Jeunes joueurs NBA: pourquoi les aime-t-on autant ?

Jeunes joueurs NBA

«C’est un jeune joueur NBA, il a encore du potentiel». «Il n’a que 21 ans». «Il a les attributs pour devenir un All-Star».

Difficile de passer une semaine – voire quelques jours – sans entendre ces phrases revenir dans les débats NBA. Il est vrai que la jeunesse dans notre grande ligue américaine est une source intarissable d’espoir. En particulier pour les fans d’équipes peu en réussite depuis plusieurs années. Mais, pourquoi les jeunes joueurs ont-il autant la cote ? Ce nouveau numéro du Dunkhebdo NBA Podcast tente d’y répondre.

La folie autour des jeunes joueurs ne touche pas uniquement la NBA. Mais sa particularité tient dans l’intensité de cette hype. Une folie qui tient en plusieurs éléments. Le système de la NBA – notamment le salary cap – pousse les équipes à investir sur la jeunesse, car plus abordable. Pour certaines franchises n’ayant pas les cartes pour se placer sur le marché des agents libres, c’est aussi le seul moyen d’attirer des potentielles superstars.

Mais, avant d’arriver à ce niveau, les jeunes joueurs doivent d’abord passer la difficile étape des premières années en NBA. Or, être un jeune adulte en NBA est chose ardue. Entre multiples sollicitations et passage d’un statut d’amateur à professionnel, la transition peut s’avérer fatale pour certains prospects.

Des prospects qui, une fois devenus superstars, ont parfois envie d’ailleurs. En effet, si la construction par la draft est toujours prônée par les fans, elle n’a jamais parue aussi difficile. Le mouvement des stars est toujours plus fluide et le temps long, la patience que prône la construction par la draft peut parfois paraître anachronique. La situation actuelle des Minnesota Timberwolves pouvant servir de meilleur exemple.

Dans le paysage NBA actuel, peu d’équipes semblent mieux placer que les New Orleans Pelicans dans le domaine des jeunes joueurs NBA à potentiel. Autour du diamant Zion, l’équipe de la Louisiane dispose d’un réel réservoir de jeunes talents. Toujours dans la Conférence Ouest, les Mavericks eux ont fait le choix de la qualité, avec deux jeunes talents centraux: Luka Doncic et Kristaps Porzingis. Assez pour qu’une de ces deux équipes remportent le titre dans l’avenir ?

LE PODCAST

CRÉDITS

Le Dunkhebdo NBA Podcast est un podcast de Dunkhebdo. Cet épisode a été enregistré le 29 juin 2020. Participants: Thomas Feler, Adrien Randon et Benjamin Ringuet. Génériques: «Litty» produit par Sound MOB ; «Bryson tiller type beat x ryan trey type beat – whole thing» produit par prod. ricci.

Les Finales NBA 2016, conséquences d’une série historique

Finales NBA 2016

Pour les fans de la grosse balle orange, c’est sans doute le moment marquant de la dernière décennie: les Finales NBA 2016. Presque quatre ans après cette conclusion épique, l’équipe du podcast Dunkhebdo fait le bilan.

Difficile de ne pas débuter cet exposé par le match 7 de ces finales. Une conclusion à Oakland, marqué par des actions rentrées au panthéon de la NBA. Suite à ce match, la place de LeBron James au sein de ce même panthéon a évolué. Certains y voient le ciment de sa place parmi les plus grands. D’autres, à l’inverse, affirment que c’est ce match qui a fait passé le «King» dans une autre stratosphère.

Des Finales NBA 2016 également marquées par un duel de meneurs générationnel.  En quelques matches, les discours entourant Kyrie Irving et Stephen Curry ont radicalement changés. L’ancien meneur de Cleveland est depuis décrit comme un des assassins les plus efficaces de la ligue. Là où le meneur des Warriors voit son niveau en postseason souvent remis en cause.

Enfin, difficile de ne pas parler de l’arrivée de Kevin Durant à Golden State, conséquence la plus frappante de ces finales NBA 2016. Justifié ou détesté, ce choix aura engendré une des équipes les plus dominantes de l’histoire de la NBA. Par ailleurs, cette décision a également amené une petite révolution au sein du microcosme NBA. Depuis, le mouvement des superstars est plus fluide que jamais.

Quant à Kevin Durant, il est devenu, en l’espace d’un choix, l’homme le plus détesté de la ligue. Place auparavant détenue, pendant le début de la décennie, par celui qu’il chasse depuis son arrivée en NBA: LeBron James.

LE PODCAST

CRÉDITS

Le Dunkhebdo NBA Podcast est un podcast de Dunkhebdo. Cet épisode a été enregistré le 2 juin 2020. Participants: Thomas Feler, Ilyas et Adrien Randon. Génériques: «Litty» produit par Sound MOB ; «Bryson tiller type beat x ryan trey type beat – whole thing» produit par prod. ricci.

Qui sont les meilleurs joueurs NBA en 2020 ? (Deuxième partie)

Après les places de 20 à 10 la semaine dernière,  suite et fin du classement du DH20. Dans ce nouvel épisode du podcast NBA français Dunkhebdo, place aux noms des 10 meilleurs joueurs NBA en 2020.

Un «top 10» qui atteste de la suprématie de la Conférence Ouest sur le reste de la ligue. Puisque Giannis Antetokounmpo est le seul représentant de la Conférence Est parmi les cadors de la ligue.

Un «top 10» qui débute par un affrontement de meneurs avec Damian Lillard (9ème) et Luka Doncic (8ème). Le meneur de Portland encore et toujours bloqué dans un no man’s land au sein de cette hiérarchie NBA. Plus fort que les simples stars de la ligue, mais pas non plus superstar, Damian Lillard représente (quasiment) un groupe à lui tout seul. En effet, Luka Doncic, l’autre membre de ce groupe, semble promis au «top 5». Le leader des Mavericks – fort de sa jeunesse – a tout pour être un MVP en puissance.

Plus haut, le «top 7» regroupe ce que les observateurs appellent communément le gratin de la NBA. Une élite au sein de laquelle les classements des anciens coéquipiers que sont Stephen Curry et Kevin Durant s’avèrent complexes. En effet, s’ils font indéniablement partie intégrante de cette élite: où les classer compte tenu de leur état de santé actuel respectif ?

Quant à Anthony Davis, si le joueur des Lakers dipose d’un talent immense, son CV peut paraître bien maigre face aux joueurs qui l’entoure. En effet, c’est le seul membre du top 7 a ne pas avoir gagné un MVP ou un MVP des finales.

Enfin, le podcast se termine forcément par la question qui passionne tous les fans NBA: qui est actuellement le meilleur joueur de la ligue ?

LE PODCAST

CRÉDITS

Le Dunkhebdo NBA Podcast est un podcast de Dunkhebdo. Cet épisode a été enregistré le 10 Mai 2020. Participants: Madian Al Abbas, Ilyas et Benjamin Ringuet. Génériques: «Litty» produit par Sound MOB ; «Bryson tiller type beat x ryan trey type beat – whole thing» produit par prod. ricci.

Qui sont les meilleurs joueurs NBA en 2020 ? (Première partie)

meilleurs joueurs NBA

Plus de deux ans après la première édition, l’équipe du podcast NBA Dunkhebdo remet le couvert avec une nouvelle tentative de classement des 20 meilleurs joueurs NBA, le DH20. 

Le concept reste le même: les auditeurs du podcast ont voté, l’équipe a compilé ces bulletins et un classement en est né. Dans cet épisode, place à la première partie, de la vingtième à la dixième place. 

Avant d’entrer dans le classement, l’équipe revient d’abord sur ces joueurs qui n’ont pas reçu le moindre vote. Avec des cas surprenants comme Bam Adebayo (All-Star cette année) ou Draymond Green (parmi les 20 meilleurs joueurs NBA du classement il y a deux ans). Mais aussi, ceux qui sont sortis du classement depuis la première édition (John Wall, DeMarcus Cousins ou Isaiah Thomas).

Puis, la discussion se dirige vers ces joueurs qui ont reçu des votes, mais n’ont pas accroché le top 20. Parmi eux, beaucoup de jeunes talents qui pourraient y prétendre dans un futur proche (Trae Young, Donovan Mitchell, Pascal Siakam et Ben Simmons).

Puis, enfin, place au classement des meilleurs joueurs NBA qui amène forcément des débats. Parmi eux, celui du meilleur pivot de la ligue (en dehors d’Anthony Davis). Qui de Joel Embiid ou du franchise player des Nuggets Nikola Jokic doit décrocher ce titre officieux ? A l’aile, même débat:  qui est le meilleur entre Paul George et Jimmy Butler ?

Le podcast se termine enfin par un débat sur un joueur, peut-être le plus clivant de la ligue: Russell Westbrook. Une discussion qui déborde sur la perception des joueurs et des médias vis-à-vis du meneur des Houston Rockets.

LE PODCAST

CRÉDITS

Le Dunkhebdo NBA Podcast est un podcast de Dunkhebdo. Cet épisode a été enregistré le 4 Mai  2020. Participants: Thomas Feler et Benjamin Ringuet. Génériques: «Litty» produit par Sound MOB ; «Bryson tiller type beat x ryan trey type beat – whole thing» produit par prod. ricci. 

Denver Nuggets, forts en saison régulière, destinés à décevoir en playoffs ?

Les Nuggets de Denver sont-ils les nouveaux Toronto Raptors de la Conférence Ouest ? Toujours placés en saison régulière, jamais étincelants en playoffs ?

A priori, un tel questionnement peut paraître sévère, et trop prématuré. En effet, l’ascension des Nuggets s’inscrit dans une conférence bien plus relevée que celle des Raptors de l’époque de DeMar DeRozan. Par ailleurs, le noyau actuel de jeunes joueurs n’a connu qu’une seule participation en playoffs. Parcours qui les a vu passer un tour, une première victoire pour une équipe si jeune.

Il n’empêche, difficile de pas voir certaines similitudes quant aux destins de ces deux équipes.

Le joueur au centre la construction pose, dans les deux cas, question. Contrairement à DeMar Derozan, ce n’est pas le niveau intrinsèque de Nikola Jokic qui interroge mais plutôt son style de jeu. Si particulier, peut-il mener une équipe au bout en playoffs ? Plus largement, où se situe le serbe dans le classements des meilleurs joueurs NBA ?

Son compère, Jamal Murray, a lui reçu une juteuse extension. Mieux encore, pendant les playoffs, il a su, l’espace de quelques fulgurances, se muer en option numéro prioritaire de son équipe. Mais là encore, des interrogations subsistent quant à capacité à être une pièce majeure d’une équipe qui gagne en NBA.

Enfin, plus largement, c’est le potentiel de cette équipe qui questionne. Où trouver les compléments à ces deux stars installées ? Est-ce que Michael Porter est le chaînon manquant ?

Après deux bonnes saisons régulières des Nuggets, l’équipe du Dunkhebdo NBA Podcast dresse le tableau de la situation actuelle de la franchise des Rocheuses.

LE PODCAST

CRÉDITS

Le Dunkhebdo NBA Podcast est un podcast de Dunkhebdo. Cet épisode a été enregistré le 13 avril 2020. Participants: Madian Al Abbas, Thomas Feler et Adrien Randon. Génériques: «Litty» produit par Sound MOB ; «Bryson tiller type beat x ryan trey type beat – whole thing» produit par prod. ricci.

Minnesota Timberwolves, l’heure de la reconstuction

Minnesota Timberwolves

Après deux pauvres participations en playoffs sur ces 15 dernières années, les Minnesota Timbewolves ont les armes pour devenir une place forte à l’Ouest.

La franchise possède déjà son franchise player en la personne de Karl-Anthony Towns. Le pivot de 24 ans a connu deux sélections au All-Star Game. Pour l’épauler, les dirigeants ont décidé de faire venir son grand ami: d’Angelo Russell. L’arrière – échangé à la place d’Andrew Wiggins – doit former avec Towns un duo dominant de la conférence. Pour les seconder, les Minnesota Timberwolves peuvent compter sur de nombreux jeunes talents. Comme Malik Beasley, transfuge des Nuggets, arrivé en cours de saison. Du prometteur Jarrett Culver à la surprise Josh Okogie, le groupe est jeune, très jeune. Le quatrième effectif le plus jeune de la ligue. Avec une moyenne d’âge en dessous des 25 ans. Un roster inexpérimenté qui pourrait d’autant plus se rajeunir, que la franchise dispose de deux choix au premier tour dans la prochaine draft.

Mais, tout n’est pas parfait au sein de la franchise. Malgré pléthore de hauts choix de draft, l’équipe peine à décoller. La faute à des trous béants dans l’effectif, notamment sur les ailes. Pire, la masse salariale s’approche dangereusement de la luxury tax. Excluant tout renfort de poids au cours de la free agency.

Pour sortir les Minnesota Timberwolves de cette situation, l’équipe du Dunkhebdo NBA Podcast a décidé de rejouer son format «reconstruction».  Un dispositif déjà expérimenté dans le passé. A l’image d’épisodes consacrés aux New York Knicks ou aux Cavaliers de Cleveland.  Dans cette quasi fiction, chaque chroniqueur endosse le rôle d’un dirigeant de la franchise en question. Le but: la faire repartir sur les bons rails. Malgré des agendas parfois contraires. Mais aussi, un propriétaire rarement satisfait.

Les Minnesota Timberwolves, face à la reconstruction

Crédits

Le Dunkhebdo NBA Podcast est un podcast de Dunkhebdo. Cet épisode a été enregistré le 5 avril 2020. Participants: Pierre Boccon, Thomas Feler, Alan Guillou et Benjamin Ringuet. Génériques: «Litty» produit par Sound MOB ; «Bryson tiller type beat x ryan trey type beat – whole thing» produit par prod. ricci. 

Dunkhebdo NBA Podcast: Nos choix pour les trophées NBA 2019-2020

trophées NBA 2019-2020

Malgré la suspension actuelle de la saison – qui pourrait déboucher sur une éventuelle annulation – place aux trophées NBA 2019/2020 !

Giannis Antetokounmpo ou LeBron James ? Cette fois encore, le débat pour déterminer le vainqueur de la statuette de MVP se résume à deux hommes. D’un côté, le tenant du titre Giannis Antetokounmpo. Le franchise player des Bucks s’est, en partie, remis d’une campagne de playoffs décevante par une saison régulière étincelante. Avec des moyennes statistiques jamais vues depuis 50 ans ! Homme orchestre de la meilleure équipe de la ligue, le grec semblait avoir le CV parfait…

Jusqu’à l’explosion «tardive» de LeBron James, quadruple MVP. Pilier d’une équipe des Los Angeles Lakers au sommet de l’Ouest, le «King» a connu une saison régulière constante, d’un point de vue statistique. Ce qui fait de lui un candidat crédible à ce titre, ce sont ses sorties récentes face à des cadors de la ligue. Opposés aux Bucks ou aux Clippers, James a dominer les débats, allant même jusqu’à se replacer dans la discussion pour le titre informel de «meilleur joueur de la ligue». Une poussée quelques semaines avant la suspension de la saison, suffisante pour emporter un nouveau trophée ?

Le trophée de rookie de l’année voit lui aussi s’affronter deux hommes. Même si, Ja Morant semble disposer d’une avance confortable sur Zion Williamson. Le meneur star des Grizzlies, à l’image de Giannis Antetokounmpo, semble remplir toutes les cases pour remporter ce trophée. Constant tout au long de la saison, il affiche des statistiques similaires à un ancien vainqueur du trophée: Damian Lillard. Propulsé leader de la franchise, Ja Morant a même réussi à porter son équipe – théoriquement – en playoffs. Pourtant, Zion Williamson obtient les faveurs de certains votants. La raison: son impact immédiat. Le premier choix de la draft, blessé au début de la saison, s’est tout de suite révélé être un joueur capable de transfigurer un effectif. Affichant, en quelques matches, des statistiques historiques pour un débutant dans la ligue.

Pour le reste des trophées NBA 2019-2020, les choix sont moins évidents. A l’image du trophée de coaches de l’année où plusieurs noms ressortent. Les votes sont encore plus disséminés pour la meilleure progression de l’année. Parmi tous les trophées, seul le sixième homme de l’année voit un consensus parmi les chroniqueurs du Dunkhebdo NBA Podcast. Le meneur remplaçant d’Oklahoma City Dennis Schroder rassemble en effet l’ensemble des votes.

MVP, MIP, DPOY, COY: les trophées NBA 2019/2020

Crédits

Le Dunkhebdo NBA Podcast est un podcast de Dunkhebdo. Cet épisode a été enregistré le 30 mars 2020. Participants: Ilyas, Alan Guillou et Benjamin Ringuet. Génériques: «Litty» produit par Sound MOB ; «Bryson tiller type beat x ryan trey type beat – whole thing» produit par prod. ricci. 

Merci, Russ…

Cher Brodie,

Si ces derniers jours ont été particulièrement difficiles et déprimants, je ne peux commencer cette lettre que par un mot : Merci.
Merci pour ces 11 ans passés sous le maillot du Thunder. Merci pour ces moments inoubliables, qui marqueront à vie mon parcours de fan NBA et de Basket-Ball.

La fin de ces 11 ans aura été particulièrement dure, abrupte et inattendue, tant tout s’est dégradé très vite. Mais comment garder un mauvais souvenir de ton ère au sein du Thunder ? Et comment résumer ces moments, ces matchs ou performances historiques dans cette seule lettre ?

J’avais pour idée de reprendre les moments marquants de ta carrière, année après année, un par un.
Décrire comment tu es arrivé au sommet de la ligue, avec le seul Big3 qu’OKC n’est jamais accueilli.
Comment, avec ton frère de toujours mais désormais ennemi, Kevin Durant, tu as formé l’un des duos les plus dominants de la ligue.
Comment, année après année, tu as imposé ton style de jeu, ton identité, ton intensité et ta rage de vaincre à travers la ligue.
Comment, année après année, alors que tu subissais tant de critiques et d’attaques, tu n’as jamais abandonné, mais juste cherché à devenir le meilleur et à remporter ce titre qui manque tant à ton palmarès.
Comment, année après année, tu as terrorisé les défenses adverses, maltraité les cercles de toutes les salles de la NBA, empilé les actions d’éclats, les tirs clutchs et les triples doubles.

J’aurais aussi abordé les nombreuses trahisons et départs que tu as subi. Chaque star qui a été associée à toi, qui a même choisi de jouer avec toi, a fini par te délaisser. Tu es le seul, Russ, resté là, fidèle à l’Oklahoma, qui te sera lui aussi toujours fidèle.

“Westbrook is the franchise player, the one who stayed, the purified representation of the Thunder’s first chapter in Oklahoma City. The highs, the lows, the drama, the tragedy, the beauty, the success, the failure — he’d been there for all of it.”

Ces mots de Royce Young ne sauraient mieux décrire tout ce que tu as représenté pour la franchise pendant cette ère dorée mais inachevée, pleine de promesses gâchées, et d’espoirs transformés en frustration.

Présent dès la création de la franchise, tu as été de son ascension, jusqu’aux finales en 2012.
Tu as été de ses échecs, de cette malchance, détruisant les espoirs de titre de tout un État pendant de longues années.
Tu as été de cette campagne de 2016, qui marquera à jamais l’histoire de la NBA.
Tu as été présent ces dernières années, années d’échecs répétés et de déceptions.

Si toutes ces saisons, tu t’es affirmé comme un meneur dominant de la NBA, comme l’un des meilleurs joueurs de la ligue, c’est ta saison 2016-2017 qui demeure la plus inoubliable. Porté par ton esprit de revanche, tu as livré, soir après soir, une représentation, un spectacle historique. 42 triples doubles, triple double de moyenne, plus de 30pts par match. Je pourrais employer de nombreux superlatifs pour décrire cette saison, et ce que cela a été de la vivre nuit après nuit devant ma TV. Mais il est plus simple de la résumer à quelque chose qu’aucun fan NBA ne pourra oublier. Personne ne peut ignorer ce que tu as réalisé pendant ces 82 matchs. Et parmi tous les autres, celui contre Denver, avec ce buzzer beater incroyable, restera probablement comme mon souvenir le plus marquant en tant que fan.

Mais tout ça a pris fin d’une bien triste façon. Si ton trade était probablement le meilleur choix qui se présentait, je ne peux l’accepter.
Tu devais être le leader du Thunder pendant toute ta carrière.
Tu devais être ce joueur qui, par amour pour sa franchise, refuse de la laisser.
Tu devais être celui qui amène enfin l’équipe au graal.
Mais ce rêve a pris fin. Probablement pour le meilleur pour toi et le Thunder, mais pour le pire pour les fans.

Durant toutes ces années, l’Oklahoma a grandi en admirant tes exploits, et moi aussi. Tu m’as fait tomber amoureux de la NBA, tomber amoureux de la franchise du Thunder, qui serait probablement restée dans l’anonymat sans toi, et qui n’aurait jamais pu se développer.
Je n’aurais jamais eu la chance de te voir en vrai évoluer sous le maillot du Thunder.
Je n’aurais jamais eu la chance de voir le Thunder titré sous ton ère.
J’espère avoir la chance de pouvoir assister à ton retour dans l’Oklahoma.
J’espère avoir la chance de te voir enfin obtenir cette bague, même si c’est avec une autre franchise.
J’espère qu’enfin, dans ce nouvel environnement, tu tairas totalement ces critiques incessantes qui entourent ton jeu.

Encore une fois, merci Russ, merci pour ce souvenir inoubliable, merci pour cette aventure, ce drama même, qui aura tenu en haleine tous les fans du Thunder pendant 11 ans.

L’un de tes plus grands fans.

[Russ&Roll] Épisode 19 : Bilan de la saison et Preview de l’intersaison

Dans ce nouvel épisode du podcast Russ&Roll 100% Thunder, il est l’heure du bilan ! La saison NBA étant désormais terminée, il est temps de revenir sur cette année encore une fois décevante et frustrante du Thunder.
Pour cela, Pierre accueille Benoit de @BasketNbaFr pour d’abord revenir sur l’échec de cette saison, et notamment les limites de l’effectif actuel. Cet effectif est-il au final construit pour passer des tours de playoffs ?

Dans la deuxième partie de l’épisode, c’est l’intersaison à venir qui est cette fois analysée. Les deux intervenants se mettent à la place de Sam Presti pour élaborer une stratégie incluant free agency, draft et trades afin reconstruire ou compléter l’équipe actuelle.

La draft qui approche est ensuite discutée, et le possible trade du tour de draft d’OKC est examiné. Quels types de joueurs sont à cibler avec ce choix ?
Enfin, après avoir abordé le cas de Billy Donovan et de son staff, Benoit et Pierre vous livrent leurs attentes pour la saison prochaine.
Retrouvez Benoît sur Twitter @BasketNbaFr et Pierre @RussNdRoll !

Dunkhebdo NBA Podcast: Toronto sur le toit de la NBA, Anthony Davis aux Lakers !

Dans ce nouvel épisode de notre podcast nba français, Ben, Tom et Alan se retrouvent pour évoquer l’actualité récente de la NBA.

La première partie du podcast est consacrée au récent dénouement des Finales NBA, qui ont vu le sacre des Raptors de Toronto après 6 matchs. Beaucoup est à dire sur ces finales, que ce soit côté canadien ou californien. Les blessures graves de deux des meilleurs joueurs de Golden State (Klay Thompson et Kevin Durant) ont joué sur le sort de cet affrontement mais jouera également un rôle majeur lors de la Free Agency et des prochains mois côté Warriors : le trio dresse un panorama de la situation et du futur de Golden State après cette défaite. Côté Toronto, le trio tente de dégager les causes du succès de la franchise de Nick Nurse, mais tente également de se projeter sur le futur de l’équipe canadienne, en évoquant notamment le cas Leonard.

La deuxième partie de l’épisode revient sur le trade d’Anthony Davis aux Lakers de Los Angeles. Le transfert est étudié des deux côtés de la balance, avec des Lakers qui récupèrent un All-Star à mettre aux côtés de LeBron contre plusieurs jeunes éléments et des tours de Draft. Côté Pelicans, pléthore d’assets arrivent en Louisiane et pourraient permettre à l’équipe de se remodeler plutôt rapidement. Le trio discutent des prochains mouvements de ces deux équipes, avec des analyses de construction diverses dans ces deux franchises.