Non classé

[The French Time] Gobert, le nouveau riche

Rédigé par

le

The French Time #1

Toutes les deux semaines, retrouvez le bilan des performances de nos Français.

 Utah Jazz v Portland Trail Blazers

Gobert, le nouveau riche

Il est difficile de parler de Rudy Gobert sans évoquer sa prolongation de contrat. Une prolongation qui a tardé à être signée mais qui est finalement arrivée. Avec un contrat de 102 millions sur 4 ans (10 millions en bonus), Gobert est devenu le sportif français le mieux payé. Pourquoi ce prix-là ? Parce que Gobert est tout simplement l’un des meilleurs défenseurs à son poste. Probablement le meilleur protecteur de cercle actuellement, Gobert est une véritable tour de contrôle au sein de la défense du Jazz, avec des moyennes de 10.9 rebonds et d’1.8 contres. De plus, Gobert conteste un très grand nombre de shoots dans la raquette, comme le montre cette stat :

De plus, Gobert est parti sur des très bonnes bases cette saison. En 7 matchs, il a déjà enregistré 3 doubles-doubles et 4 matchs au dessus des 10pts. Il n’est donc pas du tout sous la pression de son nouveau contrat. Au contraire, il a aussi montré certains progrès en attaque, notamment aux lancer-francs (11 sur 14 en Octobre) mais il faut encore les confirmer. Et le retour de Derrick Favors, très bon attaquant, ne devrait pas l’aider dans ce sens. Mais l’essentiel n’est pas là pour Gobert, qui peut s’imposer comme un candidat crédible au titre de défenseur de l’année. Et Utah, de nouveau au complet, peut pourquoi pas jouer les trouble-fêtes à l’Ouest.

Ses 13pts, 13 rebonds et 4 contres contre les Lakers :

Son gros dunk sur Porzingis :

Fournier score, Batum en mode Diesel

Fournier a beaucoup à prouver cette saison. Avec un nouveau contrat de 85 millions sur 5 ans signé cet été, le Magic lui a prouvé qu’il comptait sur lui. Cette attente autour de Fournier a été d’autant plus confirmée par le trade cet été de Victor Oladipo contre Serge Ibaka, libérant pleinement le poste 2 pour Evan, son poste favori. Il se doit donc de porter Orlando, surtout en attaque où il est l’option numéro 1. Si la régularité n’est toujours pas son point fort, Fournier score de plus en plus. 18.2pts par match en moyenne actuellement. Sur les 6 premiers matchs, il n’en a fini qu’un seul sous les 10pts (7pts le 28/10 contre Detroit) et au contraire il a par 3 fois passé la barre des 20 points avec une pointe à 29pts le 3/11 contre Sacramento, à un point seulement de son record en carrière. Et toutes ses stats ont significativement changé et augmenté depuis le début de la saison. Il prend plus de tirs (14 contre 11 par match la saison dernière), obtient plus de lancer-francs (4.5 par match contre 3) mais perd aussi plus de ballons. Seul point noir au tableau : son manque d’impact en dehors du scoring. Fournier ne prend que peu de rebonds (2.7) et fait peu de passes décisives (3.2). Mais dans son rôle de scoreur, Fournier a tout bon.

Ses 29pts contre Sacramento :

Nicolas Batum est dans le même cas. Après avoir décroché le jackpot cet été (120 millions sur 5ans), il doit confirmer son statut de cadre des Hornets. Sur ce début de saison, Batum a pu nous montrer pourquoi il pouvait prétendre à un tel salaire. Ses premiers matchs ont été plutôt hésitants au niveau du scoring et de l’adresse (9pts à 2/9 contre Milwaukee le 26/10, 12pts à 4/17 contre Miami le 28/10 et 12pts à 3/10 contre Boston le 29/10), mais il a été parfait dans le rôle de créateur, un peu délaissé par Kemba Walker. Puis le début du mois de Novembre a été synonyme de progrès au niveau de l’adresse pour Batum. D’abord avec 20pts à 7/15 contre Philadelphie le 02/11, avec 17pts dans le seul 3ème quart-temps, puis avec 18pts à 7/13 contre Brooklyn le 04/11. Un bon début de saison pour Batum et pour les Hornets avec un bilan de 4 victoires pour 1 défaite.

Son coup de chaud contre les Sixers :

Le début de la fin pour Parker ?

On le sait, le rôle de Tony Parker aux Spurs a évolué. Auparavant leader d’attaque et arme offensive principale de l’armada Spurs, il n’a désormais plus qu’un rôle de gestionnaire, avec un temps de jeu largement réduit ces dernières années (26.5min par match ce début de saison, sa plus faible moyenne en carrière). Mais même dans ce rôle, Parker peine maintenant à s’épanouir. Avec seulement 5.5pts, 4ast et 2reb et un très laid 33% au tir, Parker n’apporte presque plus derrière l’exceptionnel Kawhi Leonard, qui joue désormais de plus en plus balle en main. Et sa présence sur le terrain devient même de plus en plus problématique. Dans une ligue où les meneurs sont de plus en plus athlétiques, agressifs et tournés vers le scoring, Parker pose un vrai problème en défense. Dans ses jeunes années, l’aspect défensif n’était déjà pas un atout pour Parker, mais maintenant qu’il n’a plus ses jambes de 20ans, il n’est désormais plus capable d’arrêter un Westbrook, Curry, Lillard, Paul pour ne citer qu’eux. Et c’est là que son back-up, Patty Mills, devient intéressant. Maintenant plus rapide et explosif que TP, Mills peut dynamiter le match et son shoot extérieur plus fiable correspond mieux aux besoins des Spurs. Deux stats pour démontrer cet aspect : Parker a un Plus/Minus de -8 et un PER  de 5.3* , Mills de +9 et 20.1. Parker est de plus légèrement blessé au genou et manque une semaine de compétition… pas de bonne augure pour le reste de la saison. La question d’un changement de titulaire peut désormais se poser…

*Plus/minus : écart de score quand le joueur est sur le terrain
PER : Player Efficiency Rating, efficacité/production d’un joueur par minute sur le terrain

Noah de retour aux sources

Après une dernière saison cauchemardesque à Chicago, Joakim Noah a retrouvé sa ville d’origine, New York. Noah a toujours exprimé son souhait de jouer pour les Knicks, son équipe fétiche. C’est chose faite désormais, et ce nouveau départ lui a aussi permis de se relancer. Si son match d’ouverture à Cleveland a été décevant, il s’est tout de suite repris. Pour sa première au Madison Square Garden, il a pu profiter des acclamations du public pour signer une première bonne performance avec 6pts, 7ast et 10reb en 22min. Bonne performance confirmée par les matchs suivants, où il a été plutôt bon dans son rôle de pivot rebondeur-passeur. Et si on ne le savait pas, Noah nous a rappelé qu’il pouvait être transcendé par le contexte de certains matchs. Pour son retour à Chicago, sous les huées, il a signé probablement l’une de ses meilleurs performances de ses dernières années, avec en 35min, 16pts, 9reb et 4ast. De quoi nous laisser penser qu’il se sent aussi bien à New York que JR Smith dans les clubs de Vegas. Sous les couleurs de Knicks, Noah pourrait retrouver un peu de son niveau, et c’est déjà bien.

Certaines choses n’ont, par contre, pas changées…:

Ses highlights contre Chicago :

Les autres : Des mauvais débuts à l’exception de Lauvergne

– Dans sa nouvelle équipe d’Utah, Boris Diaw connait un début de saison catastrophique. Titulaire pendant 3 matchs au côté de Gobert, il n’a au total marqué que 2pts à 1/11 au tir, pris 7 rebonds et donné que 2 passes décisives. Transparent, il s’est en plus blessé à la jambe…

– Joffrey  Lauvergne, lui, s’adapte parfaitement à sa nouvelle équipe d’Oklahoma City. Après avoir eu très peu de temps de jeu sur les 3 premiers matchs, il a commencé à rentrer dans la rotation et le trade d’Ersan Ilyasova l’a fortement aidé. Sur les 3 derniers matchs, il a joué 17, 19 et 23 minutes avec un bon apport en sortie de banc (6.3pts et 5 reb de moyenne sur ces matchs).

Ses 8 points contre les Warriors :

–  Kevin Séraphin et Alexis Ajinça sont, quant à eux, à peu près dans la même situation. Les deux joueurs peinent à se montrer et à gagner des minutes en dehors du garbage time. Ajinça, au sein des Pelicans, n’arrivent pas à profiter de la faiblesse évidente de l’effectif, barré par Davis et Asik à son poste. De son côté, chez les Pacers, Séraphin n’a pas encore eu sa chance, alors qu’il pourrait se montrer intéressant derrière Turner et Jefferson.

– Dernier arrivé dans la grande ligue, Timothé Luwawu-Cabarrot n’a toujours pas trouvé sa place. Avec 4 minutes de jeu en moyenne et 4 apparitions, Luwawu n’a toujours pas marqué ses premiers points en NBA !

– Ian Mahinmi, blessé, n’est toujours pas de retour.

A propos de Pierre

Membre de Dunkhebdo depuis août 2015. Auteur des French Time et intervenant dans les podcasts. Fan du Thunder et de la seule vraie star que notre franchise ait eu dans ses rangs, Russell Westbrook. Hater des Warriors et des joueurs qui s'échappent dans les moments chauds des matchs à enjeux.

Recommandé pour vous