Dossier Dunkhebdo

Minnesota Timberwolves : un avenir radieux !

Rédigé par

le

Afficher l'image d'origineLes Minnesota Timberwolves n’ont pas atteint les playoffs depuis 2004 et viennent de finir la saison à la 13ème place de la conférence ouest. Cependant, tous les voyants sont au vert et il ne serait pas surprenant de les voir retrouver les sommets dans un futur proche.

Après un enchaînement de saisons décevantes, les Wolves sont à l’aube d’une nouvelle ère. Ce renouveau s’est construit par les drafts de Zach Lavine, Andrew Wiggins et Karl-Anthony Towns. A ces jeunes talents viendra surement s’en ajouter un autre car la 13ème place de la conférence donne accès à un choix de draft élevé. Mais il ne suffit pas d’avoir du talent pour gagner en NBA (les Kings en sont l’exemple parfait), il faut un véritable fond de jeu collectif et une défense solide. Ce n’était pas le cas de Minnesota cette année (28ème défense concernant le pourcentage d’adresse autorisé à l’équipe adverse) mais cela peut changer pour plusieurs raisons.

Tout d’abord, parlons de la défense. Le jeu est de plus en plus orienté vers le small-ball avec de nombreux poste 4 qui s’éloignent de la raquette. Il est donc primordial d’être en capacité de gêner ces intérieurs shooteurs pour pouvoir gagner des matchs et Minnesota possède l’arme parfaite pour cela: Karl-Anthony Towns. Le jeune premier  choix de draft sort d’une année rookie de haute volée (pour sans doute être rookie de l’année) et plus que ses nombreuses capacités offensives, c’est sa défense qui est intéressante. Il est très mobile pour un joueur de sa taille tout en restant solide au poste ce qui lui permet de défendre au poste 5 comme au poste 4.  Cette polyvalence est donc un énorme atout pour lui et son équipe. De plus, la traction arrière composée de Zach Lavine et d’Andrew Wiggins est jeune et athlétique ce qui permet de couper les transitions adverses et d’être performant durant tout le match. Cette réponse physique use les attaquants adverses ce qui peut se révéler utile dans les fins de match. Une bonne équipe a aussi besoin d’un poste 5 capable de contester tous les shoots ce qui enlève beaucoup de pression aux premiers rideaux. Cet homme là se nomme aussi Karl-Anthony Towns. Le rookie est le 10ème meilleur contreur de la ligue avec 1.7 blocks par match. Il est bien secondé par son compère sénégalais Gorgui Dieng qui gêne tout autant les attaquants adverses. Avec de la rigueur et plus d’expérience, la défense de Minnesota possède donc tous les ingrédients pour devenir imperméable la saison prochaine.

Voyons maintenant comment se porte l’attaque. Elle fût la 15ème plus prolifique de la ligue en terme de points marqués et cela pourrait encore s’améliorer. Andrew Wiggins est le pilier de celle-ci et il ne cesse de progresser. Avec une diminution de son temps de jeu, il score presque 4 points de plus que lors de son année rookie tout en augmentant ses pourcentages  (20.7 points par match à 46%). Le seul point noir : il n’est pas très complet. Quand il est dans des soirs où il n’arrive pas à scorer, il est dans l’incapacité de peser sur le match d’une autre manière. Il prend moins de rebonds que l’année dernière (3.6 cette année contre 4.6) et distribue seulement 2 passes décisives. Il faut donc qu’il apprenne à ressortir le ballon derrière la ligne des 3-points quand il pénètre pour pouvoir impliquer ses coéquipiers. Pas d’urgence pour autant car Ricky Rubio reste le maestro de l’équipe et distribue de nombreuses passes décisives tout en imprimant un rythme élevé qui convient parfaitement à ses jeunes coéquipiers. La vitesse des attaques conduit souvent à des paniers facile. En effet, 21% des points sont marqués sur des lancers-francs et 13.3% sont marqués en contre attaque. Cette menace permanente de jeu rapide oblige les adversaires à constamment se replier rapidement ce qui fatigue énormément. Karl-Anthony Towns reste un point de fixation important et score déjà presque 20 points de moyenne (18.3 exactement ; meilleure moyenne chez les rookies) tout en étant capable de shooter à 3-points (34% cette année).

Pour encadrer tous ces jeunes talents, les Wolves viennent d’engager Tom Thibodeau en tant que coach/président des opérations basket. L’ancien coach des Bulls est une très bonne pioche et va pouvoir redonner une identité défensive à Minnesota. Il va avoir du travail cet été avec des choix de draft qui s’annoncent très hauts et il va devoir trouver une solution au cas Nikola Pekovic. En effet, le pivot monténégrin sort d’une saison au cours de laquelle il n’a joué que 12 matchs à cause d’une opération au tendon d’Achille droit. Ces blessures (notamment aux chevilles) sont récurrentes et il n’a joué que 67 matchs sur 246 depuis la saison 2013-2014. De plus, le 14 août 2013, il a resigné un contrat de 5 ans pour 60 millions de dollars. En 2015-2016, il occupait ainsi 17.3 % du salary cap ce qui est le pourcentage le plus élevé de l’équipe derrière Ricky Rubio (18.1%). Il est inutile de le couper car son salaire compterait quand même à hauteur dans le salary cap. La meilleure solution serait donc de l’échanger. Cependant, sa côte est au plus bas et il semble difficile à transférer s’il n’est pas accompagné par un joueur intéressant.

Tom Thibodeau dispose donc d’un groupe jeune et talentueux ainsi que du soutien de son nouveau GM Scott Layden (qui vient des Spurs). Il faudra donc bien gérer le choix de draft de 1er tour et surtout continuer de faire progresser le groupe. Les Wolves ne devraient pas être très actif durant la free agency malgré les bons joueurs disponibles pour privilégier la continuité. Il ne serait cependant pas étonnant de voir les Wolves échanger leur choix de draft ou le joueur qu’ils ont drafté si une bonne contrepartie se présente car ils possèdent déjà de nombreux jeunes. Thibodeau a donc toutes les cartes en mains pour remmener les Minnesota Timberwolves en playoffs, et ce dès l’année prochaine?

A propos de Antoine Bossard

Antoine Bossard, 17 ans et fan de NBA. Ancien basketix repenti. Ne mesure pas la taille d'Isaiah Thomas mais possède un QI basket supérieur à celui de JR Smith.

Recommandé pour vous