[Prospect de la semaine] Wade Baldwin IV

Chaque mercredi, Dunkhebdo vous propose une fiche de présentation présentant les forces et faiblesses d’un des meilleurs joueurs NCAA en prévision de la future draft.

Fiche présentation Wade Baldwin IV:

Poste : Meneur

Taille: 1.91m

Poids : 88 kilos

Date de naissance : 29 Mars 1996 (19 ans)

Université: Vanderbilt

Présentation:

Un prospect peut en cacher un autre. Après la présentation de Damian Jones, c’est au tour d’un autre joueur de Vanderbilt d’être présenté dans cette rubrique: Wade Baldwin IV. Le meneur est un des prospects dont la côte monte le plus en ce moment, passé d’un potentiel second tour au début de saison à un top 20. Analyse d’un phénomène physique.

Si Wade Baldwin a une chance d’être sélectionné au premier tour de la draft, c’est avant tout grâce à ses qualités athlétiques. Le sophomore a la particularité d’allier une envergure de 2.08m à ses 1.91m de hauteur. Une telle envergure chez un meneur est chose rare.

Comme ce tableau l’indique, les joueurs avec une combinaison envergure/taille similaire à celle de Wade Baldwin ont plutôt bien réussi au niveau supérieur. En effet, une telle envergure a un impact sur toutes les facettes du jeu. Paradoxalement, en dehors de son envergure, Baldwin n’est pas le meneur le plus athlétique. C’est particulièrement vrai au niveau de explosivité, dont le prospect manque cruellement. Cela devrait couper court aux folles comparassions avec Russell Westbrook. Mise à part une grande envergure, on parle de deux joueurs différents.

Le jeu offensif de Wade Baldwin est à l’image du reste de son jeu: en construction. A cause de son manque d’explosivité, ce n’est pas un bon finisseur dans la raquette. Néanmoins, le meneur a pris conscience de la valeur des lay-ups et des shoots extérieurs. Ainsi il n’a pas encore développé un jeu à mi-distance pour se concentrer sur le shoot à trois points et les tirs intérieurs. C’est dans la droite lignée de l’évolution de la NBA. Sa mécanique est à retravailler, il lâche la balle un peu trop tôt et surtout trop bas. En tant que passeur, Baldwin est très peu intégrer dans l’attaque de son équipe pour un meneur. Il passe dès fois plusieurs séquences sans toucher la balle en attaque. Ses 4.8 passes décisives sont belles sur le papier mais elles ne traduisent pas la vérité. Le joueur de Vanderbilt n’a pas encore développé le Q.I basket d’un meneur NBA. Son rôle de meneur se résume plus à trouver la passe décisive que de faciliter le jeu de son équipe.

De l’autre côté du terrain, Wade Baldwin IV utilise son physique à la perfection. Grâce à ses longs compas, c’est un cauchemar pour les attaquants adverses. Il cache des lignes de passes et peut contenir les pénétrations. Ses longs bras sont également utiles pour couper les lignes de passes loin du ballon. Malgré son manque de vitesse dans les déplacements latéraux, il a le potentiel pour devenir un bon défenseur individuel. Il est plus en difficulté quand il s’agit de composer avec la défense collective. On le répète, mais Baldwin est un joueur en construction.

Mais plus que ces défauts, qui sont tous plus ou moins corrigeables, le vrai point faible de Wade Baldwin est son incapacité à produire contre les meilleures équipes universitaire. Ce tableau de SB Nation appuie cette observation:

2016-02-17_133351

 

Contre les meilleurs défenses du pays, Baldwin est en difficulté. Pire, quand il est opposé à certains défenseurs, même moyens comme Jamal Murray, il n’arrive pas à faire la différence.

Notre avis

Il y a deux ans, à sa sortie du lycée, Wade Baldwin n’était même pas classé parmi les 100 meilleurs lycéens du pays. Il est actuellement vu comme un joueur du top 20 de la draft. La progression est vertigineuse. Et pourtant, Wade Baldwin est loin d’avoir maximisé son potentiel.

L’équipe qui le choisira tentera clairement un pari. A l’heure actuelle, Baldwin est encore un joueur très brut qui a tendance à être très effacé dans certaines rencontres. Ces premières années en NBA se résumeront à un poste de troisième meneur en quête de minutes. Dans cette idée, une place entre la 20ème et la 30ème parait raisonnable.

A moins qu’il décide de rester un an de plus à la fac. Peut-être la meilleure décision de toutes.

3 Comments

Comments are closed.