Draft et Free Agency 2015: Quelles équipes sortent gagnantes de ce début d’été?

Chaque année, après la Draft, la Free Agency anime l’été des équipes NBA mais aussi des fans, qui espèrent voir arriver une star dans leur équipe ou au contraire, ne pas voir son départ. Cette été là n’a pas dérogé à la règle. Il y a eu des déçus et il y a eu des heureux. Après LeBron l’an dernier, le gros poisson susceptible de changer d’aquarium cet été s’appelait LaMarcus Aldridge (Marc Gasol et LeBron James n’ayant pas laisser de doute sur leur re-signature). Kevin Love, Jimmy Butler, Monta Ellis, Goran Dragic, D-Wade, Draymond Green et pleins d’autres joueurs pouvaient eux aussi changer d’air.

Alors que le gros de la Free Agency est passé, quelles sont les équipes qui s’en sont le mieux sorti? Gros plan sur les champions de ce début d’intersaison.

 

San Antonio, la franchise tombée dans la fontaine de jouvence.

LaMarcus Aldridge

Draft: Nikola Milutinov, 26ème choix.

Départs: Tiago Splitter (Hawks), Aron Baynes (Pistons), Marco Belinelli (Kings), Cory Joseph (Raptors).

Arrivées: LaMarcus Aldridge (80M$ sur 4 ans), David West (1.4M$ sur un an), Ray McCallum (contre un 2nd tour de draft), Boban Marjanovic (1 an)

Prolongations: Kawhi Leonard (90M$ sur 5 ans pressentis), Danny Green (45M$ sur 5 ans), Manu Ginobili (5,7M$ sur 2 ans), Tim Duncan (10M$ sur 2 ans), Matt Bonner (minimum vétéran).

Quel été! Depuis plusieurs années on entendait « les Spurs sont trop vieux, les Spurs ne gagneront plus ». Finalistes en 2013, Champions en 2014, les Texans avaient pourtant répondu présents. Après une élimination au premier tour des Playoffs 2015 face aux Clippers, ils se devaient de s’activer cet été pour redevenir favoris au titre. Première étape: il fallait absolument resigner les leaders de l’équipe: Kawhi Leonard, Tim Duncan, Manu Ginobili et Danny Green ont tout quatre bénéficié d’une prolongation de contrat. Les Spurs ont offert un contrat max à Kawhi Leonard, qu’il méritait, et ont réalisé une belle opération en prolongeant leurs vétérans Duncan et Ginobili pour des brouettes (un total de 15,7M$ pour les deux joueurs sur deux ans) ainsi que Danny Green pour « seulement » 9 millions la saison, pour 5 ans. Raisonnable.

La suite des choses a été faite dans l’ordre. D’abord un petit limage d’effectif avec des départs de roles players tels que Aron Baynes, Marco Belinelli, et Cory Joseph. En vu d’attirer LaMarcus Aldridge, les Spurs envoie aussi leur pivot Tiago Splitter à Atlanta. Le plan fonctionne à merveille puisque le 4 juillet, après un second entretien avec Greg Popovich, l’ex Blazer annonce qu’il rejoint la franchise texane pour 80 millions de dollars sur 4 ans, avec une Player option sur la quatrième année. Après cette arrivée, l’inter saison de San Antonio était déjà réussie. Mais la franchise menée par le General Manager RC Buford ne comptait pas s’arrêter là. Quelques jours plus tard, c’est le désormais ex-Pacer David West qui rejoint la franchise pour un salaire minimum. Cette arrivé fait débat puisque le joueur fait une croix sur un salaire de 12 millions de dollars dans l’Indiana. Une polémique peux être, mais surtout un énorme coup pour les Éperons qui renforcent leur raquette avec un vétéran qui peux encore évoluer à un très bon niveau. Toujours actifs sur la FA, les Spurs font venir Ray McCallum dans un échange avec Sacramento (un 2nd tour de draft en compensation, autant dire pas grand chose). Cette arrivée permet de combler le petit trou causé par le départ de Cory Joseph avec un joueur jeune et qui dispose d’un potentiel intéressant. Dernier arrivé en date, le géant Serbe Boban Marjanovic (2n21) signe pour un an. L’an passé, il tournait à 16.6 points à 62.1% et 10.7 rebonds en 27 minutes en euroligue. Un renfort qui devrait encore renforcer une raquette déjà impressionnante.

Avec cette intersaison exemplaire, les Spurs se positionnent comme réels prétendants au titre en 2016 et même encore dans les années à venir. San Antonio semble immortel.

 

Éliminés au premier tour en 2015, Toronto et Milwaukee se rebiffent.

Khris Middleton

Milwaukee, tout roule pour Jason Kidd.

Draft: Rashad Vaughn, 17ème choix.

Départs: Ersan Ilyasova (Detroit), Jared Dudley (Wizards), Zaza Pachulia (Dallas, contre un 2nd tour de draft et du cash).

Arrivées: Greg Monroe (50M$ sur 3 ans), Greivis Vasquez (Toronto).

Prolongations: Khris Middleton (70M$ sur 5 ans).

Que les fans des Bucks se rassurent, leur équipe sera compétitive l’an prochain. Et il y a même des chances pour qu’elle fasse mieux que cette dernière saison! Déjà, lors de la draft, Milwaukee a sélectionné Rashad Vaughn avec son 17ème choix, un joueur à fort potentiel, un arrière scoreur qui peut se révéler utile en tant que joueur de banc pour cette saison. Milwaukee a ensuite perdu deux joueurs de devoir, Ersan Ilyasova parti à Detroit et Jared Dudley qui a quitté les Bucks pour Washington. Malgré ça, la franchise du Wisconsin a réalisé deux très jolis coups pour éponger ces petites pertes. D’abord, Khris Middleton a resigné pour 70 millions de dollars sur 5 ans. Cela peux paraitre cher pour un joueur de son standing, mais Middleton a réalisé une bonne saison et est en pleine progression. Les Bucks font ici un petit pari sur l’avenir, mais c’était nécessaire pour conserver un des jeunes leader du groupe. Autre gros coup: la signature de Greg Monroe. Fortement pressenti à New York pour épauler Melo, Monroe a préféré rejoindre le jeune effectif des Bucks, pour un contrat de 3 ans et 50 millions de dollars. A cela, il faut ajouter l’arrivé de Greivis Vasquez en provenance de Toronto, qui servira de (bon) back up à Michael Carter Williams.

En renforçant considérablement sa raquette, en se trouvant un très bon back up à la mène, et en resignant un de ses meilleurs joueurs, Milwaukee est paré pour attaquer la nouvelle saison, et fera preuve d’un concurrent très sérieux pour les Playoffs à l’Est.

Toronto, le Nord veux oublier le Sweep infligé par les Wizards.

Draft:Delon Wright, 20ème choix.

Départs: Amir Johnson (Boston), Greivis Vasquez ( Milwaukee), Lou Williams (Los Angeles Lakers).

Arrivées: Demarre Carroll (60M$ sur 4 ans), Luis Scola (3M$ sur 1 an), Cory Joseph (30M$ sur 4 ans), Bismack Biyombo (6M$ sur 2 ans)

Un été bien mené par les Raptors! Tout d’abord, une draft intelligente avec le pick de Delon Wright, petit frère de Dorell, en 20ème position. Delon est un meneur axé défense, qui sait faire tourner le ballon, et qui est déjà prêt pour la NBA avec ses 23 printemps. Ensuite, ils signent un des premier gros coup de la Free Agency avec l’arrivé de Demarre Carroll, auteur de sa meilleur saison à Atlanta, un club qui lui avait clairement montrer que c’était lui ou Milsapp. Le joueur fait donc le choix de rejoindre les Raptors, et de former un secteur extérieur très, très, très intéressant avec Kyle Lowry et Demare Derozan. Pour ce qui est du reste, Toronto a subit le départ de trois joueurs et a signé trois autres joueurs. Lou Williams, meilleur sixième homme de la saison dernière, part en direction de la Californie, chez les Lakers. Amir Johnson, décevant l’an dernier, signe avec les Celtics et Greivis Vasquez, comme dit plus haut, est envoyé à Milwaukee. Des départ largement comblés par la draft et par trois arrivées: celle de Bismack Biyombo, qui va servir de Rim Protector en sortie de banc, signé pour deux ans et 6 millions de dollars. Celle de Luis Scola, pour la modique somme de 3 millions sur un an. Et celle de Cory Joseph, libéré par les Spurs, qui s’engage pour un joli contrat de 30 millions sur 4 ans.

Les Raptors ont dépensés, mais offre à leur secteur intérieur et à leur secteur extérieur un coup de neuf qui va équilibrer l’équipe. Maintenant, Toronto paraît prêt pour enfin passer un tour de Playoffs après deux échecs face aux Nets en 2014 et aux Wizards en 2015.

 

 Miami et Memphis, resigner les stars, recruter intelligent.

Marc Gasol

 Miami: La surprise Winslow, Wade et Dragic rempilent.

Draft: Justise Winslow, 10ème choix.

Arrivées: Gerald Green (1,4M$ sur un an), Amare Stoudemire (1,5M$ sur un an)

Prolongations: Goran Dragic (85M$ sur 5 ans), Dwyane Wade (20M$ sur un an).

Après une année très très moyenne qui a vu le Heat rater les Playoffs à cause d’une fin de saison catastrophique (en partie causée par l’absence de Chris Bosh, atteint d’une embolie pulmonaire), Pat Riley avait à cœur de remettre sa franchise sur la bonne voie. Dès le soir de la draft, le Heat réalise un très gros coup: Justise Winslow, considéré par beaucoup comme le meilleur extérieur (excluant les meneurs) de la draft, est snobé par plusieurs équipes et glisse jusqu’à la 10ème place et Miami. Sans hésiter, Pat Riley choisit de drafter ce joueur au profil très intéressant, bon défenseur, bon attaquant, et déjà NBA Ready.

La priorité pour le Heat était surtout de ne pas laisser filer ni Goran Dragic, ni Dwyane Wade, qui pouvaient tout deux aller voir ailleurs. Le meneur Slovène n’a pas laisser longtemps planer le doute et a rapidement signer pour un alléchant contrat, 85 millions de dollars sur 5 ans. A propos de Wade, on a pu voir plusieurs rumeurs apparaitre: Lakers, Bulls… Finalement, après quelques négociations, le symbole du Heat resigne chez lui pour une saison à 20 millions de dollars. Déjà, le Heat avait réussi son inter saison et pouvait aligner un 5 avec Dragic, Wade, Deng, Bosh et Whiteside, avec Winslow sur le banc. Mais les Floridiens ne s’arrête pas là, et quelques jours plus tard, on apprend la signature de Gerald Green, le Dunkeur fou ex coéquipier de Goran Dragic à Phoenix, pour un an et 1,4 million de dollars. Un renfort qui fait du bien pour une équipe en manque de trois points. Pat Riley ne s’arrête pas là: courtisé par plusieurs franchises, Amare Stoudemire rejoint finalement Miami pour un contrat minimum, un an et 1,5 million de dollars. Un renfort de choix pour la raquette du Heat, qui signe un joueur qui tournait l’an passé à 10 points et 4 rebonds en  16 minutes.

Un mercato réussi pour le Heat, qui après une année marquée par le départ de James et la blessure de Bosh, peux enfin prétendre à une bonne place en fin de saison.

Memphis: Les Grizzlies passent l’été en toute sérénité.

Draft: Jarell Martin, 25ème choix.

Départs: Jon Leuer (Suns), Kostas Koufos (Kings).

Arrivées: Matt Barnes (en échange de Luke Ridnour avec Charlotte), Brandan Wright (18M$ sur 3 ans).

Prolongations: Beno Udrih (2,2M$ sur 1 an), Marc Gasol (110M$ sur 5 ans).

Pas de réelle surprise lors de la Draft pour les Grizzlies qui sélectionnent Jarell Martin à la 25ème position, lui qui était attendu dans ces eaux là. Poste 4 de nature, il ne devrait pas recevoir énormément de temps de jeu l’an prochain mais apprendra le métier avec des intérieurs talentueux tel que Zach Randolph et Marc Gasol, un bon signe pour sa progression. Avec un échange, Memphis a réussi à faire venir Matt Barnes en envoyant Luke Ridnour à Charlotte. Un bon move puisque Matt Barnes sera un joueur de banc solide, qui formera grâce à sa dureté un secteur extérieur défensivement impressionnant avec Tony Allen et Mike Conley. Memphis parvient aussi à prolonger Beno Udrih, vaillant back up à  la mène lors des playoffs 2015, pour un saison et 2,2 millions de dollars.

Le gros chantier à Memphis, il a eu lieu à l’intérieur. Exit Kostas Koufos, parti à Sacramento pour servir de back up à Demarcus Cousins. Adieu Jon Leuer, qui a fait ses valises pour Phoenix. Dans le sens contraire, c’est Brandan Wright qui signe dans le Tennessee pour un contrat de 18 millions de dollars sur 3 ans. Un joli coup des Grizzlies qui attirent un intérieur assez complet, bon offensivement et intimidant en défense. Enfin, la grande annonce que tout le monde attendait est arrivée: Marc Gasol, élu dans la All NBA First Team la saison passée, signe un nouveau contrat à Memphis: le max, soit 110 millions de dollars sur 5 ans pour le pivot espagnol.

Une intersaison tranquille pour Memphis, qui garde ses meilleurs joueurs tout en renforçant son banc. Il faudra compter sur eux l’an prochain!

 

Les Clippers: De catastrophe à inter saison de folie.

DeAndre Jordan

Départs: Matt Barnes (Charlotte puis Memphis), Spencer Hawes (Charlotte).

Arrivées: Lance Stephenson (Charlotte, en échange de Spencer Hawes et Matt Barnes), Paul Pierce (10,5M$ sur 3 ans), Cole Aldrich (2 ans), Wes Johnson (1,1M$ pour un an), Josh Smith (1,5M$ sur un an).

Prolongations: DeAndre Jordan (88M$ sur 4 ans), Austin Rivers (6,4M$ sur 2 ans).

OUF. Ce cri de soulagement poussé par les fans des Clippers dans la nuit de Mercredi à Jeudi, heure française, a été entendu dans tout les États Unis et même plus encore. DeAndre Jordan, le Pivot des Clippers, avait auparavant donné son accord à Marc Cuban pour signer à Dallas. Une info qui était venu pourrir l’été ET l’avenir des Clippers. Mais revirement de situation, après une escapade de Doc Rivers et de ses meilleurs joueurs à Houston au domicile du pivot, DeAndre a finalement choisis de rester à Los Angeles. Nous y reviendrons.

Avant cela, l’été des Clippers démarrait bien. Très bien. Doc Rivers a monté un trade avec Charlotte, pour se débarrasser de Matt Barnes et Spencer Hawes et attirer Lance Stephenson. L’ex Pacers, auteur d’une fabuleuse saison 2013/2014, a fortement déçu lors de son passage chez les Hornets l’an passé. Les Clippers s’octroient donc un joueur solide, complet, et en quête d’un nouveau défi pour se relancer. C’est un peu risqué mais les bénéfices peuvent être grands tant le joueur a du talent. Deuxième arrivé, et pas des moindres: le vétéran Paul Pierce signe pour 3 ans et 10,5 millions de dollars dans la franchise de son ex coach à Boston, Doc Rivers. C’est un très bon coup pour les Clippers qui font venir un joueur certes âgé, mais habitué aux grands rendez vous et encore capable d’apporter beaucoup à une franchise. Stephenson et Pierce forment un joli duo qui va considérablement renforcer le secteur extérieur des Clippers.

C’est à ce moment là que survient la presque catastrophe DeAndre Jordan. En effet, comme dit précédemment, le pivot des Clippers avait décidé de rejoindre les Mavs. Mais ça, c’était avant que Doc Rivers, accompagné de Paul Pierce, Blake Griffin, JJ Reddick et Chris Paul, ne se pointe à Houston la veille de l’ouverture des signatures de contrat pour tenter de faire changer d’avis le pivot. Pari réussi, quelques heures plus tard, Jordan signe un contrat de 88 millions de dollars sur 4 ans, avec une clause libératoire après la troisième année. De losers de l’inter saison, les Clippers passent à prétendants au titre en 2016. Deux jours après le « retour » de Jordan, les Californiens signent le pivot Cole Aldrich pour deux ans afin de remplacer Spencer Hawes et prolongent dans la foulée Austin Rivers, le fils du coach, pour 3,2 millions de dollars par saison pendant deux ans. Alors que personne ne s’y attendait, les Clippers ont aussi réussis à attirer Josh Smith, agent libre, pour le minimum vétéran. Un très joli coup qui vient renforcer un banc considéré l’an passé comme très faible.

Les Clippers ont eu chaud, mais s’en sortent finalement très bien, à tel point qu’ils signent l’une des meilleurs intersaison des clubs NBA. Après la désillusion de l’an passé, les Clippers seront affutés en Playoffs 2016. Et si on commençait à rêver d’une future opposition avec les Spurs, autres grands gagnants de l’intersaison?

6 Comments

Comments are closed.