Au revoir KD

Cher KD,

Tout d’abord merci. Merci pour tout ce que tu as apporté au Thunder et à l’Oklahoma toutes ces années. Je pense pouvoir affirmer que tu y laisseras une marque indélébile, malgré le dénouement assez tragique et déchirant que représente cette fin de saison pour tout fan d’OKC.

Mais rappelons-nous de toute l’histoire et de tes débuts.

Après une saison 2006-2007 très morose, alors à Seattle, nous avons d’abord eu le bonheur et la chance de pouvoir te sélectionner en deuxième position de la draft. Et si l’année suivante est tout aussi difficile, malgré ton indéniable talent, elle marquera le renouveau de la franchise, franchise dont tu es voué à être l’image, la star.

L’été 2008 est historique pour tes Sonics, qui deviennent le Thunder et déménagent à Oklahoma City. Pour toi, c’est aussi l’été de la rencontre avec deux de tes futurs acolytes de longue date, des frères d’armes, Russell Westbrook et Serge Ibaka. Avec eux, la franchise peut aller de l’avant.

Si les victoires ne sont pas encore au rendez-vous, le groupe composé de jeunes joueurs que tu guides match après match, est très prometteur, et commence à faire parler de lui. De ton côté, tu confirmes ton talent et te montres déjà comme un des meilleurs scoreurs de la ligue.

Et arrive 2010. La confirmation. Avec plus de 30pts de moyenne, tu obtiens une place de All-Star méritée et tu amènes la toute récente franchise pour la première fois en play-offs. Et devant les grands Lakers, tes coéquipiers ne prennent pas peur et l’Amérique entière a désormais conscience de votre talent. Avec ton ami Russell, vous formez déjà un duo exceptionnel et un nouveau compère, certes éphémère mais tellement important, James Harden, s’est ajouté. L’avenir vous appartient alors, et le titre t’est promis.

Cela est confirmé en 2012. Cette fois, l’équipe a grandi et arrive en finale sous ton aile, pour y affronter le Heat. Manquant d’expérience et face à une équipe au talent démesuré, tu ne peux que t’incliner. Et dans cette bataille, outre une indélébile déception et d’éternels regrets, tu perds ton premier frère d’arme, James Harden, alors meilleur sixième homme de la NBA.

Les années suivantes te permettront de laisser à jamais ta marque dans la NBA, comme l’un des scoreurs les plus talentueux et prolifiques que l’on est jamais vu. En plus du développement de Westbrook, avec qui tu as formé l’un des duos les plus excitants et décisifs de ces dernières années, tu deviens encore plus fort pour porter le Thunder, et décrocher ton premier titre de MVP. Oui, tu n’es plus second. C’est toi qui es en haut de la hiérarchie.

Mais inlassablement tu échoues en play-offs, et la quête du titre prend de plus en plus de place dans ton esprit. Après une année 2015 marquée par tes blessures et par une non-qualification en play-offs, cette saison 2015-2016 est un one-shot, une dernière chance pour OKC de gagner un titre, avant que tu choisisses de partir ou de rester.

Et tout a été fait pour aller au bout. Mais face aux Warriors, meilleur équipe de l’histoire en saison régulière, ce n’est pas passé. Mais que s’est-il passé dans ta tête, ce dimanche 29 mai, lors des dernières minutes de ce match 6, décisif pour toi et ta franchise ? Pourquoi ces shoots ne sont pas rentrés ? Pourquoi toi, celui qui marque habituellement des points avec une telle facilité, n’as-tu pas fait comme d’habitude ? Je n’ose pas mettre en doute ta détermination, ni même ton mental. Et personne ne doit t’en vouloir pour cela. Tu ne le mérite tellement pas. Mais que s’est-t-il passé ?

Puis est venu l’heure de la décision. Après de nombreux meetings, coups de téléphones, rumeurs et autres évènements diplomatiques, tu décides de publier cette lettre sur internet, où tu annonces que tu rejoins nos derniers bourreaux, les Warriors. Bien sûr tu remercies la franchise, qui t’a fait grandir, et tous les fans qui ont fait d’Oklahoma City ta maison. Mais cette décision a un gout tellement amer…

Que fais-tu de Russell, de tes coéquipiers, de tes frères, de tes supporters, de tous ceux qui croyaient en toi pour ramener un titre en Oklahoma ?

Bien sûr beaucoup t’en voudront, beaucoup ont brulé ton maillot, mais personne ne t’oubliera, et je ne t’en voudrais jamais. Va, gagne les titres qui te tendent maintenant les bras et que tu mérites de gagner plus que quiconque. En espérant que tu te plaises en ta nouvelle maison, et que tu n’ais pas de nouveau un rôle de second, cette fois au sein de ta propre équipe…

En tout cas merci. Merci pour ces années, de m’avoir fait rêver. Merci KD pour avoir participé à ce si beau mais inachevé projet. Merci d’avoir tant donné à la franchise et à l’Oklahoma, où tu es et restera une icône. Merci d’avoir amené cette équipe si loin, si haut. C’est grâce à toi que nous avons eu l’opportunité de gagner des titres. Et je préfère me souvenir de ton dunk contre Dallas en 2013, de tes nombreux game-winners, plutôt que de cette choquante décision..

C’est un nouveau chapitre de ta vie qui va s’écrire, et sûrement le gâchis d’une belle histoire et d’un happy-end  à OKC….Et pourquoi ne pas espérer, qu’un jour, tu reviennes enfin terminer cette histoire inachevée, et que tu fasses du Thunder, ces jusqu’alors sublimes perdants, d’exceptionnels gagnants ?

Bon vent, et au revoir Kevin…

Un fan du Thunder