrière, c’est incontestable. Mais si il y a bien quelque chose qui n’a pas changé chez Wade, c’est qu’il répond présent lors des matchs capitaux. Il l’a fait contre Chicago (match 5), contre Indiana (match 7), et contre San Antonio la nuit dernière. Le point commun de ces 3 matchs ? Des matchs à élimination. Le genre de match qui décide une série. Il a répondu présent pour sortir les Bulls, pour écarter les Pacers et pour survivre face aux Spurs.

Alors oui, ce n’était qu’un match. Ce match ne doit pas remettre en cause son niveau plutôt décevant durant ses Playoffs. Cela ne doit pas non plus remettre en question le fait que LeBron James sera la raison principale si Miami venait à remporter un second titre consécutif.

Non, rien de cela. Ce match a tout simplement prouvé, encore une fois si besoin, que Dwyane Wade faisait parti de ces joueurs qui ont quelque chose en plus que les autres, à savoir un vrai coeur de champion.

4 réflexions sur « Dwyane Wade, Heart of a Champion »

  1. «plus personne celui de Wade, comme si ce dernier était devenu un joueur lambda»

    C'est vrai qu'on parlait même plus de Wade, un gars qui est quand même neuf fois All Star, MVP des finales et double fois champion.
    Il prouve encore que c'est une légende

    Super article !

Les commentaires sont fermés.