Dunkhebdo NBA Podcast: Orlando, enfin de retour en playoffs ?

Orlando Magic

Depuis 2012, le Magic d’Orlando n’a pas joué les playoffs. La pire disette de la jeune histoire de cette franchise, et une des pires actuellement en NBA. Mais, la franchise de Mickey pourrait mettre fin à cette série noire cette année. Dans ce nouvel épisode du Dunkhebdo NBA Podcast, Ben et Tom s’intéressent à la saison du Magic d’Orlando et aux perspectives de cette équipe à quelques rencontres de la fin de la saison.

D’abord, Ben et Tom reviennent longuement sur la saison du Magic. Une campagne marquée par l’inconstance de la franchise floridienne. Capable de battre les cadors du championnat comme Golden State, Milwaukee ou Toronto tout en s’inclinant contre les cancres du championnat. Une instabilité liée à l’engagement irrégulier de cette équipe, parfois capable de lâcher prise en pleine rencontre. Une tendance renforcée par son incapacité à maintenir un niveau constant en attaque, où Nikola Vucevic est le seul contributeur régulier. A l’inverse, la défense du Magic s’est révélée être une force de la franchise cette saison. Puis, après avoir fait le bilan de la saison du Magic, les deux intervenants effectuent une revue d’effectif, concentrée sur les joueurs majeurs.

Dans la dernière partie de l’épisode, Ben et Tom tentent de déterminer si Orlando va réussir ou non à se qualifier en playoffs. Ils s’intéressent d’abord au calendrier de la franchise pour tenter de déterminer combien de matches les floridiens vont être capable de gagner. Puis, livrent leur avis sur la course aux playoffs à l’est. Une bataille entre quatre équipes (Brooklyn, Miami, Orlando et Charlotte) où le Magic à sa carte à jouer, grâce à un calendrier particulièrement abordable.

Enfin, le duo débat de la dangerosité du Magic en playoffs. Si les hommes de Steve Clifford se qualifient pour la postseason, leur profil atypique pourraient se révéler être problématique pour certains favoris à l’est…

Le podcast

Dunkhebdo NBA Podcast : Qui possèdent les meilleurs noyaux de jeunes en NBA ?

Marvin Bagley IIII

Dans ce nouvel épisode du Dunkhebdo NBA Podcast, l’équipe composée de Pierre et d’Alan réfléchit sur les meilleurs noyaux de jeunes joueurs en NBA aujourd’hui. Plusieurs groupes d’équipes se distinguent et permettent aux intervenants de passer en revue les situations d’une dizaine de franchises.

Sacramento et Atlanta font office de gros morceaux du podcast, et cela du fait des récentes performances et plus globalement des saisons de leurs jeunes éléments. Les Kings sont aux portes des playoffs derrière les performances des Fox, Hield, Bagley III et autre Bogdanovic, tandis que les Hawks font mieux que beaucoup attendaient et voient la triplette Young/Huerter/Collins très bien figurée.

L’équipe revient ensuite sur d’autres équipes aux situations bien différentes mais à la constante suivante  : les jeunes joueurs font et feront l’actualité de ces franchises. Boston, Los Angeles, New-York, Brooklyn, Chicago ou encore Orlando et Phoenix, autant de situations hétérogènes mais qui méritent l’attention.

Le podcast

Dunkhebdo NBA Podcast: Free agency 2018, les principaux mouvements dans la conférence est

Dans ce nouvel épisode de notre podcast basket français, Tom et Ben discutent de l’événement de la semaine dernière: l’arrivée de Kawhi Leonard aux Raptors de Toronto (4:12). Après plusieurs mois d’un feuilleton plein de rebondissements aux nombreuses zones d’ombres, l’ancien MVP des finales n’est donc plus un Spur ! La première partie du podcast revient longuement sur cette information. Puis, dans la suite de l’émission (51:21), Tom et Ben reviennent sur d’autres mouvements marquants à l’intérieur de la conférence est: la prolongation d’Aaron Gordon, l’arrivée de Jabari Parker chez des Bulls qui ont également prolongé Zach Lavine et Marcus Smart qui reste à Boston.

Le podcast

Dunkhebdo NBA Podcast: Quel avenir pour les franchises du haut de la draft ?

draft

Dans ce nouvel épisode du Dunkhebdo NBA Podcast, Ben et Tom dressent un bilan de la draft 2018 à travers une analyse des choix de la plupart des équipes du haut de la draft. Au programme: les Phoenix Suns (2:15), les Sacramento Kings (19:39), les Atlanta Hawks (28:36), les Dallas Mavericks (43:44) et le Magic d’Orlando (57:14). 

Le podcast

Podcast Dunkhebdo épisode 92: les Minnesota Timberwolves de retour au premier plan

Timberwolves

Jimmy Butler l’a affirmé après la défaite surprise des Timberwolves à Orlando: «pour l’instant, on a rien fait». En effet, la prudence est de mise pour une franchise de Minnesota qui n’a pas goûté aux playoffs depuis plus d’une décennie. Pourtant, ces Wolves version Jimmy Butler s’affirment depuis quelques semaines comme un des poids lourds à l’ouest. Toujours dominants en attaque, les hommes de Tom Thibodeau sont plus appliqués en défense. Alors que pendant ce temps, Jimmy Butler s’affirme comme un outsider sérieux au titre de MVP. Karl-Anthony Towns quant à lui montre des progrès en défense, une évolution encourageante pour la suite.

Des progrès qui leur permettent d’entrer dans le gratin des équipes NBA ? Dans notre podcast basket de la semaine la question reste ouverte.

Tyus Jones, au rayon des bonnes surprises dans le Minnesota, a réussi durant l’absence de Jeff Teague à devenir un maillon essentiel de l’armature Wolves. En revanche, toujours parmi les joueurs du banc, Shabazz Muhammad, Gorgui Dieng et Cole Aldrich sont eux, à des degrés divers, plus en difficulté.

Dans l’overtime, Pierre et Ben discutent d’abord du Orlando Magic, une équipe qui peine durant ces dernières semaines. La franchise floridienne qui peine depuis plusieurs années à retrouver les sommets de la conférence est. Puis, le duo revient sur LeBron James et la possibilité de voir le «King» dépasser un jour le record de points en carrière de Kareem Abdul-Jabbar, ainsi que sur les autres records en carrière qui semblent inatteignables. Pour conclure le podcast, enfin, les deux compères vous remercient vous, les auditeurs du podcast Dunkhebdo, puisque l’émission a passé la barre des 100 000 écoutes depuis sa création durant le weekend dernier.

Merci à vous et bonne écoute !

Sommaire

Introduction: 39s
Débat sur les Minnesota Timberwolves, leur début de saison et leur espoir: 2m24
Overtime: 47m29
Instrumental de fin d’épisode: Boggie x Sunroof type beat

[NBA Trade Fiction] Edition spéciale contrats rookies

Alors que la majorité des joueurs ayant signés des contrats cet été sont inéchangeables avant le 15 décembre certains autres sont éligibles à un trade. Pour la plupart, ils le verraient certainement d’un bon œil pour tenter de se relancer. La nba est un business dans lequel des « valeurs » sont échangés. Un GM peut faire un trade pour des contrats (intérêts purement financiers « exemple salary dump* »). Un autre pour des droits (obtenir des exceptions ou des droits pour prolonger des joueurs au dessus du cap). Un dernier pour améliorer son effectif à court, moyen ou long terme (talent). Un trade peut donc avoir plusieurs objectifs et ne résulte pas uniquement du sportif. Dans cet article nous allons aborder le cas de certains joueurs dans leur contrat rookie, dont l’avenir se dessine déjà en pointillés.

Trade pour joueurs dont la dernière année en option a été déclinée

Cette catégorie de joueurs est assez particulière. Les joueurs suivants ont tous vu leurs options ne pas être levées par leurs franchises respectives sur la dernière année de leur contrat rookie. Décision avant tout financière, elle a d’autres conséquences. Selon la convention collective qui régit la nba, ces joueurs ne peuvent être re-signés pour plus que la valeur de la dernière année déclinée par l’équipe dans laquelle ils sont au moment de devenir agent libre. Cette restriction s’applique même si le joueur a été transféré et n’est plus dans l’équipe qui a décliné son option. De plus, elle ne contraint que la dernière équipe dans laquelle est le joueur juste avant son entrée sur le marché.

Exemple: Si Milwaukee décide de prolonger finalement Rashad Vaughn, ils ne pourront pas lui offrir plus de 2,9M (Montant de l’année de contrat en option non levée par les Bucks) pour la 1ère année. Toutes les autres franchises pourront, elles, lui proposer le montant qu’elles souhaitent sans limitations. Ce fut le cas avec Solomon Hill dont l’option n’a pas été levée par les Pacers en 2016 et qui signe aux Pélicans pour bien plus après des playoffs intéressants.

Jahlil Okafor (Sixers, pivot)

Hors de la rotation et souvent décrié pour son manque d’effort sur le parquet l’ex blue devil ne voit plus le terrain. Dépassé dans la rotation par Holmes mais déjà derrière Embiid, Johnson et Saric qui joue parfois pivot, Big Jah doit s’en aller. Il aurait demandé un rachat de contrat à Philadelphie ce qui lui permettrait de choisir sa destination. Grâce à ce potentiel rachat il pourrait peut-être signer un contrat sur plusieurs années en tant qu’agent libre ailleurs. Cette solution semble extrême et en cas de transferts 2 franchises pourraient être intéressés.

Chicago: Originaire de Chicago, les Bulls pourraient représenter un vrai point de chute pour le pivot. Les Bulls pourraient se séparer de Mirotic qui ne semble plus faire l’unanimité auprès des fans. Ce dernier possède aussi un contrat intéressant pour les Sixers puisqu’il a une option d’équipe à la fin de l’année. Cela nécessiterait qu’il accepte d’être transféré (clause de non transfert) mais aussi d’attendre le 15 janvier* où il deviendrait éligible à un transfert. Autre option le contrat de Quincy Pondexter qui permettrait aux Sixers d’économiser quelques millions en ne coupant pas Jahlil.

*Ayant été re-signé en utilisant ses birds rights, il ne peut pas être transféré avant le 15 Janvier.

Bucks: La perte de Greg Monroe laisse un vide énorme au poste de pivot. Cela même si Giannis devrait reprendre quelques une des minutes. L’acquisition d’Eric Bledsoe a créé une trade d’exception* d’environ 3,5M. Ils en possédaient déjà une de 5M pour Roy Hibbert. Elles suffisent pour accueillir Okafor. Cependant les Bucks ne sont qu’à 4,5M de la taxe de luxe qu’ils éviteront certainement de payer cette année. Celle acquise pour Monroe pourrait donc être couplé au contrat de Vaughn. Cette manœuvre serait un salary dump des deux côtés avec plus d’implications sportives coté Bucks. Ceci permettrait à Milwaukee de se renforcer dans une raquette dépeuplée sans passer au dessus de la taxe de luxe.

*Trade exception: Enveloppe disponible qui permet d’ajuster les salaires lors d’un trade entre deux équipes sans devoir envoyer plus de joueurs dans un échange déséquilibré financièrement.

Rashad Vaughn (Bucks, arrière-ailier)

En concurrence avec Malcolm Brogdon l’an dernier pour récupérer des minutes suite à la blessure de Krhis Middleton, Vaughn n’a pas été au niveau. L’avènement du ROY 2017 combiné aux arrivées de Tony Snell puis Deandre Liggins ont marginalisé l’arrière ailier qui a perdu la confiance de sa franchise. Encore très jeune (21ans), l’ex joueur d’UNLV à des qualités pour devenir un joueur de rotation utile.

Phoenix Suns: Troy Daniels est aujourd’hui le seul back up de Devin Booker. Daniels serait plus intéressant dans une équipe qui vise les playoffs. Il pourrait d’ailleurs être transféré dans une autre équipe. Vaughn pourrait représenter une solution sur du plus long terme. Les deux franchises ont déjà effectué un échange ensemble il y a quelques semaines. Un second est assez peu probable.

Houston Rockets: Dans un système comme celui de D’Anthony aux cotés de joueurs comme Harden et Paul, Vaughn pourrait se relancer. Ses qualités de shooteurs sont en sommeil et ce serait le meilleur moyen de les réanimer. Cependant vu la situation des contrats à Houston, il faudrait attendre le 15 décembre pour donner la bonne contrepartie dans un échange à 2. Vaughn contre Troy Williams?

Mario Hezonja (Magic, ailier)

Triste est le destin nba du sniper croate devenu le PJ Hairston de balcans. Ailier manquant d’humilité dans son jeu offensif Mario est souvent à l’envers sur le terrain. Son option a été déclinée et son temps de jeu est en berne (10m en moyenne plus faible total). Trouver une autre franchise devient une priorité s’il veut se relancer.

Dallas Mavericks: L’objectif de Dallas est de rajeunir son effectif tout en créant un maximum de flexibilité salarial pour l’été prochain. Seth Curry (28ans) même s’il a une valeur sportive intéressante est pour l’instant blessé et l’objectif de Dallas ne semble pas d’être bon pour le moment. En raison du fait qu’il soit agent libre restreint, il possède un cap hold d’environ 4 Millions. Celui-ci réduit l’enveloppe totale disponible des Mavs pour recruter du très lourd tout en gardant ses droits.

Sacramento Kings: Equipe remplie de vétérans et de très jeunes prospects les Kings sont à l’affût des bons coups. Un peu légers sur le poste 3 (Carter-Jackson), ils jouent régulièrement petit à l’aile avec Bogdanovic ou Temple. Cela pendant respectivement 88% et 40% de leurs temps de jeu selon basketball-référence. Mario Hezonja pourrait apporter de la taille et potentiellement du talent. Ce serait un échange contre un joueur relayé en tant qu’observateur vu les récentes arrivées.

Trade pour joueurs dont les options ont été levées pour l’an prochain.

Les joueurs suivants ont vu leurs options activées pour l’année prochaine. Contrairement à ceux cités précédemment , ils seront toujours sous le contrôle des équipes qui les récupéreront. Il n’y a aucune restriction pour l’équipe qui les recevra en cas de transferts.

Malachi Richardson (Kings, arrière-ailier)

Drafté l’an dernier à sa sortie de Syracuse après une belle March Madness, l’arrière ailier a montré des signes encourageants avant de se blesser. A son retour plusieurs arrières ont intégré l’effectif et le voilà qui passe désormais 3/4 de ses minutes à l’aile. Pas idéal pour un joueur un peu fin mais son style de jeu convient à la nba moderne. Scoreur et adepte des tirs difficiles à la draft, il est aujourd’hui un joueur analytique prenant 75% de ses shoots au cercle ou à 3pts. Son temps de jeu fluctue énormément un changement d’air pourrait être une bénédiction.

Los Angeles Clippers: A la recherche d’un joueur capable de créer sur le poste 2 mais aussi de jouer loin du ballon Malachi pourrait être une addition intéressante pour les Clippers. Sam Dekker qui est plus un joueur de catch and shoot conviendrait en apportant lui de la taille à l’aile aux Kings qui manquent cruellement de polyvalence défensive.

Cleveland Cavaliers: A la recherche d’un joueur à potentiel peu onéreux sur l’aile, les Cavs pourraient être tentés par l’idée de récupérer Malachi en échange de Cédi Osman. Malgré de belles qualités le turc joue peu et coûte près d’un million de plus que Richardson. Etant déjà dans la taxe de luxe depuis plusieurs années les Cavs sont désormais sujets à la repeater tax*. Aujourd’hui avec un peu plus de 14M au dessus de la taxe de luxe, ils sont dans la tranche pour laquelle 1$ supplémentaire coûte 3,5$. Cette transaction leur permettrait donc d’économiser près de 3,5M de dollars pour cette saison tout en ayant un jeune potentiel sous contrôle capable de contribuer dans le futur.

*Repeater tax: Taxe supplémentaire due par les équipes qui payent la taxe de luxe au moins 3 fois sur les 4 dernières années.

Sam Dekker (Clippers, ailier)

Arrivé dans le transfert de Chris Paul, l’ancien  de Wisconsin a eu du mal à prendre ses marques. La blessure de Gallinari l’a aidé à trouver un temps de jeu un peu plus régulier mais tout n’est pas rose. Il passe désormais derrière les ailiers Thornwell et Johnson dans la rotation des Clippers. Artilleur du coté de Houston, il pourrait trouver plus de temps de jeu ailleurs.

Denver Nuggets: Le poste d’ailier est un peu vide à Denver et Dekker trouverait de bonnes minutes. Jefferson ne voit pas le terrain, Chandler est légèrement touché au dos c’est désormais Will Barton qui prend des minutes à l’aile. Denver pourrait donc envoyer un potentiel pour satisfaire les Clippers et récupérer Dekker qui fitte mieux les ambitions à court moyen terme.

Sacramento Kings: Les Kings sont à la recherche d’un ailier et pourraient se laisser tenter par l’ancien Rockets un peu comme mentionné plus haut un échange contre Malachi Richardson pourrait faire sens.

Cet article n’est que spéculation mais tente simplement de trouver une porte de sortie à certains jeunes joueurs. Tous sous contrat rookie cette année ils sont actuellement barrés dans leurs franchises et mériteraient pour certains d’avoir leur chance dans un nouvel environnement.

N’hésitez pas à commenter en bas de l’article ou sur twitter, les trades qui vous semblent plausibles et qui vous plaisent. N’hésitez pas non plus à en proposer d’autres pour ces joueurs.

Podcast NBA Dunkhebdo épisode 83: Bilan du premier mois de compétition avec Jeremy Le Bescont

Cette semaine pour cet épisode du podcast nba Dunkhebdo, Tom et Ben ont l’honneur d’accueillir le journaliste Jeremy Le Bescont (basketusa.com/hoopcast) pour discuter de ces cinq premières semaines de compétition. Un début de championnat rythmé par des surprises, comme Detroit ou Orlando pour la conférence est, et, malheureusement, par les blessures de certains joueurs stars. Dans la seconde partie du podcast, les cas des deux franchises de Los Angeles sont abordés. Après une intersaison mouvementée, les Clippers pataugent, malgré un départ canon, et enchaînent les défaites. Pendant ce temps, les Lakers, malgré des résultats toujours faibles, montrent des signes positifs.

Sommaire:

Introduction: 39s

Bilan de la conférence est: 2m51

Focus sur Los Angeles: 33m50

Podcast Dunkhebdo épisode 80: Pacers et Thunder, analyse de deux débuts de saisons

Victor Oladipo

Dans l’épisode numéro 80 du nba podcast Dunkhebdo, Pierre, Tom et Arthur analysent les débuts de saison des deux franchises concernées par le trade de Paul George: les Pacers et le Thunder. Vainqueurs des Spurs la nuit dernière, les Pacers s’affirment petit à petit comme une des équipes surprises de cette début de saison, menés par un Victor Oladipo étincelant. Côté Thunder, le talent est supérieur mais les débuts sont poussifs, malgré des efforts montrés par les trois stars. Enfin, dans la dernière partie, l’overtime, le trio tirent les premières conclusions de la saison à travers deux équipes: le Magic et les Warriors.

Bonne écoute !

Sommaire:

Introduction: 39s
Analyse du début de saison des Pacers et du Thunder: 2m36
Overtime: 48m28

T-Mac, l’homme qui vit et vivra à travers le rêve

Tracy McGrady

On m’a dit une fois de ne jamais écrire sur ses idoles, de ne jamais essayer de poser sa plume sur ces hommes que l’on admire, que l’on suit et que l’on aime. Et puis en regardant ce vieux poster corné de Tracy ce matin, maillot des Raptors violet sur le dos et gros sourire face à l’objectif, je n’ai pu résister, peut être pour lui rendre hommage, sûrement pour me souvenir des maigres images germant dans mon esprit. Pas de chiffres donc, pas de statistiques, de récompenses, je laisse çà aux autres et j’y substitue un court moment les images.

« Le Hall Of Fame c’est un peu mon titre à moi », voilà les mots qu’a tenu Tracy McGrady concernant sa future introduction au temple du basket américain. Des mots glaçants, grinçants et une idée qui suit l’ancien Raptor depuis longtemps, trop longtemps. Dans une période où la bague régit tout, commande la plupart des mouvements, facile de comprendre les quelques critiques sur l’entrée de McGrady au Hall Of Fame, institution qui rassemble la crème de la crème, le haut du panier ; toujours est-il que T-Mac appartient désormais au panthéon de la balle orange, belle et juste récompense pour celui qui reste comme un des plus récents et grands mystères du basket. Mystère car ce que l’on sait de McGrady n’est pas ce que nous aurions pu savoir, à moins que ce ne soit simplement ce que nous aurions aimer voir.

C’est une récompense car le corps de Tracy McGrady n’a cessé de l’endiguer, de le brider : on ne compte plus ses blessures, ses soucis au genou, à l’épaule, au dos, au pied, oui tout y est passé, empêchant le floridien d’exprimer la plénitude de son talent, de jouer réellement les premiers rôles collectivement.

Récompense aussi car il n’a jamais pu, durant son prime, être bien entouré et avoir les armes afin de faire du bruit en playoffs ; loin de moi l’idée de l’ôter de ses responsabilités, ses contre-performances dans certains matchs clés sont indélébiles. Indélébile aussi les fantaisies, les rêves de ses possibles associations avec Vince Carter, Grant Hill et Yao Ming, tous là au mauvais moment auprès de Tracy McGrady. A moins que ce ne soit le contraire.

Récompense enfin car à lui tout seul il avait fait trembler l’armada collective des Pistons en 2003, tournant à quasiment 37pts et 51% aux tirs dans les 4 premiers matchs, amenant le Magic à mener 3-1, cela avant de perdre la face, comme enlevé par Hécate.

Il n’y a rien de pire que les « mais…si… » dans une vie, pourtant quand il s’agit de résumer la carrière de T-Mac, c’est ce qui ressort en premier. Spadassin du un contre un, il a terrorisé les ailiers NBA durant une bonne partie des années 2000, gagnant le respect de tous, étant le héros d’enfance de pas mal de stars actuelles de la ligue. Bon nombre de jeunes joueurs ont été ou sont encore comparé à l’ancien joueur d’Orlando lorsqu’ils arrivent en NBA (Kevin Durant et Paul George en passant par Josh Jackson, Andrew Wiggins) : c’est donc peut être çà ce qui reste de T-Mac en 2017, un joueur au potentiel inchiffrable, immesurable, un physique de jeu vidéo, des bras tentaculaires et des souvenirs, beaucoup de souvenirs.

Les trois anaphores du troisième paragraphe ont toutes ce point commun, elles émettent chacune le meilleur et le pire, le scénario le plus positif puis directement derrière le plus négatif. A jamais pour Tracy McGrady, c’est cela qui fait sens. Dans un monde régit par les faits et le chiffre, il est important de laisser une place à l’imaginaire, au chimérique, et cela car comme le disait Kundera, rêver est l’un des plus profonds besoins de l’homme.

Dunkhebdo NBA Podcast épisode 14: Pronostics MVP et Orlando

Dans ce nouvel épisode, suite à une des vos questions, Pierre, Thomas et Benjamin débattent des probables MVP de la saison prochaine, année où un outsider pourrait bien créer la surprise. Ensuite, sans filtre, ils se penchent sur le Magic d’Orlando, qui a effectué beaucoup de changements ces derniers mois. Comme d’habitude, le podcast se termine par les tops et les flops.

SOMMAIRE

1m11: Pronostics MVP

33m53: Orlando Magic

1h02m14: Tops/flops