Alex Len : l’archétype du « long time prospect »

« Enigma », « upside », « potential ». Voilà les termes qui accompagnent souvent le jeune ukrainien Alex Len depuis son apparition dans le monde du basket, un vocabulaire qui est loin d’être rare puisque nombreux sont les intérieurs sortant de NCAA qui sont qualifiés par les scouts du célèbre « long time prospect » ou joueur à fort potentiel. Et comment pourrait-il en être autrement ?

Alex Len Une entrée sur le sol américain remarquée et attendue

Avec de telles qualités physiques, que ce soit sa taille (2,16 m), son envergure et sa détente Alex Len renverse tous les idéaux prêtaient aux jeunes européens. Physiquement il n’a rien à envier à ses homologues américains, par contre l’école européenne qui a formé tant d’intérieur talentueux a pris du plomb dans l’aile avec cet ukrainien si peu souverain dans son jeu au poste.

Repéré lors du championnat d’Europe des U-18 en 2010 nombreux sont les scouts qui avaient placé le géant sur leur « short list » , annoncé en grande pompe en NCAA c’est à Maryland que l’intérieur pose ses valises pour ce qui est annoncé comme une simple étape, une piste d’envol direction la NBA. Certains parleront de « hype » mais je préfère utiliser l’expression « attention médiatique » qui règne autour de ce prospect. Nombreuses furent les attentes placées en lui et malheureusement pour les Terrapins l’exercice 2011-2012 n’allait pas être au niveau escompté. Privé du début du championnat à cause de la NCAA qui le suspend pendant une partie de la saison, les débuts de Len allaient donc être reporté. Débarquer aux États-Unis pour une personne aussi jeune demande forcément un temps d’adaptation, peu à l’aise avec l’anglais à ses débuts (cela à bien changé depuis) beaucoup de paramètres peuvent expliquer ses difficultés. Montrant quelques moments intéressant, sa première année était loin de répondre aux carnets des scouts qui le voyait déjà comme une force de domination.

Un « shining moment » qui relance la machine médiatique

Après une première campagne décevante Alex Len revient au premier plan dès le premier match de la saison lorsque les Terrapins affrontent les champions en titre Kentucky et un des prétendants au first pick 2013 : Nerlens Noël. C’est sans doute le meilleur match de l’ukrainien puisqu’il signe une démonstration de force avec 23 pts, 12 rbs 4 blk en 32 minutes. Après avoir surpassé Noël l’attention médiatique qui avait eu tendance à se faire discrète est réapparue avec force. La question est de savoir ce qui fait saliver autant les scouts, ce qui a déclenché cette machine médiatique.

Ce match contre Kentucky

Comme je l’ai déjà dit ce sont ses qualités athlétiques qui ont attiré le regard des recruteurs, il a d’ailleurs annoncé qu’il comptait reprendre du poids pour pouvoir exister en NBA (il a pris 11 kilos de muscle l’été dernier). Malgré sa prise de poids on peut noter que Len est très agile pour un intérieur d’un tel gabarit, doté en plus de longs segments il n’est pas compliqué d’imaginer la réaction des scouts devant un tel spécimen. Avec de bonnes mains et un bon toucher Alex Len est un bon finisseur près du cercle. Offensivement il se sert bien de ses épaules pour être difficile à contrôler au rebond, très actif il utilise efficacement les claquettes. Cependant cette activité en attaque ne se répète pas de l’autre côté du terrain, lui qui prend le dessus physiquement a tendance à s’endormir et laisser son adversaire direct prendre le dessus, défensivement c’est un rebondeur très moyen. Bien sûr sa production statistique est bonne puisque son temps de jeu n’est pas si important mais cela peut s’expliquer par un gabarit qui lui permet de laisser de côté les aspects techniques (écrans retard), cela ne sera plus le cas en NBA …

Si l’on regarde sa défense sur l’homme là encore on peut se poser pas mal de questions. D’après certains Len serait une force majeure en NBA par sa capacité de dissuasion. J’ai même lu que le l’ukrainien pouvait avoir un impact immédiat en défense … Certes les chiffres sont flatteurs (plus de 2 contres par match) mais en l’occurrence ils sont trompeurs puisque là encore Len bénéficie surtout de ses aptitudes physiques pour briller sur la feuille de stats. Néanmoins tout n’est pas noir puisque son timing sur les contres est bon, sa défense en aide est assez bonne mais son plus gros point fort, si j’ose dire, se situe dans la lecture du jeu. Ainsi il est fréquent de voir des jeunes intérieurs sauter partout, avoir faim de contre pour se retrouver cloué sur le banc pour des problèmes de fautes, ce n’est pas le cas de Len qui est intelligent pour rester les bras levés et profiter de ses immenses bras pour gêner au maximum ses adversaires. Si je suis aussi pessimiste quant à sa capacité à apporter d’entrée son écho à la franchise qui va le choisir c’est pour la simple et bonne raison qu’il est très très moyen dans sa défense sur l’homme. On peut ajouter qu’il montre un manque d’intensité très voyant dans ce compartiment du jeu et même si cela n’est pas forcément volontaire le jeune prospect doit montrer un visage un peu plus guerrier. Un peu soft pour les joutes de NBA, quoique les contacts soit plus réglementé en NBA qu’en NCAA, il a du mal quant un joueur joue physique contre lui, au lieu de l’enfoncer avec son physique supérieur il recule et abandonne la position avantageuse.

« La vérité d’un jour n’est pas celle du lendemain »

Très à l’aise lors de son premier match de la saison Len a eu beaucoup de mal à gérer son statut et les attentes que son arrivées à susciter, tous les observateurs attendaient une saison énorme de sa part après son festival contre Kentucky mais bien vite on s’est aperçu que Len n’arrivait pas à enchaîner les grosses performances. Si on l’a vu très en vue contre Duke et les équipes qui utilisaient peu de prises à deux on l’a vu beaucoup plus en difficulté le reste du temps. Lorsque Len est dans un bon jour il nous a laissé voir ce qu’il pourrait donner et cela est très impressionnant, son jeu au poste est sans doute l’endroit où il peut devenir très bon mais cela va demander du temps. Incroyable sur certaines séquences l’ukrainien a déjà montré ce qu’il pouvait faire sur de courtes périodes, le problème est que sur des périodes plus longues il a montré exactement le contraire …

Le point fort de son jeu offensif réside dans son « face up game », plus rapide et extrêmement agile pour un garçon de son gabarit il peut prendre son défenseur de vitesse grâce à son premier pas. Il a également développé un petit shoot à mi distance, la trajectoire est bonne et on l’a même vu utiliser des « jab step » pour se mettre en position. Son jeu dos au cercle est un chantier permanent, il cherche sa main droite trop souvent si bien que son arsenal en prend un coup, il devient prévisible et parfois il s’empêtre dans la défense. Même si il arrive à prendre une bonne position en attaque il réfléchit trop aux moves qu’il va enclencher, lorsqu’il arrive à jouer avec son instinct Len est redoutable, dans le cas contraire le géant se prend les pieds dans le tapis à cause d’un « footwork » approximatif. Pour le moment il manque d’efficacité et de constance poste bas, il faudra lui laisser du temps avant d’espérer le voir posséder un jeu d’attaque digne de ce nom.

Comme je l’ai déjà dit l’ukrainien possède un mélange de qualités athlétiques très impressionnantes, malgré sa prise de poids le jeune pivot n’a pas perdu de sa vélocité. Plus rapide que ses homologues Len court très bien ce qui lui permet de participer au jeu de transition de son équipe et d’établir une position au poste assez tôt dans la possession. Par ailleurs Len est un très bon joueur de Picks&Roll grâce à un toucher et une explosivité qui lui permet de finir très souvent ces situations. Ses écrans sont bons, ses mouvements en attaque également (reconnaît facilement les intervalles) et il est capable d’orienter le jeu derrière avec une bonne qualité de passe.

Un véritable projet de développement

Il y a deux semaines en regardant les récentes mocks draft je suis tombé sur l’une d’entre elle qui voyait Len choisit par Cleveland en tant que premier choix … Dans la foulée nombreux sont les articles qui sont parus pour vanter les qualités du jeune homme et si celles-ci sont indéniables (voir par ailleurs) nombreux sont les doutes qui subsistent autour de lui.

Certains ont beaucoup de mal à le voir dominer au plus haut niveau alors que pendant sa période à Maryland il disposait d’un avantage physique très conséquent et que malgré celui-ci il n’a pas réussi à dominer comme tout le monde s’y attendait. Pour un joueur comme lui dont les qualités les plus développés sont essentiellement physique cela pose problème … surtout que la NBA ne lui fera pas de cadeau à ce niveau là.

Là où je rejoins les observateurs qui parlent de « potentiel » (et même si je déteste ce mot et cette notion) c’est dans le fait que Len s’est retrouvé dans une équipe qui ne le mettait pas en valeur. En arrivant chez les Terrapins il s’est retrouvé dans une équipe dont la ligne arrière est l’une des plus pauvres du pays. Disposer d’un bon meneur de jeu est une condition primordiale pour valoriser vos intérieurs, ici on a bien vu que Maryland n’arrivait pas à servir son intérieur, trop peu utilisé dans le jeu d’attaque et dans les Picks&Roll. Par ailleurs Maryland dispose d’un jeu placé pour le moins douteux, dépourvu d’organisation offensive, et comme si cela ne suffisait pas les Terrapins avaient énormément de mal à écarter le jeu (34 % à 3 pts) bref c’est dans un contexte difficile que Len a montré par flash de quoi il était capable.

Lors d’une interview après la saison NCAA un journaliste demandait à Len où il pensait se trouver dans 5 ans, réponse de l’intéressé : « titulaire dans une équipe NBA ». Cette réponse est très significative, avec le jeune ukrainien (il a fêté son vingtième anniversaire au début du mois) l’équipe qui va le choisir le soir de la draft va s’engager sur plusieurs saisons. Outre sa fracture de fatigue qui a déclenchée une vague d’inquiétude (pour un big men les blessures au pied sont dangereuses) Len est l’archétype du « long time prospect » que l’on retrouve assez souvent en NBA. Attention je ne suis pas en train de dire qu’il n’a aucun avenir dans la Grande Ligue mais c’est dans un projet de développement que l’ukrainien va s’inscrire et non pas à court terme.

Statistiques cette année :

11,9 pts, 7,8 rbs, 1 ast, 2,1 blk, 1,6 TO en 26 minutes

53 % aux shoots, 67 % aux lancers francs

5 Comments

  • jejevert01

    Comme pour L'article de Blueprinty sur Oladipo; c'est un super aarticle. J'aime bien les trucs du genre avant la draft, sa nous permet de mieux connaitre les futurs joueurs NBA. Thanks Nashin

  • Blueprinty

    Bel article pour un "borgne" ;). Moi de toute façon, Len j'ai depuis longtemps un surnom pour lui: "Mr 3 bons matchs". Par contre son agent est un mec vraiment doué vu comment il est arrivé à le vendre. Ceci dit vu la belle bête que c'est, il a pas eu du mal à vanter le produit…

  • nashinHOF

    désolé pour la longueur, c'est un lourd mais j'ai pas réussi à m'arrêter ^^

    n'hésitez pas à commenter, à faire des remarques et à partager !

  • nashinHOF

    j'étais sûr que quelqu'un allait me sortir une petite réflexion sur mon nom ^^

    merci, c'est clair qu'il le vend bien, si en plus cleveland le prend il mérite une belle prime …

Comments are closed.