Ces records qui semblent inatteignables


 

Wilt Chamberlain of the Philadelphia Warriors poses in the dressing room after he scored 100 points in a game against the New York Knickerbockers on March 2, 1962.
Wilt Chamberlain of the Philadelphia Warriors poses in the dressing room after he scored 100 points in a game against the New York Knickerbockers on March 2, 1962.

Au fil de son histoire, la NBA a été marqué par plusieurs records et performances de choix. Quelles soient collectives ou individuelles, ces performances semblent inatteignable. Voici donc les 10 records qui sont pour moi les plus difficiles à battre en partant du plus impressionnant, plus ou moins dans l’ordre car toutes ses performances sont exceptionnelles.

 

1) Les 100 points en un match de Wilt Chamberlain

Nous sommes en Mars 1962. Les Philadelphie Warriors de Chamberlain rencontrent les New York Knicks. Ce match là entrera dans la légende: Wilt Chamberlain y score 100 points. Ses stats aux tirs sont hallucinantes: 36 sur 63 aux tir et 28 sur 32 aux lancers, énorme performance pour lui. Durant cette saison, Chamberlain marquera en moyenne 50.4 points par match. Autre record inatteignable.

Il s’en est approché: Kobe Bryant contre Les Toronto Raptors en 2005: 81 points

La perf de Chamberlain en vidéo:

 

2) Les 11 titres de Bill Russel

Aux alentours des années 1960, une franchise écrase tout sur son passage: Les Boston Celtics. A leur image, un joueur domine la ligue: Bill Russel, le pivot des Celtics. Il a joué 13 ans en NBA, entre 1956 et 1969. Durant ces 13 années, il a remporté avec les Celtics 11 titres NBA (défaites en 1958 et 1967). Il aura tellement marqué les finales NBA que le trophée de MVP des finales porte dorénavant son nom.

Il s’en est approché: Sam Jones, un coéquipier de Russel: 10 titres. Sinon, pour un « non coéquipier » de Russel, on trouve Robert Horry, à 7 titres.

 

3) Les 38 387 points en carrière de Kareem Abdul Jabbar

Kareem Abdul Jabbar est un géant dans l’histoire de la NBA. Dans les deux sens du terme: par la taille (2m18) et par le talent. KAJ laisse derrière un record que personne jusqu’ici n’a pu battre. Grâce à sa longévité exemplaire (6 ans à Milwaukee et 14 à Los Angeles), et à son talent, Kareem a inscrit un total de 38 387 points en carrière. Un total tout simplement énorme.

Il s’en est approché: Karl Malone avec 36 928 points (Il détient par contre le record du plus grand nombre de points avec un seule et même franchise)

 

4) Les 55 rebonds en un match de Wilt Chamberlain

Décidemment un joueur à record. Wilt Chamberlain, non content de détenir le record de points en un match, détient aussi le record de rebonds. En effet, le 24 novembre 1960, Le géant Chamberlain prends 55 rebonds dans une défaite de  Philly contre les Celtics. La performance peut même être pondérée lorsqu’on sait qu’en face de lui, Wilt Chamberlain avait Bill Russel. Mais ce jour là, Wilt « The Big Dipper » Chamberlain avait des aimants à ballons dans les mains.

Il s’en est approché:Bill Russel, avec 51 rebonds.

 

5) Les 33 victoires de suites des Los Angeles Lakers

Lors de la saison 1971-1972, les Los Angeles Lakers vont tout écraser sur leur passage. Un bilan très très bon en saison régulière (69 victoires et 13 défaites) et le titre au bout. Surtout, il établissent un record qui tient encore à ce jour: Ils remportent 33 matchs de suites, record NBA. C’est aussi le record de victoires d’affilées dans les quatres grands sport américains (nba avec Hockey sur glace, foot américain et baseball). Une performance de choix.

Ils s’en sont approchés: Le Miami Heat version 2012/2013: 27 victoires d’affilés

 

6) Les 15806 passes en carrière de John Stockton

Caviar Time pendant presque 20 ans à Salt Lake City. John Stockton à distiller pas moins de 15 806 passes décisives lors de sa carrière NBA qu’il a réalisé entièrement chez les Utah Jazz. Ce total est réellement énorme: le deuxième au classement pointe à plus de 3000 places! Certes bien aidé par Karl Malone (l’inverse est aussi vrai), Stockton est donc le meilleur passeur de l’histoire de la NBA et le restera pendant un moment encore.

Il s’en est approché:Jason Kidd avec 12 091 passes en carrière

 

7) Le record des Bulls version 1995/1996

Cette saison à est marquée par le retour de Jordan sur les parquets NBA. Le rythme qui existait lors des saison 91/92/93 (l fameux threepeat des Bulls) est vite retrouvé et les Bulls enchainent les victoires et le record des Lakers en 71/72 commence à trembler. A juste titre puisque les Bulls terminent la saison avec un bilan extraordinaire de 72  victoires pour 10 défaites. Souvent, on dit d’une équipe qu’elle va ou peut battre ce record, comme avec les Heat version James ou encore les Lakers de cette année. Ça n’a pour le moment jamais été le cas.

Ils s’en sont approchés:

– Avant les Bulls: Les Lakers en 1971/1972 avec un bilan de 69 victoires pour 13 défaites

-Après les Bulls: Les Mavs en 2006/2007 avec 67 victoires pour 15 défaites

 

8) Les 10 titres de meilleur marqueur de Michael Jordan

Ah, Michael Jordan! Il fallait bien qu’il trouve sa place dans ce classement. Entre les saisons 1986/1987 et 1997/1998, Jordan remporte 10 titres de meilleurs marqueurs. En faite, étant donnée qu’il était absents durant deux saisons, il a remporté ses 10 titres d’affilé. Vous avez dit domination?

Il s’en est rapproché:
Wilt Chamberlain avec 7 titres de meilleur scoreur (les 7 fois consécutives)

 

9) Les 30 passes en un match de Scott Skiles

Le 30 décembre 1990, Scoot Skiles, alors meneur d’Orlando, a réussi l’exploit de donner 30 passes décisives sur la grosse victoire de son équipe contre les Denver Nuggets (155-116). Durant cette saison, Skiles a notamment reçu le trophée du joueur ayant le plus progressé. Certes des joueurs se sont approchés de ce record. Mais il semble quand même difficile à atteindre, du moins dans les années à venir.

Il s’en est approché:

– Avant Scott Skiles: Kevin Porter, avec 29 passes

-Après Scott Skiles: John Stockton, avec 28 passes

La perf de Skiles:

 

10) La saison en triple double d’Oscar Robertson

Oscar Robertson est le seul joueur dans toute l’histoire de la NBA à avoir réaliser un triple double de moyenne sur une saison. En effet, lors de la saison 1961/1962, le joueur des Cincinatti Royals termine avec des moyennes de 30,8 points, 12,5 rebonds et 11,4 passes. Des moyennes tout simplement hallucinantes. Des joueurs comme Bird ou Jordan anciennement aurait éventuellement pu le faire, ça n’a pas été le cas. James peut  aussi le réaliser, mais i ne l’a toujours pas fait. Et ce record tient encore.

Ils s’en sont  rapprochés:

-Larry Bird plusieurs fois dont la saison 1989/1990 avec 24.3 points, 9.5 rebonds et 7.5 passes

-Michael Jordan saison 1988/1989 avec 32.5 points, 8 rebonds et 8 passes

-LeBron James saison 2009/2010 avec 29.7 points, 7.3 rebonds et 8.6 passes

 

Je vous invite à donner votre top 10!

Auteur : Jérémy

Présent sur Dunkhebdo depuis 2013, victime de la passion NBA depuis de longues années, Fan Boy assumé de King James, mais toujours attaché au Heat de Miami.

31 réflexions sur « Ces records qui semblent inatteignables »

  1. Bel article comme toujours jéjé ^^
    C'est mon top 10 ! Tu es allé le chercher dans ma tête ou quoi ?!? Bien rédigé, la première vidéo est juste historique, Chamberlain c'était un monstre ! Après durant sa période peu de rivaux et d'adversaires capables de le dominer aussi ^^

    Non je rigole 😉

  2. Merci c'est nickel si on a le même top alors ^^. chamberlain oui c'est the monstre!!
    je t'ai rep sur l'autre article:

    2 minutes ago @ Dunkhebdo – Les Etats-Unis, terre … · 0 replies · +1 points
    Je ne sais pas si c'est possible mais ça serait bien si Benjamin pouvait mettre 4 voir 5 gros titres comme tu dit. Parce que que ce soit sortis vite, c'est bon signe pour le site ^^ je vois pas en quoi il y a mauvaise emplacement

    Pour rep a ton message en réponse, je ne pense pas que ce soit utile de tourner. D'abord parce que on c'est pas forcément quand on va écrire un article. Ensuite parce que souvent en deux jours c'est là qu'il est le plus vu. On va pas pénaliser des articles quand on en a. Je pense qu'en mettre plus en gros titre (4 ou 5 serait une solution

  3. Aussi ! Mais après les gros plans sont plus "attratifs" que les petits commentaires entre autre les rumeurs etc… Mais ton idée est très bonne ! Perso je ne pense pas que les lecteurs aient tous le temps de tout regarder ce qu'on poste (et qui est très bien écrit :p)
    On est ok ?

  4. Possible oui mais bon difficile de savoir quand poster. Personnellement je serais pour ne rien changer, juste rajouter un ou deux gros titres ou alors en moyen (genre busa un gros titre, 4 moyens et le reste en petit)
    Sinon t'as pas faux mais la solution n'est pas de se restreindre.

    RB4 si tu nous lis!

  5. L'avantage de tous se mettre en accord par mail c'est que chacun peu apporter des idées (Pour ceux qui en ont en tout cas) et aux autres de donner leurs avis. Et puis comme ça on pourra tous savoir ce qu'il est possible ou non de faire.

  6. Ouaip. Mais c'est pas un gros soucis hein, juste une petite question d'interfaces ;). Perso l'actuelle me va bien

  7. Oui aucun souci majeur tkt ^^
    Après je te souhaite tout de même la bienvenue sur le site ! Nous sommes tous la pour t'aider en cas de besoin et t'informer (sur la NBA) (nous autres rédacteurs 😉
    Allez je te followe 😉

  8. Il manque le record de passes pour après Scott Skiles !

    Alors mon top 10 :

    – la moyenne de points de Chamberlain : simplement inatteignable. Le 2nd plus proche, Jordan, a planté 37pts par match. C'était déjà une performance d'une autre planète. Je mets ce record bien plus inatteignable que les 100 points sur un match car bien qu'il semble très dur à prendre, Kobe nous a prouvé par deux fois que finalement ça l'était : ses 81pts et ses 62pts en 3QT (d'ailleurs, au passage, à la fin des 3QT Kobe avait 62pts et les Mavs 61, ça constituerait pas un record ça aussi ?) J'aurai également pu rajouter les 65 matchs de suite à 30pts et plus (!!!)

    – la saison en triple double de Robertson : sans être au ras les paquerettes pour les passes et les rebonds et en y ajoutant 30pts !!! James est le seul aujourd'hui à pouvoir prétendre égaler ce record, mais je n'y crois pas. Il faudrait qu'il change son jeu. Jordan ne l'a pas fait alors qu'il était omniprésent sur le terrain, encore plus qu'un Magic, qu'un Bird, qu'un Baylor, qu'un Kobe ou qu'un James. Vraiment beaucoup plus. James doit copier son jeu sur Jordan pour atteindre ce record. Mais j'espère qu'il ne le fera pas, ce n'est pas son jeu, et puis inutile de tant ce fatiguer en SR quand on a une telle équipe

    – les 41pts de moyennes en Finals NBA par MJ. Deux joueurs s'en sont rapprochés avant lui : Rick Barry en 67 (40,8 ppg) et Baylor en 62 (40,6 ppg). Seulement, depuis les modifications qu'on connu le jeu depuis les années 80, seuls 2 l'ont fait :
    Bernard King au 1er tour 1984 contre les Pistons. Surement une des plus belles séries de 1er tour de l'histoire. La série va jusqu'en 5 matchs, tous serrés (5,4 points d'écart en moyenne, la plus grosse victoire était de 8 points). Ce dernier étant complètement fou, il voit les deux teams aller en prolongations. Isiah Thomas (35pts à 52%, 12pds) et Laimbeer (14pts, 17tbds) sortent pour 6 fautes et achèvent les espoirs des Pistons. King aurait été trop fort : 44pts à 17/26 (65,4% !!), 12rbds.
    Et Jordan donc. Sauf que MJ l'a fait 5 fois, dépasser les 40pts de moyenne sur une série… et c'est sans compter ses 39,8pts en 89 contre les Cavs ! Mais ce qui m'impressionne le plus, c'est qu'il a réussi à le faire en Finals. Une des plus mythiques de l'histoire de la NBA. Ajoutez 8,5 rbds et 6,3pds ainsi qu'un petit 50,8% au shoot pour compléter la ligne de stats de Sa Majesté. L’apothéose est dans le match 4 avec 55 pts à 57%. Shaq ne l'a pas fait, Kobe non plus. Pour moi, seul Durant peut atteindre ce record.

  9. – les 55 rebonds en un match ou les 32 rebonds de moyenne sur une série de PO de Chamberlain. La morphologie des joueurs a évolué et il n'est plus possible de dominer uniquement par son physique aujourd'hui (ne me dites pas Shaq, il était très mobile et possédait une très bonne vivion du jeu). Je pense que plus personne ne peut s'approcher de ce record.

    – les 11 titres de Russell, mais je le dirait autrement : gagner un titre dans 85% des saisons jouées. Seul Norris Cole rivalise avec un 100% 😉 (en vrai je garde les 11 titres bruts pour mon record, l'histoire de % c'était pour placer ma petite blague). Mais si on veut parler de %, il y a les 100% de victoires en Finals NBA de MJ.

    – les 1192 matchs de suite d'AC Green. Iron Man.

    – les 10 titres de meilleurs marqueurs consécutifs de Jordan, ou les 9 saisons consécutives en tête de la ligue à la passe pour Stockton

    – les 5,1 rebonds offensifs de moyenne en carrière pour Moses Malone, ou 7382 en valeur. Soit 2566 de plus que le 2eme, Artis Gilmore…

    – le salaire de Michael Jordan en 98 : 33,14m$. Maintenant il faut bien que je trouve des records un peu plus "spéciaux" pour ne pas trop répéter ce que tu as dit. Après n'avoir gagné que 845 000$ en 1988 tout en étant MVP, MJ se rattrape en obtenant deux années de suite un contrat supérieur à 30m la saison. Sans les contrats pub.

    – Les 88 matchs joués par Walt Bellamy en SR 68-69. Et ouai !

  10. Oui désolé pour le après skiles, riblon m'a trop captivé :p.

    Sinon pour les record, ça souligne le fait qu'il y en a beaucoup! Je n'ai pas voulu parler des moyennes, je met ça de coté même si c'est important (sauf pour big o et sa saison TD). Bon top 10 aussi 😉

  11. Arf désolé pour les fautes..
    Je pense que je vais refaire quelques petits articles du genre, c'est sympa je trouve

  12. Impressionnant également, mais un petit bémol sur les rebonds offensifs: s'il y avait une distingo à l'époque des Russell et Chamberlin, les deux seraient largement au dessus (en carrière et pas uniquement sur une saison) De même que leurs stats aux contres devaient être stratosphériques

  13. C'est très élevé, mais un joueur on fire dans une équipe qui joue sur les 3 points avec une rotation faible peut largement le faire (imagine Neal ou Green avec la main qu'ils avaient lors du game 3 des Finales mais un temps de jeu autour des 35 minutes au lieu des 25 ou 30 qu'ils ont eu)

  14. Pour les contres ça doit être énorme puisque le goaltending a été créé à cause de Chamberlain !
    Pour Malone, je voulais surtout noter la différence entre lui et le 2ème, puisque le thème c'est "les records inatteignables". C'est pas plus mal que certaines stats n'étaient pas comptées dans les 60's, ça fait un peu de place aux autres 🙂
    Sinon, je dirai que Malone l'a fait dans une période où il y avait un peu de concurrence et ce n'est pas grâce à une domination physique aussi imposante que Russell & Wilt qu'il a réussi ça. La légende dit qu'il ratait des shoots exprès pour prendre ses propres rebonds. En revoyant les matchs, il y a du vrai, mais je trouve ça un peu exagéré. Il était impressionnant !

Les commentaires sont fermés.