[Mock Draft Dunkhebdo 1.0] Ben Simmons et Brandon Ingram au dessus du lot

Cover Mock

La March Madness approche alors que la saison régulière NBA s’achève tranquillement. Les premières tendances concernant la draft se sont clairement dessinées et les franchises larguées au classement peuvent déjà se tourner vers la draft. Le timing est parfait pour vous proposer une nouvelle mock draft.

La classe de draft 2016 est marquée par la présence du phénomène Ben Simmons. L’Australien est annoncé depuis plusieurs mois comme le futur premier choix de la draft et a déjà été comparé aux plus grands (LeBron James, Magic Johnson). Dominateur au sein d’une équipe de LSU plutôt faible, il a réussi quelques grosses performances au cours de la saison et bénéficie d’une certaine hype. Mais, depuis quelques semaines, un concurrent est apparu à ses côtés dans la course au titre de meilleur joueur de la classe: Brandon Ingram.

En dehors de ces deux freshmen, largement au dessus des autres, le reste de la cuvée de draft semble globalement assez faible avec peu de prospects pouvant s’imposer en NBA. A défaut de proposer pléthore de forts prospects, cette classe est très homogène. L’écart de niveau entre le troisième et le dixième choix de cette mock draft est minime. Il est possible qu’un joueur annoncé à la troisième place glisse à la fin du top 10 et inversement. L’autre grande force de cette classe, c’est la diversité des profils qu’elle propose. Beaucoup de profils différents qui devraient contenter tous les besoins des franchises NBA.

L’ordre de cette draft se base sur le classement NBA du vendredi 4 mars. Les futurs besoins des équipes ont été pris en compte. Pour ne pas rendre l’exercice encore plus compliqué qu’il ne l’est déjà, aucun trade n’a été inclus et tous les joueurs éligibles ont pu être sélectionné.

Il est toujours bon de rappeler qu’une mock draft n’est qu’une prédiction de ce que serait la draft si elle se déroulait aujourd’hui. D’ici la fin du mois de juin, beaucoup de choses vont changer, surtout pour la fin du premier tour. En outre, cette mock draft est une prédiction et non pas un avis de l’auteur, même s’il est toujours difficile d’être objectif. Des joueurs égratignés dans notre rubrique du «prospect de la semaine», articles dans lesquels l’auteur donne plus son avis, peuvent se retrouver très haut dans cette mock. Des liens en surbrillance vers des portraits plus précis des prospects apparaîtront au cours de l’article.

N’hésitez pas à donner votre avis sur cette mock draft dans les commentaires.

1. Philadelphia 76ers: Ben Simmons (Ailier Fort/LSU/ Freshman)

Ben+Simmons+Legends+Classic+iRxhNI6-wpYx

Ben Simmons reste le grand favori pour être le premier choix de cette draft. Mais, au cours de ces dernières semaines, le consensus qui entourait cette sélection s’est estompé, la faute aux récentes prouesses de Brandon Ingram (Duke), que certains pensent plus adapté au jeu NBA. Faire d’Ingram un meilleur prospect que Simmons est un peu exagéré. Cependant, il faut avouer que son jeu est plus facile à projeter en NBA que celui Ben Simmons, joueur unique en son genre.

Le débat est d’autant plus légitime que Brandon Ingram semble être le joueur parfait pour les 76ers, les virtuels détenteurs de ce premier choix. Son profil d’ailier offensif tourné vers le tir extérieur comblerait les besoins de Philadelphie sur les postes extérieurs et en spacing. Au contraire de Ben Simmons dont la seule véritable faiblesse est justement son incapacité à shooter. Une éventuelle sélection de l’australien s’ajouterait à celles de Nerlens Noel, Joel Embiid, Jahlil Okafor et Dario Saric (dont la venue en NBA est prévue pour la saison prochaine). Le frontcourt de Brett Brown en deviendrait bouché.

Et pourtant, malgré toutes ces réserves, difficile de croire que Sam Hinkie, adepte de la philosophie du «meilleur joueur disponible», ne sélectionnera pas Ben Simmons. Depuis sa prise de fonction, son objectif est clair: acquérir un prospect unique qui deviendra une superstar. Pour l’instant, les précédentes sélections du GM n’ont pas offert à la franchise ce joueur transcendant. Ben Simmons peut devenir le devenir. Il en a en tout cas plus de chance que Brandon Ingram.

2. Los Angeles Lakers: Brandon Ingram (Ailier/Duke/Freshman)

Ben Simmons déjà choisi, le choix évident pour les Lakers se porte vers Brandon Ingram, loin d’être un lot de consolation.

Avec Julius Randle, D’Angelo Russell et Jordan Clarkson, les Californiens disposent de trois jeunes talents pour commencer à reconstruire, une fois la tournée d’adieu de Kobe Bryant achevée. Les besoins de l’équipe se situent donc principalement au niveau du poste d’ailier et celui de pivot. Contrairement à l’année dernière, la cuvée de pivots est faible dans cette draft. Le choix de Brandon Ingram en est d’autant plus logique.

L’ailier de Duke commence à être comparé à Kevin Durant. Le profil des deux joueurs est en effet proche. Comme le joueur du Thunder, Ingram est un grand ailier longiligne aux bras immenses. Certes, il n’est pas au même niveau qu’un Kevin Durant au même age (18 ans), mais Ingram pourra devenir la première option offensive d’une équipe NBA. Pour un joueur de sa taille, (2m06), son dribble est excellent et il est capable de marquer depuis n’importe qu’elle position. Depuis le mois de décembre, il tourne à plus de 20 points par matchs, avec des coups de chauds notables notamment contre Virginia. Grâce à ses longs segments, il a aussi le potentiel de devenir une vraie menace en défense, pour devenir le «3 and D» tant recherché par les franchises NBA.

Avec Brandon Ingram, les Lakers draftent leur franchise player du futur, le futur rôle de d’Angelo Russell étant trouble après une saison rookie compliquée. Les voilà prêts pour commencer la vie sans Kobe Bryant?

 

3. Phoenix Suns: Dragan Bender (Ailier Fort/Croatie/18 ans)

dragan-bender

Passé le duo Simmons-Ingram, la chute de talent est significative. La classe de draft étant globalement faible, les trades pourraient se multiplier ces deux choix passés. Mais les mocks drafts n’incluent pas les échanges. Il faut donc faire un choix pour ces malheureux Suns.

Les Suns ont de quoi être malheureux. En deux ans, ils ont passé de l’équipe surprise de la NBA, passé tout près des playoffs dans une conférence Ouest très relevée à l’époque, à un des pires bilans de la ligue. Cette saison est un interminable chemins de croix pour les Suns. Pourtant, quelques motifs de satisfactions émergent. Devon Booker réalise une excellente saison rookie. T.J Warren a montré qu’il est une meilleure solution à l’aile que P.J Tucker. Quand ils sont en bonne santé, ce qui est trop rarement le cas en ce moment, Eric Bledsoe et Brandon Knight sont deux titulaires solides. Alex Len manque encore de constance mais il semble capable de devenir un titulaire solide en NBA. La principale interrogation se situe donc au niveau d’ailier fort. C’est là qu’entre en scène Dragan Bender.

Le jeune croate n’est pas forcément encore prêt pour la NBA mais on comprend facilement pourquoi certains spécialistes en font le troisième meilleur joueur de cette draft. Un très grand poste 4 (2m15), très fluide dans ses déplacements et capable de défendre à l’extérieur, il est très frêle pour un joueur de sa taille, il devra prendre du poids pour ne pas se faire écraser par les intérieurs NBA.

Drafter Dragan Bender c’est parier sur le long terme. Il faudra être patient pour les fans des Suns, les premiers résultats pourraient prendre du temps à arriver.

4. Boston Celtics (via Brooklyn Nets*): Jakob Poeltl (Pivot/Utah/Sophomore)

Les Celtics constituent l’exception dans une NBA moderne où les franchise sont portées par leurs stars. Eux, vivent grâce à leur collectif et s’approche du gratin de la NBA. Un choix si haut c’est pour eux la possibilité de devenir une équipe elite.

Dans les rares cas où un tel scénario se présente (une forte équipe avec un haut choix), il est encore plus ardu de deviner le choix. Logique, car si cette équipe est parmi les meilleurs équipes de la ligue, c’est qu’elle a peu de points faibles. C’est d’autant plus vrai avec cette équipe des Celtics, où chaque joueur à un rôle très précis dans un équilibre parfait. Bien souvent, il faut anticiper les futurs besoins de l’équipe. Ce besoin pourrait apparaître à l’intérieur. Tyler Zeller et Jared Sullinger sont tous les deux agents libres restrictifs à la fin de la saison. Avec l’inflation du marché et les prolongations d’autres éléments cadres qui se profilent à l’horizon, Zeller pourrait bien quitter l’équipe. Tout ces paramètres font de Jakob Poeltl un choix intéressant pour cette équipe.

L’autrichien est probablement le meilleur pivot de cette draft. Sa saison sophomore à Utah confirme les promesses entrevues l’année dernière. C’est avant tout un pivot défensif avec une bonne vision du jeu en attaque. Il offrirait ainsi à Danny Ainge ce fameux pivot défensif que les fans lui réclament depuis la perte de Kendrick Perkins. Son jeu offensif est encore limité, malgré quelques moves montrés cette année.

Dans un rôle de pivot défensif en sortie de banc, Jakob Poeltl pourrait vite devenir un maillon essentiel du jeu de Boston.

*Les Celtics disposent du choix des Nets (non-protégé) dans le cadre de l’échange incluant Kevin Garnett et Paul Pierce. 

5. Minnesota Timberwolves: Buddy Hield (Arrière/Oklahoma/Senior)

Buddy+Hield+West+Virginia+v+Oklahoma+m5CBnbbPaBzx

Les Timberwolves ont réussi un home run avec la sélection de Karl Anthony Towns, qui est déjà un des cinq meilleurs joueurs de la ligue à son poste. Avec Andrew Wiggins, ils forment le duo du futur pour leur franchise. Franchise des Wolves qui, pour passer un cap, a plus besoin de vétérans que d’un énième haut choix de draft. Encore plus que de vétérans, cette équipe a besoin de shooteurs. D’où la sélection de Buddy Hield.

Le cinquième choix est peut être un peu trop haut pour Buddy Hield, plus annoncé vers la fin du top 10. Mais son profil colle parfaitement aux besoins des Timberwolves. Ils pourraient se permettre ce reach. Le joueur de l’université d’Oklahoma est un petit poste 2, poste laissé libre par Kevin Martin à Minnesota, capable de prendre feu à trois points. Il n’a pas besoin de la balle entre le mains pour scorer, utile s’il est amené à jouer avec Ricky Rubio, mais peut néanmoins créer pour ses coéquipiers. Il est souvent comparé à JJ Reddick, et son rôle en NBA sera proche de celui du joueur des Clippers. Comme l’ancien joueur de Duke, il devrait être en difficulté physiquement contre certains arrières physiques.

Petit plus, Buddy Hield est un senior. Il aura fini son cursus à son entrée en NBA et arrivera avec plus d’expérience que certains freshmens qui auraient pu être choisi ici comme Jaylen Brown ou Jamal Murray. Les scouts le classent parmi les joueurs les plus «NBA ready».

6. New Orleans Pelicans: Jaylen Brown (Ailier/California/Freshman)

Le roster des Pelicans est un joyeux bazar ; entre joueurs surpayés, d’autres tout le temps blessés ou ceux qui sont de futurs free agents. C’est le genre de situation qui favorise le choix du meilleur disponible, quel que soit son poste. A ce moment-ci, ce joueur se nomme Jaylen Brown.

Voir le joueur de California toujours disponible au sixième choix peut surprendre car c’est sans doute le troisième meilleur joueur de cette draft. Mais son incapacité à rentrer les tirs extérieurs de manière régulière risque de lui coûter quelques places. Néanmoins, le récupérer avec un sixième choix représenterait un sacré coup pour Dell Demps. Son style de jeu, basé sur la vitesse, le physique et les pénétrations, serait parfaitement adapté à la philosophie d’Alvin Gentry, qui souhaite voir son équipe courir. Il est plus en difficulté sur une attaque en demi-terrain, là où sa vitesse peut moins s’exprimer. Le freshman comblerait le vide des Pelicans au poste de petit ailier en apportant de la dureté et de la défense. Brown est peut-être le meilleur défenseur de cette draft sur les postes extérieurs, là où il peut s’appuyer sur ses incroyables qualités athlétiques. L’ailier est un joueur qui reste encore très brut, surtout offensivement, mais il n’a pas encore 20 ans, il a donc tout le temps de progresser.

Les Pelicans n’ont pas drafté de joueur au premier tour depuis 2012, l’année de la draft d’Anthony Davis. En 2013, ils avaient échangé leur choix (Nerlens Noel) à Philadelphie contre Jrue Holiday. Ils n’ont donc pas le droit à l’erreur avec ce pick. A  ce stade, Jaylen Brown est le joueur avec le meilleur compromis potentiel/risque.

7. Denver Nuggets: Jamal Murray (Arrière/Kentucky/Freshman)

Les Nuggets possèdent un groupe jeune, homogène et une solution à tous les postes. Ils peuvent profiter de ce choix pour ajouter de la concurrence et continuer d’accumuler les jeunes talents. Jamal Murray répond à la fois à un besoin et à la philosophie du «meilleur joueur disponible».

Jamal Murray est une arme de destruction massive offensivement. C’est surement le meilleur scoreur de cette draft. Formidable shooteur à trois points, il est capable de marquer depuis n’importe quelle position. En un contre un c’est un véritable cauchemar pour les défenseurs. Tout y passe: pénétration, pull-up, flooter, stepback. Sur de courtes séquences, il est capable de prendre feu et de devenir inarrêtable. Un rôle à la Jamaal Crawford lui semble promis. En dehors du scoring, il offre très peu offensivement. C’est un très mauvais passeur qui à tendance à perdre la balle (il a plus perdu de ballons cette année qu’il a fait de passes décisives). En défense, il est très vite en difficulté contre les joueurs plus physiques. Les qualités athlétiques de Jamal Murray sont en dessous de la moyenne au niveau du poste d’arrière.

Cette sélection offrait aux Nuggets un backup à Gary Harris sur le poste d’arrière et un joueur capable de booster leur second unit. La concurrence pourrait pousser Gary Harris à passer un cap.

Grâce à ses récentes performances avec sa fac de Kentucky, Jamal Murray s’affirme comme un des meilleurs prospects de cette draft. S’il continue sur ce rythme, il pourrait vite se hisser dans le top 5.

 

8. Toronto Raptors (via New York Knicks*): Henry Ellenson (Ailier Fort/Marquette/Freshman)

A l’image des Celtics, les Raptors détiennent un haut choix de draft grâce à un échange. Contrairement à la franchise du Massachusetts, malgré sa deuxième place à l’est, Toronto a des besoins identifiés. Le plus pressant concerne surement le poste arrière. DeMar Derozan peut devenir free agent cet été et tout laisse à penser qu’il le sera. S’il a déjà exprimé son désir de rester au Canada, le marché des agents libres représente toujours une inconnue pour les franchises. Malheureusement pour eux, aucun arrière ne semble assez bon pour être sélectionné ici. A la place, Masai Ujiri pourrait améliorer son poste 4, le point fiable de l’équipe. Luis Scola et James Johnson sont tous les deux agents libres à la fin de saison et ce poste a besoin d’un coup de jeune. Henry Ellenson est la solution pour répondre à ce besoin.

Henry Ellenson est le meilleur freshman dont personne ne parle. Il tourne à un double-double de moyenne à Marquette. Un poste 4 (2m08) massif physiquement, Ellenson est un ailier fort mobile qui est capable de s’écarter du cercle pour shooter. Malgré tout, son manque d’explosivité pourrait le faire souffrir contre les ailiers-forts les plus athlétiques de la ligue. En défense, il est en difficulté quand il doit protéger le cercle, mais il sait s’imposer aux rebonds. Ellenson est inexplicablement très doué balle en main.

Le freshman de Marquette est souvent comparé à Kevin Love. Ce n’est pas encore un shooteur du niveau du joueur des Cavs mais sa capacité à écarter les défenses séduira les équipes NBA. Il n’est pas forcément complémentaire avec Jonas Valanciunas mais les Canadiens ont la possibilité de tenter des paris.

*Dans le cadre de l’échange d’Andrea Bargnani, les Raptors obtiennent le choix des Knicks.

 

9. Milwaukee Bucks: Kris Dunn (Meneur/Providence/Junior)

Kris+Dunn+NCAA+Basketball+Tournament+Second+TwMcdjmPMybx

Les Bucks ont besoin d’un meneur. L’expérience Michael Carter-Williams est un échec. Quant aux remplaçants Greivis Vasquez et Jerryd Bayless, ils sont en fin de contrat et ne sont pas des solutions sur le long terme. Milwaukee n’a qu’à drafter le meilleur meneur de cette draft: Kris Dunn.

Kris Dunn est le meilleur meneur de cette draft mais certains red flag sont hissés le concernant. Tout d’abord son âge. Au moment de la draft, Dunn aura 22 ans. C’est beaucoup pour un joueur qui est encore n’a pas fini son cursus universitaire. Le meneur de Providence traîne aussi un historique de blessures assez chargé, notamment au niveau d’une épaule double opéré. Enfin, il n’est pas très adroit à l’extérieur (35% de réussite cette saison). Et pourtant, malgré ces trois drapeaux rouges, Kriss Dunn reste un joueur exceptionnel. C’est un excellent passeur capable de fixer les défenses grâce à sa vitesse pour servir ses coéquipiers. Grâce à ses qualités athlétiques, c’est très bon défenseur et un remarquable intercepteur. Mis à part son shoot qui est encore en construction, Dunn est un joueur complet et elite. Si le poste de meneur ne serait tant fourni en joueur de talents, il pourrait prétendre à une place dans le top 5. Les équipes qui ont besoin d’un meneur se font néanmoins rares.

La sélection de Kris Dunn ne répond pas à la pénurie de shooteurs donc souffre Milwaukee, une de causes principales de leur saison raté. Mais à ce stade de la draft, difficile de passer sur un tel joueur qui offrirait enfin une solution à Jason Kidd à la mène.

10. Sacramento Kings: Ivan Rabb (Ailier Fort/California/Freshman)

 

Pour la première fois depuis 2008, les Kings ne choisissent parmi les 8 premiers choix. L’équipe progresse tranquillement mais les besoins existent encore. Les lignes arrières sont en première ligne. Rajon Rondo est un agent libre cet été et Ben McLemore peine à justifier son statut. A ce stade la draft, aucun joueur de ligne arrière ne vaut un choix si haut. Ivan Rabb, quant à lui, présente énormément de potentiel.

Ivan Rabb, coéquipier de Jaylen Brown sélectionné plus tôt, est un poste 4 très long. Sa grande force c’est son QI basket, particulièrement développé pour un joueur de son âge (19 ans). Rabb commande la défense des Golden Bears et c’est lui qui annonce les ajustement à ses coéquipiers. Son touché en attaque est très bon (61% de réussite aux shoots) et il a développé un jeu au poste au cours de la saison. Ce n’est pas le joueur le plus athlétique mais il compense avec une énergie débordante, notamment aux rebonds. Il est au coude à coude avec Henry Ellenson pour le titre de meilleur ailier fort de cette draft après Dragan Bender.

Les Kings manquent d’un pur poste 4, même si Rudy Gay les aide sur séquences à ce poste. La sélection de Rabb leur offrirait un ailier fort de formation, alors que Quincy Acy est agent libre à la fin de l’année. Avec cette sélection, le froncourt des Kings déjà bien fournie avec DeMarcus Cousins, Kosta Koufos et Willie Cauley-Stein, en deviendrait que plus effrayant.

11. Orlando Magic: Timothe Luwawu (Arrière-Ailier/France/1995)

Le Magic a envoyé un message clair au cours des dernières heures avant la trade deadline. Le franchise floridienne vise la free agency pour sortir de son interminable reconstruction depuis le départ de Dwight Howard. Ce choix pourrait être échangé le soir de la draft.

S’il garde le choix, le front office devrait décider de booster ses lignes arrières. Brandon Jennings est free agent à la fin de la saison comme Evan Fournier, lui qui n’a pas caché son envie de tester le marché. Rob Henningan, fidèle à sa philosophie de drafter des joueurs très athlétiques, pourrait remplacer le français par un autre français: Timothe Luwawu. L’arrière s’était présenté à la draft l’année dernière avant de se retirer, bien lui en a pris. Parce que dans cette draft, moins relevée que celle de 2015, il peut clairement prétendre à une place parmi les 20 premiers choix. L’actuel membre des Mega Leaks (ligue adriatique) a tout de l’arrière/ailier moderne. Il est capable de passer, pénétrer et de très bien défendre. Son tir extérieur reste toujours une interrogation, même s’il a fait d’énormes progrès dans ce domaine depuis la saison dernière. La grande question reste de savoir comment le français va gérer la transition de la ligue adriatique vers le NBA, une ligue au niveau infiniment supérieur à ce qu’il connait actuellement.

Il est difficile de savoir ce que pensent les équipes NBA des prospects étrangers, le triste cas de Mam Jaiteh l’année dernière en est la preuve. Mais Timothe Luwawu semble être promis au premier tour de la draft.

12. Utah Jazz: Demetrius Jackson (Meneur / Notre Dame / Junior)

Le Jazz n’a pas réussi à prendre son envol, la faute à de multiples blessures. L’équipe a beau être toujours en course pour les playoffs, cette saison aura surement un gout d’inachevé pour Quin Snyder. Ce choix de draft est l’occasion de répondre au besoin de l’équipe au poste de meneur. Trey Burke déçoit, Dante Exum est blessé et Raul Neto est plus un backup. Demetrius Jackson amènerait un coup de boost à ce groupe.

Le meneur de Notre Dame est un buffle, très puissant physiquement (d’où la comparaison récurrente avec Eric Bledsoe). Il peut être décalé sur le poste d’arrière sur des phases de small ballSon style de jeu basé sur le physique et la défense correspond parfaitement à la philosophie du Jazz de Rudy Gobert. En tant que backup, il pourrait permettre à ses coéquipiers de souffler tout en maintenant la pression défensive sur l’équipe adverse. Son adresse à trois points le rend très utile pour écarter les défenses. Pour être un backup efficace, il devra apprendre à jouer plus sous contrôle et éviter de perdre trop de ballon. 

Jackson n’est pas le véritable meneur créateur dont le Jazz aurait besoin mais cette classe de draft manque de ce type de joueur.

13. Phoenix Suns (via Washington*): Damian Jones (Pivot / Vanderbilt /Junior)

Deuxième choix dans la lottery pour les Suns. A ce niveau de la draft, et surtout cette année avec une classe moyenne, il faut prendre des risques. Aucun propsect ne propose plus de potentiel que Damian Jones à ce moment-ci de la draft.

Damian Jones est l’énigme de cette année. Son cas amènera beaucoup de débats la draft approchant. Le pivot de Vanderbilt est immensément talentueux. Mais son talent n’a d’égal que son manque de motivation. Quand il est concentré et appliqué, il ressemble à un joueur du top 5. Il est capable de détruire la raquette adverse des deux côtés du terrain. En défense, ses qualités athlétiques en font un excellent contreur et intercepteur. En attaque, il a développé quelques moves et peut scorer assez facilement. Dans un bon jour, c’est le meilleur pivot de la draft, devant Jakob Poeltl. Le soucis c’est qu’il arrive à Jones de complètement passer à côté de certains matches. Il traîne des pieds et ne semble pas concerné par ce qu’il se passe autour de lui. De quoi rendre un coach fou.

Les Suns ont besoin de renfort au poste de pivot, Tyson Chandler n’ayant pas amené l’apport escompté. Jones est loin d’être un assurance tout risque mais il a montré des signes d’amélioration au niveau de la constance. Il a notamment été nommé joueur de la semaine de sa conférence il y a peu. Pour se sortir des bas fonds de la conférence Ouest, Phoenix doit tenter ce genre de pari.

*Les Suns possèdent le choix des Wizards dans le cadre de l’échange de Markieff Morris. 

 

14. Chicago Bulls: Denzel Valentine (Arrière/ Michigan State / Senior)

Denzel+Valentine+Arkansas+Pine+Bluff+v+Michigan+3cdPCgeQ9RZx

La saison des Bulls vire au cauchemar. Le groupe bien pourrait exploser à l’intersaison. Dans ce genre de situation, la franchise voit la draft comme le moyen de se trouver un joueur capable de contribuer directement et de combler un besoin. Le besoin numéro un des Bulls se situe sur les lignes arrières. Le duo Rose-Butler est un des meilleurs duos meneur-arrière de la ligue mais derrière eux, les Bulls n’ont pas vraiment de solutions. Et Aaron Brooks, le meneur backup, est agent libre cet été et n’a pas apporté satisfaction. Denzel Valentine pourrait venir le remplacer.

Denzel Valentine peut devenir un très bon backup en NBA sur les deux postes du backcourt. Les Bulls ne peuvent pas rêver mieux. Il a une très bonne vision de jeu et c’est un excellent shooteur. Son dribble lui permet d’être capable de jouer meneur sur certaines séquences alors que c’est un arrière de formation. Aux côtés de stars comme Jimmy Butler ou Derrick Rose, il ne devrait pas souvent avoir la gonfle entre les mains mais qu’importe, le Spartan peut jouer off the ball. Son manque de qualités athlétiques et sa défense suspecte semblent l’empêcher de pouvoir viser un top 10. Mais en dehors de ce top 10, le senior représente une valeur sûre.

Les Bulls ont pris l’habitude de sélectionner des stars universitaires ces dernières années, le choix de Denzel Valentine viendrait confirmer cette tendance.

15. Denver Nuggets (via Houston Rockets*): Skal Labissiere (Ailier Fort/ Kentucky / Freshman)

Le cas Labissiere est épineux. Annoncé comme le rival de Ben Simmons pour le premier choix de la draft avant la saison, l’haitien a vécu une saison très difficile à Lexington. Relégué sur le banc par un John Calipari impatient à cause d’une début de saison catastrophe, il a dû se battre pour gagner ses minutes. Alors que beaucoup l’avaient enterré, l’immense ailier fort s’est réveillé au cours de ces dernières jours. Beaucoup de scouts n’auraient pas perdu foi en lui, préférant condamner le management discutable de son coach. Compte tenu de son potentiel athlétique, difficile de résister à lui à ce moment-ci de la draft.

Labissiere est un joueur de 19 ans qui continue à apprendre les rudiments du basket. Son QI basket est médiocre. Il commence seulement à s’habituer à la vitesse du jeu NCAA et parait perdu sur le terrain. Physiquement, il lui manque plus de 10 kilos de muscles. En attaque, il développe un shoot fiable à-distance mais peine à conclure dans la raquette après le contact. Bref, le joueur de Kentucky est brut. Mais on comprend vite en le voyant jouer pourquoi les scouts n’ont pas complètement perdu foi en lui. Il a des qualités athlétiques folles et peut devenir un excellent contreur. Les Nuggets, qui disposent de trois choix de drafts au premier tour cette année, et on besoin de renfort au poste 4, peuvent se permettre de tenter ce pari au milieu du premier tour. Si la franchise est patiente avec le jeune ailier fort, elle pourrait bien voire éclore une excellent poste 4 d’ici quelques années.

La côte de Labissiere est difficile à évaluer à la veille de la March Madness, tournoi à l’importance primordial pour lui. S’il continue à montrer des signes de mieux, il pourrait très vite retrouver le top 10.

*Les Nuggets possèdent le choix des Rockets dans le cadre de l’échange de Ty Lawson. 

16. Detroit Pistons: Melo Trimble (Meneur / Maryland / Sophomore)

Melo+Trimble+Maryland+Eastern+Shore+v+Maryland+oFP-oXCESDjx

Ce choix faisait partie du package offert par les Pistons aux Rockets en échange de Donatas Motiejunas. Le Lituanien n’ayant pas réussi à passer les tests physiques (c’est en tout cas la version officielle), le transfert a été avorté. Le choix est à nouveau possession des Pistons qui pourraient en profiter pour améliorer le poste de meneur remplaçant. Steve Blake est un solide meneur mais il vient d’avoir 36 ans et son contrat se termine la fin de la saison. Melo Trimble pourrait remédier à ce problème.

Le meneur a tout du bon backup NBA. Il peut dégainer longue distance (37% dé réussite en carrière à Maryland) mais pourra aussi organiser le jeu de la second unit. Ses lacunes en défense pourront être masqué par les quelques spécialistes dans ce domaine que compte Detroit (Stanley Johnson, Kentavious Caldwell-Pope). Melo Trimble est prêt à assumer ce poste de backup dès la saison prochaine, élément très important pour Stan Van Gundy qui n’a jamais trop aimé s’encombrer de prospects bruts à fort potentiels.

Le sophomore de Maryland est légèrement redescendu sur terre après un très bon début de saison. Mais sa campagne 2015/2016 fait de lui un joueur prétendant au top 20.

17. Indiana Pacers: Diamond Stone (Pivot / Maryland / Freshman)

Diamond Stone n’est pas le plus athlétique des pivots ni le plus flashy, mais sa saison freshman en NCAA laisse préfigurer une honnête carrière NBA. Avec 2m11 et plus de 115 kilos sous la toise, il possède les mensurations parfaites pour un pivot. Il n’est pas très explosif mais compense avec sa puissance. Ce n’est pas le prototype du pivot moderne capable de défendre la raquette ou d’écarter les défenses. Lui préfère conclure dans la raquette et imposer sa présence physique. Une équipe en besoin de profondeur au poste de pivot pourrait le sélectionner. Une équipe comme les Pacers.

Les hommes de Frank Vogel réalisent une excellente saison malgré une équipe incomplète, notamment dans la raquette. Ian Mahinmi réussi sa meilleure saison en carrière mais son contrat arrive à son terme à la fin de la saison. L’autre pivot de la franchise, Jordan Hill, sera lui aussi agent libre en fin d’année. Même si notre français devrait lui résigner dans une franchise qui lui a fait confiance, Jordan Hill n’est lui pas assuré de continuer l’aventure. Pas sûr que les Pacers veulent le prolonger, surtout s’ils ont la possibilité de drafter un jeune pivot qui sera moins cher et plus intéressant sur le long terme.

Indiana a réussi un gros coup en draftant Myles Turner lors de la dernière draft. Un choix risqué que beaucoup avaient critiqué, jugeant l’ancien joueur de Texas trop brut. Si ce pari a payé pas sûr que le front office souhaite tenter une nouvelle fois un coup de poker. Diamond Stone représente un choix sûr.

18. Charlotte Hornets: Furkan Korkmaz (Arrière / Turquie / 1995)

L’été s’annonce chargé du côté de la Caroline. Al Jefferson, Nicolas Batum, Marvin Williams et Courtney Lee sont tous free agents. Jeremy Lin peut quant à lui activer une option pour tester le marché. Les Hornets se retrouvent avec potentiellement 6 joueurs sous contrat pour la saison prochaine. Dans cette situation, ils peuvent se permettre de tout simplement prendre le meilleur joueur disponible: Furkan Korkmaz.

Le très jeune turc de 18 ans est un arrière aux qualités de meneur. Il est très bon ballon en main et capable de diriger l’attaque de son équipe. C’est un excellent shooteur capable d’enquiller les shoots longues distances. Une aide précieuse pour des Hornets qui ont manqué de shooteurs depuis des années, d’où le trade de Courtney Lee il y a quelques semaines. En défense, il souffre contre les arrières physiques. Avant d’arriver en NBA, il devra gagner du muscle.

Furkan Korkmaz est encore très jeune et devra peut-être attendre quelques années avant de faire le grand saut vers la NBA. Mais les scouts l’adorent, le projetant parfois dans le top 10. Le récupérer au choix 18 serait une vraie bonne affaire pour les Hornets.

19. Denver Nuggets (via Portland Trail Blazers*): Taurean Prince (Ailier / Baylor / Senior)

A la surprise général, Portland va surement participer aux playoffs. Si c’est le cas, les Nuggets récupéreront le choix des Trail Blazers. Troisième choix dans le top 20 pour la franchise des Rocheuses. Avec les deux choix précédents, Jamal Murray et Skal Labissiere, les deux besoins les plus urgents ont trouvé une réponse. Ce troisième choix est l’occasion de simplement prendre le meilleur joueur disponible, qu’importe sa position. A ce stade c’est Taurean Prince.

Taurean Prince est le genre de joueur que les fans vont adorer. C’est un bulldog en défense, capable de défendre sur les postes d’arrière, d’ailier et d’ailier fort. De l’autre côté du terrain, il est capable de mettre des tirs longue distance. Bref, c’est le modèle parfait du «3 and D». Il apportera de la dureté à des Nuggets parfois un peu léger. Le poste d’ailier à Denver est assuré par Danilo Gallinari mais l’italien est sujet aux blessures. De la profondeur à ce poste ne serait pas de luxe.

Le profil de joueur de banc spécialiste de défense et capable de mettre des shoots extérieurs que possède Prince pourrait séduire des équipes dès le milieu du premier tour.

*Les Nuggets détiennent ce choix dans le cadre l’échange d’Aaron Afflalo.

20. Boston Celtics (via Dallas Mavericks*): Caris Levert (Arrière / Michigan / Senior)

Difficile de cerner la cote de Caris Levert. Le senior a connu deux blessures à la jambe qui ont écourté ses deux dernières années universitaires. Les tests physiques pré-draft seront cruciaux pour lui. S’il les passe avec succès, c’est sans conteste un prospect qui mérite d’être choisi au premier tour.

Caris Levert est un prospect très complet. En attaque, il sait simplement tout faire. Bien qu’il soit un arrière, c’est lui qui menait le jeu de son équipe après que la génération dorée de Michigan soit partie en NBA. C’est un excellent joueur de un contre un, très adroit derrière la ligne à trois points. Son physique longiligne le pénalise quand il doit finir dans la raquette et en défense.

Côté Celtics, Evan Turner est agent libre cet été. Sa resignature est fort probable mais Danny Ainge serait inspiré de choisir LeVert pour assurer ses arrières. Le prospect pourrait assurer le même rôle que Turner, celui de l’organisateur de la deuxième unité de l’équipe.

*Les Celtics possèdent ce choix dans la cadre du transfert de Rajon Rondo. 

21. Atltanta Hawks: Stephen Zimmerman Jr (Pivot / UNLV / Freshman)

Comme toutes les équipes de la division sud-est, les Hawks vont connaitre une intersaison mouvementée. Deux titulaires (Al Horford et Kent Bazemore) pourront tester le marché alors que l’avenir de Jeff Teague semble s’écrire en pointillé. Mais le problème le plus persistant de la franchise se situe à l’intérieur. Atlanta manque de joueurs de grande taille. C’est encore plus le cas depuis le retour de Pero Antic en Europe. Le freshman Stephen Zimmerman pourrait venir combler ce vide. C’est un 7 footer très athlétique et capable de s’écarter du cercle. En attaque, sa vision du jeu lui permet de pouvoir ressortir la balle quand il est poste pour trouver des coéquipiers démarqués. Son physique d’adolescent devrait l’empêcher de contribuer dès sa saison rookie. Il devrait normalement faire quelques aller-retour avec la D-League. Mais si une équipe prend son mal en patience et accepte de le couver pendant une ou deux années, elle pourrait bien être récompensée.

Atlanta pourrait très bien être cette équipe. En effet, Zimmerman correspond à l’intérieur type des Hawks version Mike Budenholzer. Un joueur capable d’écarter les défenses, de passer la balle et assez intelligent pour s’intégrer dans une solide défense collective.

22. Philadelphie 76ers (via Miami Heat*): Wade Baldwin IV (Meneur/Vanderbilt/Sophomore)

Wade+Baldwin+IV+Texas+v+Vanderbilt+W0uezM3XIUAx

Oui les 76ers ont besoin de tireurs extérieurs pour écarter le jeu, d’autant plus depuis la sélection de Ben Simmons avec le premier choix. Oui, Grayson Allen aurait tout son sens ici. Mais le mot «besoin» ne fait pas partie du vocabulaire de Sam Hinkie qui ne connait que le principe du meilleur joueur disponible. Wade Baldwin IV est de très loin le meilleur propsect à ce stade.

Wade Baldwin pourrait très bien être drafté dix choix plus haut ou dix choix plus bas. Le meneur de Vandebilt est très brut mais il possède le bases pour réussir, notamment au niveau de l’envergure. Son défaut majeur consiste à disparaître de certains matches et à ne plus peser sur le jeu de son équipe, en attaque comme en défense. En tant que meneur, il ne mène pas vraiment le jeu de son équipe et pourrait basculer sur le poste d’arrière en NBA. Ses qualités athlétiques en font néanmoins un prospect intriguant au premier tour. Il y a encore deux ans, Baldwin était encore inconnu des scouts mais il a depuis progressé. Pourquoi sa folle ascension s’arrêterait ?

Les Sixers ont besoin de renfort sur les lignes arrières. Wade Baldwin apporterait ce renfort.

23. Boston Celtics: Brice Johnson (Ailier Fort-Pivot / North Carolina / Senior)

 

Troisième sélection pour les Celtics qui choisissent enfin avec leur pick originel. Leurs quelques besoins ont déjà été comblés. Le soir de la draft, il est peu probable que Boston garde autant de choix. Danny Ainge montra surement un échange pour monter ou amener un vétéran. Dans une équipe à l’alchimie aussi parfaite, ramener trop de nouveaux joueurs,qui plus est inexpérimenté, pourrait altérer ce précieux équilibre. Si les Celtics décidait de ne pas échanger ce choix, Brice Johnson pourrait être un choix judicieux.

L’intérieur des Tar Heels apporte deux choses: son énergie et des rebonds. En sortie de banc, il pourra assurer quelques minutes et apporter son énergie. En attaque, le senior est très frustre. Il obtient la majorité de ses 16 points de moyenne grâce à des dunks et des tirs près du panier. A noter qu’il tourne à près de 77% aux lancers francs, une statistique toujours agréable à constater chez un intérieur.

On se rapproche de la fin du premier tour, à ce stade de la draft, les franchises espèrent trouver, au mieux, un joueur de bout de banc. Brice Johnson rempli parfaitement ce rôle.

24. Memphis Grizzlies: Grayson Allen (Arrière / Duke / Sophomore)

Grayson+Allen+Duke+v+North+Carolina+E-Uim8--Agwx

Les Grizzlies ont désespérément besoin de shooteurs. Dans ce cas, désespérément n’est peut-être pas un qualificatif assez fort pour décrire le manque de tireurs du côté du Tennessee. Le refus de Memphis de s’adapter à l’évolution de la ligue, particularisme intéressant qui leur servait de marque de fabrique au début, en est devenu risible. Il est temps pour eux de ramener des tireurs extérieurs. Voir tomber Grayson Allen jusqu’à leur choix est presque inespéré pour eux. Le joueur de Duke représente le choix parfait.

On peut critiquer Grayson Allen pour ses quelques actions limites et il le mérite. On peut dire que c’est un joueur sale. Mais on ne peut pas remettre en question son énergie. Allen est un guerrier sur le terrain et s’intégrerait bien dans le style de jeu rugueux des Grizzlies. L’apport premier de l’arrière dans l’équipe qui le draftera sera avant tout son shoot. C’est un excellent shooteur qui peut dégainer de n’importe quelle position sur le terrain. Sa vision de jeu et son QI basket lui permettront de parfaitement s’intégrer en NBA. Il pourrait être en difficulté contre les arrières physiques.

Compte tenu des besoins de Memphis, cette sélection est une évidence.

25. Los Angeles Clippers: A.J Hammons (Pivot / Purdue / Senior)

Doc Rivers n’apprécie pas la draft. C’est dû moins ce que laisse transparaître dans ces derniers échanges dans lesquels il n’a pas hésité à balancer ces premiers tours de draft pour les prochaines années. Les Clippers n’ont déjà plus que deux premiers tours de draft pour les cinq premières années. Quant aux choix de ces dernières années, aucune n’a payé. Doc Rivers a pris l’habitude de lâcher peu de minutes à des rookies inexpérimentés. La complexité de ce choix réside donc dans le fait de trouver un joueur capable de contribuer dès son arrivée en NBA. A la fin du premier tour, ce n’est pas toujours aisé mais AJ Hammons pourrait relever le défi.

A.J Hammons (2m11) est un senior mais reste encore un mystère. Après trois années correctes à Purdue, il a explosé cette année. Il est doté de grosses qualités athlétiques qui le rendent capables de dominer n’importe qui. Pour l’instant, il n’a pas encore réussi à complètement les exploiter et devenir ce joueur dominant. Mais le potentiel est là. Hammons offre aux Clippers un possible pivot remplaçant dans le même moule que DeAndre Jordan, très fort en défense. Il a même la capacité de s’écarter de quelques mètres pour mettre des shoots ou de poster le défenseur. Sa non-régularité et sa nonchalance pourraient néanmoins effrayer certaines équipes.

Le pivot aura soufflé ses 24 bougies au moment de la draft. C’est beaucoup pour un drafté mais ça pourrait plaire à Doc Rivers.

26. Toronto Raptors: Zhou Qi (Pivot / Chine / 1996)

Les Raptors ont déjà une équipe complète sans grande faiblesse, c’est encore plus le cas après la sélection d’Henry Ellenson. Avec ce choix de toute fin de premier tour, Masai Ujiri peut une nouvelle fois tenter un pari avec un prospect international largement inconnu. Après Bruno Caboclo et Lucas Nogiera, voici Zhou QI.

Les Xinjang Flying Tigers sont connus par la fans NBA pour avoir accueilli à de multiples reprises des joueurs NBA en quête de temps de jeu et, surtout, d’argent. Mais l’attraction de l’équipe actuellement se nomme Zhou QI. Avec ses 2m18 et son envergure incroyable de 2m31 on comprend pourquoi le jeune chinois a l’attention des franchises NBA. Certes, il est encore très brut et le niveau de son championnat rend difficile toute évaluation mais le potentiel est illimité. La franchise canadienne pourrait le laisser mûrir quelques années dans leur nouvelle équipe D-League affiliée. Le coup médiatique d’une telle sélection serait énorme pour les Raptors et la NBA qui cherche un porte étendard en Chine depuis la retraite de Yao Ming.

Zhou Qi est une véritable énigme. Mais pourquoi ne pas tenter un coup de poker au choix 26.

27. Philadelphia 76ers: Deyonta Davis (Ailier Fort / Michigan State / Freshman)

Troisième et dernier choix de cette mock draft pour les 76ers qui récupèrent le pick de Miami. La stratégie commence à être connue. Avec Sam Hinkie c’est meilleur joueur disponible. Voici donc Deyonta Davis.

Deyonta Davis pourrait être drafté plus haut, bien plus haut même. Cependant, son petit temps de jeu rend difficile toute évaluation même si les promesses sont encourageantes. Davis est un ailier-fort athlétique, capable de collecter des rebonds et de défendre. Plus important, il peut s’écarter du cercle pour tirer à mi-distance. Le frontcourt des 76ers est bien garni mais Brett Brown n’a pas ce profil de joueur. Sam Hinkie drafte encore un prospect à fort potentiel que les autres équipes ont laissé glisser.

Tom Izzo, son coach, a déclaré que Deyonta Davis méritait d’être drafté à la fin de la lottery. Izzo est le meilleur coach universitaire actuellement, c’est par exemple lui qui avait dit de Draymond Green qu’il était un futur grand joueur NBA. On peut penser qu’il sait de quoi il parle.

28. Phoenix Suns: Gary Payton II (Meneur / Oregon State / Senior)

Troisième et dernier choix également pour les Suns. Les deux premières sélections sont venues renforcer un frontcourt qui manquait de profondeur. Même si les lignes arrières n’ont pas forcément besoin de renforts, il est probable qu’au moins un des choix dont dispose Phoenix vise un meneur. Ici, c’est le troisième et dernier avec Gary Payton II.

Gary Payton II, fils du légendaire meneur des Sonics, perpétue la tradition accolée au nom de son père: c’est un très bon défenseur. Il est agressif sur l’homme et montre constamment de l’énergie. Certains le comparent à Avery Bradley. C’est le meilleur rebondeur de la classe parmi les arrières et un formidable général sur un terrain. Athlétiquement, il possède une très longue envergure et pourra facilement répondre physiquement à la plupart des joueurs NBA. Son unique point fiable c’est son shoot, très handicapant pour un meneur dans la NBA actuelle.

Le shoot du fiston est totalement à reconstruire. En dehors de ça, c’est un joueur très complet avec de l’expérience (4 ans de fac).

29. San Antonio Spurs: Juan Hernangomez (Ailier / Espagne / 1995)

Fin de premier tour de draft rime avec Spurs. Avec ces choix, les Texans ont l’habitude de prendre des jeunes joueurs européens dominants. Juan Hernangomez a le profil parfait pour être choisi par Greg Popovich.

Le joueur d’Estudiantes est la révélation de la ligua ACB cette saison avec des statistiques jamais vues pour un joueur de son âge. Du haut de ses 2m06, il est capable d’évoluer à la fois sur le poste de petit ailier et celui d’ailier fort. C’est un joueur qui montre beaucoup d’énergie sur le terrain. Il peut aussi rentrer des shoots depuis le périmètre. La principale question autour du futur Hernangomez en NBA se pose au niveau de sa défense. Il souffre déjà contre les plus physiques des joueurs du championnat espagnol, notamment dans la raquette. On peut donc se demander comment pourra-t-il résister aux buffles de la NBA ?

L’Espagnol devrait rester quelques années en Europe avant d’arriver en NBA.

30. Golden State Warriors: Domantas Sabonis (Ailier Fort / Gonzaga / Sophomore)

Dire que Golden State a peu de besoin serait un euphémisme. Les Warriors n’ont aucun besoin. Ils n’ont même pas intérêt à parier sur un jeune prospect à fort potentiel car ils en ont d’autres qui attendent. Domantas Sabonis pourrait avoir du sens ici.

Fils de la légende Arvydas Sabonis, Domantas ne sera sûrement jamais une star comme papa mais il pourrait devenir un solide joueur de banc, comme c’est déjà le cas à Gonzaga. Ailier fort puissant et mobile, c’est sûrement le meilleur rebondeur de cette draft. Son impact offensif se limite à des paniers faciles dans la raquette. Le principal défaut de Sabonis c’est son manque de présence en défense, il ne protège pas bien sa raquette.

Sabonis est l’archétype du joueur de banc NBA. Le joueur de devoir qui gratte quelques minutes en fin de match pour apporter son énergie.

Auteur : Benjamin Ringuet

Créateur de Dunkhebdo en août 2012. Architecte de notre podcast éponyme, auteur de la plupart du contenu draft et bien plus encore. Ne supporte aucune équipe et déteste probablement la tienne. Allergique aux nostalgiques de l'âge d'or de la ligue. Pape du small ball. «Patron relou mais grave kiffant» selon un des rédacteurs.

11 réflexions sur « [Mock Draft Dunkhebdo 1.0] Ben Simmons et Brandon Ingram au dessus du lot »

  1. Très bon article, je sus d'accord sur à peu près tout le monde, certaines teams m'intéresseraient si tout se passe comme tu le décris d'ailleurs. Par exemple Minny avec Hield en 2 (ou Murray, qui convient aussi bien voir mieux), nous avec LeVert bien sur mais surtout un duo Myles-Diamond Stone très appétissant sur le papier !!

    Sinon, tout petit bémol, la mise en page avec les slides j'aime pas trop car on ne peut pas vraiment avoir une "vue d'ensemble".
    Pourquoi pas sur la prochaine faire sur une page, ton introduction puis enchainer avec ton tableau et y mettre des liens hypertextes vers ta fiche-joueur? Simple idée ^^

    Mais bravo, j'ai hâte d'être à la prochaine

  2. Une draft avec beaucoup de choix "osés", intéressante et qui mérite une analyse pick par pick pour la lottery.

    1 – Simmons : Rien à dire, potentiel franchise changer qu'il faudrait etre fou pour laisser passer

    2 – Ingram : Idem.

    3 – Bender : Joueur hors normes + faillite des gros prospects (Labissière, Brown) + "effet Porzingis" . La encore je suis votre logique

    4 – Poeltl : Pas d'accord. J'adore Jakob mais il y a plus talentueux que lui. Le pick n'est pas assuré d'etre a Boston et il est également possible qu'il soit tradé (ex: dans cette configuration un pick 4 vs Okafor est parfaitement envisageable). Baser le pick sur le besoin de la team du moment qui drafterais en 4 ne me parait pas le mieux.
    Avis perso : Jaylen Brown, meme s'il déçoit son potentiel physique intrigue beaucoup. Ou Kris Dunn en cas d'accord avec les Sixers
    5 – Buddy Hield : J'aime bien l'idée, Hield est stellaire cette saison et avec le départ de Martin + Rubio, Wigo, qui ne savent pas shooter longue distance le Buddy ferait du bien. A moins que ce ne soit Rubio qui a été proposé aux Bucks, qui soit prié d'aller voir ailleurs. SURTOUT avec la présence d'un prospect tel que Kris Dunn dans la draft.
    Alternative : Kris Dunn si les rumeurs autour de Rubio se confirment voire Jamaal Murray le talentueux (mais égoiste et et fluet pour un 2) mais Hield me parait bien.

    6- Jaylen Brown : Pour moi c'est bas. Il a du talent et un physique ça peut aller haut.
    Avis perso : Jakob Poeltl /Kris Dunn selon le besoin de l'équipe qui aura ce pick. Le premier est un excellent joueur, mature, avec des qualités faites pour la NBA. Le second également avec un côté encore plus "freak physique" mais à un poste plus fourni et agé. Ou Hield si dispo

    7- Jamaal Murray : Un choix possible. Le duo Mudiay/Murray aurait du sens. Et a ce stade, qu'importe la team Murray est une possibilité. Néanmoins…
    Avis perso : Kris Dunn/Poeltl selon celui qui n'est pas pris en 6. Ou Hield si dispo

    8- Henry Ellenson : Un choix super intéressant! Joueur un peu "under the radar" mais qui fait une magnifique saison Freshman. La comparaison avec Kevin Love joue en sa faveur. Mais ce profil de stretch 4 est très recherché aujourd'hui. Why not? Ce choix est le plus indécis, les Raptors peuvent tout faire.
    Alternative malgré tout : Ivan Rabb : Moins shooteur, plus rebondeur, machine a double double en NCAA. Un joueur très interessant dans un rôle de "ramasse miettes" et avec de réels upsides pour devenir plus encore.
    Ou Skal Labissière! Annoncé comme un futur top 3, le gamin a déçu mais le voila qui revient très fort. Les Raptors qui jouent deja le titre peuvent miser sur un jouer à l'upside énormissime.

    9 – Kris Dunn : Que c'est sévère. L'age est la oui, le poste oui, quelques blessures aussi. Mais quel physique! Quel talent! Ca me parait vraiment bas. Philly serait bien inspiré d'aller le chercher, Sota qui a proposé Rubio pourrait y songer.
    Alternative : Jamaal Murray, surtout dans l'hypothèse Bucks. Voire d'autres pour son talent.

    10- Ivan Rabb : Bon choix. Pas grand chose à ajouter, il irait bien aux Kings a coté du Cooz (maiiis T Rob aussi on connait la suite). Néanmoins j'ai comme le sentiment que les Kings pourraient se laisser séduire par un stretch four tel que Ellenson.
    Alternative : Ellenson.

    11- Tim Luwawu : Un peu chauvin Benjamin? 🙂 Le garçon a un physique, le garçon a du talent mais rare sont les prospects français a avoir obtenu un haut pick sur cette base. Et Furkan Korkmaz semble bénéficier d'une meilleure cote dans le meme profil chez les scouts.
    Avis perso : Korkmaz ou Denzel Valentine! Avis très perso car Denzel avec son age et son physique est attendu plus bas. Mais voila le mec domine outrageusement la league et pourrait mener les Spartans très loin lors de la MM. Suffisant pour faire une Kaminsky ou autres selon moi. Le Magic a fait de la place en virant Tobias qui plus est.

    12- Demetrius Jackson : Pas mal si ça reste au Jazz. Le besoin a la mène est la, le gosse a du talent. Le Jazz pourrait aussi songer a prévoir un suppléant à Burks, décevant.
    Alternative : Korkmaz.

    13- Damian Jones : Beaucoup trop haut a mon gout. Un joueur qui ne propose que son physique et son jeu de pivot protecteur de cercle. Agé, faible offensivement . Inconstant et pas de killer instinct je vous trouve gentil avec lui.
    Avis perso : Denzel Valentine si dispo. Rabb/Ellenson/Labissière selon le restant

    14- Denzel Valentine : Dur pour lui de le considérer comme un très bon back-up au mieux. Certe y a le physique, la défense et l'age mais c'est un génie quoi. Je le vois plus haut avec la MM qui arrive.
    Avis perso : Demetrius Jackson parfait pour suppléer Rose ou Korkmaz si dispo.

  3. De mon coté j'opte donc pour :
    1- Simmons
    2- Ingram
    3- Bender
    4- Brown
    5- Dunn
    6- Buddy
    7- Poeltl
    8- Labissière/Ellenson
    9- Murray
    10- Ellenson/Rabb
    11- Denzel Valentine
    12- Demetrius
    13- Labissière/Ellenson/Rabb
    14 – Korkmaz

    A noter pour la prochaine : Le système de slide est affreux. J'avais commencé un comm' que j'ai perdu en voulant changer de slide pour consulter ton avis sur un prospect… Pourquoi pas faire 1-10 puis 11-20 puis 21-30 pour la prochaine. La je n'ai honnetement pas tout lu, lassé de devoir changé de page
    Il serait intéressant également d'avoir la taille, le poids et les stats des joueurs pour ceux qui cherchent à se faire une idée.

  4. J'aime l'idée pour le slide, c'est vrai qu'après coup quand on veux revenir en arrière on doit tout se taper.

  5. Très bon article, très plaisant à lire dans l'argumentation des choix de picks que l'on soit d'accord ou pas c'est toujours intéressant d'avoir l'avis de spécialistes.

    Je suis globalement d'accord avec la plupart des choix (et aussi les alternatives) mise à part Poeltl et Luwawu que je trouve un poil haut. En faite je suis d'accord avec les choix surtout vis à vis de la contextualisation dans votre intro (non prise en compte de trades et de la lottery).

    Après je pense que quelque soit la lottery la franchise X sera les Celtics, si ils échangent leur pick pour Okafor et les Sixers je vois Dunn ou Murray être sélectionné. Si ils le gardent, Poeltl me parait un peu haut mais c'est le seul poste qui leur manque. Je les vois pas sélectionné Labissière, ce qu'ils veulent c'est une star et non pas un prospect avec un risque énorme de bust en plus.

    Donc pour moi les Celtics sont l'inconnu de cette draft car si ils trouvent un autre trade avec une autre franchise que les Sixers ça peut tout changer (ex : Cousins et les Kings)

    Pour finir ma mock draft :

    1- Sixers : Ben Simmons
    2- Lakers : Brandon Ingram
    3- Suns : Dragan Bender
    4- Celtics : Jamal Murray
    5- Timberwolves : Buddy Hield
    6- Pelicans : Jaylen Brown
    7- Nuggets : Kris Dunn
    8- Raptors : Henry Ellenson
    9- Bucks : Jakob Poeltl
    10- Kings : Denzel Valentine
    11- Magic : Demetrius Jackson
    12- Jazz : Ivan Rabb
    13- Suns : Skal Labissiere
    14- Bulls : Furkan Korkmaz

  6. Merci pour le commentaire et le compliment 🙂

    Concernant la mise en page de l'article, compte tenu que vous êtes plusieurs à l'avoir pointé du doigt, on va essayer d'arranger ça !

  7. C'est vrai que le choix des Celtics est le choix pivot de cette draft ! C'est le choix sur lequel j'ai le plus hésité car ils peuvent vraiment aller dans x directions et que ce pick influence tout le reste. J'avais aussi pensé à Jamal Murray, qui aurait du sens surtout après ses derniers matches. J'ai été tenté par Poeltl qui bénéficie d'un côte assez haute chez les scouts (alors que c'est pas un joueur que j'apprécie) mais honnêtement y a une quantité infinie d'alternative pour le pick des Celtics.

    En tout cas merci pour le commentaire et content d'être considéré comme un «spécialiste» 😉

  8. Merci pour ce très très long commentaire.

    Tout d'abord, concernant les slides, vous avez étaient plusieurs à vous en plaidre et vous avez eût raison. On a modifié l'article pour qu'il n'y ai plus que 4 parties 🙂

    Concernant Poeltl en 4, comme je l'explique en bas, c'est LE pick avec lequel je me suis cassé la tête. J'ai noté un peu près 7 possibilités viables (en gros les joueurs de 4 à 11). Tous peuvent être justifié. J'ai beaucoup hésité entre Jaylen Brown et Jamal Murray.
    Perso, j'auras aussi choisi Brown mais Crowder a un profil qui se rapproche quand même et, surtout, je lis partout que les GM sont fous de Poeltl. Sachant que c'est une prédiction sur ce que ferait les équipes, j'ai essayé de m'adapter avec les informations que j'avais. Mais le choix de Brown se justifie parfaitement 🙂

    Pour ce qui est Dunn, je pense qu'on a le même avis. C'est un prospect excellent. Mais…comme, je l'explique, y a peu d'équipes qui ont besoin de meneur et d'autant plus d'un qui sait pas shooter. Je dois avouer qu'en finissant la mock je me suis aussi dit que c'était bas mais c'est dur de lui trouver un spot avant (en incluant pas les trades). Après, comme tu le dis, en niveau absolu il est top 5, c'est évident.

    Enfin, je fini par Damian Jones. Là c'est un choix du coeur je l'avoue ^^ j'adore ce joueur. C'est très haut pour lui mais c'est le côté subjectif de l'auteur qui a parlé.

    En tout cas, merci encore pour cette longue analyse très intéressante !!

  9. Excellent article, c'est du gros et du beau boulot! Ce n'est jamais évident de faire une mock mais en faire une aussi tôt et aussi complète est vraiment une belle prouesse! Chapeau!

    Concernant le fond je suis totalement d'accord avec le top 10 même si j'inverserais Buddy et Murray mais c'est pas illogique!
    -Je trouve Luwawu un peu haut (je ne pense pas qu'il sera LP
    -Sabonis bien trop bas,
    -Sinon je suis très fan de ton choix pour Indiana et ceux de Denver même si je veux Prince à Memphis!!!

    En tant que fan de Memphis, je vais juste ajouter que même si ton choix est très logique, je pense que Memphis prendra un pivot suite à la grave blessure de Gasol et à la fragilité chronique de Wright!

  10. J'aime bien la nouvelle forme 4 parties comme ça c'est bien plus facile d'étudier un peu tes propos.
    Je suis entièrement d'accord avec toi. Ce pick 4 c'est vraiment LE casse tête (en admettant que Bender soit la). Murray red hot en ce moment, il risque de trend up assez sévèrement. Il ne croque plus (consignes de Cal pour faire monter sa cote?) UK regagne avec Skal a nouveau impliqué ça peut tout changer.

    Et je suis d'accord avec toi sur Dunn. Effectivement ça peut finir en "sleeper" (modéré) son cas. Effectivement lui c'est vraiment les trades qui vont déterminer sa trajectoire, Sota en tradant Rubio , Philly en tradant Jahlil (la blessure pourrait compliquer les choses) je ne vois que ça.

    Je comprends mieux pour Damian Jones ^^ J'ai vraiment du mal a voir une franchise picker ce pivot qui peut certes rendre de fiers services dans la peinture mais qui me semble quand meme en dessous d'un Labissière/Ellenson/Rabb.
    A voir avec le combine. Pas de MM pour lui en tout cas.

    Merci à toi aussi ta mock est vraiment intéressante!

  11. Super article Ben, surtout que cette Mock apparait vraiment tôt…
    Alors pêle-melle je suis plutôt d'accord avec toi, même si LeVert est pour moi trop bas, pareil pour Damian Jones….

    Après y a des gars que tu n'as pas mentionné, comme Yogi Ferrell ou encore Perry Ellis, des joueurs vraiment intéressant

Les commentaires sont fermés.