Carmelo Anthony, tellement de talent pour si peu…

All Star, Scoring Champion, All NBA Teams…Les récompenses individuelles ne manquent pas au palmarès de Carmelo Anthony. Mais après 10 saisons NBA, c’est le désert ou presque d’un point de vue collectif. Pas de titre, pas de finale NBA, et peut-être même pas de Playoffs cette année tant les Knicks de Melo sont médiocres. A 29 ans, Anthony a déjà une bonne partie de sa carrière derrière lui, et cette dernière semble aujourd’hui au point mort…

Un talent immense

24 janvier 2014, New York reçoit Charlotte au Madison Square Garden. Rien de bien excitant au premier abord. Les Knicks nagent dans la médiocrité depuis le début de saison, et Charlotte est une équipe du ventre mou de la Conférence Est. Pourtant, ce match va faire partie dans la l’histoire. Ce soir là, Carmelo Anthony allait entrer dans une nouvelle dimension. Innarêtable, il inscrira la bagatelle de 62pts, record du Madison Square Garden battu.

The Post-Standart

Les cartons offensifs, Melo connait. Incroyable attaquant, Anthony possède toutes les armes offensives qu’un joueur peut espérer avoir : adresse extérieure, puissance, vivacité, jeu dos au panier, adresse au lancer franc…Bref, il a tout. Il est aujourd’hui le meilleur scoreur du monde avec Kevin Durant. Si ce dernier est bien plus efficace qu’Anthony, pas sur qu’il possède un arsenal aussi complet que Melo. En 10 saisons NBA, Anthony affiche déjà quasiment 20 000 points au compteur. Il n’a plus grand-chose à prouver sur ses capacités individuelles (offensives en tout cas) de basketteur. Carmelo Anthony possède un talent inné, et presque infini quand il s’agit de mettre le ballon dans le panier. Il avait déjà impressionné tout le monde lors de sa seule saison NCAA en 2003 quand il guida sa fac de Syracuse au titre national, en étant sacré Most Oustanding Player du Final Four. Avant la légendaire draft 2003, beaucoup d’experts considéraient même Anthony comme étant plus « NBA Ready » que le phénomène high school LeBron James. Et ils n’avaient pas forcément tord.

Sauf qu’aujourd’hui, il ne fait plus aucun doute que James est une classe au dessus de Melo. L’un est double champion NBA, 4 fois MVP, alors que l’autre n’a pas accompli grand-chose en terme de succès d’équipe. Mais alors que manque t-il à Anthony ? Pourquoi n’arrive t-il pas à franchir le cap qui lui permettrait de passer de « super scoreur » à « MVP » ?

Un bilan collectif décevant

En 10 ans de carrière NBA, Carmelo Anthony a joué les Playoffs 10 fois. Malheureusement, il a plus fait de la figuration qu’autre chose. Que ce soit avec Denver ou New York, il a très souvent été sorti au premier tour (8 fois en tout), pour seulement une finale de conférence en 2009, et une demi-finale de conférence en 2013. Le bilan est donc plutôt décevant pour un joueur de son talent.

Il est aujourd’hui impossible de mettre Carmelo Anthony dans la même catégorie qu’un LeBron James, Kobe Bryant, Chris Paul ou Kevin Durant. Non pas qu’il n’ai pas le talent, mais il semble clairement incapable de sublimer son équipe, et de rendre ses coéquipiers meilleurs. C’était comme si Melo jouait un peu dans son monde. Il est loin d’être égoïste, mais c’est juste que son jeu semble détaché du concept d’équipe. Carmelo pourra toujours mettre 30pts, là n’est pas la question. Mais arrivera t-il un jour à impliquer ses coéquipiers ? Arrivera t-il à dominer un match autrement que par le scoring ? Arrivera t-il un jour à être un leader incontestable ? Ces questions méritent d’être posées.

Zimbio

On a comme l’impression qu’Anthony a besoin d’un vrai patron à coté de lui pour que son équipe gagne. Il suffit de revenir quelques années en arrière pour confirmer cela. En 2009, les Denver Nuggets de Carmelo Anthony atteignent les finales de conférence. Cela sera la seule année où Melo arrivera à ce stade de la compétition. Anthony jouera parfaitement durant cette campagne de Playoffs, mais la raison numéro 1 du succès des Nuggets cette année là s’appelle Chauncey Billups. Ce dernier a pris le leadership de l’équipe, et a instauré à la fois une culture de la gagne et une vraie rigueur à l’équipe, sur et en dehors du terrain. Et derrière, Melo était comme un poisson dans l’eau dans son rôle d’option offensive numéro 1.

Or aujourd’hui, rien ne semble avoir changé. Pour sa défense, il est vrai qu’il joue dans une équipe de New York médiocre. Anthony fait une bonne saison individuelle. Aucun doute là dessus. La vraie question qu’on peut néanmoins se poser est de savoir si des joueurs comme LeBron, Kobe, KD ou CP3 auraient autorisé un tel désastre. Difficile d’imaginer ces joueurs là jouer dans une équipe avec un bilan largement négatif au moment du All Star Break. Ils ont tous joué dans des équipes moyennes, mais ont souvent réussi à en sortir le meilleur en galvanisant leurs coéquipiers. Pas sur que Melo soit capable de ça…

What’s next ?

Partant de ce constat, il semble évident que la carrière de Carmelo Anthony semble actuellement au point mort. Il joue aujourd’hui aux New York Knicks, et il n’a absolument aucun avenir à New York. Melo a besoin d’une superstar avec lui, d’un vrai meneur de jeu, d’un leader. Il n’y a rien de cela à Gotham City. L’effectif new yorkais a du talent, mais manque de structure et de cohérence. La relation entre le coach Mike Woodson et ses joueurs est difficile. Anthony se trouve dans un marasme général, et il ne semble pas capable d’inverser les choses. Melo adore New York, il adore jouer au Madison Square Garden, mais à un moment donné, il devra prendre une vraie décision si il veut relancer sa carrière. Agent libre l’été prochain, il a toutes les cartes en main pour cela. New York ne semble pas enclin à le transférer, et il aura donc le choix de quitter la Grosse Pomme pour trouver une équipe dans laquelle il pourra exprimer son talent de scoreur, sans pour autant lui en demander trop au niveau du leadership. Après une décennie dans la ligue, on peut difficilement croire en un « nouveau Melo ». Il y a 10 ans, il avait guidé son équipe NCAA au titre national, alors qu’il n’était que freshman. Malheureusement, il n’a jamais vraiment confirmé cela.

Photo AP

Malgré tout ces doutes légitimes à son sujet, Carmelo Anthony mérite de jouer dans une équipe compétitive. Il n’est pas du tout un poison ou un joueur égoiste. Malgré ses lacunes en défense et son relatif manque de leadership, il est l’un des cinq meilleurs joueurs du monde. Offensivement, il est juste incroyable, et on a envie de voir ce genre de joueur briller dans les moments les plus importants d’une saison. En tant que fan de grosse balle orange, il est difficile de ne pas aimer regarder ce joueur jouer au basket. C’est un régal pour les yeux, sa technique et ses qualités sont indéniables. Il est difficile de remettre en cause son talent. Personne ne l’a jamais fait. Par contre, il lui manque quelque chose pour rentrer dans la catégorie supérieure, pour passer un cap, celui qui le ferait passer de grand joueur à légende.

28 Comments

  • Voilà mon dernier article concernant Melo. Certains me trouveront peut-être un peu dur mais c'est exactement ce que je pense de lui. Si vous n'êtes pas d'accord, n'hésitez pas à avancer vos arguments 😉

  • Super article ! Mais je ne suis pas d'accord avec certains points ^^:

    «Malgré ses lacunes en défense et son relatif manque de leadership, il est l’un des cinq meilleurs joueurs du monde»

    On parle bien en ce moment ? LeBron James, Kevin Durant, Chris Paul, Paul George (ça va faire débat mais il est x fois plus fort en défense, et même si j'admets pas la hype autour de lui, je le préfère à Melo) et même si il en lambeau, je prends Kobe pour tout ce qu'il «bring to the table»

    «Il est aujourd’hui impossible de mettre Carmelo Anthony dans la même catégorie qu’un LeBron James, Kobe Bryant, Chris Paul ou Kevin Durant. Non pas qu’il n’ai pas le talent, mais il semble clairement incapable de sublimer son équipe, et de rendre ses coéquipiers meilleurs»

    Bémol pour CP3, c'est un monstre je l'avoue, meilleur meneur du monde, un chirurgien de la passe mais, il me fait un peu penser à Melo. Jamais aller loin e playoffs (à sa décharge il avait pas les mêmes équipes) avec une tendance à sous-performer en playoffs. Pendant la saison régulière, rien à dire il mérité son «patron sur le terrain» dans NBA 2K mais en playoffs..à part une série exceptionnel contre les Lakers où il perd en étant à un niveau de jeu affolant, il a souvent tendance à se planter CP

  • Je peux pas mettre PG dans le top 5. Il est bon, il est jeune, mais il n'a pas le niveau d'un top 5 nba, surtout en ce moment où il est horrible en attaque. En défense forcément, y'a pas photo.

    Pour moi, CP3 est le joueur référence avec LeBron quand il s'agit de sublimer une équipe et de rendre ses coéquipiers meilleurs. Partout où il va, il change la dynamique de l'équipe. Ce qu'il a accomplit avec les Hornets m'a suffit. Oui c'est que les demi de conf en 2008, mais il a fait quelque chose d'énorme avec cette équipe plutôt moyenne. Aux Clippers, il a tout changé. Maintenant, il est vrai qu'il a encore des choses à prouver en PO

  • Biedrins

    Bel article !

    Je trouve les qualités individuelles de Melo bien décrites, mais je rajouterais que son bilan collectif est plus paradoxal :

    Dès sa première année, il transforme l'équipe horrible de Denver en équipe de PO.
    Et ensuite, je trouve que les dirigeants ne l'ont jamais vraiment bien entouré, vu que tout le monde sait que Melo a besoin d'un meneur pour contrôler le tempo. La seule année où il en a un en forme, ça tombe avec les honneurs en finale de conférence contre les Lakers invincibles.

    Après, il est clair que pour aller dans la comparaison Lebron – Melo, le premier est plus facile à entourer vu qu'il est le playmaker de l'équipe. Quelques gars capable de planter de loin, des babars dessous, et Lebron a la capacité d'envoyer ça très haut. Pour Melo, c'est plus compliqué. Il lui faut un vrai meneur gestionnaire, denrée rare dans la NBA actuelle envahie par les combo guards scoreurs. A côté de ça, des joueurs intelligents pour jouer sur système, là où Melo est inarrêtable. Des intérieurs capable de cohabiter avec un 3 qui joue souvent au poste. Bref, moins facile, même si j'ai grossi le trait pour LBJ.

    Et enfin, toujours dans cette comparaison Lebron – Melo, je trouve que le coach a beaucoup plus de travail avec Melo pour en exploiter les qualités. On sait qu'il n'est pas un super passeur, qu'il a un jeu sans ballon correct mais pas non plus exceptionnel. Donc pour briller, il a besoin d'un coach disposant d'un énorme playbook de qualité. Et ensuite, des joueurs pour le mettre en application (on en revient au meneur).

    Donc au final, si Lebron a su être à ce point au dessus de lui, c'est à mon avis la conséquence de beaucoup de choses, mais la première restant que le jeu de Lebron facilite beaucoup de choses sur le terrain et en dehors, tandis que Melo a besoin d'être au centre d'une organisation construite pour lui, mais de façon intelligente. Chose que l'on a vu pour moi uniquement l'année où il va en finale de conf.

    Bref, j'espère vraiment que Melo trouvera dans les 3-4 ans qu'il lui reste à très très haut niveau une organisation qui lui donnera les moyens de se battre au même niveau que Lebron. Mais c'est mal parti. Chicago pourrait être intéressant, avec un Rose qui sera peut être plus gestionnaire à son retour. En tout cas, même en tant que fan des Lakers, je pense que sa venue serait un énorme gachis pour lui. Si Kobe peut être un playmaker de qualité, je ne suis pas convaincu par sa capacité à faire briller Melo. Sans compter que le jeu risquerait d'être très statique…

  • J'allais parler de CP3 quand j'ai vu ton commentaire sur lui, j'ai aussi pensé à lui en comparaison avec Melo sur le point de vue collectif où il n'a jamais réellement brillé. Ils ont pratiquement le même âge et les choses ont l'air d'aller mieux pour CP3 même si c'est loin d'être encore acquis le titre pour lui.

  • Super article où tu montres bien ton avis. J'adore Melo et comme toi je souhaite qu'il quitte New York pour être dans une équipe plus construite et moins sur la pente descendante. Et ce, quitte à faire des sacrifices comme l'ont fait Bosh Wade et Lebron. Comme équipe sur le moment je pense à pourquoi pas les Clippers avec Chris Paul et Griffin ?

  • J'ai peut-être été un peu rapide avec PG mais pour moi Melo n'est pas dans le top 5…un top 5 doit pouvoir porter son équipe, être le patron, être valuable quoi.

    Il est beau Melo avec ces cartons mais il fait pas avancer le schmilblick alors que PG (ou même un James Harden, qui a sa place dans le débat) apporte beaucoup plus

  • jejevert01

    Nico le décrit très bien dans l'article, sur le fait de faire jouer ses coéquipiers (en fonction des postes bien entendu c'est plus simple pour Paul mais c'est une de ses grandes qualités)

  • Ouais c'est sur…mais donne l'équipe des Knicks à un vrai top 5 (LBJ, KD et CP3) et là ils sont en PO ce qui me fait dire que Melo n'est pas si légitime dans cette élite

    Et puis pour George, il apporterait de la défense, et poserai pas les problèmes que posent toujours Melo et que tu as dit (pas vraiement un 3, ni un 4, gros marqueur mais pas passeur) après en attaque, y'a même pas débat, Melo est largement au-dessus

  • "Ouais c'est sur…mais donne l'équipe des Knicks à un vrai top 5 (LBJ, KD et CP3) et là ils sont en PO ce qui me fait dire que Melo n'est pas si légitime dans cette élite"

    C'est exactement ce que je dis dans l'article. C'est pour ça que je le met pas dans leur catégorie. Mais pour moi, il reste dans le top 5 quand même

  • capskilla

    En même temps tu dis CP3 KD LBJ mais ca c'est le top 3 Melo est en-dessous d'eux mais personne d'autre n'est meilleur donc il est top5.
    Ensuite Melo pour moi tu le met avec Rondo ou CP3 ils te rivalisent avec le HEAT car son jeu comme expliqué dans l'article doit être controlé par un playbook ou il aura plus d'espace que l'iso pratiqué H24 a NY. Melo est ultra talentueux mais plus compliqué qu'un Lebron à entouré

  • Dac, je parle surtout en terme de playoffs moi, Chris Paul n'a rien prouvé en PO, tout comme Anthony.

    Sur le fait de faire jouer ses coéquipiers je suis d'accord, Paul est largement au dessus.

  • Biedrins

    Chris Paul avait sorti des séries monumentales en PO, dont la dernière contre les Lakers (qui se feront ensuite exploser par les Mavs), où il les sort presque tout seul, pour un 4-3 au final… Mais c'est sur que les PO à venir seront importants pour lui…

  • Celticket_de_parking

    Article vivant ! C'est cool.
    Concernant Melo, je suis persuadé qu'avec un meneur gestionnaire style Rondo ou Paul ça gagne le titre si on un peu de défense autours ! Come on Carmelo !

Comments are closed.