Cleveland: L’heure de la reconstruction tant espérée?

 

33 victoires, 49 défaites. C’est le bilan de la saison 2013-2014 des Cavaliers de Cleveland. Encore une fois, l’équipe a déçu et a manqué les playoffs. Des choix cornéliens attendent les dirigeants des Cavaliers lors de l’inter-saison. Cependant lors de ces dernières années, l’équipe dirigeante n’a pas fait un travail remarquable. Des choix douteux lors de la draft, une mauvaise gestion des joueurs ainsi que des transferts risqués, ont ainsi mis en lambeaux la confiance que portaient les fans envers leur franchise. Mais il reste encore des raisons d’espérer car le nouveau General Manager, David Griffin, a décidé de donner un nouveau départ à la franchise de l’Ohio. En effet, un coach de renom est attendu sur le banc et l’équipe de Kyrie Irving a obtenue, pour la 2ème année consécutive, le 1er choix de la Draft. Une aubaine, si on écoute la plupart des scouts, car cette année, une promotion de freshmans exceptionnelle se présente à la draft avec à sa tête, des joueurs comme Andrew Wiggins, Jabari Parker ou Joel Embiid.

 

Une équipe dirigeante remaniée

 

Le 6 février 2014, David Griffin est intronisé General Manager de la franchise de l’Ohio. Un personnage apprécié au sein du Club, tant sa philosophie colle parfaitement à l’objectif des dirigeants : ramener l’équipe en playoffs. La première action majeure de Griffin? Le renvoie de Mike Brown. Incapable de s’affirmer sur le banc, dans le vestiaire et devant la presse, le coach était devenu la bête noire des fans. Elle est bien loin l’époque ou Brown était respecté, notamment en 2007, lorsqu’il amena l’équipe en Finale NBA (perdue 4-0 face au Spurs). Mais contrairement à aujourd’hui, il possédait un leader, certes jeune, mais déjà brillant : Lebron James. En 2009, ce fut la consécration. Il avait été nommé Coach of the Year avec un bilan de 66 victoires et 16 défaites, le meilleur de l’histoire de la franchise. Depuis, Cleveland a entamé une longue descente aux enfers suite à l’annonce de la décision de James. Licencié en 2010 puis rappelé en début de la saison, Brown n’a pas su mettre en place sa philosophie de jeu.

Griffin souhaite instaurer un nouveau coach, qui plus est, quelqu’un de compétent et qui possède une approche singulière du jeu NBA. Pour se faire, il convoque des entraîneurs n’ayant pas une grande expérience en tant que Head Coach : Alvin Gentry, Tyronn Lue et David Blatt. Les deux premiers, tout deux anciens joueurs NBA, font partis de l’équipe de Doc Rivers, à Los Angeles et évoluent en tant qu’assistant. Le denier doit être le moins connu sur le sol Américain car il évolue en Europe, et plus précisément en Israël, au Maccabi Tel Aviv. Cependant, son palmarès parle pour lui : Champion d’Israël (2002, 2003, 2011, 2012, 2014), Vainqueur de la Coupe d’Israël (2002, 2003, 2011, 2012, 2013, 2014), Champion d’Italie (2006), Vainqueur de la Supercoupe d’Italie(2006) et surtout, vainqueur de l’Euroligue cette année, le plus prestigieux des trophées du vieux continent.

Après de multiples entretiens, David Blatt est nommé à la tête des Cleveland Cavaliers. On parle d’un contrat de 20 millions de $ sur 4 ans. La nouvelle enchante les fans des Cavs car cet homme a vraiment la culture de la gagne, ce qui manque cruellement à Cleveland. De plus, Blatt créé une véritable connexion entre lui et ses joueurs, partout où il passe, un peu à la manière d’un Mark Jackson à Golden State. Enfin bref, ce nouveau virage pris par la franchise peut paraître très risqué, mais il était nécessaire de chambouler l’organisation des Cavaliers pour enfin commencer à remonter la pente.

 

Kyrie Irving, le meneur décrié

Un franchise player, où ca ? Les détracteurs de Kyrie Irving ont eu à coeur joie de décrier le meneur de l’Ohio durant la saison. Et ils n’ont franchement pas eu tord. Ces statistiques cette saison : 35.2min, 20,8 points, 6,1 passes décisives et 1,5 interceptions (en moyenne par match). Des statistiques qui ne pointent pas le manque de leadership du jeune meneur des Cavs. Rookie of The Year lors de la saison 2011-2012, puis All-Star lors de la saison suivante, les fans attendait l’ancien meneur de Duke à un niveau supérieur. Il n’a pas influé comme il l’avait fait durant sa saison sophomore, sur le jeu de l’équipe. Il ne faut pas oublier que Kyrie n’a que 22 ans, et même si il peine à confirmer la confiance que les dirigeants ont placé en lui, il possède un potentiel sans limites. Doté d’un handle exceptionnel, et d’un shoot (encore perfectible) efficace, celui qu’on surnomme “Uncle Drew” (suite à ses apparitions dans les pubs Pepsi) possède des qualités qui lui permettront d’atteindre le top 5 des meneurs de la ligue, mais cela ne dépendra que de sa volonté. En effet, souhaite-t-il encore porter le maillot de Cleveland? Après une série de défaites en Janvier, Kyrie aurait demandé, en privé, selon plusieurs journalistes, aux dirigeants de quitter la franchise. Le meneur n’a pas tardé à réfuter cette information le lendemain même et a émis la possibilité de prolonger son contrat au sein de la franchise, après la fin de son contrat rookie, en 2015. Cependant, à quel prix? Kyrie risque de demander le maximum. Or en misant sur un joueur qui n’a guère prouvé dans le passé, les dirigeants prendront un risque et cela restreindra la marge de manoeuvre au niveau de la masse salariale, ce qui est en totale inadéquation avec le projet de la franchise et de David Griffin : monter une équipe susceptible de viser les Playoffs d’ici 2-3 ans.

En clair, les dirigeants doivent soit re-signer Irving, et donc construire une équipe autour de ce dernier ou bien profiter de sa valeur marchande qui reste élevée, pour le transférer et ainsi obtenir un joueur de qualité et/ou un tour de Draft.

 

 

Le retour de l’enfant prodige?

 

Le 26 Juin, Lebron James fera sûrement jouer sa clause libératoire et devenir ainsi free agent. Deux options s’offrent à lui : signer de nouveau à Miami ou partir vers une autre équipe compétitive. Le trio magique qu’il constitue avec Bosh et Wade s’effrite. Les genoux de Wade sont en très mauvais état et Chris Bosh n’est plus que l’ombre de lui même, très irrégulier, notamment lors de la finale contre San Antonio, perdue sur le score de 4-1. Au final, James se sent très seul à Miami. Il a été le seul à surnager lors des Finals. Après avoir délaissé son titre de MVP à Kevin Durant, James peut donc rester à Miami, dans un effectif encore incertain (sans Ray Allen, Battier, Oden,..) ou bien rebondir dans une franchise armée pour le titre. Pourquoi pas Cleveland ? Lebron avait déjà émis le souhait de revenir sur ses terres à la fin de sa carrière. Il a aujourd’hui 29 ans et il est peut être l’heure pour lui de recommencer une nouvelle histoire. Les Cavaliers ont un vide au poste d’ailier et James peut le combler. The Choosen One ne demandera peut être pas le maximum à la franchise de ses débuts, ce qui peut ainsi convaincre Dan Gilbert et David Griffin de l’engager. Avec Irving et le futur numéro 1 de la draft, il formera ainsi un trio pouvant porter les Cavs en playoffs. Tout va donc dépendre du virage que va entamer la franchise, le 26 Juin, lors de la draft.

Un premier choix synonyme d’espoir

Pour la troisième fois en quatre ans, Cleveland a obtenu le premier choix. Une aubaine quand on connait la qualité de la promotion qui se présente à la draft cette année. On peut ainsi observer trois potentiels All-Star, qui occupent les deux postes vacants de l’effectif : le poste d’ailier et celui de Pivot. Pour commencer, Joel Embiid, le natif de Yaoundé, véritable surprise de l’année universitaire affiche un niveau de jeu époustouflant et une technique laissant entrevoir un potentiel impressionnant. Découvert par Mbah a Moute, le joueur de Minnesota, Jojo n’a pas tardé à éclipser son coéquipier Andrew Wiggins dès le début de la saison. Véritable surdoué du basket à son poste, le pivot a pourtant commencé le basket à 16 ans. Il pourrait former avec Irving un axe meneur-pivot de grande qualité. De plus, du trio qu’il forme avec Parker et Wiggins, Joel est le seul à pouvoir développer son jeu son ballon. Et, quand on sait que le backcourt des Cavaliers formé de Kyrie Irving et Dion Waiters, sélectionner Joel Embiid serait plus que judicieux de la part des dirigeants.  Cependant, après avoir contracté une blessure au dos, qui l’a empêché de faire la March Madness avec les Jayhawks, “Jojo” s’est de nouveau blessé au pied, en l’occurrence, une fracture de fatigue. L’opération s’est déroulée sans encombres, il y a quelques jours, mais sont indisponibilité pourrait se porter à 4 voir 6 mois. Il serait donc illogique, pour les Cavs de choisir avec leur premier choix un joueur avec des problèmes de santé, surtout que cela ne serait pas la première fois (cf. Anthony Bennett).

Les dirigeants pourrait donc jeter leur dévolu sur Jabari Parker, l’ailier de Duke. Véritable phénomène la saison passée, il a éclaboussé la NCAA de son talent. Il a remporté le titre de Freshmen of the Year, devançant largement ses adversaires ( 72 voix sur 77 en sa faveur). C’est pour dire l’étendue du talent du natif de Chicago. Il finit la saison avec une moyenne de 19.1 points, 8,7 rebonds et 1,1 interceptions. Jabari possède aussi un physique taillé pour la NBA (2,03m / 107 kg), un jeu offensif bien rodé, enfin bref, le prospect le plus “NBA ready” du top 5. Un gros point noir vient noircir le tableau : sa défense. En un mot ? faible. Contrairement à son concurrent pour la place de numéro 1 de la draft, Wiggins, il n’est vraiment pas performant en défense et ses déplacements sont plus que douteux à ce niveau là. C’est l’une des facettes de son jeu qu’il va devoir absolument améliorer cet été. Mais soyons réaliste, Parker est le prospect qui présente le plus sécurité et le voir sélectionné en premier choix par Cleveland serait plus que logique, aux vues de la saison qu’il a réalisé.

Cependant, l’équipe dirigeante de l’Ohio est aussi intéressée par Andrew Wiggins, véritable phénomène depuis le lycée. Il est l’étoile montante du basket. Souvent comparé au King, Lebron James, Wiggins est un joueur normal dans un corps incroyable. Pour vous donner une idée, il mesure 2,03 mètre, pèse 95kg et a une détente de..1m12 ! Andrew possède un potentiel sans limite, qu’il a laissé entrevoir lors de sa saison à Kansas. 17,1 points, 5,9 rebonds de moyenne. C’est faible, compte tenu de son rang (numéro 1 de sa promotion à sa sortie du lycée) mais il faut relativiser. Certes Wiggins n’a pas encore acquis tout les fondamentaux nécessaires pour entrer en NBA, son jeu reste amplement perfectible, mais les systèmes de jeu de Bill Self n’étaient pas vraiment adaptés spécialement pour lui et le jeu en NBA lui laissera plus d’espaces qu’en NCAA pour développer son talent offensif. En clair, sélectionner un joueur comme Wiggins en premier est un véritable pari, car celui-ci pourrait très bien devenir un joueur moyen, et ainsi rentrer dans le rang. Cependant, si Wiggins confirme toutes les attentes placées en lui, il pourrait devenir à Cleveland et dans toute la NBA, un joueur majeur, capable de scorer et défendre de manière exceptionnelle, et ainsi marquer l’histoire.

 

 

 

4 Comments

  • Drew

    Bien belle article Lucas !

    Cependant je suis, personnellement, pas trop d'accords avec certains points : pour Kyrie déjà, il fait évidemment parti des plans de la franchise quand bien même avec le max puisque avec des stats assez flatteuses (et ne reflétant pas vraiment son impact sur le terrain) on peut voir qu'il a une marge de progression énorme que ce soit sur le terrain mais aussi en dehors . Et c'est la que les dirigeants mise un gros espoir, parce que Kyrie n'est pas un leader mais a montré les capacités et le caractère pour le devenir, ce qui lui manque vraiment c'est un environnement stable avec des rôles bien défini dans l'équipe pour qu'il puisse prendre la parole avec l'étiquette du FP et que ses coéquipiers lui accordes la légitimité à lequel il aspire .
    Bref, donner le max à Kyrie n'est pas un frein pour l'avenir à condition de le mettre dans des conditions optimales pour tirer un maximum de son talent qui apparaît comme énorme .

    Pour LeBron je suis d'accord, il n'a pas l'air très bien à Miami depuis quelque mois et même si je n'y crois pas je le vois bien revenir à Cleveland pour peut être retrouver en parti cette "joie de vivre" qu'il avait l'air d'avoir avec nos Cavaliers pré-2010, mais aussi bien sur une équipe qui parait comme compétitive .

    Pour la draft, perso mon choix se porterai sur Wiggins bien plus complet et sans gros défaut avec un potentiel énorme, mais je pense qu'avec l'arrivé de Blatt qui prône un jeu offensif chatoyant je pense que Cleveland va se diriger vers Jabari pour son jeu d'attaque déjà développé .
    Par contre un bémol au niveau de Jabari, sa forme physique ne plaide pas du tout pour lui car il a déjà pris du poids depuis la fin de la NCAA et se montre un peu gras or Cleveland avait déjà eu cette mauvaise surprise avec Waiters & Bennett donc réfléchiront sérieusement sur son sérieux alimentaire et sa condition physique .

    Bref article bien complet et bien écrit , manquerait juste un petit paragraphe sur la Free Agency où Cleveland aura son mots à dire avec 16M$ de space cap !

  • Hal //DH

    Oui, Kyrie a montré de bonnes choses mais n'a pas franchement plus prouvé que la saison dernière (selon moi). Il a certes un potentiel monstre mais j'aurai du mal à le voir en possession d'un salaire max.

    Pas faux. Wiggins est un athlète hors pair mais il lui reste quand même pas mal de choses a améliorer. Jabari a deux gros défauts en effet : son poids et sa défense. Je pense qu'il peut déjà améliorer sa défense pendant l'été et lors de la Summer League. Pour le poids bah.. il ira voir coach Bennett 🙂

  • Retired_B_Roy7_971

    L'article est vraiment intéressant!
    Il serait vraiment temps qu'ils remontent après 5 top 5 picks depuis 2011!

Comments are closed.