Tobias Harris | Profil #12

Tobias Harris

Proche d’une sélection au All-Star Game, Tobias Harris représente une des plus grandes énigmes de la future free agency. Peut-il devenir réellement devenir un franchise player ?

Le nouveau joueur des Sixers a connu une progression constante pendant sa carrière. D’abord étiqueté comme un tweener au début celle-ci, il a su tirer de cette particularité un avantage. Une évolution qui lui permet d’être un des profils les recherchés à l’aube de la free agency.

Dans ce nouvel épisode de profil,, Ben analyse les caractéristiques de Tobias Harris, accompagné par Alan

Le podcast

Dunkhebdo NBA Podcast: L’été (dans l’ombre) des Los Angeles Clippers

clippers

Dans ce nouvel épisode estival de notre podcast hebdomadaire sur la nba, Pierre Tom et Ben discutent de l’été de l’autre équipe de Los Angeles: les Clippers (3:20). Loin de l’été 5 étoiles de leur encombrant voisin, les «Clips» misent sur la continuité d’une saison 2017/2018 moyenne, une décision qui peut surprendre. Mais alors où vont ces Clippers ? C’est le débat de la semaine qui déraille très vite sur un possible déménagement de la franchise…

Dans l’overtime, le trio revient sur un autre été: celui de Houston.

Dunkhebdo NBA Podcast: Blake Griffin tradé à Détroit !

Blake Griffin

Dans ce nouvel épisode surprise du Dunkhebdo NBA Podcast, Alan, Tom et Ben analysent à chaud le trade de Blake Griffin vers Détroit. Le cinq fois All-Star quitte sa franchise de toujours pour le Michigan, dans le premier échange important de l’année civile 2018.

Pour les Pistons, ce trade est l’occasion d’attirer un joueur star, aussi bien sur que – surtout – en dehors du terrain. Blake Griffin, malgré les multiples critiques dont-il est l’objet, demeure un joueur de qualité qui est instantanément un des meilleurs éléments à l’est. Son association avec Drummond donne à Detroit une des meilleures raquettes de la ligue, et assurément la meilleure paire d’intérieurs à l’est. Côté Clippers, l’objectif est clairement la reconstruction, DeAndre Jordan et Lou Williams étant eux aussi transférables.

Bonne écoute !

Sommaire

Introduction: 39s
Débat sur l’arrivée de Blake Griffin: 2m22

[Playoffs à l’ouest] Sélection naturelle et coup de tonnerre?

Des playoffs déjà joués à l’ouest? Renforcée à l’intersaison, la conférence ouest est aujourd’hui bien moins forte qu’attendue. Secouée par de multiples échanges à l’intersaison, elle était vue comme une jungle mais s’avère être pour l’instant un simple terrain synthétique. Comptablement parlant, plusieurs équipes déçoivent alors que d’autres semblent être bien placées par défaut. Petit coup d’oeil sur le découpage de l’ouest en vue des playoffs au quart de la saison.

Les positions 1 à 3 pour les playoffs déja connues?

Comme prévu dans notre  podcast basket francophone, le haut de la conférence ouest est très fort. Malgré les blessures qui touchent ou ont touché Spurs, Warriors et Rockets, ces équipes sont solidement accrochées tout en haut de l’ouest. Elles cumulent à 3 un net rating moyen de +9,7 selon nba.com. Cela alors même qu’elles ne sont pas épargnées par les pépins physiques. Cette lutte à 3 équipes relance l’enjeu d’obtenir le meilleur bilan de la conférence. En plus de garantir l’avantage du terrain pour tous les playoffs à l’ouest, il permet probablement d’éviter un adversaire bien plus redoutable au 2ème tour. En effet même si pour les Warriors cela semble anecdotique tant ils semblent supérieurs, Rockets et Spurs n’ont pas remportés de série de playoffs sans avoir l’avantage du terrain depuis de lustres.

La bataille du moins pire pour la 4ème place et la division nord ouest à l’honneur.

Derrière ce trio de tête devait se dégager deux équipes selon les pronostics d’avant saison. Il s’agit des Wolves et du Thunder. Les premiers malgré une inconstance chronique, arrivent à tirer leur épingle du jeu. Toujours mauvais en défense (26ème) les Wolves ne dégagent pas encore la sérénité d’un prétendant à l’avantage du terrain. Les titulaires jouent beaucoup voir trop (4 dans le top 20 aux minutes jouées) selon basketball-reférence mais le banc apporte tellement peu quand il est sur le terrain que c’est limite compréhensible.

A l’opposé le Thunder est déjà l’une des meilleures défenses du championnat (2ème). Il peine cependant à exécuter en attaque. L’une des raisons principales à cela est que les défenses leurs donnent facilement des mismatches (sur des joueurs plus petits) qu’ils s’empressent d’essayer d’exploiter en Iso sans pour autant aller au cercle. (1ère fréquence, mais 65ème percentile selon nba.com). L’infusion de talent mène souvent à une augmentation d’isolations dans le jeu. Elles sont parfois voulues par les systèmes dessinés par Donovan mais la limite est fine. L’attaque est désormais le principal problème d’OKC mais le Thunder s’en sortira grâce à ses individualités et à une hiérarchie mieux définie. Aujourd’hui, ces deux équipes ne sont pas plus que la somme de leurs parts mais le potentiel est toujours là.

Récemment abordés dans les derniers Dunkhebdo nba podcast, les Blazers et le Jazz sont aussi présents en opportunistes. Cela  principalement grâce des calendriers abordables. Ces franchises ont joués respectivement les 29ème et 23ème calendriers les plus faciles à ce jour selon le strenth of schedules de basketball-reference. Ce sont des équipes solides qui ne se battent pas elles mêmes mais cèdent face à des adversaires plus forts ou plus chanceux. En plus de ces deux équipes, les Nuggets (aussi présents dans la division nord ouest) ont réussi à bien se positionner dès le début. 10-2 à domicile, 3-9 à l’extérieur, la franchise du Colorado voyage très mal pour l’instant. Malgré tout elle  ne reste qu’à un match de la 4ème place occupée à cet instant par les Wolves.

Déjà une course à 9

En ajoutant les Pélicans qui dépassent la plupart des attentes pour l’instant, nous obtenons une course à 9. Pourquoi dont? Même si le Thunder est légèrement décroché, l’équipe possède légitimement le talent pour remonter très vite. Après eux, il y a déjà trois matchs d’écarts avec les Clippers (10ème). La cassure observée l’an dernier au niveau de la 7ème place est effective cette saison au niveau de la 9ème. Alors que le milieu de la conférence n’est pas fameux, il semble difficile d’imaginer une équipe du bas remonter. Pourtant la course est elle déjà jouée pour autant?

Les blessures en filigrane

La seule inconnue avant chaque saison a déjà frappée très fort depuis le début de saison. La all injury team de la conférence ouest est  actuellement composée de Conley-Curry-Leonard-Davis-Jokic avec Millsap et Griffin en sortie de banc. Les équipes annoncées à la lutte pour les dernières places en playoffs ne sont pas épargnées. Les blessures ont clairement précipité la chute d’équipes telles que les Grizzlies et les Clippers mais n’était-ce pas ce qui devait arriver de toute façon?

Les Nuggets et les Pélicans devraient souffrir dans les prochaines semaines à cause de la perte de leurs meilleurs joueurs. Les Blazers et le Jazz devraient eux pâtir d’un calendrier qui se corse sérieusement en décembre. Comptablement, tout semble joué mais qu’en sera t-il vraiment d’ici la trade deadline?

La trade deadline comme havre de paix

Avancée au 8 Février cette dernière pourrait être influencée par la situation actuelle. Plus il y aura d’équipes à la lutte, plus il y aura d’acheteurs sur le marché. Cette situation profitera aux vendeurs (tankers) qui verront l’offre inférieure à la demande et feront augmenter les prix. A contrario, si les écarts sont faits, il y aura de meilleures affaires à faire coté acheteurs. Cela pourrait donner lieu à des propositions fortement déséquilibrées qui favoriseront alors le statu quo.

Au final la conférence ouest semble aujourd’hui un peu surcotée. Le milieu de la conférence est remplie d’équipes moyennes ou qui se cherchent qui affrontent des équipes soit très faibles, soit blessées, soit très fortes. Les bilans sont-ils vraiment représentatifs, comment cette tendance évoluera d’ici la mi-saison? Dans une conférence ouest assez décevante pour l’instant le tanking n’a jamais semblé aussi involontaire pour certains.

[NBA Trade Fiction] Edition spéciale contrats rookies

Alors que la majorité des joueurs ayant signés des contrats cet été sont inéchangeables avant le 15 décembre certains autres sont éligibles à un trade. Pour la plupart, ils le verraient certainement d’un bon œil pour tenter de se relancer. La nba est un business dans lequel des « valeurs » sont échangés. Un GM peut faire un trade pour des contrats (intérêts purement financiers « exemple salary dump* »). Un autre pour des droits (obtenir des exceptions ou des droits pour prolonger des joueurs au dessus du cap). Un dernier pour améliorer son effectif à court, moyen ou long terme (talent). Un trade peut donc avoir plusieurs objectifs et ne résulte pas uniquement du sportif. Dans cet article nous allons aborder le cas de certains joueurs dans leur contrat rookie, dont l’avenir se dessine déjà en pointillés.

Trade pour joueurs dont la dernière année en option a été déclinée

Cette catégorie de joueurs est assez particulière. Les joueurs suivants ont tous vu leurs options ne pas être levées par leurs franchises respectives sur la dernière année de leur contrat rookie. Décision avant tout financière, elle a d’autres conséquences. Selon la convention collective qui régit la nba, ces joueurs ne peuvent être re-signés pour plus que la valeur de la dernière année déclinée par l’équipe dans laquelle ils sont au moment de devenir agent libre. Cette restriction s’applique même si le joueur a été transféré et n’est plus dans l’équipe qui a décliné son option. De plus, elle ne contraint que la dernière équipe dans laquelle est le joueur juste avant son entrée sur le marché.

Exemple: Si Milwaukee décide de prolonger finalement Rashad Vaughn, ils ne pourront pas lui offrir plus de 2,9M (Montant de l’année de contrat en option non levée par les Bucks) pour la 1ère année. Toutes les autres franchises pourront, elles, lui proposer le montant qu’elles souhaitent sans limitations. Ce fut le cas avec Solomon Hill dont l’option n’a pas été levée par les Pacers en 2016 et qui signe aux Pélicans pour bien plus après des playoffs intéressants.

Jahlil Okafor (Sixers, pivot)

Hors de la rotation et souvent décrié pour son manque d’effort sur le parquet l’ex blue devil ne voit plus le terrain. Dépassé dans la rotation par Holmes mais déjà derrière Embiid, Johnson et Saric qui joue parfois pivot, Big Jah doit s’en aller. Il aurait demandé un rachat de contrat à Philadelphie ce qui lui permettrait de choisir sa destination. Grâce à ce potentiel rachat il pourrait peut-être signer un contrat sur plusieurs années en tant qu’agent libre ailleurs. Cette solution semble extrême et en cas de transferts 2 franchises pourraient être intéressés.

Chicago: Originaire de Chicago, les Bulls pourraient représenter un vrai point de chute pour le pivot. Les Bulls pourraient se séparer de Mirotic qui ne semble plus faire l’unanimité auprès des fans. Ce dernier possède aussi un contrat intéressant pour les Sixers puisqu’il a une option d’équipe à la fin de l’année. Cela nécessiterait qu’il accepte d’être transféré (clause de non transfert) mais aussi d’attendre le 15 janvier* où il deviendrait éligible à un transfert. Autre option le contrat de Quincy Pondexter qui permettrait aux Sixers d’économiser quelques millions en ne coupant pas Jahlil.

*Ayant été re-signé en utilisant ses birds rights, il ne peut pas être transféré avant le 15 Janvier.

Bucks: La perte de Greg Monroe laisse un vide énorme au poste de pivot. Cela même si Giannis devrait reprendre quelques une des minutes. L’acquisition d’Eric Bledsoe a créé une trade d’exception* d’environ 3,5M. Ils en possédaient déjà une de 5M pour Roy Hibbert. Elles suffisent pour accueillir Okafor. Cependant les Bucks ne sont qu’à 4,5M de la taxe de luxe qu’ils éviteront certainement de payer cette année. Celle acquise pour Monroe pourrait donc être couplé au contrat de Vaughn. Cette manœuvre serait un salary dump des deux côtés avec plus d’implications sportives coté Bucks. Ceci permettrait à Milwaukee de se renforcer dans une raquette dépeuplée sans passer au dessus de la taxe de luxe.

*Trade exception: Enveloppe disponible qui permet d’ajuster les salaires lors d’un trade entre deux équipes sans devoir envoyer plus de joueurs dans un échange déséquilibré financièrement.

Rashad Vaughn (Bucks, arrière-ailier)

En concurrence avec Malcolm Brogdon l’an dernier pour récupérer des minutes suite à la blessure de Krhis Middleton, Vaughn n’a pas été au niveau. L’avènement du ROY 2017 combiné aux arrivées de Tony Snell puis Deandre Liggins ont marginalisé l’arrière ailier qui a perdu la confiance de sa franchise. Encore très jeune (21ans), l’ex joueur d’UNLV à des qualités pour devenir un joueur de rotation utile.

Phoenix Suns: Troy Daniels est aujourd’hui le seul back up de Devin Booker. Daniels serait plus intéressant dans une équipe qui vise les playoffs. Il pourrait d’ailleurs être transféré dans une autre équipe. Vaughn pourrait représenter une solution sur du plus long terme. Les deux franchises ont déjà effectué un échange ensemble il y a quelques semaines. Un second est assez peu probable.

Houston Rockets: Dans un système comme celui de D’Anthony aux cotés de joueurs comme Harden et Paul, Vaughn pourrait se relancer. Ses qualités de shooteurs sont en sommeil et ce serait le meilleur moyen de les réanimer. Cependant vu la situation des contrats à Houston, il faudrait attendre le 15 décembre pour donner la bonne contrepartie dans un échange à 2. Vaughn contre Troy Williams?

Mario Hezonja (Magic, ailier)

Triste est le destin nba du sniper croate devenu le PJ Hairston de balcans. Ailier manquant d’humilité dans son jeu offensif Mario est souvent à l’envers sur le terrain. Son option a été déclinée et son temps de jeu est en berne (10m en moyenne plus faible total). Trouver une autre franchise devient une priorité s’il veut se relancer.

Dallas Mavericks: L’objectif de Dallas est de rajeunir son effectif tout en créant un maximum de flexibilité salarial pour l’été prochain. Seth Curry (28ans) même s’il a une valeur sportive intéressante est pour l’instant blessé et l’objectif de Dallas ne semble pas d’être bon pour le moment. En raison du fait qu’il soit agent libre restreint, il possède un cap hold d’environ 4 Millions. Celui-ci réduit l’enveloppe totale disponible des Mavs pour recruter du très lourd tout en gardant ses droits.

Sacramento Kings: Equipe remplie de vétérans et de très jeunes prospects les Kings sont à l’affût des bons coups. Un peu légers sur le poste 3 (Carter-Jackson), ils jouent régulièrement petit à l’aile avec Bogdanovic ou Temple. Cela pendant respectivement 88% et 40% de leurs temps de jeu selon basketball-référence. Mario Hezonja pourrait apporter de la taille et potentiellement du talent. Ce serait un échange contre un joueur relayé en tant qu’observateur vu les récentes arrivées.

Trade pour joueurs dont les options ont été levées pour l’an prochain.

Les joueurs suivants ont vu leurs options activées pour l’année prochaine. Contrairement à ceux cités précédemment , ils seront toujours sous le contrôle des équipes qui les récupéreront. Il n’y a aucune restriction pour l’équipe qui les recevra en cas de transferts.

Malachi Richardson (Kings, arrière-ailier)

Drafté l’an dernier à sa sortie de Syracuse après une belle March Madness, l’arrière ailier a montré des signes encourageants avant de se blesser. A son retour plusieurs arrières ont intégré l’effectif et le voilà qui passe désormais 3/4 de ses minutes à l’aile. Pas idéal pour un joueur un peu fin mais son style de jeu convient à la nba moderne. Scoreur et adepte des tirs difficiles à la draft, il est aujourd’hui un joueur analytique prenant 75% de ses shoots au cercle ou à 3pts. Son temps de jeu fluctue énormément un changement d’air pourrait être une bénédiction.

Los Angeles Clippers: A la recherche d’un joueur capable de créer sur le poste 2 mais aussi de jouer loin du ballon Malachi pourrait être une addition intéressante pour les Clippers. Sam Dekker qui est plus un joueur de catch and shoot conviendrait en apportant lui de la taille à l’aile aux Kings qui manquent cruellement de polyvalence défensive.

Cleveland Cavaliers: A la recherche d’un joueur à potentiel peu onéreux sur l’aile, les Cavs pourraient être tentés par l’idée de récupérer Malachi en échange de Cédi Osman. Malgré de belles qualités le turc joue peu et coûte près d’un million de plus que Richardson. Etant déjà dans la taxe de luxe depuis plusieurs années les Cavs sont désormais sujets à la repeater tax*. Aujourd’hui avec un peu plus de 14M au dessus de la taxe de luxe, ils sont dans la tranche pour laquelle 1$ supplémentaire coûte 3,5$. Cette transaction leur permettrait donc d’économiser près de 3,5M de dollars pour cette saison tout en ayant un jeune potentiel sous contrôle capable de contribuer dans le futur.

*Repeater tax: Taxe supplémentaire due par les équipes qui payent la taxe de luxe au moins 3 fois sur les 4 dernières années.

Sam Dekker (Clippers, ailier)

Arrivé dans le transfert de Chris Paul, l’ancien  de Wisconsin a eu du mal à prendre ses marques. La blessure de Gallinari l’a aidé à trouver un temps de jeu un peu plus régulier mais tout n’est pas rose. Il passe désormais derrière les ailiers Thornwell et Johnson dans la rotation des Clippers. Artilleur du coté de Houston, il pourrait trouver plus de temps de jeu ailleurs.

Denver Nuggets: Le poste d’ailier est un peu vide à Denver et Dekker trouverait de bonnes minutes. Jefferson ne voit pas le terrain, Chandler est légèrement touché au dos c’est désormais Will Barton qui prend des minutes à l’aile. Denver pourrait donc envoyer un potentiel pour satisfaire les Clippers et récupérer Dekker qui fitte mieux les ambitions à court moyen terme.

Sacramento Kings: Les Kings sont à la recherche d’un ailier et pourraient se laisser tenter par l’ancien Rockets un peu comme mentionné plus haut un échange contre Malachi Richardson pourrait faire sens.

Cet article n’est que spéculation mais tente simplement de trouver une porte de sortie à certains jeunes joueurs. Tous sous contrat rookie cette année ils sont actuellement barrés dans leurs franchises et mériteraient pour certains d’avoir leur chance dans un nouvel environnement.

N’hésitez pas à commenter en bas de l’article ou sur twitter, les trades qui vous semblent plausibles et qui vous plaisent. N’hésitez pas non plus à en proposer d’autres pour ces joueurs.

Podcast Dunkhebdo épisode 84: le Jazz, encore des blessures, pas de problèmes ?

Utah

Dans l’épisode de cette semaine, Pierre, Tom et Ben analysent l’état actuel d’une franchise dont on parle peu: le Jazz d’Utah. Comme chaque année, malheureusement, l’effectif est miné par les blessures. Pourtant, privés de Rudy Gobert depuis quelques semaines, l’equipe renoue avec le succès, grâce, en grande partie, a un calendrier très abordable.

Alors que leur calendrier va considérablement se compliquer, le Jazz peut-il se maintenir dans la course aux playoffs ?

Dans l’overtime, le trio revient sur le passage difficile des Grizzlies et le dossier DeAndre Jordan, que les Clippers cherchent à échanger.

Bonne écoute de votre podcast basket français de la semaine !

Podcast NBA Dunkhebdo épisode 83: Bilan du premier mois de compétition avec Jeremy Le Bescont

Cette semaine pour cet épisode du podcast nba Dunkhebdo, Tom et Ben ont l’honneur d’accueillir le journaliste Jeremy Le Bescont (basketusa.com/hoopcast) pour discuter de ces cinq premières semaines de compétition. Un début de championnat rythmé par des surprises, comme Detroit ou Orlando pour la conférence est, et, malheureusement, par les blessures de certains joueurs stars. Dans la seconde partie du podcast, les cas des deux franchises de Los Angeles sont abordés. Après une intersaison mouvementée, les Clippers pataugent, malgré un départ canon, et enchaînent les défaites. Pendant ce temps, les Lakers, malgré des résultats toujours faibles, montrent des signes positifs.

Sommaire:

Introduction: 39s

Bilan de la conférence est: 2m51

Focus sur Los Angeles: 33m50

Dunkhebdo NBA Podcast épisode 64: Chris Paul, Paul George et les autres, premier bilan de la free agency

Chris Paul

La free agency 2017 a débuté depuis moins d’une semaine mais les dossiers à aborder dans cet épisode sont déjà nombreux ! Le plus important d’entre eux est sans doute, l’arrivée de Chris Paul à Houston, dans un échange venu de nul part. Le trio Alan, Pierre et Ben discute de cette arrivée, ainsi que de l’avenir des Clippers dans une première partie.

Ensuite, l’équipe aborde l’arrivée de Paul George à Oklahoma City à l’intérieur d’une séquence qui se concentre sur la division nord ouest, qui s’affirme comme la plus relevée de la ligue.

Enfin, pour finir le podcast nba de la semaine les cas des Warriors et des Raptors, deux équipes qui jouent la stabilité, sont traités dans la dernière partie, avant que les tops et les flops viennent conclure l’émission.

Sommaire:

Introduction: 1m11
Chris Paul à Houston et l’avenir des Clippers: 3m47
Paul George à Oklahoma City et la division northwest: 31m10
Les Warriors et les Raptors et les tops et flops: 1h16m47

 

Dunkhebdo NBA Podcast épisode 52: Preview de la série Los Angeles Clippers/Utah Jazz

Clippers

Dans ce dernier chapitre du marathon Dunkhebdo, Tom et Ben dissèquent l’affrontement entre les Clippers et le Jazz, sans aucun doute possible le duel le plus alléchant de ce premier tour des playoffs. Alors que les Clippers ont connu une saison régulière compliquée, jalonnée de nombreuses blessures, ils arrivent en playoffs en pleine forme. Côté Jazz, la présence de Derrick Favors et George Hill sur le terrain et surtout en pleine possession de leurs moyens, sera clé.

N’oubliez pas de participer au concours de bracket !

Bonne écoute de notre émission nba hebdomadaire !

Dunkhebdo NBA Podcast épisode 45: Faut-il s’inquiéter pour les Clippers ? Point sur les rookies

Clippers

Dans cet épisode du podcast basket français, Alan, Ben et Tom reviennent sur les récentes déconvenues des Clippers. L’équipe de Doc Rivers, qui a pour habitude de truster les premières places à l’Ouest semble plus en difficulté que jamais après une saison régulière poussive. Puis, dans une seconde partie, le trio tire un bilan de la cuvée de rookie 2016, une classe qui n’a pas forcément marqué les esprits du fait d’un manque de joueurs marquants. Enfin, l’émission se termine par les tops et les flops.

Bonne écoute !

Sommaire:

1m11: Introduction
3m04: Les Clippers
37m33: Les rookies
1h00m03: Tops et Flops