Bilan de la saison: Pacific division

 

La draft 2014  vient de rendre son verdict et nous arrivons à notre dernier bilan. Après les, southwest, southeast, nordwest, central et atlantic, voici le bilan de la  pacific division.  Elle s’est imposée avec le temps comme la division la plus offensive de la ligue avec les 5 franchises à plus de 100 points par matchs en moyenne. En 10 ans les choses ont beaucoup changé puisque le classement s’est littéralement inversé quand on se souvient du niveau des Kings ou des Lakers du début des années 2000.

Classement

1-Los Angeles Clippers (57v-25d) division (12-4)

 Champion en titre de la division depuis l’arrivée de Chris Paul, les Clippers se rapprochent d’années en années de l’excellence. 3ème bilan de toute la ligue, les Angélinos ont échoué au  deuxième tour des playoffs contre le Thunder. Avant ça les  Clipps ont réalisé une SR très solide avec de grosses progressions pour Blake Griffin (attaque) et Deandre Jordan (rebond)  qui commencent à dominer plus souvent les raquettes adverses.

 

2-Golden State Warriors (51-31) division (11-5)

Equipe la plus sympathique en 2013, les warriors sont devenus de vrais challengers cette saison. Portés par un Stephen Curry titulaire au All Star game pour l’ouest et renforcés par l’apport d’André Iguodala, les Oklandais font partis du club à + de 50 victoires.  Sortie avec les honneurs au premier tour des playoffs, l’équipe de la baie grandit vite comme ses excellents choix de drafts que sont Klay Thompson, Harrison Barnes et Draymond Green. Une futur place forte de l’ouest à ne pas douter.

 

3-Phoenix Suns (48v-34d) division (8-8)

Accusés de tanker avant le début de la saison,les Suns sont cette année l’équipe pivot de la division. Les arrivées conjuguées de Bledsoe, Green et d’Hornacec additionnées aux progressions de Dragic et des Morris en ont fait l’équipe surprise de la conférence ouest.  Hors des playoffs malgré leurs 48% de victoires, la franchise de l’Arizona a perdu beaucoup de matchs serrés qu’elle devra absolument gagner dans le futur pour espérer rejoindre la post season.

 

4-Sacramento Kings (28v-53d) division (3-13)

Equipe la plus sexy du début des années 2000, les Kings sont aujourd’hui dans les tréfonds de la ligue. Jeune, talentueuse mais déséquilibrée, la franchise californienne est la seule du dernier exercice à posséder dans son roster 3 joueurs à plus de 20pts de moyenne  (Rudy Gay, Demarcus Cousins et  Isaiah Thomas). Beaucoup de talents sont assemblés mais un vrai collectif tarde à se créer. Il y a encore beaucoup de boulot mais ils ne partent pas de rien.

 

5-Los Angeles Lakers (27v-59d) division (6-10)

Privés de leur légende pendant quasiment toute la saison, les lakers ont plus fait parler par les tweets du black mamba que par leur niveau de jeu. Défense passoire et attaque de pistoléros, les Lakers attaquent vites et encaissent les points aussi rapidement. A leur décharge, ils n’ont jamais été proche d’être au complet et ont fait le maximum avec l’effectif qu’ils avaient. Espérons que la faillite de cette années leur aura servi de leçon dans leur processus de reconstruction.

 

MVP de la pacific

Impressionnant de régularité cette saison, Blake Griffin confirme qu’il n’et pas qu’une machine à highlights. Il a pleinement assumé le leadership en l’absence de Chris Paul et a répondu présent match après match. Sa progression en défense et le développement de son tir extérieur en ont fait une machine qui impact le jeu de différentes façons. 3ème au MVP, le rouquin continue de progresser et n’est pas loin d’être le meilleur intérieur de la nba.

 

MIP de la pacific

Déja très en vue l’été dernier durant l’Euro, Goran « Dragster » Dragic a poursuivi sur le même rythme en nba. Homme principal du système Hornacek, le slovène est actuellement le franchise player des Suns. Elu Mip de la ligue cette saison, c’est logiquement qu’il est le lauréat de cette catégorie dans la division pacific avec ses 20pts 3rebs 6 passes à 50% et 40%FG et 40%3pts.

 

6th man

Deuxième l’an dernier, Jamaal Crawford a été cette année élu meilleur 6ème homme de la nba. Première menace offensive du banc Angelino , »le shake and bakeur » est une valeur sure et une référence depuis qu’il a été replacé dans ce rôle. Shoteur, play-makeur, finisseur, il possède tous les arguments pour faire exploser les défenses adverses. A l’image d’un Ginobili, c’est plus un titulaire qui ne débute pas qu’un vrai joueur de banc.

 

5 de la pacific

PG: Chris Paul
SG: Stephen Curry
SF: Rudy Gay
PF: Blake Griffin
C: Demarcus Cousins
6th man: Jamal Crawford