Boston Celtics

Isaiah Thomas : pourquoi le meneur a joué très gros lors de ces playoffs ?

Rédigé par

le


Mardi dernier, les Celtics ont récupéré le premier choix de la prochaine Draft, et cela 24h après une qualification pour les finales de conférences face à Cleveland. 53 victoires en saison régulière, une 1ère place à l’est, bref tout va bien dans le Massachussetts et Danny Ainge voit la plupart des légos qu’il a disposé s’emboiter, mais il y en a un qu’il n’avait pas du tout prévu, personne ne l’avait prévu : ce légo a un nom, Isaiah Thomas.

Isaiah Thomas sort d’une saison magnifique, le meneur ne fait en effet que surpasser les attentes du paysage NBA depuis son arrivée à Boston à l’hiver 2015 : à l’époque, les C’s cherchent du scoring et surtout une alternative à Marcus Smart, seul à la mène de l’équipe de Brad Stevens après le départ de Rajon Rondo pour Dallas. IT a l’époque n’est pas une star ou un joueur dominant, c’est un meneur de poche qui a fait des cartons avec les Kings et les Suns, Ainge pense donc acquérir ici un energizer en sortie de banc, pas du tout ce que va devenir Thomas. Plus de deux ans après cet échange, le numéro 4 des Celtics est le leader d’une franchise qui joue les finales de conférences, un All-Star, un membre de la 2ème équipe type NBA pour 2016-2017 et le troisième meilleur scoreur de la ligue cette année avec quasiment 29pts de moyenne. Oui, Ainge n’avait pas prévu cela.

Isaiah Thomas sort donc d’une énorme saison régulière et possède l’un des contrats les plus cheap de la ligue, comme un peu tout le monde aux Celtics d’ailleurs : le 3ème marqueur NBA touche cette saison plus de 6.5 Millions de dollars, ce qui en fait le 26ème meneur le mieux payé en NBA, et cela aux alentours de joueurs comme D.J. Augustin, Ramon Sessions, Ish Smith, pas des cadors vous en conviendrez. L’ancien de Washington possède un contrat dégressif et testera le marché après la saison 2017-2018, mais Boston peut lui proposer une extension mirobolante, et c’est la que ca va devenir très intéressant : avec un cap space en constance augmentation, Thomas pourrait prétendre à un contrat de 5ans aux alentours de 200 Millions de dollars. Si vous êtes Danny Ainge, avec potentiellement Markelle Fultz débarquant cet été, payez vous Isaiah Thomas 40 Millions par an dans une année ? C’est une question qui mérite amplement d’être posé, et voilà pourquoi. Bien sur IT est un merveilleux attaquant, mais que peut on tirer de son dernier mois durant lequel il a eu quelques grosses joutes en playoffs ? D’un côté, le meneur a porté son équipe de manière insoupçonnée dans quelques matchs (53pts contre les Wizards dans le Match 2 de cette série, mais aussi le Match 1 de cette même série ou encore un Match 4 très important lors du premier tour face aux Bulls), mais d’un autre, et les statistiques avancées l’illustrent, Isaiah Thomas est l’un des pires défenseurs à sa position de toute la NBA : avant chaque série, la question majeure côté Boston était comment Brad Stevens allait réussir à cacher Thomas défensivement.

« Isaiah Thomas joue pour son futur dans cette série face aux Cavaliers (…) « , voila ce que stipulait le journaliste d’ESPN Bomani Jones avant le Match 1 entre Boston et Cleveland

Il y a donc dilemme, le Front Office de Boston pense t’il que la future ossature de la franchise s’organisera autours de IT ? Des indices prouvent que non, surtout celui qui consiste à dire que Boston n’a rien fait cette année pour gagner dans le court terme alors que des mouvements pour être meilleur tout de suite apparaissaient possibles : on parlait avec insistance de Paul George, de Jimmy Butler mais rien ne s’est passé, les Celtics n’ont pas bougé. Cleveland (Kyle Korver, Deron Williams…), Toronto (Serge Ibaka, P.J. Tucker) ou Washington (Bojan Bogdanovic) ont tous fait un mouvement pour être meilleurs de suite et être compétitifs, pas Boston qui a préféré jouer le long terme. Et que ce passe t’il pour les C’s lors de cette postseason ? L’équipe gagne péniblement ses 2 premières séries, l’équipe semble perdue sans Thomas sur le terrain, bref de nombreuses questions émanent de ce dernier mois de compétition. Avec un LeBron James plus dominant que jamais et encore au top pour longtemps, faut il donner autant d’argent à un joueur qui est incapable d’être le leader d’une équipe capable de rivaliser avec celle de James à l’est, surtout avec un Markelle Fultz potentiellement dans les starting block ?

La NBA n’est pas un jeu vidéo, on ne peut pas se débarrasser d’un joueur car il pourrait nous coûter trop cher en appuyant sur un bouton : la NBA, la vraie, c’est aussi une ligue d’hommes, et non une ligue d’hologrammes. Si Ainge décide de ne pas donner un contrat max à Thomas, un contrat qu’il mérite et que certaines franchises pourraient lui proposer, comment va t’on expliquer cela aux fans, comment justifier cela quant on parle d’un All-Star à 28.9pts de moyenne ? Danny Ainge va donc très vite avoir un sacré dilemme, et dans tous les cas, que ce soit dans l’optique d’un échange, d’une prolongation ou d’une non prolongation, de grands et longs risques sont à envisager.

A propos de Alan

Aficionados des sports américains, rédacteur NCAA sur Dunkhebdo. A tendance a regretter le passé NBA mais passe son temps à parler des futurs prospects : oui, la bipolarité me caractérise. Fan des Celtics de Boston et adulateur de Tracy McGrady, je participe aussi au podcast tous les mardis.