Les Finales NBA 2016, conséquences d’une série historique

Finales NBA 2016

Pour les fans de la grosse balle orange, c’est sans doute le moment marquant de la dernière décennie: les Finales NBA 2016. Presque quatre ans après cette conclusion épique, l’équipe du podcast Dunkhebdo fait le bilan.

Difficile de ne pas débuter cet exposé par le match 7 de ces finales. Une conclusion à Oakland, marqué par des actions rentrées au panthéon de la NBA. Suite à ce match, la place de LeBron James au sein de ce même panthéon a évolué. Certains y voient le ciment de sa place parmi les plus grands. D’autres, à l’inverse, affirment que c’est ce match qui a fait passé le «King» dans une autre stratosphère.

Des Finales NBA 2016 également marquées par un duel de meneurs générationnel.  En quelques matches, les discours entourant Kyrie Irving et Stephen Curry ont radicalement changés. L’ancien meneur de Cleveland est depuis décrit comme un des assassins les plus efficaces de la ligue. Là où le meneur des Warriors voit son niveau en postseason souvent remis en cause.

Enfin, difficile de ne pas parler de l’arrivée de Kevin Durant à Golden State, conséquence la plus frappante de ces finales NBA 2016. Justifié ou détesté, ce choix aura engendré une des équipes les plus dominantes de l’histoire de la NBA. Par ailleurs, cette décision a également amené une petite révolution au sein du microcosme NBA. Depuis, le mouvement des superstars est plus fluide que jamais.

Quant à Kevin Durant, il est devenu, en l’espace d’un choix, l’homme le plus détesté de la ligue. Place auparavant détenue, pendant le début de la décennie, par celui qu’il chasse depuis son arrivée en NBA: LeBron James.

LE PODCAST

CRÉDITS

Le Dunkhebdo NBA Podcast est un podcast de Dunkhebdo. Cet épisode a été enregistré le 2 juin 2020. Participants: Thomas Feler, Ilyas et Adrien Randon. Génériques: «Litty» produit par Sound MOB ; «Bryson tiller type beat x ryan trey type beat – whole thing» produit par prod. ricci.

Dunkhebdo NBA Podcast: Cleveland Cavaliers, l’heure de la reconstruction

Cleveland Cavaliers

A Cleveland, c’est l’heure de la reconstruction.

Dans ce nouvel épisode du Dunkhebdo NBA Podcast, Alan, Tom et Ben prennent place à la tête du front office des Cleveland Cavaliers (3:25).

Le dossier JR Smith est abordé dans un premier temps. Le vétéran a demandé a être transféré des Cleveland Cavaliers et n’a pas joué depuis plusieurs semaines. Il est temps de le transférer. Ensuite, c’est le futur du poste de coach qui est disputé. Faut-il conserver Larry Drew ? A priori, non. Se pose alors mécaniquement la question de son successeur.

Après ces dossiers «urgents», le front office analyse les forces et faiblesses de l’effectif actuel et les possibles trades. Puis, commencent à envisager la draft, ainsi que la free agency.

Dans l’overtime, Alan, Tom et Ben parlent dans un premier temps des Pistons de Detroit (1:01:07). L’équipe de Blake Griffin pointe actuellement à la quatrième place de la conférence est ! Mais ce début de saison s’explique-t-il avant tout par un calendrier très abordable ?

Enfin, le trio revient sur l’excellent match entre les Warriors et les Raptors (1:12:04). Une rencontre qui se classe déjà parmi les meilleures de cette saison.

Dunkhebdo NBA Podcast: Toronto et Denver, pépites du début de saison

 Toronto

Dans cet épisode du Dunkhebdo NBA Podcast, le binôme Pierre et Thom revient sur deux équipes qui ont bien débuté leurs saisons respectives. Les deux équipes étaient sous la pression avant la saison et répondent pour l’instant aux attentes élevées qu’ont placées sur eux le microcosme de la nba.

Le podcast débute avec Toronto. Les Raptors sont invaincus à l’Est et jouent avec une facilité déconcertante. Nous faisons un focus sur les hommes forts de ce début en fanfare. De Kyle Lowry à Danny Green en passant par Kawhi Leonard, nous revenons en détails et en statistiques sur le succès des hommes du Canada. De l’autre coté, habitués aux débuts de saisons poussifs, les Nuggets sous la houlette du duo Jokic-Harris sont en forme. Ils ont signé un succès retentissant face aux Warriors dans un match peu prolifique gagné en défense. Néanmoins, si la défense rassure l’attaque est inquiétante comme les niveaux de Murray et Millsap.

Dans l’overtime le duo entame une discussion sur les Pélicans et les Pistons et réagit en direct au limogeage de Tyron Lue.

Le podcast

La pre-agency : Le nouvel événement qui rythme nos saisons nba!

 

Kawhi Leonard et la pre-agency

A mesure que les saisons nba se succèdent, nous sommes à la recherche d’histoire. Bien que ce qu’il se passe sur le terrain suffit à créer de longues discussions, le hors terrain prend parfois le dessus sur le parquet. Ainsi les périodes de bouleversement d’effectifs sont les plus scrutées. Après les playoffs, ce sont la draft, la free agency et la trade deadline qui créent le plus d’attrait. Désormais un nouvel élément contribue à ajouter de l’incertitude à nos saisons et notre podcast nba « la pre-agency ».

Qu’est-ce que la pre-agency?

L’expression pre-agency a été popularisée par Jalen Rose (figure de la nba des années 2000) actuellement journaliste tv pour ESPN. Elle est souvent reprise depuis par Bill Simmons. La pre-agency est la période où un joueur à 1 ou 2 ans de devenir agent libre demande à être transféré. Plutôt qu’être free agent, le joueur devient pre-agent car il n’est pas libre et est toujours sous contrat. Nous avons eu droit à 3 pre-agency d’all stars ces dernières saisons avec Kyrie Irving, Paul George et plus récemment Kawhi Léonard. Malgré un contrat les liant à la franchise qui les a draftés, les trois joueurs ont réussi à partir de leur initiative avant d’être libre. Eric Bledsoe est aussi un pre-agent mais ne rentre pas dans cette « starosphère ».

Quelles sont les conséquences de la pre-agency?

Les conséquences peuvent-être diverses selon que l’on se place du coté de la franchise ou du coté du joueur. Certaines conséquences s’appliquent aux deux.

Un transfert avant la fin du contrat!

La nba est une ligue de joueurs. Ceux-ci obtiennent souvent gain de cause quand ils rentrent en pre-agency. Ainsi, les pre-agents se font toujours transférer avant la fin de leur contrat. Les franchises qui détiennent les droits ne prennent pas le risque de perdre leur joueur contre rien. Pire, elles ne veulent pas installer une ambiance délétère dans leur vestiaire. Plutôt que de se dire que le joueur est sous contrat et qu’elles n’ont aucune obligation de le transférer, elles cèdent généralement.

Une destination non-contrôlée?

Dans les trois derniers cas, les joueurs avaient tous exprimés une petite liste de franchises dans lesquels ils aimeraient être échangés. Autre point commun, aucun d’eux n’a été transféré dans une des franchises de son choix. Irving est parti à Boston alors que sa liste comprenait San Antonio, Miami, Minnesota et New-York selon Brian Windhorst. Paul George visait lui Los Angeles et est parti au Thunder où il a prolongé depuis. Dernier pré-agent en date, Kawhi Leonard débarque lui à Toronto alors que lui aussi semblait vouloir rejoindre les Lakers.

Le podcast: Kawhi transféré aux Raptors 

Une fin de relation amère.

Les pre-agency amènent un soupçon de dramaturgie au sein d’une franchise. En exprimant des envies d’ailleurs, les joueurs s’exposent à des réactions véhémentes des fans de la franchise dans laquelle ils sont. Autre effet de cette décision, le peu de levier que possède la franchise dans les négociations.

Premièrement, le joueur par sa situation contractuelle (moins de 2 ans de contrat) laisse peu de marge de manœuvre à sa franchise. Ensuite, la nouvelle valorisation des choix de draft et l’avantage contractuel qu’ils procurent malgré leur incertitude en font des assets de haute valeur (parfois à tort). Les équipes sont obligés de prendre des paris ou de se satisfaire d’offres qui peuvent paraître dérisoires. Lorsqu’un joueur exerce sa pre-agency, la franchise où est le joueur est en position de faiblesse.

Et les fans dans tout ça?

La pre-agency mène souvent à une rupture amère entre le joueur et les fans de cette dernière. Cela est en partie due à la contrepartie ainsi qu’ au choix du joueur de bouleverser les « plans » de la franchise. Pourtant dans l’autre sens c’est vu comme du business. L’exemple de Kawhi Leonard est criant. Après douze mois Kawhi la superstar non reconnu est devenu Kawhi le traite avide de popularité. Alors que de l’autre côté les fans de Toronto se gargarisent d’accueillir « The Hand » et ont rapidement tourné la page avec Derozan le visage des années 2010.

S’accrocher à des espoirs de titre est l’essence du fan nba. Qu’un joueur les contrarie en éloignant la  franchise de ce but est un acte de guerre. Les joueurs nba sont des millionnaires salariés de milliardaires, mais sont avant tout des hommes. Ils ont des émotions et cherchent à se mettre dans la meilleure situation pour s’accomplir en tant qu’homme et en tant que joueur.

La pre-agency est très froide et brutale. Elle risque de s’inscrire au fur et à mesure dans nos saisons nba. Plusieurs joueurs pourraient être concernés pour diverses raisons dans les saisons à venir. Un article en complément de celui-ci leur sera consacré à cet effet.

 

Dunkhebdo NBA Podcast: LeBron James signe aux Los Angeles Lakers !

LeBron James

LABron !

LeBron a fait son choix et ce sont donc les Lakers qui on remporté la mise. Logiquement, cet épisode du Dunkhebdo NBA Podcast revient très longuement sur ce choix (2:50). Une décision qui pourrait signifier que LeBron, et ça serait là un vrai changement dans la trajectoire de a carrière, que le King est prêt à faire preuve de patience. En effet, en l’état, ces Lakers ne semblent pas encore armés pour jouer les premiers rôles, en particulier dans la conférence Ouest. Pour Cleveland en revanche, cette décision amène une nouvelle reconstruction qui pourrait passer par de nombreux échanges pour alléger la masse salariale.

Enfin, dans l’overtime, le trio analyse la prolongation de Chris Paul du côté de Houston. Des Rockets qui ont aussi perdu Trevor Ariza et doivent négocier avec Clint Capela.

Le podcast

Dunkhebdo NBA Podcast: Les Warriors encore ! Les Warriors toujours !

Warriors

Dans ce nouvel épisode du Dunkhebdo NBA Podcast, Tom et Ben reviennent sur le sacre des Golden State Warriors (2:48) avant de tirer un bilan de la saison 2017-2018 (14:55) et de discuter de l’embauche de Dwane Casey (45:06).

Le podcast

Dunkhebdo NBA Podcast: Débrief du match 3 des finales 2018

match 3

Plus qu’une victoire !

Malgré un Stephen Curry maladroit, les Warriors ont réussi à s’imposer dans la troisième manche de ces finales. Un succès obtenu grâce à un immense Kevin Durant, auteur de 43 points. Insolant de réussite, le MVP des finales en titre à porter son équipe de bout en bout. Côté Cavaliers, on a encore résisté pendant une longue partie du match, avant de craquer sous les coups de butoir adverses. A noter, la bonne rentrée de Rodney Hood.

Dans l’overtime, Alan et Ben reviennent (très rapidement) sur la fin de l’ère Colangelo aux Sixers. Puis, ils analysent les sorties récentes de DeAndre Ayton.

Sommaire

Introduction: 39s
Retour sur le match 3 des finales: 2m30
Overtime: 28m57

Le podcast

Dunkhebdo NBA Podcast: Débrief du match 1 des finales 2018

finales 2018

Si près et pourtant si loin…

Annoncé largement battu avant même le début de cette série, Cleveland a su créer la surprise au cours du match 1 de ces finales 2018. Passant même à deux doigts – ou deux neurones de JR Smith – d’arracher le premier round à l’Oracle Arena.

Au cours cet épisode du Dunkhebdo NBA Podcast, Alan et Ben reviennent longuement sur ce premier match, fort en émotion des finales NBA.

Dunkhebdo NBA Podcast: Celtics-Cavaliers, 48 minutes pour une finale

Celtics Cavaliers

A quelques heures du début du match 7 opposant les Boston Celtics et les Cleveland Cavaliers, Dunkhebdo NBA Podcast vous propose un épisode spécial au cours duquel Alan et Ben expose les clés de la série.

Inconstant tout au long de la série, le supporting cast de LeBron jouera assurément un rôle clé dans cet affrontement. Sans une quelconque contribution de ces coéquipiers, difficile d’imaginer James, pourtant étincelant sur cette série, réussir à se dépêtrer des Celtics. Des Bostoniens qui ont en plus pour eux l’avantage, un TD Garden où ils sont toujours invaincus dans ces playoffs. Pour les hommes de Brad Stevens, l’essentiel sera de réussir à livrer une prestation similaire à leurs trois premiers matches à Boston, durant lesquels ils ont facilement disposés de Cleveland.

Mais peut-on réellement croire que ces Cavaliers font passer à côté d’un quatrième consécutif à Boston ? C’est sans doute là la question centrale de cet attendu match 7.

Rendez-vous demain pour la preview du match 7 entre les Houston Rockets et les Golden State Warriors !

Sommaire

Introduction: 39s
Preview du match 7 entre les Boston Celtics et les Cleveland Cavaliers:2m34
Instrumental de fin d’épisode: Logic-Midnight

Le podcast

Dunkhebdo NBA Podcast: Celtics et Rockets peuvent-ils empêcher l’inéluctable ?

Les Boston Celtics et les Houston Rockets peuvent-ils empêcher un quatrième affrontement consécutif en finale entre les Golden State Warriors et les Cleveland Cavaliers ? C’est la question centrale de ce nouvel épisode du Dunkhebdo NBA Podcast à laquelle tente de répondre Alan, Tom et Ben.

Boston est assurément la bonne surprise de ces playoffs. Privée de ces deux meilleurs joueurs, l’équipe a pourtant réussi à se hisser à ces finales de conférences. Un parcours inattendu rendu possible par le fabuleux coaching de Brad Stevens, qui est parvenu, au cours des deux premiers tours, à neutraliser les meilleurs éléments adverses. Cependant, la tâche qui l’attend est ici tout autre. Les Cavaliers de LeBron aborde leur quatrième finale de conférence de suite après un sweep autoritaire infligé aux Raptors. Les coéquipiers du «King», à la peine face aux Pacers, ont retrouvé la confiance face aux Canadiens. Quel visage offriront-ils face à Boston ? La réponse à cette question constitue sans doute une des clés de la série.

A l’ouest, la finale de conférence à des odeurs de blockbuster hollywoodien. L’affrontement entre Rockets et Warriors fait saliver les fans NBA depuis des mois et les deux équipes l’aborde à 100%. Malgré leur avantage du terrain, les Texans débutent cette série avec le costume de l’outsider. Golden State semble en effet avoir adopter son rythme playoffs, malgré deux matches perdus sur les deux premiers tours. Pour espérer, Houston va devoir compter sur une série historique de la part de son duo d’arrière all-NBA.

Dans l’overtime, le trio revient sur le limogeage de Dwane Casey. Élu coach de l’année par ses pairs,  l’entraîneur se retrouve donc sans poste. Pour Toronto, est-ce la solution pour remédier aux échecs répétés en playoffs ? L’équipe du podcast tente d’y répondre.

Sommaire

Introduction: 39s
Preview de la finale de conférence à l’est entre Boston Celtics et Cleveland Cavaliers: 3m39
Preview de la finale de conférence à l’est entre Houston Rockets et Golden State Warriors: 35m43
Overtime: 1h12m51

Le podcast